15 - Mia

5 minutes de lecture

Je ne sais pas quoi penser de la conversation que j'ai eue avec Nilson. En si peu de temps je commence à m'attacher à lui. Un peu plus je pourrais facilement tomber amoureuse. Il suffirait simplement que j'en apprenne un peu sur lui. Il faut donc que ça n'arrive jamais. Je dois me concentrer sur le fait que ce n'est que mon maitre et rien d'autre. Je dois me détacher des petits surnoms qui se sont déjà installés et de ses attentions.

Mais va voir un autre homme qui ne serait pas contre de t'aimer, ma pauvre fille !

Recommencer à faire des rencontres ? Non ! je ne m'en sens pas encore capable. Et puis je suis bien avec la présence de Nilson. Mon corps ne se crispe pas à chaque fois qu'il me touche. En tout cas la première fois où sa peau est entrée en contact avec la mienne, je me suis senti femme dans ses bras. Je sais, j'ai l'air d'une petite fille trop naïve puisque je ne le connais que depuis ce week-end.

- Qu'est-ce que tu fais cacher derrière la machine à café ? me lance une voix derrière moi.

Je me tourne, c'est Bianca et une autre fille – Sonia qui est sa stagiaire. Cette dernière est aussi petite que moi. Par contre, au contraire de moi elle a le teint hâlé tandis que je suis aussi blanche qu'un cachet d'aspirine – malgré le soleil de Nice. J'en suis presque jalouse.

- J'essaie d'éviter une certaine personne je dis.

- Ah bon, qui c'est ? me demande Sonia

- Euh... mon petit ami, je dis hésitante

Bianca me regarde en fronçant les sourcils sans rien dire.

- Mais pourquoi tu l'évites, vas lui dire bonjour ! me dis Sonia toute joyeuse.

- Sonia tu voudrais bien nous laisser, j'ai à lui parler, sourit faussement Bianca.

Sonia hoche la tête, me salue et s'en va. C'est alors que Bianca me prend par le bras pour m'obliger à m'assoir à une table éloignée des autres :

- C'est quoi ce délire ?

- C'est le meilleur ami de John, je dis laconique.

- Mais c'est qui ce gars ?

- Celui du club, je chuchote.

Je vois son visage s'éclairer. Elle se lève en sursaut après m'avoir indiqué qu'elle revenait. Et je la vois partir vers le bureau de Jonathan

Mais que fait-elle ?

Exaspérée par la curiosité de mon amie, je m'affale sur la table dans un gros soupire. Et c'est là que je sens mon téléphone vibrer sur la table :

De : Monsieur

A : Mia ROY

C'est ok pour ce soir ?

J'ai dit à John que nous étions de vieux amis, je n'en ai pas dit plus. Il va te poser des questions, tu devrais te preparer.

Ps : Tu dois encore me raconter ta petite histoire pour que je te punisse...

Comment ça pour qu'il me punisse ?! Non ! je n'ai rien fait volontairement.

- C'est qui ? me dit Bianca qui est revenue.

- Lui... Qu'est-ce que t'es partie faire dans le bureau de Jonathan ?

- Ben j'avais un papier à lui faire signer et j'ai pris cette excuse pour aller voir à quoi ressemble l'Ambitieux, me dit-elle sournoise.

Je ris au surnom qu'elle lui a attribué.

- Alors qu'est ce qui se passe ? Pourquoi tu te caches de lui ?

- Il me fait peur... Je ne peux pas tomber amoureuse de lui et pourtant je ne suis vraiment à rien de l'être. C'est idiot... je sais. Mais je crois que je suis prête à souffrir pour être auprès de lui.

- Pourquoi tu dis ça ? Il te l'interdit ?

Je secoue la tête :

- Au contraire, ça ne le dérange pas que je tombe amoureuse de lui, ça l'arrange mais de son côté il ne le sera pas. Il a été clair sur ça. Ce veut dire que lorsqu'il se lassera de moi, je serais la seule à en souffrir. Et ce soir il veut qu'on aille chez lui, c'est dangereux pour moi.

- Pourquoi ça ?

- Parce que je risque d'en apprendre un peu plus sur lui...

- Alors demande lui de vous voir en terrain neutre. Donne-moi ton téléphone.

Je fais ce qu'elle me dit. Elle le déverrouille et pianote un message avant de l'envoyer elle me le fait lire :

« Ok pour ce soir si c'est en terrain neutre, j'ai besoin de vous parler. C'est important. »

Je hoche la tête pour qu'elle l'envoie.

- Comme ça vous pourrez parler calmement et si tu vois qu'il ne fait aucune concession, quitte-le. Dis ton mot de sécurité. Compris ?

- Oui...

Il n'a pas fallu longtemps pour recevoir la réponse :

De : Monsieur

A : Mia Roy

Sommes-nous en guerre ?

Je vais voir ce que je peux faire, à ce soir.

Le message est laconique. Il n'y a pas de jeux de mots ou de mots sensuel. Rien. Juste deux simples phrases. Mon cœur tambourine dans ma cage thoracique, je le sens. Ma meilleure amie en face de moi me regarde soucieuse. Tout de même elle reste silencieuse. Alors je réponds :

De : Mia Roy

A : Monsieur

Vous ai-je déçu ?

