Chapitre 66

9 minutes de lecture

Luna est encore sous le choc, elle a cette impression qu’on s’acharne sur elle alors que la police pense toujours que mes incidents et les siens sont liés. Mais qui nous voudrait du mal ? Pourquoi c’est pas moi qu’on agresse ?

- Faut qu’on bouge d’ici et qu’on se prenne une maison avec des putains de murs et on mettra des caméras et putain ça me bouffe ça, j’arrive même pas à protéger ma femme !!!! Dit Titi hors de lui

- Eh, calme-toi, tu pouvais pas deviner que ce taré serait là au mariage. Répond Lilian pour canaliser la colère de son frère.

- Mais putain c’est qui cet enfoiré ?!

- On avait plus de 200 personnes, et la police a interrogé tous le monde et on suppose qu’il s’est faufilé dans les invités.

- Ca me tue, j’étais à l’étage du dessous pendant qu’il...putain si je le chope ce mec, je te jure que je lui fais la peau.

- Je sais. Dit Lilian en prenant son frère dans ses bras.

Luna arrive dans la pièce, les yeux remplis de larmes.

- Je le laisserai pas me pourrir ma vie ! Hors de question que je vive recluse dans une prison à cause d’un taré. Il m’a pris ma fille mais il me prendra pas ma vie ! Crache Luna.

- Tu devrais aller te reposer ma puce.

- Pour le voir dès que je ferme les yeux ?

- Je suis tellement désolé.

- Je vais me battre Titi. Je veux prendre des cours de self défense et lui foutre la raclée de sa vie là prochaine fois qu’il voudra me baiser.

On regarde Luna qui est décidée et montre un courage qui nous laisse sans voix.

- Je croyais que tu étais contre la violence. Lâche Lilian

- Ouais bah là j’en ai marre. Tu peux m’apprendre à me défendre ?

- Ma proposition tient toujours tu le sais.

- J’étais pas prête mais là je le suis.

- Alors en garde.

Lilian s’improvise prof de self défense et j’avoue que de le voir comme agresseur me donne quelques idées.

- T’as de la bave au coin des lèvres. Ricane Titi

- Toi aussi.

- T’as vu ses nichons aussi.

- Je mate plutôt le torse de mon mari.

- T’as aucun goût.

Je le regarde et on retrouve le sourire. Je m’installe à mon Pc portable pour préparer mon retour à la clinique et je regarde mes emails.

---------------------------------------------------------------------------

De : aaa@zzz.com

A : Moi

TON TOUR VIENDRA ABBY.

---------------------------------------------------------------------------

Ma main tremble sur la souris et je regarde Titi qui vient près de moi.

- Putain mais il va pas nous lâcher cet enculé !!!!

La réaction de Titi stoppe l’entraînement et Lilian vient à moi. On tente de protéger Luna mais elle comprend vite. Nous appelons la police mais l’adresse e-mail n’existe déjà plus. Je prends quand même mon courage à deux mains et vais à la clinique car ma vie doit continuer.

- Ahhhh comment va la nouvelle mariée ? Me lance Cathy.

- Ca va.

- Et Luna ?

- Sous le choc mais elle tient le coup.

- C’est horrible ce qui lui est arrivé.

- Oui. Alors comment ça se passe ici ?

- On est dé...bor...dé. Heureusement que tu reprends car là j’ai tout les plannings de remplis.

- Ok, alors au travail.

Je suis contente de reprendre, être maman c’est top mais j’adore mon métier. Le midi nous allons tous manger et je retrouve une vie sociale.

- Ton mariage était vraiment une réussite Abby. Me lance Gaby

- Merci à toi d’être venu, merci à tous d’ailleurs.

- Merci à toi Abby. A Abby !!! Lance Gaby en levant son verre.

- A Abby !!!

On trinque puis nous repartons travailler. Lorsque je rentre, je suis épuisée et retrouve mon mari au fourneau.

- Bonsoir bébé, dur la reprise ? Me lance t’il

- Je suis lessivée. Comment ça été avec June ? Dis-je en prenant notre fille dans mes bras.

- Je crois que cette demoiselle nous sort des dents.

- Ah mince, t’as mis son collier d’ambre, génial. T’es un super papa chéri.

- Et toi une super maman. Je t’aime bébé. Dit-il en m’embrassant.

- J’ai super faim, on mange quoi de bon ?

