Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Créoline

Créoline
Du côté des matins bleus, c'est un récit polyphonique, ce qui en fait un peu l'histoire de tout le monde. Celle de Lucette, septuagénaire en fauteuil roulant qui raffole des Granny Smith et qui détient le secret des meilleures tartes aux pommes du monde. C'est celle de Franck aussi, qui arpente les couloirs de métro à la recherche d'une petite pièce, d'un ticket restaurant, de quoi manger en somme. C'est l'histoire de Pascal, qui se trouve tout en haut de la hiérarchie, celle d'Azlan, qui ne jure que par les chiffres, et d'Olaf, qui déteste qu'on l'appelle "vieux". Du côté des matins bleus, c'est l'histoire d'Hypolithe aussi, lui qui semble tout droit tiré d'un livre de mythologie. Mais Du côté des matins bleus,c'est surtout son histoire à Lui qui commence quand il la rencontre Elle. C'est l'histoire d'une quête, d'un voyage, de leur voyage.

Eux ? Tous les oppose : le rang, l'éducation, la profession... Rien ne laissait penser qu'ils se rencontreraient un jour et pourtant c'est écrit : Elle et Lui, c'est l'histoire la plus incroyable des connexions, parce que sans le savoir, ce sont des âmes-sœurs, et pourtant, leur histoire n'est pas une histoire d'amour. Elle et Lui ? Ils ont oublié de grandir, ils se sont accrochés à leurs rêves-et ça va sauver le monde. Le leur, le nôtre.
203
85
80
510
Créoline
Parce qu'Oneïria, ce n'est pas uniquement Léo et Aglaé...
Parce qu'Ethan, Mauritz, Zélie, Ilan et bien d'autres y ont un rôle à jouer.
Parce que les matins bleus ennuient notre Psukhârque...
Voici "Au rendez-vous des mots", qui retrace la genèse d'Oneïria, et laisse la place à une correspondance épistolaire entre deux personnages qu'un lien inouï unit, même s'ils l'ignorent encore...

(Roman non terminé, projet avorté il y a quelque temps... peut-être le reprendrai-je, qui sait ?)
131
25
21
374
Créoline
Je ne vous apprends rien si je vous dis que le monde est cruel, et que la vie peut être une vraie garce, quand elle s'y met, n'est-ce pas ?
C'est l'objet principal de ce recueil de nouvelles.
Chaque partie est indépendante : un chapitre correspond donc à une nouvelle, sauf mention contraire.
Ces nouvelles ont été écrites pour les personnes pressées, et sont donc généralement très courtes
(moins de 4 minutes de lecture, pour la plupart)

N'hésitez pas à réagir si vous m'avez lue, c'est très important pour moi !

Merci d'avance ! ♥
143
91
28
51
Créoline
"La tanière aux âmes brisées", ce sont des nouvelles assez sombres.
"Sans prétention", au contraire, ce sont des nouvelles plus légères... bien plus légères !
4
12
1
7
Créoline
Je n'écris pas que des histoires avec un début, un milieu et une fin. J'aime écrire des nouvelles, j'aime encore plus écrire des romans, mais quelquefois, j'écris dans but ; je me penche sur un mot qui m'intrigue, sur un phénomène de société, et puis je trace quelques lignes, juste comme ça. Bienvenue dans la mosaïque de mes mots à hic !

N'hésitez pas à commenter, à venir faire connaissance : je ne mords pas !

Créoline
5
0
0
2
Défi
Créoline


A toi, chère Marguerite, qui ne me liras jamais,

Il fallait que je t’écrive, alors voilà, je me lance.
Tu te demandes peut-être pourquoi je prends la plume pour m’adresser à toi ; ou peut-être pas, finalement. On ne se connaît pas, on ne se connaîtra jamais.
J’ai perdu mes parents à l’âge de cinq ans. Leur décès ne m’a pas affectée comme il aurait dû le faire.
J’étais déjà hors-normes à l’époque.
On ne comprenait pas que je puisse continuer à sourire après le drame, on me traitait comme un monstre, on m’évitait.
C’est à cette période que j’ai commencé à penser à toi.
UN PEU.
Vers quinze ans, mon corps est devenu mon ennemi. Les désirs qu’il faisait naître ne collaient pas à mon identité. Alors je le lacérais pour étouffer ces appels de ma chair. La tentation cuisante qui mordait mes entrailles était contre-nature.
Et là, je t’ai rêvée, Marguerite.
J’imaginais que tu connaissais les mêmes tourments que moi. A nous deux on aurait été plus fortes, tu ne penses pas ? Je suis sûre que tu m’aurais comprise toi : à demi-mot, tu aurais su. Tu aurais entendu les cris de mes silences, tu aurais décrypté le secret de chaque coup de lame.
J’avais besoin de toi pour partager tout ça.
Mais tu n’es pas venue.
Et je t’en ai voulu, Marguerite.
BEAUCOUP.
Et je t’ai cherchée, dieu que je t’ai cherchée !
A chaque ami que je me faisais, c’est un peu toi que j’espérais.
Dans chaque éloge qu’on m’adressait, ta voix à toi que j’entendais
Et dans chaque sourire indulgent, c’est toi que je pensais trouver.
Même dans les bras de mes amants, c’est ton réconfort que je voulais.
Mais toi, où étais-tu ? Je t’ai tant espérée !
Pendant des années, tu m’as manqué, pendant des années, mes appels silencieux t’imploraient.
PASSIONNEMENT.
Un jour, Marguerite, j’ai décroché un emploi. Premier succès. Il y avait deux coupes pour célébrer mon triomphe. Mais tu m’as laissée seule à la table de la réussite.
Tu sais, Marguerite, quand j’ai compris que j’aimais les femmes, j’ai voulu me confier à toi, mais tu n’étais pas là pour moi.
Marguerite, quand je me suis haïe de ne pas entrer dans les cases, j’avais besoin de toi. Tu ne m’aurais pas jugée, toi, et tu m’aurais transmis la force qu’il me manquait alors.
Mais tu m’as laissée seule à nouveau.
Alors je t’ai haïe.
A LA FOLIE.
Marguerite, ma chère Marguerite…
J’ai tellement de choses à te dire tu sais : des reproches à te faire, et des mercis à t’adresser…
Merci de ne pas t’être pointée dans ma vie. Merci de m’avoir laissée seule.
Grâce à toi je l’ai enfin trouvée, cette autre que je cherchais. Elle seule peut ressentir chacun de mes tourments, elle seule est toujours là pour partager mes joies. Le trou béant que j’avais laissé dans mon cœur, juste pour toi, elle a su le remplir, elle.
C’est grâce à ton absence qu’elle s’y est installée.
Désormais mon bonheur se construit avec elle, et pour elle. Elle souffre de mes blessures même passées sous silence, elle remporte les succès que je remporte aussi. Elle ne me laissera jamais tomber. En sa présence je ne serai jamais seule. Et je n’attendrai jamais d’elle ce qu’elle ne peut m’offrir.
Grâce au vide que tu as laissé, Marguerite, je suis allée à la rencontre de moi-même, mon alliée idéale.
Sa bienveillance sans borne, son amour infini pour moi, m’ont permis de comprendre que je n’ai plus besoin de toi.
Tu m’entends, Marguerite ? Je n’ai pas besoin de toi, aujourd’hui.
PAS DU TOUT.
2
3
0
3
0