Une cape signée Paulinette

4 minutes de lecture

Pauline est fière d'elle. Ses nouvelles faux sont vraiment supers et en plus, depuis qu'elle les a, elle fauche beaucoup plus vite et sans se fatiguer ! Comme si elle savait toujours où se mettre exactement pour croiser la route de son contrat. C'est drôlement pratique !

Mais malgré ça, Pauline a un problème. Elle repense souvent à l'Eveillée de la mission de l'échafaudage. Elle aurait aimé avoir plus de temps pour tout lui expliquer mais elle a juste pu lui dire de faire attention aux Capes Rouges. Et c'est là qu'il est, le problème ! Comment elle peut protéger les Eveillés si eux peuvent pas faire la différence entre Pauline et les autres ?

Alors Pauline s'est creusé la tête depuis qu'elle est rentrée et elle a trouvé la meilleure solution. C'est pour ça aussi qu'elle est fière d'elle ! Et cette solution c'est... de modifier sa cape ! Comme ça, plus de risque de la confondre avec Sophia ou un autre. Pauline sait déjà ce qu'elle veut mais il y a un souci : elle sait pas coudre ! Et, surtout, elle sait pas à qui demander de le faire à l'Ordre...

La seule personne qui peut le faire, c'est Maman. Mais Pauline est pas sûre d'avoir le droit de la voir... Personne a dit que c'est interdit, Pauline s'en souviendrait ! Mais comme Maman et Papa sont pas venus la voir depuis que les méchants monsieurs l'ont emmenée... et qu'ils ont Chloé maintenant... Pauline sait pas si elle peut y aller. Mais c'est vraiment important cette histoire de cape alors pas le choix, Pauline va tenter sa chance !

- Viens, Pompon ! On va se promener !

Pauline met sa cape, enfonce bien sa capuche sur la tête et, zou, c'est parti !

La maison de Papa et Maman a pas changé du tout. Elle a juste l'air plus petite à côté du bâtiment de l'Ordre... Pourtant Pauline la trouve quand même bizarre et elle reste bloquée devant le portillon sans oser sonner.

- Pauline ?

Pauline sursaute et se tourne.

- Tu vois, je t'avais dit que c'était elle ! Alors c'est vrai, t'es vraiment une Cape Rouge maintenant ! La classe !

C'est Lucile et Marlène ! Ça fait tellement longtemps qu'elle les a pas vu que Pauline est super contente. C'est qu'elles en ont raté des choses !

- Et oui, je suis une Emissaire et je vis à l'Ordre maintenant !

Pauline se garde bien de dire que c'est pas si cool que ça de vivre avec Sophia et les autres... En tout cas, ses copines ont l'air impressionnées. Et encore, elles ont pas tout vu !

- Et j'ai un chien spectral ! Il s'appelle Pompon !

Pompon comprend qu'on parle de lui alors il aboie en remuant la queue. Les filles n'en croient pas leurs yeux mais Pauline garde le meilleur pour la fin !

- Et j'ai mes vraies faux maintenant !

Pauline écarte sa cape et ouvre grand ses ailes. Effet garanti, les copines sont vertes de jalousie !

- Pauline ?

Pauline se tourne encore. C'est Maman... Elle était pas à la maison en fait, elle rentre juste des courses. D'ailleurs, elle fait tomber ses sacs sur le trottoir et elle se jette sur Pauline pour la serrer fort dans ses bras.

- Oh, ma petite Paulinette, tu m'as tellement manqué !

Pauline aussi serre très fort Maman dans ses bras et elle a envie de pleurer tout à coup. Mais elle est une grande maintenant alors elle se retient. Et puis elle est pas venue juste pour faire une visite !

- J'ai besoin de ton aide, Maman.

Maman finit par la lâcher et ramasse ses courses avant d'entrer dans la maison. Pauline dit au revoir à ses copines et elle se dépêche de suivre Maman. Et sans s'en rendre compte, elle se retrouve dans la cuisine avec un verre de lait et des cookies. C'est vraiment trop bien d'être revenue à la maison ! Elle aurait dû le faire plus tôt.

Pauline explique à Maman qu'elle voudrait bien que sa cape soit plus mignonne mais qu'elle sait pas le faire elle. Bien sûr, elle lui dit pas qu'en vrai c'est pour les Eveillés ! Et hop, le temps de goûter, Maman mesure, coupe, coud. Et tadaaaa ! Pauline a maintenant de la dentelle, des oreilles de lapin et même une petite queue en pompon sur sa cape ! Maman c'est vraiment la meilleure !

