Chapitre 76

8 minutes de lecture

Je sais pas depuis quand on est ici mais je commence à avoir soif. J’entends encore Lilian s’énerver sur ses attaches mais moi j’ai plus la force.

- Abby reste avec moi.

- J’ai soif.

- Stp reste avec moi bébé, me laisse pas putain !!!

Je me sens si faible.

- Abby !!!! Abby !!!! Non reste avec moi, bébé, reste avec moi jt’en supplie. Putain Abby je veux pas te perdre, merde, bordel !!!! Mais putain détache toi !!! Détache toi !!! Abby, tiens le coup bébé.

J’entends un gros bruit mais j’ai même pas la force de sursauter.

- Ils sont là !!!! Je les ai...Appelez les secours !!!

- Occupez vous d’elle. Dit Lilian

Je sens sa main sur ma joue quand je m’évanouis.

- Reste avec moi bébé. Donnez lui à boire !!!

Je sens l’eau dans ma gorge descendre mais j’ai pas la force d’ouvrir mes yeux. On me porte et après je sens qu’on me pose sur quelque chose, on pique mon bras, on pose une couverture, je demande où est Lilian et on me dit qu’il est dans un autre camion. Je n’arrête pas de vomir pendant le voyage et je pleure...beaucoup, je n’arrive plus à me contenir.

- Où suis-je ? Dis-je en ouvrant les yeux.

- A l’hôpital militaire, vous inquiétez pas on s’occupe de vous.

- Où est Lilian ?

- On s’occupe de lui mais il va bien, il en a vu d’autre vous savez, il s’en remettra. Me fait la femme en treillis qui m’ausculte.

On me met dans une chambre alors que je pleure encore sans pouvoir m’arrêter.

- Votre mari souhaiterai vous voir. Me dit-elle

- Non je préfère pas le voir.

- Vous êtes sur ?

- Oui je ne veux pas le voir.

Elle paraît étonnée mais je me sens pas le courage d’affronter Lilian et ses erreurs. Je reste fixé sur la fenêtre et tente d’oublier ce que j’ai pu voir et entendre. L’image de Gaby gisant parterre après que Lilian lui ai brisé la nuque me hante. Mon mari est un tueur, un violeur, un barbare. Comment pouvoir oublier ça, passer au dessus de ça ? Non impossible. L’amour a donc ses limites.

(toc toc toc)

La porte s’ouvre et je vois le commandant.

- Bonjour Abby, je peux ?

- Bonjour Commandant, oui je vous en prie.

- Je voulais prendre de vos nouvelles, et discuter un peu avec vous, si vous me le permettez.

- Ca dépend de quoi vous voulez me parler.

- Abby, Lilian m’a dit que vous refusiez de le voir à cause de ce qu’il a pu faire. Mais vous ne lui avez pas laisser le temps de s’expliquer.

- J’ai pas envie d’en parler Commandant.

- J’aimerais vous donner toute l’histoire pour que vous soyez en mesure de juger avec tout les éléments.

Je regarde le commandant et lui envoi un regard noir.

- Abby, svp laissez moi vous expliquer.

- Vous ne lâcherez rien, je me trompe ?

- Je suis un militaire Abby. Ricane t’il.

Le commandant a toujours été correcte avec moi alors je lui laisse une chance de m’expliquer.

- Je vous écoute.

- Merci. Vous deviez être jeune mais vous rappelez vous de l’attentat qui y avait eu à l’école maternelle des Lilas, y a maintenant quelques années ?

- Oui, y avait eu énormément d’enfants morts. J’étais au lycée, on avait des militaires aux sorties des écoles d’ailleurs à cause de ça.

- Exacte. La petite sœur de Lilian faisait partie des enfants tués.

- Sa petite soeur ?

- Oui. Lilian avait 18 ans et sa petite sœur en avait 8. Elle était dans la classe lorsque l’enfant kamikaze s’est fait explosé.

Cette histoire me revient, ça avait fait le tour de la France, plusieurs attentats avaient été déjoués mais pas celui là et beaucoup d’enfants avaient trouvé la mort.

- C’est affreux mais où voulez vous en venir ?

