16 - Nilson

4 minutes de lecture

La journée a été longue : réunions sur réunions. J'ai cru que ça n'allait jamais en finir. Maintenant je suis dans ma voiture en route pour mon rendez-vous avec Mme Schmidt. Je ne sais pas ce que je pourrai lui raconter et par où commencer. Il y a tellement de choses que je pourrai m'y perdre.

Ce matin, elle a agi comme s'il ne s'était rien passé hier. La meilleure partie de jambe en l'air a été ce matin ; j'ai eu le sentiment, que pour la première fois, nous étions ensemble, sur la même longueur d'onde. Les deux premières fois, elle ne s'est pas donnée avec autant de ferveur, elle n'etait pas à cent pour cent avec moi : son esprit vagabonde ailleurs. Et c'est ce qui s'est passé la veille, je pense. Avec du recule je me rends compte qu'elle n'a pas été avec moi, en aucun cas, elle simulait et mon excitation m'a aveuglé. En d'autres termes, je crois que je l'ai violée sans m'en rendre compte. En plus j'y ai pris du plaisir ! Que je peux être con : je dois faire attention à elle et je n'ai rien fais, je l'ai prise sans réfléchir, pour mon propre plaisir. J'ai vu son regard déconnecté à travers le miroir et mon inconscient a tout simplement décidé de l'ignorer. Est-ce que je suis comme Enzo, un violeur ? Je ne peux me faire à cette idée. Suis-je vraiment comme lui ? Elle n'était pas avec moi et je l'ai baisée comme un animal. Je suis censé la protéger et c'est moi qui lui fais mal.

J'arrive juste à temps chez là psychologue, avant je sois aliéné. Devant sa porte, je toque ; elle ouvre à la seconde, à croire qu'elle m'attendait.

- Bonsoir, Monsieur Bousso, Comment allez-vous ? me dit elle en tendant sa main droite.

Je lui souris et lui rends sa poigne. Elle se décale sur le côté me laissant entrer :

- Vous connaissez le chemin, me dit-elle.

Je me dirige vers la salle de consultations, où je m'installe. La pièce n'a pas changé, la salle est assez sobre ; les rayons de soleil y entrent par la grande baie vitrée dans mon dos. Les murs blancs sont décorés par différents tableaux impressionnistes, seul le mur du fond en est vide. Celui-ci est décoré pas une grande bibliothèque noire.

- Monsieur Bousso, en cette début de séance je vous propose de faire plus ample connaissance.

Je hoche la tête

- Que voulez vous savoir ? Je demande ne sachant pas par où commencer.

- Vous pourriez me dire par exemple : depuis combien de temps êtes-vous dominant ?

Une question simple, je peux y répondre.

- Il y a huit ans, quand l'histoire de Mia a été dévoilée. A ce moment là je ne maitrisais rien de ma vie. Je faisais mes études en Allemagne et là-bas les club SM se multipliaient. J'ai découvert ce monde d'abord en tant que soumis mais ce rôle ne m'allait pas. J'avais besoin d'avoir les rênes de la séance, je ne pouvais pas subir une énième fois.

Je ne m'étais jamais dévoilé autant. Je trouve cela très libérateur. J'ai vidé un sac qui a été trop longtemps plein.

- Depuis, combien avez-vous eu de soumises ?

Elle me regarde, l'air intéressé.

- Pas beaucoup : cinq soumises ont réellement été à moi. Toutes les autres sont simplement des amatrices que j'ai initiées durant deux week-ends.

- Pourquoi faire ce choix ? Pourquoi décider de ne pas avoir une relation qui puisse déboucher à quelque chose comme vous le faites avec Mia ?

Et là elle touche un point douloureux ; je hausse les épaules :

- Mon cœur a toujours appartenue à Mia. Et ce que Enzo lui a fait c'est ma faute, je ne veux pas que d'autres femmes souffrent à cause de moi.

- En quoi le fait que votre frère ait abusé de Mia est votre faute ?

- Je ne sais pas...

