Chapitre 75

6 minutes de lecture

La tension est à son comble. Je suis attachée, nue, je sens le sperme de Gaby couler entre mes jambes mais mon attention est sur les deux hommes face à moi. Lilian à la bouche en sang, le corps rempli de bleus, attaché par les poignets et branché à de l’électricité. En face Gaby tient un dossier qui comporte je ne sais quel secret de Lilian.

- C’est du passé. Dit Lilian

- Ça n’empêche que tu as fais ce que tu as fait. Réplique Gaby

- J’étais jeune putain, j’ai payé pour ça !!!

- De quoi il parle Lilian. Dis-je

- Rien.

- Ah bah si pour toi tuer trois personnes dont une gamine de 8 ans c’est rien. Et je parle pas de la façon dont ça s’est passé hein.

Je regarde Lilian qui semble coupable.

- Ca s’est pas passé comme ça putain !

- Exact, tu les as pas juste tués, t’as incité tes petits copains militaires à baiser cette pauvre femme devant sa gamine et son mari.

- Non, c’est pas possible, Lilian dis moi que c’est faux. Dis-je en larmes

- Il te dira pas que c’est faux car c’est vrai. Il était en opération extérieure et a voulu choper le mari chez lui. Dis moi si je rate quelque chose Lilian hein.

Gaby est moqueur et Lilian le contredit pas.

- Mais chez lui y avait sa femme et sa fille, alors Lilian et ses copains, ont profité de la maman toute la nuit. Et quand maman n’en pouvait plus, qu’elle pissait le sang par la chatte, que la petite fille suppliait de pas faire de mal à sa maman, qu’est ce que t’as fait Lilian ?

Lilian laisse couler ses larmes, et s’effondre.

- Qu’est ce que tu as fait à la petite fille Lilian? Dis lui, c’est ta femme après tout, on est censé tout se dire lorsqu’on est marié, non ?

Lilian me regarde et je vois la tristesse et la peur dans son regard.

- Je l’ai égorgé !!!! Crache Lilian

Ses mots sont si durs que j’ai l’impression de recevoir un coup de poing dans mon coeur.

- Non jte crois pas, t’as pas pu faire ça ! Dis-je

- Oh que si il l’a fait. Devant son père et sa mère mourante et ensuite il a égorgé le père puis...a finit par la mère pour bien qu’elle souffre. Voilà qui est ton mari Abby !!!

Je regarde Lilian qui ne contredit pas et mon coeur continue à se fendiller.

- C’est plus compliqué que ça Abby. Dit Lilian

- Tais toi, tais toi Lilian !

Bien qu’il souffre, je ne peux pas lui pardonner ça. Comment à t’il pu faire ce genre de chose. Gaby repart en nous laissant « entre amoureux ». Un silence pesant se met entre nous.

- Bébé, stp écoute moi. Grogne t’il

- J’en ai suffisant entendu comme ça Lilian.

- Tu vas me quitter ?

- C’est pas le moment de parler de ça.

- J’étais jeune Abby, et…

- Stop !

Je pose mes yeux sur lui alors qu’il est toujours attaché et que ses muscles sont durement étirés.

- Pour la première fois Lilian, j’ai honte d’être ta femme. Comment t’as pu faire ça Lilian ? Comment t’as pu faire des enfants, épouser deux femmes, comment t’as pu te pardonner ça ! Et pourquoi t’es pas en prison ? C’est l’armée qui te couvre ? C’est ça tes putain de valeur !!!!

- J’ai été condamné à 5 ans d’enfermement mais le commandant m’a pris sous son aile j’ai fais que 2 ans mais crois moi c’était pas une partie de plaisir, j’en ai chié bien plus que si j’étais en prison.

- Génial l’armée.

- Je suis un bon élément Abby.

- Qui viole et égorge. Super élément, t’as raison !

- Abby…

- Non arrête, je veux plus t’entendre.

- Bébé…

- JE NE VEUX PLUS T’ENTENDRE !!!! Dis-je en hurlant de toute mes forces.

Ma rage éclate mais pas suffisamment pour me détacher et Gaby finit par revenir. Il se pose sur le lit et je détourne la tête pour pas le regarder. Sa main caresse les courbes de mes seins et pince le bout de mes tétons, ce qui me fait réagir malgré moi.

- Je vous ai tellement observé que je sais exactement ce que tu aimes Abby.

Il me caresse et Lilian crie de ne pas me toucher.

- Sois pas jaloux, tu t’es amusé, à mon tour maintenant.

- Laisse moi tranquille Gaby ! Dis-je

Il ne m’écoute pas, je sens sa langue sur mon corps, il aspire mes tétons et je regarde ses doigts coupés et la nausée me reprend.

- J’ai envie de ton cul alors on va faire une petite pirouette ma belle.

- Non !!!

- Oh si.

Il me retourne et ça tire sur mes bras. Je le sens me caresser les cuisses puis les fesses avec son sexe. Il le pousse en moi et je me crispe d’un coup. Il m’attrape les cheveux et me force à tendre le cou.

- Tu aimes qu’on te maltraite aussi je crois.

- Va te faire foutre Gaby.

- Je vais te baiser salope, comme promis.

Je ferme les yeux et tente de ne pas penser à ce qu’il me fait. Ses mains frappent mes fesses et je le sens jouir en moi. Beurk. Lilian hurle de me laisser, l’insulte, lui promet la mort mais ça n’arrête pas Gaby. Il se redresse et s’éloigne de moi.

- Je t’ai vu la frapper. T’aimes ça frapper les femmes hein. Dis Gaby à Lilian

- C’est toi que je vais frapper connard.

