Chapitre II - partie 1

2 minutes de lecture

Les deux gros porcs ne sont pas contents du tout. Ils vont devoir aligner les kilomètres. Radim a décidé qu’ils ont des services à rendre un peu plus au nord. Et puis ils vont devoir faire attention à moi, sans se faire remarquer. Pas simple pour leurs cerveaux de dégénérés. Ils préféreraient rester à Nice à se la couler douce. Mais il n’y a pas de discussion à avoir. Et puis ils vont prendre la Mercedes. Ça, ça leur plaît. Moi aussi, je préfère ça aux bétaillères que j’ai connues au début. Mon cul en a marre de voyager sur des cageots. Même si dernièrement, il s’est peut-être légèrement rembourré.

Radim, il m’aime bien, il m’a toujours bien traitée. Enfin disons qu’il a toujours tenu sa parole, pourvu que je fasse ce qu’il demandait. Il m’a dit « écoute, tu m’as coûté cher, alors si tu veux retourner là-bas, il va falloir bosser et rapporter de la thune ». Ça ne me pose pas de problème, je ne peux pas dire que je ne connaissais pas les règles du jeu quand j’ai décidé de partir. De toute façon c’était ça ou crever de faim. Ou pire.

Il a d’abord voulu que je fasse mes preuves, tester la marchandise comme il disait. Moi, ça ne me dérange pas, j’ai pas froid aux yeux et la baise j’aime ça. Les corps, la chair. Enfin les beaux. Et Radim il est beau mec, alors je ne me suis pas faite prier. Je crois que je lui ai fait bonne impression. Après ça j’ai eu les bons clients, ceux qui payent plus cher.

Ça n’a pas empêché les problèmes, la violence de certains. Radim m’a toujours protégée. Il me disait : « Sonja, tu es mon plus beau joyau ». Et toutes les filles le savaient. Il y en a qui sont jalouses, il y en a à qui il a fallu expliquer la vie. Surtout les dernières, des moldaves, très jeunes et prêtes à tout. Surtout cette salope d’Irina. Mais je l’ai mise au pas, salement. Même Radim m’a dit : « fais doucement, n’abîme pas mes produits » en rigolant, enfin pas trop. Faut que je fasse gaffe tout de même.

En attendant je vais partir avec les deux gros porcs. J’ai dit à Radim, qu’ils s’avisent pas de me toucher, ces deux gros lards. Il m’a dit t’inquiète pas, ils sont au courant.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Ingirum Nocte ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0