- Lilian s’est engagé juste après cet attentat, avec seul objectif, retrouver le responsable.

Je regarde le commandant, alors qu’il marche dans la pièce. Je l’écoute attentivement.

- Il a très vite fait ses preuves et a été envoyé sur le terrain rapidement. Je vais pas vous mentir, un chien fou comme Lilian, a été un atout pour l’armée. Pendant 3 ans, il a cherché le responsable, faisant parler tout ceux qu’ils trouvaient sur son chemin.

- Il les faisait parler vous dites ?

- Oui, je compte pas vous détailler comment ça se passe mais Lilian a su obtenir des informations les plus difficiles à obtenir car les terroristes ont la peau dur mais face à Lilian, ils finissaient par parler. Notre but était commun, on voulait détruire ce réseau, et on avait Lilian qui n’avait qu’un seul but, retrouver celui qui avait envoyé son enfant kamikaze dans la classe de sa sœur, peu importe le prix à payer.

- Il la trouvé ?

- Oui avec sa femme et sa fille.

- Ceux qu’il a….

- A sa grande surprise, celle qui tenait les ficelles, c’était la femme. Elle faisait des enfants pour seul objectif, leur apprendre à se faire exploser au sein d’une structure, les écoles particulièrement.

- C’est horrible.

- Leur fille de 8 ans, devait se faire exploser dans une école parisienne dans le mois, lorsque Lilian et son équipe sont arrivés. Il y avait les plans détaillés, le matériel, tout était prêt.

J’ai des frissons dans tout mon corps et je me met à trembler.

- En tant que commandant, je ne peux pas cautionner ce qu’à fait Lilian avec son groupe cette nuit là car ça été trop loin. Maintenant l’homme que je suis, ne peux pas lui en vouloir d’avoir vengé les 42 enfants qui sont morts ce jour là.

- 42…

- Oui Abby 42 enfants et 3 professeurs. Des enfants de 3 à 12 ans sont morts ce jour là à cause de cette femme, de son mari et de ses enfants.

- Les enfants ne sont pas responsables !!! Cette petite fille n’était pas responsable Commandant.

- Cette petite fille était une future terroriste Abby, elle n’avait qu’un seul but, se faire exploser comme ses parents l’avaient éduqué.

- C’était qu’une enfant. On aurait pu peut être l’aider à se sortir de ça. Dis-je en pleurant.

- Ces enfants sont des armes Abby, ils sont éduqués dès leur plus jeune âge, on ne peut pas les réinsérer dans une société, ils n’ont aucune peur, leur but est de mourir là où on leur dit de mourir.

- Ce sont quand même que des enfants !

- Ceux qui sont morts ce jour là aussi. Vous êtes mère Abby, comment vous réagiriez si ça arrivait à l’un de vos enfants ? Si on vous appelait pour vous dire que tout est fini pour votre petite fille car un autre enfant à commis un acte cruel ?

- Je…

- Si je vous offrais le tueur de votre enfant, seriez vous humaine ou seriez vous parfaite Abby ?

- Je sais pas Commandant. Dis-je en pleurant de plus belle.

- Lilian ce jour là a pris 3 vies mais en a sauvé bien plus. Nous avons retrouvé 17 préparations d’attaques contre notre pays. Nous avons pu démanteler tout le groupe de terroristes qui ont sévit depuis Charlie Hebdo par les informations récupérées ce jour là. Et aujourd’hui si vous pouvez mettre vos enfants à l’école en toute sécurité c’est parce que des soldats comme Lilian existent. Il n’a fait que répondre aux ordres, certes il ne l’a pas fait proprement mais il a fait son travail et je ne pourrais jamais lui reprocher la mort de ses 3 terroristes. Peu importe leur âge Abby, leurs actes allaient contre notre pays, contre notre population et notre métier est de protéger les nôtres.

Mes larmes perlent sur mon visage.

- Je sais pas si j’aurais la force Commandant de lui pardonner ça.

