La vilaine cafteuse

3 minutes de lecture

Aujourd'hui encore, Pauline fait le mur. Elle le fait de plus en plus souvent en vérité. C'est tellement plus facile d'aller prévenir directement l'Eveillé que d'essayer de modifier le contrat. Surtout quand il a déjà était écrit par un autre Veilleur ! Pauline risque de se faire pincer à force de toucher les contrats des autres. Oui, faire le mur c'est beaucoup plus simple !

Le seul souci, c'est qu'il y a presque pas d'Eveillés en ville, ils sont toujours assez loin. Il faut prendre le bus, ou le train, ou les deux même ! Et Pauline aime pas trop partir longtemps parce que si elle se "repose" trop, les autres vont venir la chercher... et voir qu'elle est pas là ! Mais tant pis, elle prend le risque.

En ville, il y a que deux Eveillés. La petite Mia, Pauline s'en est déjà occupé. Elle rêve presque plus d'elle depuis qu'elle l'a prévenue. L'autre, c'est un grand garçon qui vient de temps en temps. C'est que la deuxième fois que Pauline le voit dans ses rêves. Mais si elle peut lui dire de plus venir ici, ce sera plus simple !

Il y a personne dehors, aujourd'hui. Faut dire qu'il pleut alors ça aide ! Au moins comme ça, Pauline peut courir sans s'inquiéter de rentrer dans quelqu'un. Voilà, ça c'est la rue où le garçon doit voir le vieux monsieur se faire faucher et du coup se faire repérer. Dans son rêve, il arrivait de la rue là-bas. Pauline a plus qu'à y aller pour l'arrêter avant. Ah ben, il est juste là ! Déjà ? Pauline doit faire vite pour pas qu'il tourne dans la grande rue. Alors elle se plante devant lui et elle ouvre grand ses ailes pour lui sortir son petit discourt. C'est rare que les grands la croient, mais Pauline s'en fiche. Tant qu'ils se méfient, ça suffit.

- Qu'est-ce que c'est que ce cirque ?

Ah ben lui, il la croit pas du tout... Ça va pas être facile. Il regarde partout autour comme s'il cherchait quelqu'un. Il croit que Pauline lui fait une blague ? Pas grave, elle va répéter. Le principal c'est qu'il soit pas dans la grande rue pendant que le papi se fait faucher.

Bon, ça fait déjà trois fois que Pauline essaie d'expliquer les choses à cet idiot mais lui, il veut pas comprendre. Et il commence à s'énerver en plus ! C'est pas grave, il peut partir maintenant. Ça doit être fini avec le vieux monsieur.

- Ah ! J'étais sûre que c'était toi quand je t'ai vue passer, mais j'avais un contrat à faire avant de pouvoir te rattrap...

C'est pas vrai, qu'est-ce que Lucile fait ici ?! Pauline avait modifié le contrat pourtant. Lucile, elle regarde Pauline et le grand garçon avec de gros yeux.

- Oh, c'est un Eveillé ?

Le garçon est assez bête pour parler.

- Et en voilà une autre... Vous vous êtes perdues ? Vous êtes déguisées pour une fête ?

Voilà, c'est fichu maintenant. Lucile fait un grand sourire.

- Oh, chouette alors ! Je peux te regarder le faucher ?

Pas question ! Pauline va pas faire ça ! Heureusement, c'est Lucile qui l'a vue. C'est sa copine, elle gardera le secret. Pauline se tourne vers le grand garçon.

- Va-t-en !

Il râle un peu mais finalement il leur dit de se débrouiller et il s'en va. Enfin ! Bon, Lucile maintenant. Elle regarde Pauline avec de gros yeux.

- C'est un secret, Lucile. Faut le dire à personne, d'accord ?

Mais Lucile, elle regarde Pauline bizarrement.

- Tu faisais quoi avant que j'arrive ?

Pauline est bien embêtée, elle sait pas quoi dire.

- Tu l'as prévenu ! T'as pas le droit de faire ça ! C'est ton travail de faucher les Eveillés !

Pauline se dit que si elle calme pas Lucile de suite, ça va mal finir. Alors elle essaie de se rapprocher d'elle.

- C'est un secret, Lucile. T'es ma copine, non ? Tu le diras à personne, promis ?

Mais Lucile, elle secoue la tête.

- Je veux pas être punie à cause de tes bêtises ! C'est grave ! Je vais le dire !

