4 - Mia

4 minutes de lecture

- Allonge-toi et tiens les barreaux du lit.

Je m’exécute rapidement. Je ne pose pas de questions, je fais ce qu’il dit.

- Je vais te mettre un bandeau sur les yeux.

Il sort un tissu noir de sa poche et me le noue derrière la tête. Tout d’un coup je ne suis que sensations. Je sens ses doigts caresser la peau de mon cou. Je frémis. Ses doigts ne deviennent plus qu’effleurement. Et tout mon corps est en transe. Il en redemande, il en veut plus. Il se tord sous son toucher.

Je ne connais pas cet homme. Je viens juste de le rencontrer. Il est censé me faire découvrir le monde du BDSM et pourtant mon corps est déjà complètement ivre de lui. Il y a une alchimie entre nous. Elle n’est pas visible, mais entièrement palpable. J’ai confiance en lui. Je ne devrais pas. Il y a cette aura autour de lui qui me donne cette facilité à m'abandonner à lui. Et s’il fait quelque chose qui ne me plait pas, il y a toujours les règles. Alors tout est sous contrôle. Je peux me laisser aller comme je le souhaite.

J’appréhende déjà ses caresses sur mes seins, ses baisers et son corps contre le mien. Et tout cela sous son contrôle. Sentir son souffle sur la pointe de ma peau. Mon intimité me pousse à me caresser mais je n’en fais rien. Je veux que ce soit lui qui me fasse du bien. Je veux qu’il passe sa main dans ma culotte et qu’il me caresse. Qu’il attise mon désir. Qu’il me pénètre de ses doigts doucement et m’interdise de jouir pour mieux s’amuser de mon corps.

Je ne sens plus ses doigts sur moi et n’entends aucun mouvement autour. Je sais qu’il n’est pas loin, je hume son odeur de musc. Je compte les secondes. Toujours rien. Mais il attend quoi ?

- Monsieur ? je chuchote.

Pas de réponse. Et s’il est parti ? Me laissant là, ainsi. À cette pensée, une pointe d’humiliation se fait ressentir. Mon cœur bat à tout rompre. Mes mains commencent à trembler et mes yeux à s’embrumer. J’ai peur, peur d’être abandonnée.

J’hésite à lâcher les barreaux du lit pour enlever le bandeau de mes yeux et rendre réelle ma solitude. Je décide finalement de me lancer. Je retire le bout de tissu. Ces derniers prennent du temps à s'adapter à la lumière.

Habituée à la lumière, mon regard cherche Nilson. Il est dans un coin de la pièce, bien installé dans un fauteuil. Ses lèvres ne forment plus qu’une ligne droite :

- Pourquoi m’as-tu désobéi ?

Tout en me posant la question il discerne les larmes qui ont coulé sur mes joues, produits de ma peur. Il se lève et s’avance vers moi.

- Tu ne me fais donc pas confiance ? Réponds-moi en toute sincérité.

- Je vous fais confiance mais j’ai peur. J’ai eu peur qu’au final je ne vous plaise pas. Je suis désolée de vous avoir désobéi mais j’étais complètement déboussolée.

- D’accord. Et pour que ça ne recommence plus, je vais te punir. D’accord ?

Je hoche la tête. Il va me punir je n’ai pas le choix : il commande. Je suis complètement soumise à son pouvoir.

- Très bien, à quatre pattes sur le lit, tout de suite.

Je me soumets à son ordre, vidée de doutes. Je fixe le mur en face de moi et patiente calmement la douleur.

- Mia, dis-moi pourquoi je te punis.

- Parce que j’ai désobéi à votre ordre, monsieur.

Je chuchote. J’appréhende cette expérience. Je suis venue ici pour ça, pour cette douleur et devant le fait, je suis presque prête à prendre mes jambes à mon cou.

- Très bien. Ton mot de sécurité sera pour l’instant rouge. Tu ne le prononceras que si tu ne peux plus supporter les coups. De toute manière, pour ta première punition je ne serai pas trop méchant.

Pendant qu’il me parle, il me caresse la croupe. J’en ai des frissons. Puis il se baisse pour déposer un baiser entre mes reins. Il détache mes portes jarretelles afin d’avoir un accès total à mes fesses, qu’il continue à caresser gentiment. Et sans crier gare, sa main se décolle et s'abat très vite sur ma fesse droite. La douleur est intense et mon cri est strident. Je n’ai pas le temps de souffler que la deuxième claque me pétrifie. Avant la troisième fessée, il se remet à caresser mes fesses. Cette nuance entre la tendresse et la dureté de ses coups détend un tant soit peu mon corps. Deux autres corrections ont suivi les trois premières.

Les fesses en feu, je m’étale sur le lit. Mon corps se soulève sous les sanglots, je cache mon visage entre mes mains. Il doit surement nager dans les larmes. Je ne sens et ne ressens plus rien. J’ai juste besoin d’être seule. Je suis venue dans ce club pour trouver cette paix intérieure. En même temps, je suis soulagée de ne pas m’être trompée et je réalise enfin que l’autodestruction est terminée pour moi. Je peux tourner la page en la substituant avec la soumission.

