8. Je t'ai mal jugée - 1/3

3 minutes de lecture

Une demi-heure plus tard, je sors de la chambre de Bryan. Il s'est assoupi, la couverture serrée dans son maigre poing et une esquisse de sourire sur les lèvres comme si, pour la première fois, il s'endormait paisiblement. Avant que je ne sorte, je lui ai fait promettre de ne jamais recommencer. En échange, il a exigé que je parle avec sa mère. Je n'ai pas refusé, même si je savais que ce ne serait pas chose simple d'avoir une discussion sensée avec Belle. Elle qui est si frivole !

Noah n'est pas dans le couloir. Je le sais parce que, qu'en regardant l'écran d'accueil de mon téléphone, je repère deux messages de sa part au milieu des inquiètudes d'Alex ne nous voyant pas revenir à la maison. J'explique calmement la situation à ma nièce et son message affolé me fait songer qu'il faudrait mieux que je rentre pour lui exposer les détails en face à face et non par écrans interposés. Je finis par ouvrir le message de Noah.

Noah : J'ai du partir. Je devais récupérer Roland chez un copain.

Noah : Je peux passer chez toi, ce soir ?

Je souris, sans aucune raison. Et lui réponds.

Moi : Non, désolée. Je vais dormir avec Bryan à l'hôpital ou me coucher immédiatement.

Moi : Et pas sur le canapé...

Il répond immédiatement, comme s'il attendait impatiemment mon message devant son téléphone.

Noah : Zut, j'aimais bien moi.

Noah : Dors bien et fais de beaux rêves...

Je range mon portable dans ma poche sans répondre et relève la tête. Je croise le regard de Charlie. Que fait-il encore ici ? Il se lève.

- Salut, Kayla. Je voulais te parler, si ça ne te dérangepas ?

Je secoue la tête et m'assois sur le sol contre le mur blanc et froid. Quelques minutes de plus, quelques secondes de moins ne changeront rien pour Alex. Il inspire profondémment puis commence à débiter son discours. C'est comme s'il l'avait remué dans sa tête pendant tout le temps où je me trouvais avec Bryan.

- Je t'ai mal jugée. Je pensais, la première fois que je t'ai vue, que tu étais comme toutes ses filles que je connais en Italie : fans d'elles-même et dénigrant tous ceux qui ne les adorent pas autant qu'elles ne s'aiment. Mais, ce soir, j'ai compris que tu étais tout sauf ça. Tu prends soin de tes neveux plus que leurs parents, tu les aimes, tu les élèves, sans jamais rien demander en retour... Je m'en veux d'avoir pu penser ça de toi. Je suis désolé...

Je ne dis rien. Le silence, pour une fois, est si appaisant que je ne veux pas le briser.

Puis, quand le mutisme est si présent que le couloir se transforme en thébaïde, d'une toute petite voix, je chuchote :

- Je ne t'en veux pas. J'en veux seulement à mes sœurs qui ne sont mêmes pas capables de bien se tenir le temps d'un dîner. Parfois j'ai honte de ma propre famille. Ce n'est pas affreux ? J'ai l'impression que mes sœurs sont plus superficielles les unes que les autres, qu'elles organisent un concours entre elles pour savoir laquelle sera capable de débiter le plus de débilités en un temps record. Et que je ne suis pas invitée. Je me sens un peu à l'écart.

Je fais une pause dans mon monologue.

- Je ne sais même pas pourquoi je te raconte ça, tu te fiches de ce qui peux m'arriver tant que tu récupères tes neveux. Tu veux une garde alternée ? Très bien. Mais c'est à eux que tu dois le demander. Pas à moi.

Je me redresse, lisse mon manteau et me dirige vers la sortie.

- Au revoir, Charlie.