Et hop, Lucile s'en va en courant. Oh non, c'est la cata ! Pauline aussi part en courant. Mais pas pour rattraper Lucile, ça sert à rien. C'est qu'une vilaine cafteuse d'abord ! C'est plus sa copine ! Non, Pauline court pour vite rentrer. Si elle arrive dans sa chambre avant que Lucile rapporte, personne la croira. Ben oui, tout le monde sait que Pauline est coincée au sous-sol de l'Ordre !

Annotations

Recommandations

Ludovic Kerzic
Tombée sous le charme de François, Élisa va se trouver confronter à sa famille. Le jeune couple, venant à peine de se retrouver pour commencer leur histoire va devoir affronter l'égoïsme, l'hypocrisie, la jalousie de la famille, des amis ou même des convictions religieuses d'Élisa. Va-t-il surmonter ses épreuves ? Vont-ils réussir à construire leur famille ? Finiront-ils par s'aimer pour de bon sans aucun souci à l'horizon ?
0
0
0
228
Défi
Adrien de saint-Alban


Tandis qu’Isidore continuait de frapper Coco qui se laissait faire en silence, une main surgit de derrière son épaule et arrêta net son mouvement de brute sadique. Surpris et contrarié dans son élan, il se retourna pour voir à qui appartenait cette main salvatrice pour le malheureux cheval.
C'était un homme d'une cinquantaine d'années qui passait aux alentours et qui, attirés par des cris inhabituels, avait surpris Isidore s'acharnant sur la pauvre bête déjà agonisante; l’homme excédé par tant de violence jeta le tortionnaire sur une motte de terre.
-Eh bien jeune inconscient pourquoi martyrises-tu cette pauvre bête?
-Cela ne vous regarde pas. C’est mon affaire et non la vôtre. Il n'est plus bon à rien et nous coûte de l'argent en avoine et en eau. Mon maître m'a demandé de m'en séparer.
De nature craintive et lâche, abruti par sa condition de paysan esclave, le jeune garçon fermier se releva comme instinctivement pour se remettre à battre le vieux cheval déjà bien mal en point. Mais le samaritain ne l'entendait point de cette oreille. Il lui asséna une gifle dont la violence, pensa-t-il, lui ferait prendre conscience, en lui remettant en quelque sorte les neurones en place, ce que peut ressentir un être sans défense. Ce qu'est la douleur chez un animal dépourvu de langage, certes, mains doué de conscience.
Le visage du jeune homme déjà rouge et baigné de larmes laissait indifférent le quinquagénaire qui se pencha sur le cheval pour lui prodiguer quelques soins. Devant les blessures déjà vilaines infligées à la bête, l'homme comprit qu'il fallait appeler de l'aide. Il se retourna vers le jeune homme, mais celui-ci avait détalé et était déjà loin. Il n’avait, dès lors plus le choix, il fallait aller au village demander ce salut.
Tandis qu'Isidore s'éloignait en courant, l'homme constitua une motte d'herbe fraîche qu'il donna au cheval très amaigri. Oui, amaigri et affaibli. Isidore, le rustre avait attaché le cheval à un arbre. Coco avait puisé toute l'herbe disponible dans un rayon de quelques mètres. On voyait des traces de cordes sur le cou. Pour atteindre l'herbe fraîche la malheureuse bête affamée tirait sur le lien pour sans y parvenir.
Le lendemain, quand le paysan revint accompagné de Gilbert, un ami habitant le même village qui connaissait bien les chevaux, la motte d'herbe avait disparu. Cette image fit naître au fond des yeux du vieil homme une lueur d'espoir. Il se demandait pourquoi les hommes étaient si méchant à l’égard de ceux qui leur sont « inférieurs »
Quand ils se furent approchés, ils virent que le cheval toujours allongé ne respirait plus. Il avait succombé à ses blessures durant la nuit.
Il était mort, seul. Ainsi que meurent les hommes.
Adrien de saint-Alban
3
2
0
2
naisa

Regarde au loin mon ange,
Sais-tu la mer là-bas ?
Sais-tu les lieux étranges ,
Que l'on trouve au-delà ?

Toi connais-tu l'amour
Et connais-tu son nom
Et de sa voix le son
Quand viennent les beaux jours ?

J'ai chevauché longtemps
Les flots de cette mer
Et vivrais-je mille ans
L'amour reste un mystère

L'amour peu rendre belle,
Il vous rendra toutes belles.
L'amour peu rendre triste
Je ne crois pas du tout

L'amour c'est comme ça
Va donc savoir pourquoi

Jacques+Naisa
10
11
6
0

Vous aimez lire Serenya ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0