Pauline voudrait bien rester mais elle entend la porte qui s'ouvre et la voix de Papa et Chloé. Et Pauline a pas très envie de la voir, Chloé... Alors elle dit qu'elle a du travail et elle dit au revoir à Maman et à Papa avant de partir. Mais au moment de sortir de la maison, Pauline a un mauvais pressentiment. Un très mauvais pressentiment... Ça fait comme un flash mais très flou, très bizarre. Pauline sait pas l'expliquer. Une chose est sûre : c'est très important. Alors elle se tourne vers Chloé.

- Va pas à l'école demain !

Et comme Maman, Papa et même Chloé la regardent avec de gros yeux surpris sans rien dire, Pauline sort vite et court pour rentrer à l'Ordre.

Annotations

Recommandations

Ludovic Kerzic
Tombée sous le charme de François, Élisa va se trouver confronter à sa famille. Le jeune couple, venant à peine de se retrouver pour commencer leur histoire va devoir affronter l'égoïsme, l'hypocrisie, la jalousie de la famille, des amis ou même des convictions religieuses d'Élisa. Va-t-il surmonter ses épreuves ? Vont-ils réussir à construire leur famille ? Finiront-ils par s'aimer pour de bon sans aucun souci à l'horizon ?
0
0
0
228
Défi
Adrien de saint-Alban


Tandis qu’Isidore continuait de frapper Coco qui se laissait faire en silence, une main surgit de derrière son épaule et arrêta net son mouvement de brute sadique. Surpris et contrarié dans son élan, il se retourna pour voir à qui appartenait cette main salvatrice pour le malheureux cheval.
C'était un homme d'une cinquantaine d'années qui passait aux alentours et qui, attirés par des cris inhabituels, avait surpris Isidore s'acharnant sur la pauvre bête déjà agonisante; l’homme excédé par tant de violence jeta le tortionnaire sur une motte de terre.
-Eh bien jeune inconscient pourquoi martyrises-tu cette pauvre bête?
-Cela ne vous regarde pas. C’est mon affaire et non la vôtre. Il n'est plus bon à rien et nous coûte de l'argent en avoine et en eau. Mon maître m'a demandé de m'en séparer.
De nature craintive et lâche, abruti par sa condition de paysan esclave, le jeune garçon fermier se releva comme instinctivement pour se remettre à battre le vieux cheval déjà bien mal en point. Mais le samaritain ne l'entendait point de cette oreille. Il lui asséna une gifle dont la violence, pensa-t-il, lui ferait prendre conscience, en lui remettant en quelque sorte les neurones en place, ce que peut ressentir un être sans défense. Ce qu'est la douleur chez un animal dépourvu de langage, certes, mains doué de conscience.
Le visage du jeune homme déjà rouge et baigné de larmes laissait indifférent le quinquagénaire qui se pencha sur le cheval pour lui prodiguer quelques soins. Devant les blessures déjà vilaines infligées à la bête, l'homme comprit qu'il fallait appeler de l'aide. Il se retourna vers le jeune homme, mais celui-ci avait détalé et était déjà loin. Il n’avait, dès lors plus le choix, il fallait aller au village demander ce salut.
Tandis qu'Isidore s'éloignait en courant, l'homme constitua une motte d'herbe fraîche qu'il donna au cheval très amaigri. Oui, amaigri et affaibli. Isidore, le rustre avait attaché le cheval à un arbre. Coco avait puisé toute l'herbe disponible dans un rayon de quelques mètres. On voyait des traces de cordes sur le cou. Pour atteindre l'herbe fraîche la malheureuse bête affamée tirait sur le lien pour sans y parvenir.
Le lendemain, quand le paysan revint accompagné de Gilbert, un ami habitant le même village qui connaissait bien les chevaux, la motte d'herbe avait disparu. Cette image fit naître au fond des yeux du vieil homme une lueur d'espoir. Il se demandait pourquoi les hommes étaient si méchant à l’égard de ceux qui leur sont « inférieurs »
Quand ils se furent approchés, ils virent que le cheval toujours allongé ne respirait plus. Il avait succombé à ses blessures durant la nuit.
Il était mort, seul. Ainsi que meurent les hommes.
Adrien de saint-Alban
3
2
0
2
naisa

Regarde au loin mon ange,
Sais-tu la mer là-bas ?
Sais-tu les lieux étranges ,
Que l'on trouve au-delà ?

Toi connais-tu l'amour
Et connais-tu son nom
Et de sa voix le son
Quand viennent les beaux jours ?

J'ai chevauché longtemps
Les flots de cette mer
Et vivrais-je mille ans
L'amour reste un mystère

L'amour peu rendre belle,
Il vous rendra toutes belles.
L'amour peu rendre triste
Je ne crois pas du tout

L'amour c'est comme ça
Va donc savoir pourquoi

Jacques+Naisa
10
11
6
0

Vous aimez lire Serenya ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0