22 - Nilson

2 minutes de lecture

Déjà deux semaines que j'ai laissé Mia devant chez elle. Je m'inquiète pour elle ? J'ai du mal à la laisser tranquille, à ne pas vouloir l'appeler. Je lui ai envoyé ses affaires chez elle. Il y a trois jours je lui ai fait livré un bouquet de lys et de roses, elles signifient tout ce que je ressens pour elle, accompagné d'une carte lui signifiant bien que rien n'avait été prémédité, et que je suis maintenant trop égoïste pour l'oublier. Je sais, ce n'est pas la meilleure des cartes d'excuses ; je dois être franc avec elle. Elle ne m'a pas répondu, cependant je demande tous les jours de ses nouvelles par message à mon ami Jonathan. Il me dit que depuis je l'ai laissée, elle n'est plus elle-même, qu'il ne voulait plus que je l'approche.

Je jette un coup d'œil à la montre, il est minuit et quart, je suis crevé. En ce moment j'ai du mal à dormir. Je sens mon téléphone sonner dans ma poche, numéro inconnu, je réponds quand même :

- Allo ?

J'entends une respiration saccadée mais aucune réponse :

- Allo ? répèté-je.

Toujours rien, je suis sur le point de raccrocher quand j'entends une petite voix :

- Nilson... je... on peut se voir ?

Je reconnais la voix déformée par la peur de Mia. Je souris pour la première fois depuis deux semaines. Elle veut bien me parler, j'en suis heureux. Je suis même prêt à me lever pour faire la danse de la joie pour extérioriser ce que je ressens cependant je reprends mon sérieux et lui réponds :

- Tu es où ?

- Je suis devant ton entreprise. Je... je ne sais pas si tu y es... en fait, je... je sais pas ce qui me prend... si tu veux... on... on peut se voir demain ? je vais rentrer chez moi...

- Non, monte. Je suis au bureau. Je préviens l'accueil, ne t'inquiète pas. Je t'attends, d'accord ?

- Oui, d'accord.

Je suis soulagé qu'elle ait accepté. Je raccroche et appelle l'accueil comme prévu :

- Oui, monsieur. Avez-vous besoin de quelque chose ? me répond une voix féminine

- Mademoiselle Mia Roy va entrer dans l'établissement, faites-la monter dans mon appartement.

- Oui monsieur très bien.

Je raccroche et m'affale dans mon siège. J'allume mon ordinateur et j'accède aux vidéos de surveillance. Le hall est vide, il n'y a qu'un garde de nuit et la femme de l'accueil. J'attends une poignée de secondes avant que la femme qui hante mes nuits n'entre dans le bâtiment. Elle porte un imperméable – celui de la dernière fois ou nous nous sommes retrouvés dans au club – et des escarpins. Dans une autre caméra je peux voir son visage, elle est fatiguée et elle a beaucoup maigri. Je vois à ses yeux et aux tremblements de ses lèvres qu'elle est angoissée.

Je décide d'arrêter de l'espionner et d'aller à l'appartement.

Annotations

Recommandations

Défi
Lumière d’écrits
J’ai ai pas d’idées de noms d’espèce extra-terrestres.
4
4
0
0
Défi
Nina Wolf

Si vite, en un clin d'oeil. Je roule prudemment, ne connaissant pas cette route où se succèdent les virages tous aussi dangereux les uns que les autres. Ma vitesse est pourtant adaptée aux circonstances, 30/kmh en dessous des 50/kmh et pourtant, voila que je sens mon véhicule partir dans le fausser. Le silence règne, même mon meilleur ami, lui qui a l'habitude de me charier dès que l'occasion se présente, reste silencieux. L'adrénaline s'émisse dans mes veines, le temps s'est ralenti, comme s'il m'offrait la possibilité de nous redresser sur la route. Alors je contre braque avec délicatesse, comme je l'ai souvent fait par le passé, drifter est un jeu d'enfant après tout. La voiture se redresse, elle suit mon raisonnement en se redressant sur la route mais les roues arrières glissent. Sans même avoir freiné, le véhicule traverse la route pour se retrouver en travers dans la voie de gauche. Je comprends mon erreur bien trop tard. L'école primaire se retrouve dans mon champ de vision, je l'observe se retourner, me remémorant mon enfance avant de comprendre. Premier impact sur le flanc droit de ma voiture. Ma mère, va-t-elle se préoccuper de mon absence maintenant que je suis partie de chez elle en claquant la porte : Je me suis démerdée seule jusqu'à présent. C'est ce que je lui avais hurlé avant de partir. La tête en bas, les mains toujours sur le volant. Ma petite soeur ira dans cette école à la fin du week-end. Elle aussi je l'ai abandonné ce jour-là. Deuxième impact du coté conducteur, mon crâne percute le sol ou se trouve les débris de la fenêtre brisée. Ce n'est pas comme si je ne l'avais jamais souhaité, mourir. La dépression me ronge depuis bien des années, entre les coups de mon père, la mort de mon grand-père, le harcèlement, ... Je l'ai souhaité à tant de reprise. Après tout, j'en avais fait le voeu à mon 18ème anniversaire : Ce sera les dernières bougies que je soufflerai. La douleur qui m'habite depuis toutes ces années va enfin pouvoir disparaitre. La voiture arrête ses tonneaux dans un bruit fracassant. Le bout de mes doigts glacé, le regard s'assombrissant, ma force s'échappant. Alors c'est ça . Tout ce que je retiens de ma vie, c'est la souffrance à laquelle j'ai survécu . Mais maintenant que le sommeil me gagne, je me sens triste d'avoir perdu tout ce temps a m'apitoyer sur mon triste sort.
1
0
0
2
Christophe Sparkle
Lorsque la monarchie atteint son paroxysme, que le peuple oiseau n'en peut plus...
2
5
4
1

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0