12 - Mia

4 minutes de lecture

Epuisée, dans les bras de mon amant, je me repose. On ne s'est pas adressé la parole depuis qu'on a jouit, ensemble. Et ce silence n'est pas du tout embarrassant, au contraire il est apaisant. Chacun de nous a besoin de se remettre de ses émotions. Ma tête posée sur son torse, sa respiration me berce. Nous sommes seulement recouverts d'un drap, on est toujours nu. Pour le titiller un peu, je repousse le drap et commence à caresser sa demi érection. Je sens son torse tressauter. Je lève tête vers lui en posant le menton sur ses pectoraux ; je l'empoigne. Je fais de légers va et vient sur son érection qui reprend forme petit à petit.

- Tu es déjà d'attaques ? il me demande un sourire en coin.

- Tu m'as dit que tu me baiserais après, je t'aide seulement pour suivre ton programme.

Son regard noirci et sa mâchoire se contracte tandis que l'objet de mes désirs prends de l'ampleur dans ma main. Il n'est pas tout à fait bandé, juste assez pour que je le suce. Je le chevauche, je dépose un baiser sur ses lèvres pour en recouvrir tout son corps par la suite. Je lèche sa peau, recouverte d'un léger duvet noir. Le gout salé de sa peau et sa senteur de musc m'excitent. Bon sang ! Il va me rendre folle. Ses yeux ne me quittent nullement, ils se sont rembrunis. Je continu ma descente vers l'objet de mes désirs. A son pubis, ses poils me chatouillent le menton. C'est à ce moment-là que je me relève, je m'accroupis entre ses jambes. La distance qui augmente entre moi et lui, il grogne. Les yeux écarquillés, il me demande :

- Ou est-ce que tu vas ?

- Me doucher, je suis toute poisseuse, je souris en adressant un clin d'œil.

Sur ce, je me lève en direction de la douche. Au loin, je l'entends grogner de frustration. Je ne lui ai rendu que la monnaie de sa pièce. Il sait maintenant de se sentir ignoré. Contente de mon coup, je me glisse sous la douche sans fermer la porte. Je règle pour me nettoyer à l'eau brulante. Je suis détendue. Cette partie de jambes en l'air m'a détendu, aussi bizarre que ce soit. Etre dans les bras de Nilson, qu'il me regarde avec tant de tendresse, je me suis sentie unique. J'avais l'impression qu'il avait oublié toutes les autres qui sont passés avant moi. Intense... Oui, Nilson est juste intense. Le seul hic c'est ce qu'il a murmuré pendant qu'il jouissait. Je n'ai pas relevé ; il ne s'est surement pas rendu compte qu'il m'a révélé qu'il m'aime. Pour être franche, ça me fait peur, je ne pourrais jamais répondre à ses sentiments. Tout simplement pour avoir une ouverture lorsque je sentirai que notre relation va trop loin.

Ah c'est vrai que vous en êtes au début !? me dit ma conscience avec sarcasme. Elle me zieute par-dessus ses lunettes.

Oui, j'avoue que nous nous somme engouffrés dans cette relation. Et puis, je ressens des sentiments pour lui, ça ne doit pas empirer. Je ne veux pas souffrir. Je sais que j'ai encore la possibilité de partir sans me retourner, cependant cela m'est juste impossible. Je suis incapable de le quitter, j'ai besoin de lui.

Je sens une chaleur sur mes épaules, il est juste derrière moi :

- Qu'est ce qui te fait tant réfléchir, mon cœur ? il me chuchote à l'oreille.

Il commence à m'embrasser dans me cou, en attendant que je réponde ; je passe une main dans ses cheveux. Il se colle à moi, je sens complètement son érection contre mes fesses. Et voilà ! Il suffit qu'il me touche pour que mon corps devient un brasier. L'eau qui coule au-dessus de nous me parait soudainement bien froide. Je me tourne pour lui faire face. Je capture ses lèvres, nos langues se caressent. Il me plaque contre le mur violemment et s'empare de ma jambe pour la soulever. Sons érection s'intercale entre mes jambes, sur mon clitoris. Oh ! Il me caresse à l'aide de son mât, je gémis. Pendant qu'il titille mon bouton, sa bouche attrape un de mes seins. Il le mordille, le suce... Ah ! Mon corps se cambre, mes cris deviennent incohérents... et puis il lâche ma jambe, libère mes seins et recule. J'ouvre les yeux, je ne comprends pas ce qu'il se passe :

- Qu'est-ce que tu fais ?

