5 - Mia

4 minutes de lecture

Je me dépêche de retrouver mon dominant. Mon cœur bat à tout rompre. Je ne sais pas ce qu'il va se passer. J'ai peur. Je veux tout faire pour m'échapper de ce qu'il pourrait m'arriver. Pourtant je marche vers cet homme masqué, ayant une certaine fascination pour les surprises qu'il peut me réserver. J'ai l'impression d'être Icare s'approchant trop près du soleil.

Je dépasse la porte et aperçois Nilson. Il m'attend. Il semble impatient de partir. Il tient dans ses mains ma veste et mon sac. À sa hauteur il ne dit rien, il me fait signe d'enfiler mes affaires et me tend mon sac.

Mon dominant glisse sa main dans le creux de mes reins et me pousse vers la sortie. Malgré moi je frissonne. Pendant le trajet jusqu'à sa Range Rover noire c'est le calme absolu. Il m'ouvre la portière et boucle ma ceinture - comme si j'étais une enfant - puis il contourne la voiture et s'installe sur le siège conducteur. Avant de s'attacher, il enlève son masque et le pose sur la banquette arrière. Il ne m'adresse aucun regard ni aucune parole.

À mon tour je me concentre sur le paysage afin d'éviter de fixer cet homme à côté de moi. Il s'est engagé sur la route. Le silence se fait lourd. L'ambiance est pesante. D'une voix tremblante, je dis :

- Je vous demande pardon, monsieur.

Sur le coup il ne répond pas. Je me recroqueville sur moi-même. La voiture ralentie, je sens qu'il me regarde.

- Comment te sens-tu ? Je n'ai pas l'habitude de laisser seules mes soumises après une punition. Et tu ne semblais pas dans ton assiette. T'ai-je fait du mal ?

Il se préoccupe de moi. Je l'ai énervé, mais il veut savoir comment je vais. Je ne sais pas trop quoi lui répondre. Il me déroute. Je triture ma robe, je ne réponds pas. Il m'est totalement impossible de lui dire tout ce dont j'ai été victime. Je l'apprécie. Il y a tellement longtemps que je n'ai pas été attirée par un homme. Je n'ai pas envie de le voir disparaitre.

- Mia, j'ai besoin de savoir comment tu te sens. Dis-moi ce qui te passe par la tête. Comment est-ce que tu t'es sentie après ta punition ? Pourquoi t'es-tu effondrée en sanglots sur le lit ? J'ai besoin de savoir pour ne pas refaire la même erreur.

- J'étais bien. J'ai juste eu besoin d'un temps pour me ressaisir, c'est tout. C'était trop d'émotions pour une première fois.

Un ange passe. Il ne dit rien et je reste mutine. Je pose ma tête contre la vitre froide et ferme les yeux. Je somnole un peu, jusqu'à ce que je sente la voiture s'arreter. J'ouvre les yeux et me retrouve devant mon immeuble. Je me tourne vers Nilson en essayant de comprendre comment il a eu mon adresse :

- J'ai demandé à Marisa, répond-t-il à ma question silencieuse.

Il se retourne vers moi et me sonde du regard :

- J'ai lu qu'après ta période d'initiation tu voudrais trouver un dominant pour une relation exclusive... Et il s'avère que je cherche une soumise. Alors je te propose tout simplement d'y réfléchir et de me donner une réponse à notre dernière séance de découverte.

Je le regarde ébahie. Il me pose cette question de but en blanc. Il me veut comme disciple. Cette conversation n'a ni queue ni tête. Après cette séance il me veut sous ses commandes. Je n'y crois pas. Je ne sais réellement pas ce que je vais répondre ou ce que je dois répondre. Ça m'excite beaucoup d'être avec lui, d'être sa soumise mais je ne suis pas assez expérimentée pour savoir si ce sentiment est dû à lui en particulier ou au fait de me sentir au service d'un homme.

