8. Je t'ai mal jugée - 2/3

3 minutes de lecture

Une semaine passe. Bryan est rentré à la maison. Je n'ai pas revu Charlie mais je sais qu'il est passé en mon absence à plusieurs reprises à la maison. April m'a raconté leur sortie au musée tous les deux. Et il y a deux jours, j'ai entendu parler d'une extraordinaire virée shopping avec Ariana, Savannah et Shirley. Il paraît même qu'Oliver, Dylan et Anderson vont faire un tour à l'arcade de jeux vidéos mercredi après-midi. Hâte de voir ce que Charlie a pu concocter pour Dwayne et Chelsea.

J'ai pris à part Belle ce matin, alors qu'elle déposait Oliver à la maison. Elle s'est mise à pleurer et à se confesser. Pour un peu, je me suis cru prêtre. Finalement, elle n'est pas une si mauvaise mère. Je ne sais même pas comment j'ai pu penser cela. Ça se voit comme le nez au milieu de la figure qu'elle aime ses enfants. Seulement, elle a tellement peur de les faire souffrir qu'elle préfère être distante que la source de leur malheur. Je pense au petit bout de chou qui grandit jour après jour dans son ventre. Fille ou garçon, peut importe. Ça restera son enfant et mon neveu. Peut-être s'est elle trop éloignée de ses enfants, c'est ce que j'essaie de lui expliquer. Elle hoche la tête puis se lève brusquement pour serrer fort Shirley qui passait par là dans les bras, son gros ventre écrasé entre elles. Celle-ci se demande bien ce qui peux clocher chez sa mère si lointaine en règle générale. Elle se dégage d'un coup d'épaule et remonte en courant les escaliers. La peine de Belle se lit comme une porte ouverte. Je la prends maladroitement dans les bras en la serrant contre mon cœur. Nous sommes toutes deux surprises par ce contact mais aucune ne se dégage.

Après son départ, je m'effondre sur le canapé. Les démonstrations de sentiments m'épuisent. Je n'y suis plus habituée. C'était bien la première fois que je voyais Belle aussi démunie. À l'enterrement de maman, le seul auquel j'ai assisté, seule Sarah a eu les larmes aux yeux et Pape ne s'est même pas montré. Belle n'est restée que quelques minutes, le temps de s'enfiler une coupe de champagne. Et aujourd'hui, je l'ai vue pleurer de vraies larmes et non un mimétisme pour parvenir à ses fins. Je frissonne.

La porte d'entrée claque. Des bruits de pas se font entendre. Certaines personnes sont capables de reconnaître quelqu'un rien qu'en l'entendant marcher mais visiblement, je n'ai pas hérité de ce don. Charlie fait irruption dans le salon. Il semble surprisde me voir.

- Je... je ne pensais pas que tu serais là, explique-t-il en se passant nerveusement la main dans les cheveux.

Je refoule un ricanement.

- J'habite ici, je te signale !

- Oui, c'est vrai.

Aucune parole n'est échangée durant un long moment interminable. Charlie fixe le mur en lâchant de temps en temps un soupir crispé. Je vois bien qu'il est tendu. N'y tenant plus, je lui lance :

- Qu'est-ce que tu viens faire ici ?

Il cligne plusieurs fois des yeux puis semble se souvenir qu'il est planté là depuis pas mal de temps.

- Je viens chercher Dwight et Stacey pour...

Je ne le laisse pas finir sa phrase.

- Dwayne et Chelsea.

Il bafouille, ses joues s'empourprent. Et même si je ne l'apprécie pas, je dois dire que le voir aussi désemparé est beau à voir. Il est mignon quand il abandonne sa tête de glorieux conquérant.

- Que... quoi ?

- Ce sont leurs prénoms. Pas Dwight et Stacey. Ils s'appellent Dwayne et Chelsea.

- Ah. Je voulais inviter leurs amis pour qu'ils puissent s'amuser.

Intérieurement, je m'esclaffe. Leurs amis ? Sérieusement ? Néanmoins, j'appelle les Soldats du bas de l'escalier en annonçant :

- Carlos est là !