- Abby, on ne juge pas un homme sur son passé mais sur ses actes présents. Aujourd’hui Lilian a tué celui qui a tué vos proches, celui qui a fait du mal à votre amie, celui qui vous a violé. Lilian est un homme bien mais un militaire redoutable. Vous aimez Lilian et il vous aime, la vie est courte Abby, ne la gâchez pas.

Je réfléchis aux mots du commandant qui me regarde presque comme un père. Après des longues minutes de réflexion je prends ma décision.

- Commandant, vous voulez bien lui dire de venir ?

- Bien sur.

J’ai un nœud à l’estomac jusqu’à entendre les coups à la porte qui s’ouvre.

- Salut, je peux ? Demande Lilian hésitant.

- Oui.

- Comment tu vas ?

Je hausse les épaules.

- Tu voulais me voir ? Dit-il

- Ton commandant m’a expliqué ce qu’il s’est passé.

Lilian ne dit rien, attendant sûrement ma réaction.

- Je suis sincèrement désolée pour ta petite sœur.

A ce moment là je vois la souffrance de ce grand frère qui a même pas pu dire au revoir à sa sœur. Il se retourne et je peux pas rester là sans rien faire. Je peux pas le laisser se fissurer sous mes yeux sans bouger. Je me lève et le prend dans mes bras et ce grand militaire fond en larmes.

- Tu l’aurais adoré. Dit-il

- J’en suis certaine.

- Elle méritait pas ça.

- Non.

- Je les hais bébé, je les hais ces putains d’enfoirés, qu’ils aient 8 ans ou 50 je les hais. Je suis pas désolé d’avoir fait ce que je fais Abby, je suis peut être un monstre mais je suis pas désolé. Et si c’était à refaire, je le referai sans hésiter car cette pute de terroriste, méritait ce qu’on lui a fait. J’ai prêté serment de protéger mon pays, ma population, et encore plus les gens que j’aime. Je ne compte pas de m’excuser de faire mon métier.

- Je sais.

- Tu vas me quitter ?

Je fais non de la tête et ses lèvres fendues se posent sur les miennes.

- Je t’aime bébé, t’es si précieuse.

- Moi aussi.

- Je voulais pas te décevoir Abby.

- Je sais.

- Me pardonneras tu un jour ?

- Je n’ai pas eu ta place, je n’ai pas perdu une petite sœur, qui suis-je pour juger ? Lilian je t’aime mais j’aime bien plus mes enfants, alors va savoir ce dont je serais capable si on s’attaquait à eux. Je suis pas parfaite, je suis humaine tout comme toi et on sait de quoi est capable un humain lorsqu’on s’attaque au sien. J’ai pas le droit de te juger Lilian et j’ai rien à te pardonner.

- Merci bébé.

Nous nous serrons l’un contre l’autre après quelques baisers lorsque la porte frappe.

- Bonjour Abby, je suis votre médecin, comment allez-vous ?

- J’ai un peu mal partout, je pleure tout le temps mais sinon ça va.

- C’est normal après ce que vous avez vécu.

- Vous savez quand je pourrais sortir ?

- J’aimerais vous faire des examens complémentaires.

- Des examens complémentaires ?

- On va vous garder encore un peu si vous voulez bien.

- Euh oui, d’accord mais ça sera long ?

- Encore quelques jours et vous pourrez rentrer chez vous.

- D’accord.

Elle repart et je regarde Lilian inquiète.

- T’en fais pas, les médecins de chez nous sont très pointilleux. Me dit Lilian.

J’aurais pas pensé qu’on puisse être aussi pointilleux mais j’ai le droit à une batterie d’examens. Après 4 jours, j’ai enfin un rendez vous avec la médecin.

Annotations

Recommandations

Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
439
371
129
442
Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1115
250
275
1002
SJTwin
Suite à un événement tragique, Amélia, 25ans, voit sa vie complètement détruite.
Elle décide donc de rejoindre son frère, Alex, Vice-Président du club de motard "The Sliders".
En pensant trouvé la sécurité, elle ne pensais pas rencontré Liam, le Président du M.C.
Lui, la veut elle.
Elle, ne désire que la vengeance mais son coeur lui dicte autres choses ...
Et si, désire et vengeance ne faisais qu'un ?
162
5
21
222

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0