7. Dans un miroir - 1/3

2 minutes de lecture

J'ai honte. J'ai honte de ma famille, de mes sœurs, de Melvin qui est encore et toujours ivre, de Belle et de sa voix stridente, de Diana qui est à peine plus habillée qu'une prostituée, de Leia qui a abandonné son nouveau né à la garde de sa nièce, de mes sœurs en général, de leurs futiles sujets de conversation... Jamais je n'ai pensé pouvoir avoir autant honte de ma propre famille.

Le repas, contrairement à mes sœurs, est au dessus de mes attentes. C'est bien la première fois que je mange quelque chose d'aussi raffiné.

- En fait, déclare Charlie lorsqu'on lui pose la question, ce restaurant appartient à mon père.

Pendant tout le dîner, j'ai remarqué que Charlie faisait tout son possible pour enfoncer mes sœurs. Je n'ai pas osé intervenir au risque de m'attirer les foudres de Dean qui me prend toujours pour la bonne à tout faire mais mes mains sont prises en permanence par une subite envie d'étrangler Charlie chaque fois qu'il ouvre la bouche.

Pendant que Diana déblatère sur sa nouvelle robe, le portable de Belle se met à sonner. Elle décroche en pensant que c'est pour un casting, nous dit-elle. Elle revient quelques minutes plus tard et me tend le téléphone. Puis, sans rien ajouter, elle se remet à discuter manucures et bijoux clinquants avec Leia.

Je reste perplexe. Qui appelerait le numéro de Belle pour me parler ? J'attrappe l'appareil et m'éloigne un peu du brouhaha.

- Allo ?

- Mademoiselle Weaver-de Bogny ?

- C'est bien moi.

- Ici l'hôpital. Votre neveu a eu un accident.

Que...Comment ça ? Mon cerveau cœur rate un battement et je m'imobilise, pétrifiée. Je me reprends juste assez pour demander des précisions.

- Que s'est-il passé ?

- Il s'est fait percuter par une voiture. Le conducteur raconte qu'il s'est jeté dessous. Ce n'est pas très grave, rien de cassé, mais votre neveu est encore sous le choc.

- J'ai au moins sept neveux. Lequel est-ce ?

Je l'entend fouiller dans des papiers puis elle attrape le combiné.

- Bryan Weaver.

Non, non, non... C'est pas possible. Bryan ? Qu'est-ce que tu as fait ?!

- J'arrive.

Je raccroche et retourne à la table en prenant mes affaires. Noah me voit et me demande, les sourcils froncés :

- Kayla, qu'est-ce que tu fais ?

- Je vais à l'hôpital. Bryan a eu un accident.

J'ai parlé assez fort et je suis ainsi sûre que tout le monde m'a entendue. Pourtant, personne, n'y même Belle qui est pourtant sa mère, ne moufte. Noah se lève brusquement.

- Je t'emmène.

Je n'ose protester à son ton catégorique. Aussi, j'acquièce docilement et le suis à l'extèrieur du restaurant Milazzo, jusqu'à sa voiture. C'est presqu'en zombie que je monte dedans et attache ma ceinture de sécurité, mon visage pâle éclairé par la lumière blafarde des lampadaires.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Luciferr
Recueil de nouvelles et autres textes de science-fiction pour avoir la tête dans les étoiles...
43
77
99
34
Angélique Leydier
Gagnante d'un petit concours, cette courte fanfiction vous emmène dans l'univers de Harry Potter (univers imposé), et aussi dans celui de Scooby-Doo (mon choix)! Une rencontre improbable pour des mondes qui comportent finalement nombre de "ponts"

Plongez tête première dans cette fanfiction drôle et rebondissante!
1
0
0
10
Défi
Abye

Une histoire d'amour dis-tu ? Avec ou sans fin heureuse ? J'aime bien cette idée mais te raconter mon histoire remplirait tout un manuscrit sans aucun doute. En revanche, ce ne sera ni romantique, ni à fin heureuse, et j'en suis navrée. Devoir vous conter mes péripéties, j'ai pesé le pour et le contre, cela ne fait de mal à personne puisque c'est du passé et qu'il ne faut jamais se retourner !
Je l'ai rencontré pendant un travail d'été, il travaillait chez mon père, moi également. Lorsque je l'ai vu, aucune émotion, rien n'est venu perturber le cours de ma vie mais voulant rester en contact avec lui, je prends son numéro à un collègue de boulot. Quand je lui envoie un premier message je le fais sur le jeu de la devinette "qui suis-je", ça n'a pas duré bien longtemps puisqu'il m'a appelé et que j'ai décroché, il m'a directement identifiée. Après ça, il commence à m'envoyer des messages régulièrement. Je me souviens encore de notre premier baiser, c'était la vogue dans mon village, j'étais avec des amis à la buvette à boire comme des trous quand quelqu'un me tape sur l'épaule, je remarque rapidement que c'est mon très cher "collègue", on parle cinq, dix, quinze minutes jusqu'à ce que je décide d'aller danser avec mes amis. Au fil de la soirée, je voyais bien qu'il me fixait intensément ! Tard dans la nuit, je devais rentrer dormir chez ma meilleure amie, mais au moment d'aller se coucher je reçois un appel du garçon, il me demande de ressortir car il voulait parler. Je décide de faire le mur, une fois en face de lui il prend ma tête et m'embrasse puis part. Voilà notre début de relation, le début d'une longue galère...
Nos premiers mois devaient rester discrets que personne ne l'apprenne. Il me présente à ses amis puis à sa famille. Je remarque très vite qu'ils ont tous un problème de "dépression" à cause d'un événement passé ! Tout se passe bien, jusqu'à ce que je le vois prendre une drogue dure qui s'avérait être en continue, je décide de lui en parler le lendemain, il me dit que c'est uniquement en soirée et comme on dit l'amour rend aveugle ! Puis j'ai fait la remarque "après tout on est jeune, laisse le en profiter", sauf qu'il y a eu une goutte de trop, son poing dans ma figure. Ayant un caractère je riposte mais ses amis sont là. Au final, je lui donne mes conditions soit il arrête soit je le quitte.
Vous auriez aimé que je vous dise qu'il est arrêté, que notre histoire soit la plus belle de toute ? Hé bien non...
Qu'est ce qu'arrêter quand on est accro à une chose ? On ne peut tout simplement pas, ce n'est même pas concevable pour eux de se dire qu'ils sont accros...
Malheureusement, la drogue ne fut pas son seul défaut... Après deux ans de relation, on décide de faire un voyage, le soir je me retrouvais seule dans l'hôtel pendant que lui partait boire dans un bar avec des inconnus. Et oui, l'alcool faisait aussi partie de son quotidien. En revenant chez nous, je lui annonce que tout est terminé que lui et moi n'est plus qu'un souvenir. Malgré son harcèlement je n'ai pas succombé et suis restée sur ma position. Au jour d'aujourd'hui, je suis seule mais heureuse !
Mieux vaut être seul que mal accompagné !
Si je peux vous donner un conseil que vous soyez fille ou garçon avant de vous mettre avec une personne apprenez bien à la connaître parce que l'avenir vous réserve des surprises donc évitez de les affronter avec des personnes malsaines.
5
16
48
2

Vous aimez lire Angelinnog ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0