- Monsieur ?

Je sais qu’il n’a pas bougé de sa place. Il ne me touche pas non plus. Il doit surement me regarder.

- Oui, Mia ?

- Est-ce que je… je peux être seule une minute s’il vous plait ?

- Non. Relève toi.

- S’il vous plait monsieur, dis-je suppliante.

- Très bien. Rhabille-toi et rejoins-moi à l’entrée.

La séance est terminée ? Pourquoi ? Je veux juste être seule un moment et ne pas arrêter la séance. Non ! Je veux continuer !

Je me relève et le regarde. Je n’ai pas besoin de parler pour qu’il comprenne mon non-dit :

- Je comptais terminer la séance sur cette punition quoi que tu demandes. Avant je voulais te parler mais nous discuterons dans la voiture. Je vais te laisser, prends ton temps.

Je hoche la tête.

Avant de repartir, il remet son masque et ne m’adresse même pas un regard ; j’ai un pincement au cœur. Je l’ai déçu. Un soupir s’échappe de mes lèvres. Je me tourne sur le dos. La douleur de mes fesses me rappelle ce qui vient de se passer. Je laisse le supplice envahir mon corps. J’aime cette sensation. Pendant cinq minutes je reste ainsi, à fixer le plafond noir.

Annotations

Recommandations

Bully

    Une libraire de vieux encyclopédies, assaillies par des pensées incompréhensibles, et ne demande à vivre que pour du pain miteux et du beurre fondu. Un asthénique qui ne semble pas percevoir les sentiments amoureux des autres. Un pédéraste trop fou pour continuer d'écrire des romans à l'eau de rose. Des enfants trop niais pour comprendre le sens critique d'une aristocratie contemporaine. Et d'autres personnages, vivants de leurs histoires, et mourants de leurs destins. Sous les rires des uns, et les pleurs des autres, une infime étoile au delà du temps dont émanait un éclat de pureté. 
    Ysée est une adolescente libérée de la société, mais enfermée dans sa propre personnalité. Quand les yeux d'Avram se perdent sur la jeune libraire, il retrouve le goût de l'espérance, sentiment perdu depuis son accident. Ce sont deux oiseaux hors de leurs cages qui se tournent et volent autour d'eux, sans jamais se toucher, jusqu'à ce qu'un simple contact change la donne.

    PREMIER LUNDI,  j u i l l e t
   La mère Argon, tranquillement assise sur son épais siège de velours, s'étendait la nuque sur le dossier, courbé vers l'arrière, et y reposait son visage angélique et blanc, dont les lèvres sensuelles et charnues recouvraient des pommettes qui s'étaient relevés en deux plaines galbées. Elle se reposait un long moment, peut-être vingt minutes puis se redressa sur ses deux coudes, les bras minces. Une lettre était étendue devant elle, déjà ouverte. Le coin interne, dont dépassait une écriture fine et italique avait était déchiré pendant l'ouverture. La lettre paraissait moins blanche, et une tâche de café devenue très claire s'était élargie sur l'ouverture. Cela faisait des mois que cette lettre gisait sur la vieille table en bois, vernie d'un bleu très azur, empilée sous un tas de feuilles. La mère Argon, une femme naturellement douce vivait pourtant dans une rosée d'amertume et de regrets. Et cette lettre lui rappelait sans cesse, chaque veille quand elle s'apprêtait à se poser et à dormir, pour malgré tout, subir volontairement tout ce mal intérieur et psychologique qu'elle voulait ressentir, la nuit puis la journée. C'était comme un goût âcre dans la gorge, un relent désagréable qui lui piquait les yeux, qui lui brisait instantanément les débris de chair dont se composait son cœur. Et cette lettre lui rappelait tout ça, reçu depuis déjà deux ans.
« Bonjour madame Argon, je vous envoie cette lettre depuis un petit village, là, ou plus jeune, j'ai étais recueillie par une boulangère qui vous connaissait particulièrement bien. Quelques années avant, il y a de ça cinq ans, elle m'a révélé avoir était adoptée et que ma mère m'avait abandonnée sans explications, ni sans détails précis. J'ai quelques affaires lui appartement dont son identité. Elle s'appelle Manna Argon. Il me semble que vous vous appelez ainsi, également. Je ne veux pas vous embêter, mais j'aimerais réellement vous rencontrer, voir si je trouve en vous quelque chose qui me serait familier... Bien sûr, si vous n'êtes pas ma mère, je vous laisserai tranquille. C'est une promesse, rassurez-vous.
                                                                                                                  Au plaisir de vous revoir, Ysée Argon. »

Elle était revenue, l'avait retrouvé.
1
0
14
23
Défi
Shiro Yuki
Je me suis toujours demandé, sommes-nous seuls dans l'univers ?
2
5
33
3
Défi
Sangre13
Voici ma réponse au défis Alter égo à ma sauce bien évidemment ^^
1
6
6
1

Vous aimez lire UneHistoiree ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0