19 - Mia

4 minutes de lecture

Tu seras ma soumise... tout le reste n'est que bonus...

J'espère sincèrement qu'il a raison. Les ravages de mon passé me terrifient pour la première fois depuis longtemps. Je ne veux pas en souffrir encore. Je ne veux pas voir de pitié dans les yeux de Nilson. Surtout pas venant de lui. Je ne le supporterais pas.

Avant de se lever il dépose un baiser sur mes lèvres. Je lui souris mais je n'ai rien ressentis pas d'excitation ni d'envie comme les dernières fois où il m'a embrassé. Inconsciemment ma main droite se faufile sous ma chemise pour griffer les innombrables boursouflures de mon ventre. Je sens mes démons refaire leur apparition. J'ai envie d'avoir mal. Non, en réalité j'en ai besoin. C'est pour cette raison que j'ai rencontré Nilson : pour arrêter de m'autodétruire. Mais c'est plus fort que moi. Si mon maitre n'était pas dans cette pièce avec moi ; je sauterais sur un objet tranchant pour ressentir quelque chose. Pour me réanimer.

J'observe l'environnement autour de moi, je n'en ai pas eu l'occasion plus tôt. C'est une chambre rien de plus banale, un lit avec de chaque côté une commode et un bureau dans un coin. Les murs sont blancs, stériles. Il n'y a aucune décoration personnelle ; Nilson ne m'avait pas menti quand il a dit que ce n'est pas chez lui.

Un objet retient mon attention sur le bureau : un fouet. Long en cuir noir tressé, il me fascine. J'ai trouvé l'objet qui pourrait me délivrer aujourd'hui sans laisser de trace définitive. Je me lève, je veux le toucher. C'est comme si l'objet m'appelait...

- Mia ! que t'ai-je dit à notre première séance ?

Je sursaute, prise sur le fait. Je me tourne vers lui.

- Et en plus de ça tu n'as pas fait ce que je t'ai dit. Veux-tu vraiment que je sois sévère dans ma punition ?

Oui ! je veux ressentir quelque chose !

Je baisse les yeux pour lui montrer mon respect. Mais je veux une seule chose, c'est qu'il ait accès a tout mon corps lors de ma punition, je veux sentir tout mon corps vivant. Alors les mains tremblantes je dégrafe bouton par bouton mon chemisier. Je libère mes seins, puis je ferme les yeux avant de révéler mon abdomen. Je ne veux pas voir le dégout sur son visage quand il découvrira la laideur de mon corps.

- Tu n'es obligée de rien, mon chat, il me dit d'une voix douce. Je peux attendre que tu sois prête.

Pendant qu'il parle, je continue à dévoiler la partie de mon corps que je déteste tant. Je sens mes mains trembler et ne peux m'empêcher de penser à Alex, à sa micro-expression de dégout qu'il a eu pendant une milliseconde ; elle est inscrite dans ma mémoire. Elle me hante pendant mes coups de mou. Alors quoiqu'il en soit je ne veux pas voir la réaction de Nilson.

Je sens une main sur ma joue. Il s'est approché. Son odeur m'enlace. Je le sens tout autour de moi.

- Ouvre les yeux, ma belle.

J'entends la peine dans sa voix, ce qui me fend le cœur.

- Arrête, s'il te plait. C'est toujours moi, Mia votre soumise rien n'a changé depuis tout à l'heure. Alors à moins que vous n'ayez plus envie de rien, je vais m'allonger sur le lit et vous allez me punir comme c'était prévu.

Ma voix tremble. J'ai peur qu'il fasse marche arrière, qu'il ne veuille plus de moi.

- Non, regarde-moi.

Au ton de sa voix je n'ai pas d'autres choix que de faire ce qu'il m'ordonne. Je me rends compte que mes yeux sont embués, je pleure. Tandis qu'il est en face de moi, il scrute mon visage :

- Qui est ce qui t'a fait ça ?

- Je ne veux pas en parler... je murmure. Est-ce que je... je dois partir ? Je comprendrais parfaitement que... que vous n'ayez plus envie de moi. J'ai... je ne sais pas pourquoi je demande... je vais partir. Je suis désolée de vous avoir fait perdre votre temps. Pardon...