Il bouche les oreilles de June et se penche à mon oreille.

- Ma queue au fond de ta gorge.

Sa voix me fait frissonner et je sens mes tétons durcir dans mon soutien gorge. Il sourit et sait l’effet qu’il me fait. Il pose un baiser à June et repart à la cuisine.

- Ton père est magnifique, tu trouves pas mon cœur.

Je regarde Lilian et retombe encore une fois amoureuse de lui. Je vais donner le bain à June et me fait sauter dessus par Lola et Adrien.

- Maman !!!! Tu as bien travaillé ?

- Oui et vous ?

- Moi je sais écrire mon prénom et ceux de toute la famille. Crie Lola

- T’es la meilleure.

- Moi je dois apprendre la seconde guerre mondiale. Génial. Dit Adrien pas très motivé

- C’est important mon amour.

- Ouais je sais. J’aime pas la guerre.

- Personne ne l’aime.

- Lilian si.

Je regarde Adrien et caresse sa joue.

- Chéri, Lilian n’aime pas la guerre, il aime défendre son pays.

- Le pays n’est pas en guerre que je sache, il fait une guerre qui n’est même pas la notre !

- C’est compliqué mais je t’assure que Lilian n’aime pas la guerre.

Je vois les larmes d’Adrien se former et il se jette dans mes bras en sanglotant.

- JE veux pas qu’il reparte.

- Mon amour, il est là pour l’instant, y a pas encore de mission à l’extérieur.

- Je veux pas qu’il meurt maman.

- Oh mon coeur. Dis-je en serrant fort ce jeune garçon qui est encore si fragile.

Lilian monte les escaliers et me regarde sans comprendre ce qu’il se passe.

- Il veut pas que tu repartes et que tu meurs à la guerre.

- Eh bonhomme, regarde moi.

Adrien regarde Lilian.

- Je compte pas mourir à la guerre mais c’est de mon devoir que de défendre les pays qui ont besoin d’aide.

- Je veux plus que tu repartes.

- C’est mon travail mais pour le moment je suis en congé et je ne compte pas repartir toute de suite.

- Pourquoi tu restes pas ici comme avant quand tu ne partais pas ?

- Parce que je suis plus utile, tu sais y a des pays qui n’ont pas notre chance d’être dans un pays sans guerre, des enfants ont besoin que je les défende pour qu’un jour ils puissent vivre comme nous, tu comprends ?

Adrien renifle et se colle à Lilian. Cet acte d’amour me fait pleurer, ce qui fait pleurer Lola puis June. On se fait tous un câlin et séchons nos larmes. Nous passons tous à table puis nous couchons les enfants avec une certaine hâte jusqu’à ce que je sois projetée contre le carrelage de la douche.

- J’ai tellement envie de toi que j’ai mal aux couilles bébé. Dit Lilian presqu’enragé.

Je prends ses bourses dans mes mains pour les masser et sa mâchoire se crispe par le plaisir.

- Je vais te baiser mon amour. Dit-il excité

- Je veux bien plus Lilian.

- T’es trop fatiguée bébé.

- Fais moi mal chéri.

- Non.

Je sers plus fort et son regard devient plus dur.

- Fais pas ça Abby.

- Fais moi mal alors.

- Attention bébé, joue pas à ça, je pourrais très bien ne pas te faire jouir et me servir juste de toi.

Je déserre ma prise et je sens qu’il se décontracte.

- Voilà bébé, doucement maintenant tu vas te mettre à genoux et me sucer comme une bonne chienne.

- Tu me baiseras ?

- Non.

- Pourquoi je le ferais alors ?

- Parce que t’as pas envie que jte prive de moi pendant plusieurs jours.

- Tu ferais pas ça hein

- D’après toi ?

Je sais qu’il en est capable et je m’agenouille devant lui.

- C’est ça bébé, suce bien. Bordel que j’aime ta bouche.

Son sexe glisse bien et je veux le faire jouir vite alors je presse mes lèvres, joue avec ma langue et son sperme s’expulse dans ma gorge. Ses jambes tremblent et il se tient au carrelage comme si il craignait de s’effondrer.

- Toute la journée j’ai fantasmé sur ta bouche. Dit-il en caressant mes lèvres.

- Fais moi jouir. Dis-je suppliante.

- Non bébé, pas d’orgasme pour toi ce soir. Lave toi et vient te mettre au lit.

