Jour J

Une minute de lecture

Quand je reviens chez moi, je me sens mal. Très mal. Ma tentative d'hier auprès de la police est passée pour blague. Je n'ai plus qu'aujourd'hui pour réussir et je n'ai même plus d'idées. Alors que faire?

La journée passe bien trop vite. Pour leur sécurité, j'ai envoyé les enfants chez ma soeur Ignès qui habite près d'ici. Ils étaient ravis, c'était le principal (après le fait, bien sûr, qu'ils ne mourront donc pas ce soir). Esteban a été assez surpris que je ne les garde pas près de moi après la rentrée d'Arthur mais il a vite compris mon besoin de tranquillité après une journée entière avec Alice.

Je suis par terre, les méninges en feu à force de trop chercher, désespérée de n'avoir pu rien changer. L’œil fixé sur l'horloge, je regarde l'aiguille tourner. Pas d'issue autre que la mort pour aujourd'hui. La mienne et celle de cinquante et une personnes (j'enlève deux pour Arthur et Alice, même si je ne suis pas sûre qu'ils aient été comptés dans le lot).

Plus que dix minutes. Neuf.

Des larmes d'amertume glissent sur mes joues. Le tirage au sort, les quatre jours n'auront servi à rien. J'étais censée les aider, ces cinquante-trois personnes et je n'ai pu en sauver que deux. 

Plus que sept minutes. Six.

Je comprends mieux le poids dont parlait mon arrière grand-mère. Il est bien trop lourd pour moi.

Plus que quatre minutes. Trois.

Comme hier, mon regard est attiré par l'affiche. Elle n'aura servi à rien. Et soudain une lueur s'allume dans mon regard. Je me rue vers le couloir. Pourvu que je trouve ce que je cherche! Oui! Là! Ma main frappe violemment contre l'alarme incendie.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

jean-paul vialard
NOUVELLE

"Un matin, vous êtes apparue à la manière d'un vent léger, élégante dans votre peignoir blanc, genre d'élévation de neige si peu consciente d'elle-même. Votre déplacement devait avoir lieu à la mesure de celle que vous sembliez être, une pure distraction du temps que rien ne semblait atteindre."
0
0
0
6
Défi
KagomeAohane
Chapitre 5 de l'histoire en cadavre exquis.
0
0
0
1
Défi
Ambre Lazuli
Dix ans de solitude totale et d'ennui, ça peut tuer un homme.

Mais imaginons qu'on soit plus qu'un homme mais moins qu'un Dieu, combien de temps peut-on alors tenir sans devenir fou, enfermé seul à attendre, attendre et attendre encore ?

Sans savoir si un jour, on vous fera sortir de là.
5
6
3
4

Vous aimez lire Jo Loschnel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0