7. Dans un miroir - 3/3

3 minutes de lecture

J'entre doucement dans la chambre de Bryan en veillant à ne pas claquer la porte. Mais, visiblement, mon neveu est déjà éveillé. Je m'approche de son lit et il se relève sur un coude. En le voyant là, allongé sur un lit d'hôpital, si pâle, je sens les larmes me monter aux yeux. Je m'arrête un instant, et je tente de faire les disparaître en battant rapidement des paupières. Je ne veux pas que Bryan me voit pleurer. Personne ne doit jamais me voir pleurer.

Je finis par m'approcher du lit.

- Hey.

Zut, voilà que je me mets à parler comme Noah !

- Ça va ?

Il hoche la tête, un air penaud.

- Kayla, je... je suis désolé.

Des sanglots le secouent et ses yeux s'emplissent de larmes qui creusent un sillon sur ses joues. Je m'approche de lui et le prends dans mes bras. Le voir si triste me fait si mal à la poitrine que moi aussi je me mets à pleurer. Nous nous étreinons un moment jusqu'à ce que d'une voix étouffée, il déclare :

- Kayla, tu m'écrases.

Je me dégage de lui pour lui permettre de respirer convenablement. Il attrape mon visage à deux mains comme une mère le fait normalement et plonge son regard brun dans le mien.

- Je ne voulais pas te faire peur, Kayla. Je te le jure. Je voulais juste qu'elle me regarde, que pour une fois, elle me voit comme son fils et non pas comme un étranger qui habite chez elle. Mais ça n'a pas marché. Elle n'est pas venue, c'est ça ?

Je n'ai pas le cœur à lui mentir alors je hoche la tête. Résigné, il détourne les yeux et les fixe au hasard sur un néon au plafond. Moi non plus je ne veux pas parler de sa relation avec sa mère, mais il faut que je le fasse. Pour lui.

Je lui prends les mains, me préparant déjà au pire venant de cette discussion.

- Tu sais, Bryan, Belle t'aime. Je suis persuadée que tu le sais. Seulement...

Je cherche mes mots. Ceux qui doivent le rassurer. Ceux qui peuvent le sauver.

- Seulement, tu lui ressembles trop. Chaque fois qu'elle te voit, c'est son propre reflet qu'elle observe dans un miroir. Tu ne l'as jamais su, parce qu'elle voulait te protéger d'elle-même, mais quand elle a appris qu'elle était enceinte de toi, elle a voulu mettre fin à ses jours. Elle ne voulait pas que tu souffres à cause d'elle. Mais Sarah est allée lui parler et elle lui a montré toutes les joies qu'Alex et même Sam lui apportaient toute la journée. Elle l'a convaincue de vivre et tu es venu au monde. Si ta mère n'a pas voulu venir aujourd'hui, c'est qu'elle a agi de la même façon pour attirer l'attention du monde sur elle dans le passé. Tu reproduis ses actions avec quatorze ans de retard. Et ça la terrifie.

Enfin, j'ose me tourner vers lui, pour affronter tout ce que je pourrais lire dans ses yeux. Peut-être de la peur, de la tristesse, de l'horreur ou du dégoût, je n'en sais rien.

Mais c'est autre chose que j'y vois, quelque chose qui me gonfle le cœur de la taille d'une mongolfière. Ils sont remplis d'amour, de l'affection à l'état pur et des larmes. Un millier de larmes qui coulent à flot sur ses joues et atterrissent sur mes mains comme un torrent sans fin.