Tout simplement parce que j'aimais Mia alors que je ne la connaissais pas. Il me l'avait montré en photo. Et mon coup de foudre pour elle a attisé la colère de Enzo, je lui prenais sa mère et je voulais sa nouvelle sœur. Si je ne lui avais jamais rien dit, Mia aurait surement gardé son innocence.

- Je voudrais que vous réfléchissiez à ça pour la prochaine fois, d'accord ?

- Hum...

Je n'ai pas envie d'en parler et elle l'a bien sentie ; elle change de sujet :

- Alors dites moi ces dernières vingt quatre heures s'est-il passé quelque chose ?

Je hoche la tête, je ne sais pas comment aborder le sujet :

- Hier soir, nous avons eu notre première fois et nous l'avons fait deux fois. La première fois était parfaite et la seconde elle a terminer en pleurs. Je n'ai pas pu avoir de discussion depuis, on a eu un rapport très intense ce matin comme si de rien n'était.

- Avez-vous réfléchis à ce qui a bien pu se passer ?

Oui, j'en ai conclu que je suis un violeur !

- Oui, je suis perdu.

- Ecoutez, vous devez lui parler. Si vous ne communiquez pas, votre relation de marchera pas. Donc ce soir en rentrant vous vous asseyez l'un en face de l'autre et vous parlez, vous videz tout ce que vous avez sur le cœur.

Plus facile à dire qu'à faire...


Annotations

Recommandations

Défi
Lumière d’écrits
J’ai ai pas d’idées de noms d’espèce extra-terrestres.
4
4
0
0
Défi
Nina Wolf

Si vite, en un clin d'oeil. Je roule prudemment, ne connaissant pas cette route où se succèdent les virages tous aussi dangereux les uns que les autres. Ma vitesse est pourtant adaptée aux circonstances, 30/kmh en dessous des 50/kmh et pourtant, voila que je sens mon véhicule partir dans le fausser. Le silence règne, même mon meilleur ami, lui qui a l'habitude de me charier dès que l'occasion se présente, reste silencieux. L'adrénaline s'émisse dans mes veines, le temps s'est ralenti, comme s'il m'offrait la possibilité de nous redresser sur la route. Alors je contre braque avec délicatesse, comme je l'ai souvent fait par le passé, drifter est un jeu d'enfant après tout. La voiture se redresse, elle suit mon raisonnement en se redressant sur la route mais les roues arrières glissent. Sans même avoir freiné, le véhicule traverse la route pour se retrouver en travers dans la voie de gauche. Je comprends mon erreur bien trop tard. L'école primaire se retrouve dans mon champ de vision, je l'observe se retourner, me remémorant mon enfance avant de comprendre. Premier impact sur le flanc droit de ma voiture. Ma mère, va-t-elle se préoccuper de mon absence maintenant que je suis partie de chez elle en claquant la porte : Je me suis démerdée seule jusqu'à présent. C'est ce que je lui avais hurlé avant de partir. La tête en bas, les mains toujours sur le volant. Ma petite soeur ira dans cette école à la fin du week-end. Elle aussi je l'ai abandonné ce jour-là. Deuxième impact du coté conducteur, mon crâne percute le sol ou se trouve les débris de la fenêtre brisée. Ce n'est pas comme si je ne l'avais jamais souhaité, mourir. La dépression me ronge depuis bien des années, entre les coups de mon père, la mort de mon grand-père, le harcèlement, ... Je l'ai souhaité à tant de reprise. Après tout, j'en avais fait le voeu à mon 18ème anniversaire : Ce sera les dernières bougies que je soufflerai. La douleur qui m'habite depuis toutes ces années va enfin pouvoir disparaitre. La voiture arrête ses tonneaux dans un bruit fracassant. Le bout de mes doigts glacé, le regard s'assombrissant, ma force s'échappant. Alors c'est ça . Tout ce que je retiens de ma vie, c'est la souffrance à laquelle j'ai survécu . Mais maintenant que le sommeil me gagne, je me sens triste d'avoir perdu tout ce temps a m'apitoyer sur mon triste sort.
1
0
0
2
Christophe Sparkle
Lorsque la monarchie atteint son paroxysme, que le peuple oiseau n'en peut plus...
2
5
4
1

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0