8 - Mia

2 minutes de lecture

Je suis nue, seulement recouverte de mes pansements. Je suis accroupie par terre, sur le sol froid. Nilson est en face de moi, il me tourne le dos. Il examine le sang que j'ai laissé par terre. Son dos large cache a scène. J'ai honte. Je me levé malgré moi, je veux qu'il arrête de regarder mes ravages. Je colle mon corps contre son dos, mes seins plaques entre nos deux corps. J'enlace son corps et pose mes mains sur son ventre musclé. Je descends pour jouer avec son nombril.

- Qu'est-ce que tu fais, Mia ?

Je ne réponds pas. Je fais glisser mes mains jusqu'à rencontrer son caleçon, puis je reviens sur son nombril. Mes mains tremblent de peur qu'il me rejette. Mais je continu tout de même. Je me recule assez pour embrasser son dos, je sa colonne vertébrale de baiser, je lèche sa peau, elle a un gout salé. Je m'enivre de son odeur. Pour je remonte pour embrasser à ses omoplates.

- Tu devrais aller te coucher, me conseille-t-il

Je ne l'écoute pas. Je continue à le caresser tout en l'embrassant. Mon cœur est prêt à sortir de ma cage thoracique, Je balade mes mains vers son caleçon, je n'ai pas le temps de les glisser a l'intérieure : je sens un étau me stopper.

- Va t'habiller et te coucher, c'est un ordre.

Il me rejette. Je n'arrive plus à bouger. Je ne sais plus quoi dire. Il utilise son ascendant pour me repousser. Humiliée, je tente de m'éloigner. L'étau autour de mes bras se desserre et disparais. Malgré tout, je ne peux m'empêcher de demander :

- Monsieur... Pouvez-vous me faire l'amour ?

Tu fais pitié !

Cette remarque gorge mes yeux de larmes. Je n'ai pas le temps de les essuyer, Nilson me fais face. Il me fixe, aucune émotion émane de son visage. Son regard froid, ses sourcils froncés me font baisser les yeux.

- C'est vraiment ce que tu veux ? Est-ce que tu veux que je déverse toute la rage en moi en te baisant ?

Sa voix est rauque et sans émotion, il me fait peur. Ce n'est pas Nilson. Cet homme n'est pas mon maitre. Il me fait peur. Je secoue la tête.

- Regarde-moi et parle ! grogne-t-il

Le son de sa voix me fait sursauter. Je m'empresse de m'exécuter :

- Non... ce n'est pas ce que je veux.

Cet homme m'effraie, je recule. Je tente de m'éloigner de lui, ça ne l'empêche pas de réduire l'espace que j'essaie d'imposer entre nous.

- Pourtant j'ai l'impression qu'il faut que je te punisse.

Me punir, oui, je veux bien. Cependant, dans cet état, je n'ai aucune envie qu'il me touche. Je n'arrive plus à maitriser ma respiration. Je continue à reculer, et il avance toujours :

- Pourquoi ?! il rugit

Je me retrouve assise sur la cuvette des toilettes, il est debout, il me domine. Pétrifiée, en pleurs, je me recroqueville. Je ne comprends pas ce qu'il essaie de me dire. Je n'ai le courage que pour chuchoter :

- Tu me fais peur...

Ses pieds sont dans mon champs de vision, un ange passe, puis ils disparaissent. Je n'ai pas le courage de me relever. Je suis encore dans tous mes états. J'entends seulement la porte se fermer. Il n'est plus là. Qu'est-ce que j'ai fait ?

Annotations

Recommandations

Sophie Fayt
Voici quelques poèmes que m'inspire Dame Nature.
0
0
0
0
Défi
Oceane Harel

Aujourd hui c'est mon anniversaire et cela fait une semaine que je suis retournée à Poudlard. je m'appelle Leoline et je suis en 6 eme année, à Poufsouffle. Ce matin, je dois aller en cour de potion et je n'ai pas mes affaires, je ne sais pas quoi faire mais bon on dit que le nouveau professeur de potion est sympa, il s'appelle Mr Gautie. En arrivant devant les cachots, je le voie, il est maigre avec des cheveux brun et des yeux bleu-gris, Mr Gautie est de taille moyenne. Je m'approche de lui et je lui explique mon probleme, il me repondit " ne t'inquiete pas il a des vieux manuels dans le fond de la classe et des camarades te preterons le reste."
Je farfouille dns un meuble et j'en trouve un, le livre sent impeu le moisi et il y a des inscriptions sur certaines pages mais le titre est lisible. J'ouvre le manuel, je feuillete, j'y trouve un sorilège inventé, je le prononce à voix basse avec ma baguette, "Fanitio", rien ne se passe . Je tournes plusieurs pages et je m'apperçois q'il y a une liste d'ingredient pour une potion écrit a l'encre d'une plume, on voit tout de suite le difference, ça dois etre le dernier élève en possession du livre qu'il a écrit. Jétait telement absorbé par le manuel que j'ai oublié que j'etais en cour, pourtant je relis les ingredients :
retium M N
pour fabriqué cette potion, vous avez besoin :
-d'un coeur de fée
- de trois meches de cheveux de centaure
-d'un ongle ou d'un cheveux de la personne à qui vous voulez faire boire la potion
-deux larmes de licornes
-lancez un sort de retiration, ne vous inquetez pas, cela n'enlevera pas la potion
-et sur un papier, écrivez les mots : forces du mal

Curieuse comme j'etais, j'ai fais la potion et je l'ai gardé dans un flacon, dans ma poche. La cloche sonna et je me presipita dans le couloir.
3
2
0
1
autoresse
Le hic, c'est que Léon Icare n'est pas intelligent.
1
3
16
9

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0