17 - Mia

5 minutes de lecture

Bianca s'arrête devant l'entreprise de Nilson. Nous venons de faire notre shopping. Il est environ dix-neuf heures, je suis épuisée. Il est dix-neuf heures. Nous avons à peu près essayé toutes les robes d'une boutique assez chic jusqu'à qu'on trouve la bonne pour moi comme pour elle. Puis nous sommes passés devant un sex-shop, dans lequel Bianca m'a faite entrer de force.
À l'intérieur, l'endroit m'a hypnotisée. Bianca savait exactement ce qu'elle faisait, car nous sommes entrées dans un magasin spécialisé dans les instruments SM.
L'endroit était sombre, une ambiance tamisée, des bougies de toutes les couleurs allumées, une odeur de rose se faisait sentir.
Les instruments de torture sont accrochés aux murs, pendus au plafond. Des mannequins de cire portaient des déguisements en latex et en dentelle. J'avais cessé de débattre lorsque j'ai vu ce magasin. Je me suis avancée vers un rayon. Je pouvais observer des fouets de toutes les couleurs, de toutes les tailles, tout aussi différents les uns que les autres. J'ai tendu la main pour toucher celui qui m'a plu ; un petit fouet à plusieurs cordes. J'ai appris par Bianca que ça s'appelait un chat à neuf queues.

Une raison de plus pour le prendre !

Savoir la douleur que Nilson pourrait m'assainir avec cet instrument, m'a tout simplement grisée.
J'ai continué ma balade dans la boutique pour tomber sur une corde rouge – la seule de cette couleur. Je la voulais même si Nilson ne pourrait pas s'en servir pour m'attacher ; ne pas pouvoir m'enfuir me fait toujours aussi peur. Malgré tout le bondage me fascine. Alors j'ai quand même pris cette corde, Nilson saura quoi en faire. J'ai continué à déambuler dans la pièce jusqu'aux objets électroniques, à part les vibromasseurs je ne savais pas à quoi le reste servait. J'en ai fait part à mon amie qui m'a dirigé vers une sorte d'œuf rose et sa télécommande. Elle m'a poussée à l'acheter et découvrir ce que c'est avec mon maître. Curieuse, je me suis tue et je l'ai acheté. Mais juste avant elle m'a amenée vers des bougies en vente, elle m'a expliqué que pour jouer : « C'est juste l'extase ! ». Et encore une fois, je suis ai fait confiance. Avant de partir nous nous sommes arrêtées au coin lingerie où les pièces ne cachaient strictement rien, en revanche un des ensembles m'a donné des idées.

***

Je sais qu'il arrive dans pas très longtemps. Tout est prés, je suis en tenue, j'ai commandé à manger, la maison est propre, les bougies sont allumées, il ne me reste plus qu'à m'accroupir à l'entrée – pour son arrivée. J'ai d'ailleurs demandé à l'accueil de me prévenir quand il arriverait.
Je n'attends pas longtemps avant que le téléphone sonne, je décroche :

- Mademoiselle Roy, monsieur Bousso est au parking, il attend son ascenseur.
- Très bien, merci.

Je raccroche vite pour me laisser tomber par terre. Accroupie, les avants bras sur les cuisses, je fixe le sol en comptant les secondes. Je n'ai le temps que de m'insérer l'œuf en plastique en moi. J'entends enfin la cloche de l'ascenseur et ses portes s'ouvrir. Ses chaussures noires, cirées, entrent dans mon champ de vision, les portes se referment derrière lui ; je sens ses yeux s'attarder sur ma tenue minimaliste de soubrettes. Elle est constituée de deux triangles noir et blanc pour cacher ma poitrine et un petit tablier qui s'attache au niveau de la taille pour cacher la moitié de mes cuisses. En dessous, j'ai eu la décence de porter un string noir.
Nilson bouge enfin, il tourne autour de moi :

- Bonjour, minou, sa voix envoûtante me caresse l'échine.
- Bonjour, maître.

Il revient devant moi, sa main arrive sous mon nez.

- Lève-toi que je puisse te contempler ;

Je m'exécute. En me relevant, je sens l'œuf en moi bouger, je ne m'y attendais pas.

- Que se passe-t-il minou ?

Je me reprends et me mets sur pied.

- Rien de bien grave, maître.
- C'est à moi de décider de ce qui est grave et de ce qui ne l'est pas ! Réponds à ma question.

Pour ponctuer son ordre, il passe derrière moi et claque ma fesse droite, juste assez fort pour que l'œuf fasse un bond en moi. Je ne peux m'empêcher de gémir. Alors les cuisses serrées, je tente d'articuler une phrase cohérente :

- J'ai un... Œuf en moi.

Je fouille dans la poche de mon tablier pour en sortir la télécommande. Rouge de honte, je lui tends.

- Tu as d'autres achats encore ?
- Oui, maître.
- Montre-les-moi.
- Oui, maître.

Il me fait signe d'avancer devant lui. J'effectue un premier puis un second pas. Ce n'est qu'à ce moment-là que les vibrations au creux de mon ventre me surprennent. Je ne peux plus avancer. Je sers les dents pour ne pas gémir.