Une petite revanche ne peut pas faire de mal.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Luciferr
Recueil de nouvelles et autres textes de science-fiction pour avoir la tête dans les étoiles...
43
77
99
34
Angélique Leydier
Gagnante d'un petit concours, cette courte fanfiction vous emmène dans l'univers de Harry Potter (univers imposé), et aussi dans celui de Scooby-Doo (mon choix)! Une rencontre improbable pour des mondes qui comportent finalement nombre de "ponts"

Plongez tête première dans cette fanfiction drôle et rebondissante!
1
0
0
10
Défi
Abye

Une histoire d'amour dis-tu ? Avec ou sans fin heureuse ? J'aime bien cette idée mais te raconter mon histoire remplirait tout un manuscrit sans aucun doute. En revanche, ce ne sera ni romantique, ni à fin heureuse, et j'en suis navrée. Devoir vous conter mes péripéties, j'ai pesé le pour et le contre, cela ne fait de mal à personne puisque c'est du passé et qu'il ne faut jamais se retourner !
Je l'ai rencontré pendant un travail d'été, il travaillait chez mon père, moi également. Lorsque je l'ai vu, aucune émotion, rien n'est venu perturber le cours de ma vie mais voulant rester en contact avec lui, je prends son numéro à un collègue de boulot. Quand je lui envoie un premier message je le fais sur le jeu de la devinette "qui suis-je", ça n'a pas duré bien longtemps puisqu'il m'a appelé et que j'ai décroché, il m'a directement identifiée. Après ça, il commence à m'envoyer des messages régulièrement. Je me souviens encore de notre premier baiser, c'était la vogue dans mon village, j'étais avec des amis à la buvette à boire comme des trous quand quelqu'un me tape sur l'épaule, je remarque rapidement que c'est mon très cher "collègue", on parle cinq, dix, quinze minutes jusqu'à ce que je décide d'aller danser avec mes amis. Au fil de la soirée, je voyais bien qu'il me fixait intensément ! Tard dans la nuit, je devais rentrer dormir chez ma meilleure amie, mais au moment d'aller se coucher je reçois un appel du garçon, il me demande de ressortir car il voulait parler. Je décide de faire le mur, une fois en face de lui il prend ma tête et m'embrasse puis part. Voilà notre début de relation, le début d'une longue galère...
Nos premiers mois devaient rester discrets que personne ne l'apprenne. Il me présente à ses amis puis à sa famille. Je remarque très vite qu'ils ont tous un problème de "dépression" à cause d'un événement passé ! Tout se passe bien, jusqu'à ce que je le vois prendre une drogue dure qui s'avérait être en continue, je décide de lui en parler le lendemain, il me dit que c'est uniquement en soirée et comme on dit l'amour rend aveugle ! Puis j'ai fait la remarque "après tout on est jeune, laisse le en profiter", sauf qu'il y a eu une goutte de trop, son poing dans ma figure. Ayant un caractère je riposte mais ses amis sont là. Au final, je lui donne mes conditions soit il arrête soit je le quitte.
Vous auriez aimé que je vous dise qu'il est arrêté, que notre histoire soit la plus belle de toute ? Hé bien non...
Qu'est ce qu'arrêter quand on est accro à une chose ? On ne peut tout simplement pas, ce n'est même pas concevable pour eux de se dire qu'ils sont accros...
Malheureusement, la drogue ne fut pas son seul défaut... Après deux ans de relation, on décide de faire un voyage, le soir je me retrouvais seule dans l'hôtel pendant que lui partait boire dans un bar avec des inconnus. Et oui, l'alcool faisait aussi partie de son quotidien. En revenant chez nous, je lui annonce que tout est terminé que lui et moi n'est plus qu'un souvenir. Malgré son harcèlement je n'ai pas succombé et suis restée sur ma position. Au jour d'aujourd'hui, je suis seule mais heureuse !
Mieux vaut être seul que mal accompagné !
Si je peux vous donner un conseil que vous soyez fille ou garçon avant de vous mettre avec une personne apprenez bien à la connaître parce que l'avenir vous réserve des surprises donc évitez de les affronter avec des personnes malsaines.
5
16
48
2

Vous aimez lire Angelinnog ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0