Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Symbelmynë

En me donnant mon nom, mes parents ne savaient pas qu'il m'attribuaient le même patronyme que celui du précepteur de Dyonisos, je vous assure. Si mon mon prénom c'est Silène, c'est en raison d'un roman ; celui de Jérômine Pasteur. Depuis toujours, j'ai l'impression qu'il y a un bout de moi dans les bouquins du coup. En vérité, je crois qu'on retrouve tous un bout de nous entre les pages.

La silène, c'est aussi une petite fleur qui poussent dans nos champs, dans nos fossés, rien qu'une mauvaise herbe qu'on aime moins arracher de la terre qu'une autre. Alors ici je serais Symbelmynë. Un autre type de plante, issue de la botanique tolkiennienne. Une sorte de petite pensée qui pousse sur les tombes des rois cavaliers.

Je suis née à Paris, ai grandi dans le Sud de la France et fais actuellement mes études à Poitiers. Dans mon orientation professionnelle, je me suis détournée quelque peu de la voie des lettres pour me diriger vers le chemin des sciences. Je suis actuellement étudiante dans un cursus exigeant de biologie et d'informatique. Ce qui ne m'empêche pas de reprendre la plume, par moment .

Vous avez le droit de trouver mes écrits noirs. Ils le sont. Rien ne ressort mieux sur une page blanche, selon moi. Et mon projet principal est l'Hymne à l'Acier.

7
œuvres
3
défis réussis
108
"J'aime" reçus

Œuvres

Défi
Symbelmynë
C’est la guerre qui lui a donné sa gloire, à lui. Pour elle, la mer fait sa force. La piraterie, plus exactement. L’un a construit son histoire dans la sueur et le sang. A coup de fer, à coup de pleurs. L’autre a hérité de la réputation noire de son malfrat de père. Ils sont si grands que des bardes ont un jour conté leurs sombres exploits. Et aujourd’hui, le monde a enfoui leurs noms dans l’oubli.
49
96
620
44
Symbelmynë
Un jour elle a été aussi valeureuse qu'une louve. Aux côtés de son maître, celui qu’on appelait le Vermillon, elle a grandi l’arme à la main. Des bardes colportaient leurs exploits de mercenaires. Les massacres dont ils étaient capables. Mais un tueurs doit trouver un instant pour mourir. Le temps se charge sinon de la gloire amassée : il la flétrie et la ternie jusqu’à ce qu’elle devienne aussi grise que les tempes des héros trop enclins à vivre.
24
51
364
38
Symbelmynë
Ils ont réussi ! Ils y sont parvenus ! Après des années de labeur, entre les mille et un désastres de l'apocalypse, les ingénieurs sont parvenus à redonner la vie à leur création... Mais ils ne s'attendaient certainement pas à ce qu'elle se rebiffe avec bien plus d'humanité qu'eux.
12
17
167
14

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Pour canaliser une forme de créativité et de perfectionnisme exacerbé, je crois. Pour occuper mes méninges, somme toute, lorsque l'ennuie n'est pas loin. Ce n'est jamais bon de rester seul avec moi-même. On tourne souvent en rond ensemble.
0