Je file sous l’eau, j’ai envie de me toucher mais je résiste et vais le rejoindre dans notre chambre. Mais lorsque je vois les sangle accrochée à la poutre, je comprends que ma soirée n’est pas terminée.

- Viens te mettre là.

J’obéis et il me met le fouet dans ma bouche le temps de m’attacher les poignets en l’air.

- T’as voulu me comprimer les couilles bébé pour avoir mal alors que t’es fatiguée de ta journée, mais malgré ça, t’as la force de vouloir me menacer.

Son regard est brillant et les sangles me font déjà mal.

- Je veux pas entendre un seul son de ta bouche, où jte jure Abby, que je te ferai dormir par terre dans le panier de Bounti comme une chienne pendant 15 jours.

J’aime quand il me menace comme ça, même si je détesterai qu’il me fasse dormir par terre. Il tend sa main devant moi et je lui dépose le fouet.

- Maintenant, plus un son.

Je me concentre alors que le premier coup arrive. Je me tortille par la douleur mais je garde le silence. Le second coup est plus fort mais il enchaîne avec un 3ème sur mes mains et j’ai déjà envie d’hurler.

- T’as voulu me faire mal Abby, t’aurais tellement pas du.

Ses doigts s’enfoncent en moi et il me masturbe durement puis s’arrête net et reprend les coups de fouet.

- Tu vas crier bébé.

Je fais non de la tête et ses coups sont plus forts.

- Tu vas dormir par terre comme une bonne chienne. 15 jours Abby, 15 jours. Dit-il en embrassant mon cou et en pinçant fort mes tétons.

Je me mords la lèvre pour pas crier alors qu’il tire dessus. Mes larmes perlent en silence alors il les tord sans me lâcher du regard.

- Crie bébé, t’en as tellement envie, tu sais que ça te fait du bien quand tu cries.

Mon corps tremble mais je résiste et je sens que ça l’énerve et l’excite en même temps car son pantalon est déformé par son érection.

- Mon amour, t’es si forte. Je vais te baiser mais jte ferai pas jouir.

Il baisse son pantalon et m’enfonce son sexe en moi.

- Crie bébé.

Je mords si fort ma lèvre que j’ai le goût du sang dans ma bouche.

- Je vais te baiser Salope, je vais te faire crier de force !!!

Il me détache et me pose à 4 pattes par terre. Il ouvre mes fesses et se glisse en moi. Je me sens trop étroite puis doucement mon corps se forme autour de lui et je suis que plaisir. Il me pilonne si fort que mon corps s’effondre par terre. Il relève mes fesses et s’enfonce jusqu’à la garde et jouit en moi. Je n’ai pas jouis et je me sens pleine de tension sexuelle.

- Va au lit.

Je ne dis toujours rien et va me coucher. Son corps se colle au mien et je sens mes larmes menacer.

- Bébé, parle moi.

Je fais non de la tête.

- Tu dormiras pas à la place de Bounti bébé si tu parles.

Je fais non de la tête et renifle comme une petite fille.

- Tu comprends mon amour que je peux pas te laisser me menacer surtout pour obtenir quelque chose qui va te faire plus de mal que de bien.

Je fais oui de la tête, alors que sa main commence à me caresser. Je me colle contre lui et le supplie du regard de me soulager. Mais je suis tellement sous tension que j’arrive même pas à jouir et je finis en crise de larmes.

- Tu vois, t’es trop fatiguée Abby, tu vis mal la douleur et les sanctions. Tu n’arrives même plus à jouir bébé.

Il a raison, d’habitude je le vis pas mal mais là, je me sens mal et c’est entièrement de ma faute, j’ai voulu jouer alors que j’étais pas prête. Voilà une leçon que je ne suis pas prête d’oublier.

Annotations

Recommandations

Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
439
371
129
442
Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1115
250
275
1002
SJTwin
Suite à un événement tragique, Amélia, 25ans, voit sa vie complètement détruite.
Elle décide donc de rejoindre son frère, Alex, Vice-Président du club de motard "The Sliders".
En pensant trouvé la sécurité, elle ne pensais pas rencontré Liam, le Président du M.C.
Lui, la veut elle.
Elle, ne désire que la vengeance mais son coeur lui dicte autres choses ...
Et si, désire et vengeance ne faisais qu'un ?
162
5
21
222

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0