Lui

2 minutes de lecture

Au commencement, je n'étais qu'un murmure.

Automne est né un petit matin, l'aurore venait à peine de poindre le bout de son nez et éclairait de sa douce lumière le paysage. La terre face à lui était vaste et peuplée de diverses variétés de plantes, les couleurs se mélangeaient, les odeurs s'entremêlaient pour son plus grand plaisir. Le vent passait sur sa peau et déposait sur lui une agréable chaleur. Pas plus grand qu'un petit pois, il voltigeait à travers une plaine sans savoir ce qu'il devait faire ni qui il était. Il n'avait même pas conscience de son existence, il se contentait de se laisser guider par les légères bourrasques sans se préoccuper de rien.

"C'est une abomination !"

Par-dessus le plus haut nuage, au-delà de la plus haute montagne qui existait sur sa petite planète, trois esprits se réunissaient pour parler très sérieusement de lui. Loin de s'en soucier, automne alla auprès une drôle de chose. "Une fleur". Il se savait pas comment il connaissait ce mot, il ne comprenait d'ailleurs pas comment ce son était sorti de son esprit, mais il était certain de ne pas se tromper. Il posa le bout de sa mèche sur un pétale et huma l'agréable parfum qui s'en émanait. Il soupira de bien-être avant de pencher sa petite tête en forme de goutte. Elle vivait, il pouvait très bien entendre le petit battement qui sortait de son corps venir bourdonner jusqu'à lui. Il cligna un œil et tenta d'y voir de plus près, plus en profondeur. Il était fasciné par les couleurs vives de la petite chose qui semblait si fragile. S'il avait eu des doigts, il aurait osé toucher délicatement les feuilles charnues qui la décoraient pour en découvrir la matière. Il ressentit à ce constat une drôle de sensation, minuscule au départ, elle prenait doucement mais sûrement de plus en plus de place en lui. Il se sentit tout de suite moins joyeux. Sa couleur rose pâle du départ changea, se mua au fur et à mesure qu'il se perdait dans cette sensation nouvelle. Bientôt, Automne arbora une couleur orange, légèrement brune près de ses yeux et sa mèche ressemblait désormais à une flamme rougeoyante. Ne trouvant pas de terme pour nommer ce ressenti étrange qui avait pris possession de tout son être il décida de l'appeler "Mélancolie". Ce mot était amer quand il le prononçait, il envoyait à sa mèche des vagues de frissons et de tristesse, mais il l'accepta et le murmura sans cesse telle une lente plainte.

La petite fleur qui avait très bien entendu le nouveau mot et la voix rauque et trainante du petit esprit commença à pleurer. Elle se sentait triste à son tour et n'avait plus beaucoup de force pour rester droite alors que tout semblait devenir gris et terne autour d'elle. Le bout de son plus long pétale commença à s'affaisser et à brunir, elle pleura de plus belle en comprenant qu'elle allait bientôt s'éteindre.

"Vous voyez ! Ça commence déjà, il faut faire quelque chose !

Annotations

Recommandations

Défi
Le Grand Méchant critique
Découvrez la vie de ce héros.
3
4
0
1
Lisa Giraud Taylor

Je fus belle, jeune, insouciante, intelligente, drôle et particulièrement douée... Mais ça, c'était avant... bien, bien, bien, avant !
10
15
0
0
Défi
Eva Dam

On était sur une plage, plutôt nus.
Homme et femme.
Absolus.
On a frit des algues. On a cru.
Pris de l'âge.
J’ai voulu !
Pour m’avoir, elle m'a dit :
« Prends ceci. »
Pas sa main – une cassette.
Et dedans ?
Un nombril. Deux osselets.
Un sourcil.
« Il ne fallait pas. »
De nuit, la tente se peupla.
De sorts.
De morts.
Du plus-que-parfait de nos corps.
9
7
0
0

Vous aimez lire N0llipap ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0