Et je sors du couloir, sans écouter sa réponse.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Luciferr
Recueil de nouvelles et autres textes de science-fiction pour avoir la tête dans les étoiles...
43
77
99
34
Angélique Leydier
Gagnante d'un petit concours, cette courte fanfiction vous emmène dans l'univers de Harry Potter (univers imposé), et aussi dans celui de Scooby-Doo (mon choix)! Une rencontre improbable pour des mondes qui comportent finalement nombre de "ponts"

Plongez tête première dans cette fanfiction drôle et rebondissante!
1
0
0
10
Défi
Abye

Une histoire d'amour dis-tu ? Avec ou sans fin heureuse ? J'aime bien cette idée mais te raconter mon histoire remplirait tout un manuscrit sans aucun doute. En revanche, ce ne sera ni romantique, ni à fin heureuse, et j'en suis navrée. Devoir vous conter mes péripéties, j'ai pesé le pour et le contre, cela ne fait de mal à personne puisque c'est du passé et qu'il ne faut jamais se retourner !
Je l'ai rencontré pendant un travail d'été, il travaillait chez mon père, moi également. Lorsque je l'ai vu, aucune émotion, rien n'est venu perturber le cours de ma vie mais voulant rester en contact avec lui, je prends son numéro à un collègue de boulot. Quand je lui envoie un premier message je le fais sur le jeu de la devinette "qui suis-je", ça n'a pas duré bien longtemps puisqu'il m'a appelé et que j'ai décroché, il m'a directement identifiée. Après ça, il commence à m'envoyer des messages régulièrement. Je me souviens encore de notre premier baiser, c'était la vogue dans mon village, j'étais avec des amis à la buvette à boire comme des trous quand quelqu'un me tape sur l'épaule, je remarque rapidement que c'est mon très cher "collègue", on parle cinq, dix, quinze minutes jusqu'à ce que je décide d'aller danser avec mes amis. Au fil de la soirée, je voyais bien qu'il me fixait intensément ! Tard dans la nuit, je devais rentrer dormir chez ma meilleure amie, mais au moment d'aller se coucher je reçois un appel du garçon, il me demande de ressortir car il voulait parler. Je décide de faire le mur, une fois en face de lui il prend ma tête et m'embrasse puis part. Voilà notre début de relation, le début d'une longue galère...
Nos premiers mois devaient rester discrets que personne ne l'apprenne. Il me présente à ses amis puis à sa famille. Je remarque très vite qu'ils ont tous un problème de "dépression" à cause d'un événement passé ! Tout se passe bien, jusqu'à ce que je le vois prendre une drogue dure qui s'avérait être en continue, je décide de lui en parler le lendemain, il me dit que c'est uniquement en soirée et comme on dit l'amour rend aveugle ! Puis j'ai fait la remarque "après tout on est jeune, laisse le en profiter", sauf qu'il y a eu une goutte de trop, son poing dans ma figure. Ayant un caractère je riposte mais ses amis sont là. Au final, je lui donne mes conditions soit il arrête soit je le quitte.
Vous auriez aimé que je vous dise qu'il est arrêté, que notre histoire soit la plus belle de toute ? Hé bien non...
Qu'est ce qu'arrêter quand on est accro à une chose ? On ne peut tout simplement pas, ce n'est même pas concevable pour eux de se dire qu'ils sont accros...
Malheureusement, la drogue ne fut pas son seul défaut... Après deux ans de relation, on décide de faire un voyage, le soir je me retrouvais seule dans l'hôtel pendant que lui partait boire dans un bar avec des inconnus. Et oui, l'alcool faisait aussi partie de son quotidien. En revenant chez nous, je lui annonce que tout est terminé que lui et moi n'est plus qu'un souvenir. Malgré son harcèlement je n'ai pas succombé et suis restée sur ma position. Au jour d'aujourd'hui, je suis seule mais heureuse !
Mieux vaut être seul que mal accompagné !
Si je peux vous donner un conseil que vous soyez fille ou garçon avant de vous mettre avec une personne apprenez bien à la connaître parce que l'avenir vous réserve des surprises donc évitez de les affronter avec des personnes malsaines.
5
16
48
2

Vous aimez lire Angelinnog ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0