- Merci de me l'avoir dit, murmure-t-il si doucement que je crains de ne pas l'avoir entendu.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Luciferr
Recueil de nouvelles et autres textes de science-fiction pour avoir la tête dans les étoiles...
43
77
99
34
Angélique Leydier
Gagnante d'un petit concours, cette courte fanfiction vous emmène dans l'univers de Harry Potter (univers imposé), et aussi dans celui de Scooby-Doo (mon choix)! Une rencontre improbable pour des mondes qui comportent finalement nombre de "ponts"

Plongez tête première dans cette fanfiction drôle et rebondissante!
1
0
0
10
Défi
Abye

Une histoire d'amour dis-tu ? Avec ou sans fin heureuse ? J'aime bien cette idée mais te raconter mon histoire remplirait tout un manuscrit sans aucun doute. En revanche, ce ne sera ni romantique, ni à fin heureuse, et j'en suis navrée. Devoir vous conter mes péripéties, j'ai pesé le pour et le contre, cela ne fait de mal à personne puisque c'est du passé et qu'il ne faut jamais se retourner !
Je l'ai rencontré pendant un travail d'été, il travaillait chez mon père, moi également. Lorsque je l'ai vu, aucune émotion, rien n'est venu perturber le cours de ma vie mais voulant rester en contact avec lui, je prends son numéro à un collègue de boulot. Quand je lui envoie un premier message je le fais sur le jeu de la devinette "qui suis-je", ça n'a pas duré bien longtemps puisqu'il m'a appelé et que j'ai décroché, il m'a directement identifiée. Après ça, il commence à m'envoyer des messages régulièrement. Je me souviens encore de notre premier baiser, c'était la vogue dans mon village, j'étais avec des amis à la buvette à boire comme des trous quand quelqu'un me tape sur l'épaule, je remarque rapidement que c'est mon très cher "collègue", on parle cinq, dix, quinze minutes jusqu'à ce que je décide d'aller danser avec mes amis. Au fil de la soirée, je voyais bien qu'il me fixait intensément ! Tard dans la nuit, je devais rentrer dormir chez ma meilleure amie, mais au moment d'aller se coucher je reçois un appel du garçon, il me demande de ressortir car il voulait parler. Je décide de faire le mur, une fois en face de lui il prend ma tête et m'embrasse puis part. Voilà notre début de relation, le début d'une longue galère...
Nos premiers mois devaient rester discrets que personne ne l'apprenne. Il me présente à ses amis puis à sa famille. Je remarque très vite qu'ils ont tous un problème de "dépression" à cause d'un événement passé ! Tout se passe bien, jusqu'à ce que je le vois prendre une drogue dure qui s'avérait être en continue, je décide de lui en parler le lendemain, il me dit que c'est uniquement en soirée et comme on dit l'amour rend aveugle ! Puis j'ai fait la remarque "après tout on est jeune, laisse le en profiter", sauf qu'il y a eu une goutte de trop, son poing dans ma figure. Ayant un caractère je riposte mais ses amis sont là. Au final, je lui donne mes conditions soit il arrête soit je le quitte.
Vous auriez aimé que je vous dise qu'il est arrêté, que notre histoire soit la plus belle de toute ? Hé bien non...
Qu'est ce qu'arrêter quand on est accro à une chose ? On ne peut tout simplement pas, ce n'est même pas concevable pour eux de se dire qu'ils sont accros...
Malheureusement, la drogue ne fut pas son seul défaut... Après deux ans de relation, on décide de faire un voyage, le soir je me retrouvais seule dans l'hôtel pendant que lui partait boire dans un bar avec des inconnus. Et oui, l'alcool faisait aussi partie de son quotidien. En revenant chez nous, je lui annonce que tout est terminé que lui et moi n'est plus qu'un souvenir. Malgré son harcèlement je n'ai pas succombé et suis restée sur ma position. Au jour d'aujourd'hui, je suis seule mais heureuse !
Mieux vaut être seul que mal accompagné !
Si je peux vous donner un conseil que vous soyez fille ou garçon avant de vous mettre avec une personne apprenez bien à la connaître parce que l'avenir vous réserve des surprises donc évitez de les affronter avec des personnes malsaines.
5
16
48
2

Vous aimez lire Angelinnog ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0