- Avance, minou.

Je ne peux pas !
J'ai peur de jouir sans qu'il ne me l'ait autorisé. Je tente de respirer calmement, de prendre sur moi.

- Ne me fais pas répéter.

Sa voix est dure, il commence à s'impatienter.
Oh mon Dieu ! Si j'avais su que cet objet servait à cela, je ne l'aurais pas acheté. Bianca je te hais !

- Je ne savais pas... Je chuchote à bout de souffle.
- Comment ça, minou ?
- Ce... Ce que fait cet objet, il n'y avait rien de... d'écrit... Bianca m'a dit que vous me l'expliqueriez...

Je sens les vibrations diminuer, mais elles sont toujours présentes.

- Elle a bien fait de ne rien te dire... Quand je la verrai, je la remercierai.

Je lève la tête, stupéfaite. Ils se lient contre moi alors qu'ils ne s'apprécient pas ; c'est la meilleure celle-là !

- Ne me regarde pas comme cela, minou. J'attends encore que tu me montres tes achats.
- Pardon, maître.

Il hoche la tête – un sourire en coin – signe qu'il accepte mes excuses. Je me dirige vers la table de la salle à manger où tous les produits que j'ai achetés sont posés. Je me mets dans un coin de la pièce, laissant Nilson apprécier les éléments de torture.
Il prend en main les différentes bougies allumées, il les sent :

- Sais-tu à quoi elles peuvent servir ?

Je secoue la tête, j'ai lu dans des livres qu'on pouvait avoir des sensations avec la cire des bougies. Cependant je n'ai jamais compris l'excitation que ça pouvait engendrer.

Il les repose et s'empare du fouet.

Les vibrations dans mon vagin y résident encore, je les sens de plus en plus. Les muscles de mon intimité s'engourdissent. Je me dandine. Les vibrations ne sont pas assez fortes pour me mener à l'orgasme mais juste assez pour maintenir au même stade l'excitation que Nilson a mise en place.

- Minou, veux-tu que j'arrête le vibromasseur ?

Je rouvre les yeux, sa voix est si proche. Il est face à moi, tout prés. Je peux m'enivrer de son odeur musquée. Ses yeux anthracite ravives la flamme en moi. J'imagine ses lèvres charnues sur moi, mon corps et surtout en train de calmer mon entre-jambe.
Eh ben voyons ! Ma conscience est de retour et je compte bien l'ignorer comme d'habitude. Je ne sens même plus les mouvements en moi. Je vibre seulement pour lui, il a juste besoin de dépasser mon territoire personnel pour que tout mon corps vibre pour lui. La bouche sèche je lui dis :

- Maître, mon corps vous appartient, faites-en ce que vous désirez.

Annotations

Recommandations

Pit Oveja

Je suis en vacances près de chez moi, la semaine prochaine je vais dormir chez toi. C'est un message sur mon ordi portable mais je ne sais pas.
1
0
0
0
Autueur
Bonjour !

Comme on me les a demandés suite au petit défi poésie que je vous avez proposé il n'y a pas longtemps, je vous publie mes 3 poèmes pour que vous puissiez voir ce que j'avais écris !

Dans ce défi j'expliquais que j'avais écrit trois poèmes autour du thème de la trinité et du chiffre 3 avec les contraintes d'écrire 3 poème de 3 tercets d'enneasyllabes avec acrostiches.

Beaucoup de choses sont dites dans ces 3 petits textes. Il raconte une petite histoire
Je vous invite aussi à lire à haute voix les textes ! Vous y verrez des choses cachés qie vous auriez peut-être manqué autrement et qui vous donneront des informations sur le thème abordé ^^

Si je vois que j'ai trop crypté le texte et que vous avez du mal à voir ce que j'ai voulu montrer, j'écrirai une annexe où j'explique tout cela en profondeur !

Bonne lecture =D
5
1
0
1
Défi
Lamcaeth

Joie, peur, tristesse puis enfin le soulagement, ainsi se nomment toutes les sensations que l'on ressent lorsque l'on respire de la cocaïne.


Je respire cette drogue, elle me fait du bien, me soulage, me détend... Me détruit.
Je lève la tête, une personne me fixe, elle a les yeux rouges, d'un rouge si intense, qu'ils brillent dans le noir. C'est un homme, il me ressemble, je me lève de ma chaise, contourne la table en bois, m'approche de la mystérieuse personne.
OK.
Cet homme, c'est moi.
C'est flippant, carrément flippant !
Faut que j'arrête cette putain de drogue ! Elle me détruit à petit feu, elle prends son temps, elle me consume de l'intérieur !
Il lève son bras, il a un couteau ! Je décroche les yeux de son arme, regarde sa tête...
Il sourit.
Ces yeux brillants me fixent intensément, il m'effraie, je suis tétanisé de peur.
Il va me tuer !
Son bras se lève encore plus, il serre plus fort son couteau, tellement fort que le bout de ses doigts blanchissent.
Je m'évanouis.
Je me réveille 1 heure plus tard avec un mal de crâne atroce.
Je tente de me lever, j'y arrive difficilement.

Faut que j'arrête cette putain drogue...
0
4
7
1

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0