8 - Mia

2 minutes de lecture

Je suis nue, seulement recouverte de mes pansements. Je suis accroupie par terre, sur le sol froid. Nilson est en face de moi, il me tourne le dos. Il examine le sang que j'ai laissé par terre. Son dos large cache a scène. J'ai honte. Je me levé malgré moi, je veux qu'il arrête de regarder mes ravages. Je colle mon corps contre son dos, mes seins plaques entre nos deux corps. J'enlace son corps et pose mes mains sur son ventre musclé. Je descends pour jouer avec son nombril.

- Qu'est-ce que tu fais, Mia ?

Je ne réponds pas. Je fais glisser mes mains jusqu'à rencontrer son caleçon, puis je reviens sur son nombril. Mes mains tremblent de peur qu'il me rejette. Mais je continu tout de même. Je me recule assez pour embrasser son dos, je sa colonne vertébrale de baiser, je lèche sa peau, elle a un gout salé. Je m'enivre de son odeur. Pour je remonte pour embrasser à ses omoplates.

- Tu devrais aller te coucher, me conseille-t-il

Je ne l'écoute pas. Je continue à le caresser tout en l'embrassant. Mon cœur est prêt à sortir de ma cage thoracique, Je balade mes mains vers son caleçon, je n'ai pas le temps de les glisser a l'intérieure : je sens un étau me stopper.

- Va t'habiller et te coucher, c'est un ordre.

Il me rejette. Je n'arrive plus à bouger. Je ne sais plus quoi dire. Il utilise son ascendant pour me repousser. Humiliée, je tente de m'éloigner. L'étau autour de mes bras se desserre et disparais. Malgré tout, je ne peux m'empêcher de demander :

- Monsieur... Pouvez-vous me faire l'amour ?

Tu fais pitié !

Cette remarque gorge mes yeux de larmes. Je n'ai pas le temps de les essuyer, Nilson me fais face. Il me fixe, aucune émotion émane de son visage. Son regard froid, ses sourcils froncés me font baisser les yeux.

- C'est vraiment ce que tu veux ? Est-ce que tu veux que je déverse toute la rage en moi en te baisant ?

Sa voix est rauque et sans émotion, il me fait peur. Ce n'est pas Nilson. Cet homme n'est pas mon maitre. Il me fait peur. Je secoue la tête.

- Regarde-moi et parle ! grogne-t-il

Le son de sa voix me fait sursauter. Je m'empresse de m'exécuter :

- Non... ce n'est pas ce que je veux.

Cet homme m'effraie, je recule. Je tente de m'éloigner de lui, ça ne l'empêche pas de réduire l'espace que j'essaie d'imposer entre nous.

- Pourtant j'ai l'impression qu'il faut que je te punisse.

Me punir, oui, je veux bien. Cependant, dans cet état, je n'ai aucune envie qu'il me touche. Je n'arrive plus à maitriser ma respiration. Je continue à reculer, et il avance toujours :

- Pourquoi ?! il rugit

Je me retrouve assise sur la cuvette des toilettes, il est debout, il me domine. Pétrifiée, en pleurs, je me recroqueville. Je ne comprends pas ce qu'il essaie de me dire. Je n'ai le courage que pour chuchoter :

- Tu me fais peur...

Ses pieds sont dans mon champs de vision, un ange passe, puis ils disparaissent. Je n'ai pas le courage de me relever. Je suis encore dans tous mes états. J'entends seulement la porte se fermer. Il n'est plus là. Qu'est-ce que j'ai fait ?

Annotations

Recommandations

Je suis une loutre

Fidèle éclat de rire,
Sans toi je n'ai plus rien
Que l'envie de mourir,
Dépérir comme un chien !

Fidèle éclat de rire,
T'es parti avec elle...
Je ne veux plus écrire
Que ma mort si cruelle !

Fidèle éclat de rire,
Un jour reviendras-tu ?
Je souhaite me détruire,
Je n'me supporte plus !

Fidèle éclat de rire,
Maintenant c'est trop tard !
J'ai préféré partir
Et remettre à plus tard

Les instants de bonheur.
Arrive ma dernière heure...

Fidèle éclat de rire,
Je reviendrai en lion
Pour te reconquérir,
En lama, en scorpion !

Fidèle éclat de rire,
Ô démon de la joie,
Mon envie de mourir,
Emporte-la avec toi !
123
93
1
17
Défi
Jolac
Bradbury 28/52
Réveil et chagrin

Les beaux matins ne sont pas éternels
Merci à Albert Camus qui m’a inspiré
9
10
0
1
Défi
Roxarwenn

Autour de moi, j'entends le compte à rebours.
10...9...8...7...6...5... 4... 3...2...1...0 !
C'est ça, bonne année ! Le premier qui me dit bonne santé va le regretter. Bon. Eh bien... Une année de moins avant ma mort. Plus que 4 comptes à rebours et la maladie l'emportera. Je reste dans mon coin. De toute façon je ne veux pas de leur pitié. Ils ont 50 ans de plus à vivre, ok. Et après quoi ? On sera tous six pieds sous terre et puis voilà.
J'ai l'impression de les voir fêter ma mort qui se rapproche. Je sors. Je pars.
2019, je souhaite juste avoir une vie normale. Sans calendrier qui me rappelle que j'ai moins de temps que les autres.
Je pleure.
13
24
3
1

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0