Malgré moi, je pleure aux sanglots, ça ne veut pas s'arrêter. Je penche pour l'embrasser sur la joue et je me dépêche de déguerpir. Il ne bouge pas. Je ne comprends pas. Il m'a dit que rien ne changerait notre relation. Je me sens humiliée. Je suis dans le salon je cherche mes affaires. Je tombe sur ma jupe par terre. Je tente de l'enfiler sans difficulté. Les sanglots secouent mon corps, je n'y arrive pas. Il faut que je parte d'ici.

- Calme-toi, ma chérie.

J'arrête tout ce que je fais et je me tourne vers lui :

- Que... que je me calme ?! je hurle. Vous m'humiliez et maintenant il faut que je me calme ? Vous avez dit que rien ne changerait. Vous avez dit que je serai toujours votre soumise tant que nous étions sur la même longueur d'onde, est ce que quelque chose a changé pendant que je me déshabillais ??

- En réalité, oui... j'ai compris que je n'aurais pas dû t'approcher.

À ces paroles, mes jambes ne me tiennent plus. Je repars dans des sanglots. Il ne veut plus de moi. À ma réaction il s'empresse de dire :

- Pas à cause de tes marques... je m'en contre fiche, je t'accepte telle que tu es...

Je ne le laisse pas terminer sa phrase :

- Fais moi l'amour.

- J'en ai tant envie, tu ne peux pas imaginer, mon chat. Mais si je le fais, cela risque de te faire du mal quand tu découvriras la vérité. Je pense que ce serait mieux si on arrêtait là avant que ça n'aille trop loin. Je ne veux...

- Mais de quoi tu parles ?!?

- Enzo est mon demi-frère, il dit sans préambule.

Annotations

Recommandations

morgaane-mnt


C’était la voisine d’à côté. Je la voyais des fois sur le palier, elle et ses lunettes de soleil à vingt-trois heures.
Elle jouait du piano tous les soirs, vers dix neuf heures. Ce soir là, c’était du Chopin. Je m’étais assise sur mon canapé, comme à chaque fois, avec l’oreille collée à la paroi qui nous séparait, pour laisser la mélodie m’envoûter un peu plus.
Puis j’ai entendu l’ouverture de sa porte, et une voix masculine et rauque qui hurlait dans l’appartement, recouvrant le son du piano.
Le genre de voix ivre, suave et que les enfants retrouvent dans l’Ogre du Petit Poucet.
Et là, il y a eu des cris. Un accord horrible est paru à mes oreilles, comme si quelqu’un s’appuyait sur l’instrument. Il y a du verre qui a cassé, le piano a continué de produire des notes loin d’être mélodieuses, comme s’il criait avec la fille.
Aux notes graves du début se sont mêlées des aiguës, ainsi que des sanglots.
Comme si quelqu’un s’allongeait de tout son long dessus.
Le bruit s’est arrêté. La porte s’est claquée. Le piano a arrêté de jouer. D’ailleurs, il ne joue plus.
Je tends quand même mécaniquement l’oreille tous les soirs à dix neuf heures. Puis je me rends compte que le piano m’a appelé, que la fille m’a supplié. Qu’à travers ses sanglots elle me demandait de venir, qu’à travers ses notes, il m’implorait de la sauver.
Mais j’ai rien fait, et le piano a arrêté de jouer en même temps que sa vie.
C’était du Chopin, ce soir là.
1
1
5
1
Défi
chloé17

Je suis la douleur,
Je ne suis pas un enfant de coeur,
Ni ton âme soeur.
Depuis que tu es petit,
Je te suis,
Et toi , malgré tout, tu survis.
Car dans ton malêtre infini,
Tu te perds, et tu cris.
Mais tout ça en silence,
Car dans ton coeur, rien n'est dans la clarence,
Mais plutôt dans la balance,
Entre aller vers la malchance,
Et rester en enfance.
2
1
0
0
Défi
Véro
Réponse au défi "Ma vie de caillou".
3
7
3
3

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0