Un ange chez les Veilleurs

4 minutes de lecture

Pfff... Quitte à choisir, Pauline préfère encore être Emissaire avec Sophia que Veilleur. On s'ennuie à mourir ici ! Les Veilleurs sortent jamais, ils restent au sous-sol. Même pour manger, même pour dormir ! Ils voient jamais les autres, ils restent juste entre eux. Heureusement qu'ils sont gentils ! L'horreur sinon !

En fait, les Veilleurs, ils ont pas grand chose à faire. Ils s'occupent juste d'écrire les contrats pour les autres Faucheurs. C'est vrai que Pauline s'est jamais demandé qui les fait, ces contrats. Ben maintenant, elle sait ! Odette lui répète sans arrêt que c'est le travail le plus important de l'Ordre, mais Pauline le trouve quand même nul.

Odette, c'est la Veilleuse qui apprend tout à Pauline. Ils sont que trois au sous-sol, et Odette est la seule fille alors elle est contente que Pauline soit là. Mais Pauline, elle, elle a pas l'intention de rester longtemps. Dès que le méchant monsieur la convoque, elle lui dit qu'elle veut revenir chez les Emissaires. C'est pas très compliqué !

En attendant, Pauline apprend quand même des trucs cools. Odette lui a expliqué que c'est grâce à leurs rêves qu'ils peuvent remplir les contrats et qu'à force de s'entraîner on peut faire des rêves sans dormir, juste en fermant les yeux, quand on veut ! Ce qui est chouette avec ça, c'est que Pauline pourra peut-être rêver des Eveillés et, du coup, elle aura pas besoin de les chercher pendant des heures pour rien ! Alors en attendant de sortir de là, Pauline s'entraîne.

Les jours passent, puis les semaines, et même les mois ! Et toujours pas de nouvelles du méchant monsieur. Odette dit que Pauline est douée mais quand même. Ils vont pas la laisser ici pour toujours, si ? C'est pas possible, Pauline a du travail qui l'attend dehors ! Tellement que son carnet à dessins est devenu un carnet à Eveillés !

C'est pas facile tous les jours de remplir les contrats avec les autres et de vite noter dans le carnet quand personne regarde. C'est que Pauline, elle contrôle pas quand elle voit des Eveillés ou les autres. Et puis, il faut faire en sorte de donner un autre contrat très loin à Sophia ou au Faucheur qui découvre l'Eveillé dans ses rêves. Il faut faire attention au jour, à l'endroit, à l'heure... Ce serait tellement plus simple si Pauline pouvait y aller directement et prévenir la personne une bonne fois pour toute !

Mais aujourd'hui, c'est fini ! Pauline en a marre, et Pompon aussi le pauvre. Il faut qu'elle sorte ! Une petite Eveillée a déménagé en ville y a quelques temps et ça fait déjà cinq fois que Pauline doit envoyer Sophia ailleurs pour pas qu'elle la voit et qu'elle la fauche. Ça commence à bien faire ! Pauline sait bien que c'est mal de passer à travers les portes et les murs à l'Ordre, ça ne se fait pas. Mais là, ils lui laissent pas le choix !

Quand c'est son tour de se reposer, Pauline s'enferme dans sa chambre. Il y a une grille en hauteur pour aérer, elle doit pouvoir passer par là pour sortir ! Il faut juste tirer un peu le bureau et poser la chaise dessus... Et porter Pompon jusque là parce que le pauvre a bien le droit de se promener lui aussi ! Heureusement que Pauline est petite, et Pompon aussi, parce qu'il est pas très grand le tuyau qui amène l'air... Bon, plus qu'à faire confiance à son chien pour trouver la sortie !

Finalement, c'est assez facile. Il y a que trois virages et après on passe à travers le mur et, pouf, on est dehors ! Pauline a même dessiné des flèches avec son feutre rose pour retrouver le chemin sans problème. C'est qu'elle a pensé à tout ! Bon plus qu'à trouver la petite mais Pauline a vu une fois où elle habitait donc ça va être facile.

Le seul hic, c'est qu'on lui a pris sa cape rouge quand elle a changé de chambre... Mais elle a toujours ses ailes, elle pourra dire à l'Eveillée qu'elle est son ange-gardien et voilà. Par contre c'est la seule Faucheuse à avoir des ailes dans le dos et c'est pas très discret. Si quelqu'un la voit, elle va se faire gronder, c'est sûr ! Mais comme ça, elle verra enfin le méchant monsieur... Oui, pour une fois, ça peut être bien de se faire gronder !

