8 -Nilson

2 minutes de lecture

Pourquoi est-ce qu'elle a fait ça ? Pourquoi elle ne m'a pas demandé de lui infliger la douleur dont elle a besoin ? est ce qu'elle me fait confiance ?

La voir en sang a été un choc. Je ne saurais dire si j'étais énervé contre moi ou contre elle.

- Monsieur ? elle chuchote

Je grogne. Je ne veux pas lui parler comme ça, j'ai besoin de me calmer. Et elle veut son maitre, moi c'est Mia que je désire.

- Est-ce que je vous dégoute comme je me dégoute ?

Je lève la tête, gêné. Je glisse mes mains sur ses hanches et la tire vers moi. Elle me regarde, j'avance mon visage sur son ventre et je l'embrasse. Je dépose mes lèvres sur chaque parcelle de son abdomen. Je sens ses mains dans mes cheveux, elle les tire. Elle gémi. Je sens une de ses mains sur ma tête et me repousse. Je tente de comprendre. Je ressens le besoin de l'embrasser, je ne veux pas la perdre mais elle me repousse.

- Répondez-moi, s'il vous plait.

- Tu ne me dégoutes pas. Je t'aime telle que tu es Mia, je veux que tu retiennes ça. A chaque fois que tu vas te faire du mal, chérie, je veux que tu viennes me voir. Je peux t'aider même si nous sommes en froids, compris ?

Elle hoche la tête. Ses yeux s'embuent de larmes. Elle se laisse tomber par terre et me prends dans ses bras. Je la sers contre moi. Bon sang ! elle est brisée et je ne peux pas me défouler sur le responsable, rien que sur moi.

- Il est quelle heure ? elle demande contre moi

Je hausse les épaules.

- Il doit être sept heures.

- Je dois me préparer.

- Je ne vais pas te laisser aller au boulot, tu restes ici aujourd'hui.

- Mais...

Je ne la laisse pas terminer sa phrase. Je me recule et la force à me regarder dans les yeux :

- C'est un ordre !

Je la sens frissonner. Est-ce que je lui fais peur ? à chacune de ses réactions, je peur de mal les interpréter. Je sais c'est complètement idiot mais il suffit que je me trompe pour qu'elle se sente mal dans sa peau.

- Mais John m'a demandé que notre relation n'empiète pas sur mon travail... je ne veux pas perdre mon emploie.

- Ne t'inquiète pas pour ça, John t'apprécie beaucoup et puis je l'appellerai pour lui dire que tu te sens pas bien. Ne t'en fais pas mon chat.

Elle m'adresse un sourire timide. Je dépose mes lèvres contre les sienne dans un chaste baiser. Je finis par soigner ses entailles dans le silence. J'y appose des pensements. Et me lève. Je jette mes gants à la poubelle. Je me tourne vers le miroir. Des gouttes de sang décorent le marbre du sol. La lame de rasoir qu'à utiliser Mia baigne dans une flaque de sang dans le lavabo en pierre. Je dois nettoyer tout ça, je ne peux pas laisser faire la femme de ménage. Je désire que personne d'autre ne connaisse ses failles. Elles sont en sécurités avec moi.

Annotations

Recommandations

carolinemarie78
Le récit, tiré d'une histoire vraie, de la vie d'une femme née en 1946.
un roman d'apprentissage, d'Alger à Aix en Provence, d'Aix à un château gardois.
Un destin ancré dans son temps, guerre d'Algérie, libération des mœurs, génération dorée, féminisme, cancer...
12
26
5
353
Stephen Morrissey

Ça.
J’ai Googlé le mot « ça », le premier résultat qui ressort est le film issu du film de Stephen King.
Ma première impression était donc bonne : « ça » renvoie à quelque chose d’effrayant.
Ça est effrayant, dérangeant.
« Ça » est la contraction de « cela » dit le dictionnaire : alors Ça ne serait même pas une entité entière ? Ça est un diminutif ? Un mot prononcé à la va vite pour ne perdre de temps.
« Ça va ? ». Oui ça va. Mais c’est quoi ça ?
Oui : à l’origine, la locution interrogeait la fréquence du transit. C’était bien avant le best seller sur le charme discret de nos entrailles.
Aujourd’hui on demande si Ça va. Mais qui est Ça. Et d’ailleurs Ça s’en va où ?
Claude François en a fait une chanson et il parlait de l’amour.
Sauf que Ça va bien ou pas, il est cette fait de tout petits riens aussi (les molécules) mais Ça employé pour le Tu ou le Vous ne renvoie à rien. Ça est moi, Ça est vous, Ça est nous ?
Ça ne responsabilise pas celui qui lui pose la question.
Dès le départ la question n’attend aucune réponse qui est d’ailleurs un laconique « Ça va » ou un renvoi « et toi ». Pour dire que Ça ne concerne personne. On n’aime pas savoir si Ça va. On s’en fiche un peu, souvent.
Pas même celui qui est pourtant désigné.
Personne ne veut être Ça. Personne ne voudrait ressembler à Ça.
N’essayons alors pas de nous hasarder sur « Le Ça » : l’exercice serait périlleux.
Ça fait peur, Ça dégoûte, Ça dérange.
Pensez y : Ça me fait peur, Ça me dégoûte, Ça me dérange.
Essayez : cela marche. À chaque fois.
Ça est un monde indéfini, vaste ou étriqué, intrigant ou attirant selon les affinités.
Mais Ça reste autre : celui où cela mais on en veut pas. Celui où cela avec lequel on ne peut pas.
Celui avec lequel on ne doit pas.
Qui voudrait porter Ça ?
Qui oserait dire Ça ?
Qui pourrait se marier avec Ça ?
Qui mangerait Ça ?
Qui supporterait Ça ?
À l’infini, à l’envi.
Ça est bien pratique finalement : il concerne toute cette partie du monde dont on ne veut pas.
Question : si Ça n’est pas moi et que cela est les autres et que moi même je suis un autre pour le reste du monde, alors moi aussi je suis Ça ?
Ça m’ennuie.
Je ne voudrais pas rester comme Ça.
0
0
0
2
Défi
Felix.V
Petite fable engagée de science fiction fantastique avec un roi, des magiciens trop cools un artisan classe et un robot wesh wesh : )

Toute ressemble avec des faits existant ou ayant existé ne serait que pur coïncidence !
2
4
8
2

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0