Je ne réponds pas et il ne me presse pas. Il semble lui aussi réfléchir de son côté. Je me permets de le contempler. Je n'en ai pas eu assez l'occasion au club. Tandis qu'il observe le paysage, j'étudie son profil, il est beau et il le sait. À la façon dont est taillée sa barbe, je peux déduire qu'il soigne de près son image. Je descends les yeux sur son cou, je remarque une veine saillante qui bat à tout rompre. Il est donc lui aussi nerveux mais il ne veut pas le montrer. Je baisse encore mes yeux sur son corps, il a enlevé sa veste de costume et il n'est plus qu'en chemise. Ses muscles puissants se devinent facilement sous cette chemise qui lui colle littéralement à la peau.

- J'autorise mes soumises à me regarder, par contre elles n'ont le droit de regarder personne d'autre que moi. Ce n'est pas pour autant que tu dois me bouffer des yeux, dit-il en souriant.

Je pique du fard à cette remarque. Prise la main dans le sac.

Il me fait face. Il ne dit rien, un sourire en coin. Il se contente de glisser sa main sous mon menton et de me forcer à le regarder. J'accroche mon regard au sien. Mon dieu, que ses yeux sont magnifiques ! Dans son regard noir, je peux voir une flamme de désir qui pétille. En réalité, tout est sublime chez lui, même sous la faible lumière des néons. Il glisse une main derrière ma nuque et rapproche rapidement nos lèvres. Il m'embrasse férocement comme plus tôt dans la soirée. J'ai l'impression d'être à lui, il me guide dans ce baiser. Il m'oblige à le suivre. Je suis perdue ; je dois le suivre. Je dois lui faire confiance.

- Bonne nuit, Mia. Je t'appellerai, murmure-t-il après m'avoir libérée.

Annotations

Recommandations

Keruichiwa
Hikeru est un jeune adolescent qui est incapable de se liée d'amitié, associable et timide sont les deux mots qui l'on suivie durant sa scolarité sans oublié celui qui prône au dessus de tous qui est l'échec scolaire , il se retrouve reclue chez lui en mode Hikikomori déçu du choix que la société lui on dicté de suivre, jusqu'au jour où Hikari l'une de ces anciennes connaissance essayera de lui redonner goût à la vie d'étudiant, chose difficile lorsque celui-ci avait décidé de tiré un grand trait de son ancienne vie de collègien.
2
1
3
145
lécrivin
Une variation sur n'importe nawak
3
2
0
9
Défi
Marilyn Babeth

Le cercle de bougie étalé sur le sol, éclaire sa silhouette féline. Sa chevelure caramel ondule au rythme lent de ses mouvements. Les reflets tannés de sa peau se laissent deviner lorsque sa danse dévoile son corps à la lueur des flammes. Son ombre, gigantesque se reflète partout dans la pièce avec volupté. Les doigts fins mais calleux dont les ongles brillent d'un bleu abyssal attrapent avec passion les miens, tournant sur moi-même je me colle à son corps bouillant. Ses orbes noirs sont un gouffre où je tombe. Elle tournoie, m'entraînant et alors que ses jambes glissent sur le parquet, la clef de sol tatouée au creux de sa cheville droite semble s'animer de sa propre danse. Invitant à se mouvoir en rythme ses pieds nus volent au-dessus du sol. Je bascule et nos visages se font face. Entrouvertes ses lèvres frôlent les miennes, son souffle chatouille ma nuque mais c'est tout mon être qui brûle. Le doré de sa bouche contraste avec le charbonneux noir de ses paupières. Son parfum ambré, a des notes de lavande, ennivrant. Je me retrouve assise par terre, elle lève le bras un air mélancholique sur ses traits fins, ses pieds se croisent et elle s'élève sur leurs bouts. Elle s'immobilise telle une statue et la musique s'arrête soudain. Un sourire éclaire ses yeux si sombres. La cassette tourne dans le vide et je la vois partir de sa démarche tigresse, comme elle est venue sans un regard.
3
6
1
1

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0