Pauline a de la chance : la petite est chez elle, dans sa chambre. C'est parfait. Plus qu'à déplier ses ailes pour qu'on les voit bien, un coup d'œil aux froufrous de sa robe et à ses bouclettes et, hop, elle entre dans la chambre avec un grand sourire. La petite est vraiment petite. Genre comme Nicolas la première fois que Pauline l'a vu. Elle regarde Pauline avec de grands yeux surpris.

- Salut, je m'appelle Pauline ! Je suis ton ange-gardien, je suis là pour te protéger. Comment tu t'appelles ?

La petite la regarde un moment avant de répondre.

- Mia !

Ça ressemble plus à un miaulement qu'un prénom. Pauline trouve ça drôle.

- Ecoute-moi bien, Mia. Il y a des personnes très très méchantes qui veulent te prendre et tu verras plus jamais ta maman et ton papa. Ces vilains, ils sont habillés avec de grandes capes rouges alors c'est facile de les reconnaître.

Mais Pauline a un doute. Elle sait reconnaître les couleurs, la petite ? Heureusement, il y a du papier et des crayons de couleur. Alors Pauline fait un joli dessin de Sophia.

- Voilà, ça c'est les grands méchants. Faut surtout pas les regarder sinon ils vont t'attraper ! Tu as bien compris ?

Mia hoche la tête avec un air bizarre. Bon une bonne chose de faite, Pauline a plus qu'à rentrer sans se faire voir !

Annotations

Recommandations

Défi
Fred Larsen
Réponse au défi de SeekerTruth : micro-nouvelles semaine 43

jour : samedi
15
25
0
0
jean-paul vialard


Devrais-je m’étonner de cette coïncidence qui me livre cet extrait de ‘L’Odyssée’ où Polyphème (l’évidente réplique de tous les ‘Malandrins’ ci-devant cités) se donne à moi en tant que ces ténèbres qui habitent mon inconscient, à mon insu bien évidemment, dont seulement quelques résurgences parviennent à ma conscience ? Le monde est-il semé de tant de Gredins qu’il faille s’abriter dans le profond d’une grotte ? Parfois, sans crier gare, la joie ne viendrait-elle de l’oubli des failles et des gouffres qui essaiment la terre ? Que faut-il faire ? Ouvrir les yeux jusqu’à la lucidité extrême au risque de la cécité ? Ou bien enterrer son cou d’autruche au plein du sable et ne vivre à ne connaître qu’une prodigieuse torpeur ? Certes, toute vie est une ‘Odyssée’, mais une odyssée bien réelle, éloignée des fantaisies et débordements héroïques du mythe. Toujours nous vivons à la lisière du rêve qu’autorise toute légende, rêve que bientôt vient rabattre, étouffer, le lourd couvercle de la factualité. Sous le poids des événements, nous courbons la tête, plions l’échine et parfois nous abîmons en nous au point de ne plus nous reconnaître. Aussi faut-il avoir la pause rassurante de la chambre d’amour, la caresse de la rencontre, le nid au sein duquel sentir toute la douceur de duvet de son accueil.
Entre deux lectures, entre deux découvertes du port auquel j’ai amarré ma fragile périssoire, je fais quelques pas dehors, me laissant pénétrer de cette fine brume océanique dont le susurrement devient le long fil d’Ariane qui me rattache aux choses de ce monde, mais dans la distance, mais dans la juste mesure. C’est un sentiment d’immédiate félicité que de sentir le peuple des hommes en quelque anonyme agora, hors de portée des yeux, sauf la majesté de leurs œuvres, le meilleur d’eux-mêmes parfois, telle phrase qui brille à l’acmé du ciel, tel mot rare, et la beauté du monde se révèle avec toute son ampleur. Au loin, sur le vaste plateau de la mer, la lumière clignote, se répercute de vague en vague, fait ses minces éblouissements et son bruit s’éteint dans le fond bleu des abysses.
0
0
0
2
Défi
PLS 879

Société spécialisée dans le vintage essentiellement. En pleine expension avec la crise Covid, nous recrutons en urgence une esthéticienne en CDI.
Formation assurée en interne pour devenir thanatoptacteur. Métier d'avenir. Milieu de travail calme. Aucun exigence de tenue, de sens de la communication, de sourire ou de bonne humeur envers les clients.
"Dé-fins" toujours satisfaits. Pas de SAV ni d'avis négatifs sur Google.

Si vous êtes independant voir un peu philosophe et vous cherchez des challenges esthétiques, ce poste est pour vous.

2
2
0
0

Vous aimez lire Serenya ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0