- Curieux de voir ça. Bien on va voir si elle aime vraiment ça.

- Déconne pas, tu peux l’abîmer avec ça ! Putain non !

La chaîne s’abat sur mes fesses et la douleur me fait hurler.

- Gaby arrête !!!

- J’avais testé avec la ceinture sur ta copine Luna, c’était bandant mais là j’adopte la chaîne sans problème. Tu vois je peux te donner tout ce qu’il te donne...bébé.

Les coups se multiplient jusqu’à ce que je m’évanouisse. Lorsque j’ouvre les yeux je suis dans le noir.

- Abby !!! Abby tu m’entends !!!

- Hélas oui Lilian.

- Tu vas comment ? T’es blessée ?

- Je sais pas, j’ai mal aux fesses.

- Tu peux bouger le bassin ?

Je tente de bouger et mon bassin répond

- Oui.

La peur m’envahit au fur et à mesure que le temps passe.

- Tu crois que la police nous retrouvera ?

- La police non, l’armée oui.

- L’armée ?

- Ils vont s’en mêler, nous avons un matricule dans la peau et qui fait office de GPS. Ça prend un peu de temps car faut des autorisations pour y accéder mais ils finiront par nous retrouver.

- Ça prend longtemps ?

- Je sais pas.

- Je veux plus qu’il me touche Lilian.

- Je sais.

Mes larmes finissent sur mon oreiller de fortune et puis je finis par m’endormir jusqu’à être réveillée par la lumière.

- Oh mais très joli les fesses bleues.

- T’es un malade.

- Bon on va te nettoyer un peu. Dit-il en posant une bassine d’eau chaude.

Il passe un gant chaud sur ma peau qui soulage les horreurs qu’il m’a fait la veille.

- C’est toi aussi pour les clous dans les pneus ? Dis-je

- Et oui.

- T’aurais pu tuer les enfants.

- Ce ne sont pas les miens, fallait pas les faire Abby, j’ai pas arrêté de te le dire ça.

- Pourquoi tuer ma chienne ?

- Parce que je supporte pas que tu portes ton amour sur quelqu’un d’autre que moi.

- Qu’est ce que tu vas me faire ?

- Je vais te garder.

- Laisse Lilian partir alors.

- Non, lui je vais le tuer.

- T’as pas les couilles. Crache Lilian

- Excuse moi Abby, je reviens.

Je regarde Gaby s’éloigner pour aller vers Lilian et lui balance un grand coup de poing dans le plexus, ce qui coupe le souffle à Lilian.

- Arrête, laisse-le !!!

- Tu le défends encore après ce que tu sais de lui ? Tu es vraiment décevante Abby.

Les coups se multiplient et Lilian devient un punching ball.

- Tu l’auras jamais, tu pourras me tuer, elle ne t’aimera pas plus ! Ricane Lilian

- Ferme là !

- Tu aurais pu rester son ami, mais tu as tout perdu. Tout...perdu.

Gaby perd son sang froid et c’est ce que cherchait Lilian.

- Je vais te faire taire connard ! Crache Gaby qui se retourne pour ouvrir un tiroir, tournant le dos à Lilian.

Lilian se balance d’un coup et attrape avec ses jambes le cou de Gaby et d’un coup de bassin, le craquement vitale de Gaby résonne dans la pièce et s’effondre au pied de Lilian.

- On ne tourne jamais le dos à son ennemi connard ! Crache Lilian

Tout a été très vite et j’ai à peine le temps de tout comprendre.

- Il...il est…

- Oui. C’est fini bébé. Enfin presque, faut maintenant qu’on arrive à se détacher.

- Comment, t’as fais ça putain !!!

- L’entraînement et l’adrénaline de la douleur, tu connais ça je crois. Il me fallait juste le bon angle avec la force nécessaire et le pousser à bout.

- Comment on va se détacher ?

- Je sais pas mais je vais trouver.

Lilian tente de se hisser mais il est trop attaché et se fatigue vite. Il crie de rage pour se défaire mais y a rien à faire, nous sommes coincés ici.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1038
239
269
984
Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
381
319
127
393
XiscaLB
*A 4 mains*
Farouchement attachée à son rêve, Joy met tout en œuvre pour le réaliser, quitte à cumuler trois boulots, à mettre entre parenthèses sa vie de jeune femme. Elle sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même depuis la seconde où elle a avoué à sa mère que, contrairement à elle, la danse classique n’était pas son choix de carrière. Alors elle s’accroche, elle économise, passe les concours, et atteint son but. La célèbre European School of Danse de Lille lui ouvre finalement les portes.
Et puis, il y a cet homme qui l’attend et la drague au bar où elle travaille depuis plusieurs jours. Celui qui ne la laisse absolument pas indifférente, qui lui donne envie de tout mettre en pause, au moins le temps d’une nuit. Joy joue, résiste un peu, lutte contre ses pulsions, pour finalement craquer et se laisser aller à finir dans son lit. Après tout, un peu de plaisir n’a jamais fait de mal à personne.
Se taper "Smith" n’était vraiment pas l’idée du siècle car ce beau gosse va lui causer bien des soucis. Au jeu du chat et de la souris, avec la danse comme point d’appui, tous deux vont connaître nombre de péripéties sans pouvoir s’empêcher de craquer l’un pour l’autre.

Alors, si vous aussi vous voulez danser et aimer avec Joy, embarquez-vous dans cette nouvelle histoire de Xisca L.B. et de Lécossais !
172
242
7
96

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0