J'ai à peine appuyé sur le bouton envoyé que Bianca me fait signe de regarder à gauche. Je le vois arriver à grands pas. Oh qu'est ce qu'il est beau. Je ne vois que lui, il m'attire c'est indéniable. Ses yeux noirs ne font que me fixer, j'ai l'impression de fondre. Mon cœur tambourine dans ma cage thoracique, ma respiration s'accélère et bizarrement mon entrecuisse est complètement moite.

Il se tient debout devant nous :

- Comme tu n'es pas à ton bureau, je voulais te dire au revoir.

Il se baisse à mon visage, il m'embrasse tout près des lèvres. Je suis prête à me tourner légèrement la tête pour l'embrasser. Heureusement que Bianca est là pour me ramener à la réalité ; elle me donne un léger coup dans le tibia, sous la table. Je me reprends, il se relève :

- Ne m'envoie pas de message cette après-midi, je ne pourrais pas y répondre, d'accord ?

Je hoche la tête, à contre cœur. Tout un tas de questions vient envahir mon cerveau. Pourquoi ? Où est ce qu'il sera ? Sera-t-il accompagné ? Est-ce qu'il sera au club tout seul ? Si oui, pourquoi sans moi ? Et est ce qu'il a le droit de voir une autre femme même si je suis sa soumise ? Tous ces questionnements que je ne peux que garder pour moi parce que je ne suis que sa soumise et qu'il ne me doit strictement rien. Résignée, je lui adresse un faible sourire et je pars pour me morfondre dans ma jalousie.

Bianca quant à elle est restée à la table. Je l'ai vue scruter Nilson d'un mauvais œil.

Annotations

Recommandations

Bully

    Une libraire de vieux encyclopédies, assaillies par des pensées incompréhensibles, et ne demande à vivre que pour du pain miteux et du beurre fondu. Un asthénique qui ne semble pas percevoir les sentiments amoureux des autres. Un pédéraste trop fou pour continuer d'écrire des romans à l'eau de rose. Des enfants trop niais pour comprendre le sens critique d'une aristocratie contemporaine. Et d'autres personnages, vivants de leurs histoires, et mourants de leurs destins. Sous les rires des uns, et les pleurs des autres, une infime étoile au delà du temps dont émanait un éclat de pureté. 
    Ysée est une adolescente libérée de la société, mais enfermée dans sa propre personnalité. Quand les yeux d'Avram se perdent sur la jeune libraire, il retrouve le goût de l'espérance, sentiment perdu depuis son accident. Ce sont deux oiseaux hors de leurs cages qui se tournent et volent autour d'eux, sans jamais se toucher, jusqu'à ce qu'un simple contact change la donne.

    PREMIER LUNDI,  j u i l l e t
   La mère Argon, tranquillement assise sur son épais siège de velours, s'étendait la nuque sur le dossier, courbé vers l'arrière, et y reposait son visage angélique et blanc, dont les lèvres sensuelles et charnues recouvraient des pommettes qui s'étaient relevés en deux plaines galbées. Elle se reposait un long moment, peut-être vingt minutes puis se redressa sur ses deux coudes, les bras minces. Une lettre était étendue devant elle, déjà ouverte. Le coin interne, dont dépassait une écriture fine et italique avait était déchiré pendant l'ouverture. La lettre paraissait moins blanche, et une tâche de café devenue très claire s'était élargie sur l'ouverture. Cela faisait des mois que cette lettre gisait sur la vieille table en bois, vernie d'un bleu très azur, empilée sous un tas de feuilles. La mère Argon, une femme naturellement douce vivait pourtant dans une rosée d'amertume et de regrets. Et cette lettre lui rappelait sans cesse, chaque veille quand elle s'apprêtait à se poser et à dormir, pour malgré tout, subir volontairement tout ce mal intérieur et psychologique qu'elle voulait ressentir, la nuit puis la journée. C'était comme un goût âcre dans la gorge, un relent désagréable qui lui piquait les yeux, qui lui brisait instantanément les débris de chair dont se composait son cœur. Et cette lettre lui rappelait tout ça, reçu depuis déjà deux ans.
« Bonjour madame Argon, je vous envoie cette lettre depuis un petit village, là, ou plus jeune, j'ai étais recueillie par une boulangère qui vous connaissait particulièrement bien. Quelques années avant, il y a de ça cinq ans, elle m'a révélé avoir était adoptée et que ma mère m'avait abandonnée sans explications, ni sans détails précis. J'ai quelques affaires lui appartement dont son identité. Elle s'appelle Manna Argon. Il me semble que vous vous appelez ainsi, également. Je ne veux pas vous embêter, mais j'aimerais réellement vous rencontrer, voir si je trouve en vous quelque chose qui me serait familier... Bien sûr, si vous n'êtes pas ma mère, je vous laisserai tranquille. C'est une promesse, rassurez-vous.
                                                                                                                  Au plaisir de vous revoir, Ysée Argon. »

Elle était revenue, l'avait retrouvé.
1
0
14
23
Défi
Shiro Yuki
Je me suis toujours demandé, sommes-nous seuls dans l'univers ?
2
5
33
3
Défi
Sangre13
Voici ma réponse au défis Alter égo à ma sauce bien évidemment ^^
1
6
6
1

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0