Ma voix est roque. Ses yeux anthracite me fixe, il a un sourire en coin... Je commence à comprendre. Le batard ! Il m'a mené jusqu'à l'orgasme pour me laisser au bord du gouffre, à la recherche de la libération.

- J'attends que tu termines avec la salle de bain pour me nettoyer.

Il veut jouer ? On va jouer ! je reprends mes esprits et l'embrasse sur la joue.

- La douche est toute à toi, je souris.

Il ne sait pas ce que je lui réserve. Je pars à la recherche de mon sac que j'ai surement laissé tomber dans le couloir quand nous sommes entrés. Ah ! Le voilà, je le trouve dans le salon près du canapé. J'en retire la surprise que je lui avais réservé pour plus tard, mais il ne me laisse pas le choix. Je prends la pochette noire en velours, d'où j'extrait Paul, un vibromasseur violet, de 12 centimètres, fin et légèrement incurvé.

Annotations

Recommandations

Bully

    Une libraire de vieux encyclopédies, assaillies par des pensées incompréhensibles, et ne demande à vivre que pour du pain miteux et du beurre fondu. Un asthénique qui ne semble pas percevoir les sentiments amoureux des autres. Un pédéraste trop fou pour continuer d'écrire des romans à l'eau de rose. Des enfants trop niais pour comprendre le sens critique d'une aristocratie contemporaine. Et d'autres personnages, vivants de leurs histoires, et mourants de leurs destins. Sous les rires des uns, et les pleurs des autres, une infime étoile au delà du temps dont émanait un éclat de pureté. 
    Ysée est une adolescente libérée de la société, mais enfermée dans sa propre personnalité. Quand les yeux d'Avram se perdent sur la jeune libraire, il retrouve le goût de l'espérance, sentiment perdu depuis son accident. Ce sont deux oiseaux hors de leurs cages qui se tournent et volent autour d'eux, sans jamais se toucher, jusqu'à ce qu'un simple contact change la donne.

    PREMIER LUNDI,  j u i l l e t
   La mère Argon, tranquillement assise sur son épais siège de velours, s'étendait la nuque sur le dossier, courbé vers l'arrière, et y reposait son visage angélique et blanc, dont les lèvres sensuelles et charnues recouvraient des pommettes qui s'étaient relevés en deux plaines galbées. Elle se reposait un long moment, peut-être vingt minutes puis se redressa sur ses deux coudes, les bras minces. Une lettre était étendue devant elle, déjà ouverte. Le coin interne, dont dépassait une écriture fine et italique avait était déchiré pendant l'ouverture. La lettre paraissait moins blanche, et une tâche de café devenue très claire s'était élargie sur l'ouverture. Cela faisait des mois que cette lettre gisait sur la vieille table en bois, vernie d'un bleu très azur, empilée sous un tas de feuilles. La mère Argon, une femme naturellement douce vivait pourtant dans une rosée d'amertume et de regrets. Et cette lettre lui rappelait sans cesse, chaque veille quand elle s'apprêtait à se poser et à dormir, pour malgré tout, subir volontairement tout ce mal intérieur et psychologique qu'elle voulait ressentir, la nuit puis la journée. C'était comme un goût âcre dans la gorge, un relent désagréable qui lui piquait les yeux, qui lui brisait instantanément les débris de chair dont se composait son cœur. Et cette lettre lui rappelait tout ça, reçu depuis déjà deux ans.
« Bonjour madame Argon, je vous envoie cette lettre depuis un petit village, là, ou plus jeune, j'ai étais recueillie par une boulangère qui vous connaissait particulièrement bien. Quelques années avant, il y a de ça cinq ans, elle m'a révélé avoir était adoptée et que ma mère m'avait abandonnée sans explications, ni sans détails précis. J'ai quelques affaires lui appartement dont son identité. Elle s'appelle Manna Argon. Il me semble que vous vous appelez ainsi, également. Je ne veux pas vous embêter, mais j'aimerais réellement vous rencontrer, voir si je trouve en vous quelque chose qui me serait familier... Bien sûr, si vous n'êtes pas ma mère, je vous laisserai tranquille. C'est une promesse, rassurez-vous.
                                                                                                                  Au plaisir de vous revoir, Ysée Argon. »

Elle était revenue, l'avait retrouvé.
1
0
14
23
Défi
Shiro Yuki
Je me suis toujours demandé, sommes-nous seuls dans l'univers ?
2
5
33
3
Défi
Sangre13
Voici ma réponse au défis Alter égo à ma sauce bien évidemment ^^
1
6
6
1

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0