Chapitre 59

9 minutes de lecture

Ce soir c’est notre dernier soir à 3, les loulous vont rentrer de chez leur père demain. Je regarde ma petite boule d’amour qui s’est endormie repue. Lilian, me la prend et va la coucher pendant que moi je prends ma douche. Il entre dans la salle de bain alors que l’eau chaude glisse sur ma peau.

- Bébé, t’habilles pas, reste en serviette.

- Lilian, je saigne encore et…

- Je sais, descend en serviette.

Je n’ai pas le temps de dire quoi que se soit qu’il est déjà parti. Je fais ce qu’il me dit, même si j’aime pas l’idée de ne rien avoir pour absorber mon sang. Cependant après la douche j’ai toujours un temps de répits. J’arrive dans le séjour allumé de bougie et une table de massage est dépliée. Une serviette noire est posée dessus et je lui en suis reconnaissante. Il s’approche de moi et passe ses mains autour de mon cou, attirant mes lèvres aux siennes, sa langue les caresse puis s’empare de la mienne et je sens la serviette se retirer. Mon dieu que cet homme est érotique.

- Installe toi sur le ventre. Chuchote t’il.

Je ne dis rien et m’installe comme il me le dit, il glisse un coussin sous mon bas ventre, soulageant mes reins cambrés. Je pose ma tête dans le trou pour et il fait glisser mes cheveux sur le coté et commence à me masser le cuir chevelu. La dernière fois que j’ai eu ça, c’était chez le coiffeur et Lilian remporte la palme du massage haut la main. Il descend ensuite à ma nuque et je gémis sous la détente de mes muscles. Je crois que je vais m’endormir mais ses mains se retirent et je l’entends marcher puis une vive chaleur tombe sur mes omoplates puis longe ma colonne jusqu’au creux de mes reins.

- C’est chaud !!!

- Bouge pas.

Ses mains reviennent sur moi et me font vite oublier la chaleur de l’huile qui fait glisser ses mains sur mon dos. Il me masse, me caresse, délasse mes muscles un par un, sa main se dirige sur le haut de mes fesses et j’appréhende la zone.

- Relaxe toi, tout ce que je vais te faire ce soir est approuvé par l’obstétricien bébé

- C’est un pervers, c’est pas rassurant Lilian

- C’est avant tout un médecin, jte rappelle qu’il t’a aidé à accoucher et que June se porte très bien.

- C’est vrai.

- Et puis jte ferai jamais rien qui pourrait te mettre en danger, détends toi. Dit-il en remontant sa caresse jusqu’à ma nuque, me faisant gémir.

Il étire mon dos avec ses mains et je sens qu’une vertèbre craque et la compression que je sentais à disparu. Ses mains se rapprochent de mes fesses et je me tends.

- T’es si tendue bébé.

- C’est encore douloureux.

- Je sais bébé.

Rien que d’avoir été aux toilettes, j’en ai saigné et j’ai eu peur d’avoir fait sauté mes points, Lilian avait vérifié et tout semblait normal. J’avais appelé l’hôpital qui m’avait rassuré en me disant que c’était très fréquent. Il pose sa main sur mes reins et me dit de ne pas bouger. Non !!! Je veux pas qu’il touche !!!

- Lilian non !!

- Si bébé, l’huile est cicatrisante, elle est faite pour ça

- Elle est brûlante ton huile !

- Elle va te faire du bien.

- Non !!!

Je sens le filet d’huile sur mes fesses et je me contracte ce qui me fait mal. Il écarte mes fesses pile où y a mon anus et le filet tombe sur mes sutures. Je crois n’avoir jamais crié comme ça et mes larmes tombent par terre.

- Ca va t’aider à cicatriser.

Il écarte un peu mes jambes et son doigt caresse mes points, je pleure mais ca m’excite et je soulève mes fesses pour aller à son contact.

- Tu vois, c’est plutôt bon, non ?

- Continue.

Il ricane et c’est moi désormais qui écarte mes fesses, oubliant mon état, voulant seulement sentir son doigt caresser ma blessure. Il descend autour de mes lèvres et trouve mon clitoris qu’il caresse et je me détends dans un long gémissement. Il me masse les fesses puis mes cuisses, mes mollets et fini par mes pieds. Il masse mes orteils, plus précisément, il me les branle et ça m’excite un peu plus, sentir ses doigts glisser entre, il les tire et j’ai envie de le sentir en moi. Je gémis plus fort lorsqu’il masse ma plante de pied et mon excitation monte d’un cran.

- Jt’en supplie continue.

Mon corps laisse l’orgasme prendre le dessus et balayer la douleur à son passage. Je tremble de tout mon corps et il semble satisfait. Ses caresses sont maintenant plus douces, accompagnatrices de cet orgasme qui m’a submergé.

- Tourne toi maintenant.

Mes yeux se posent maintenant sur les siens qui sont brillants d’excitation, je regarde son pantalon déformé et lui sourit.

- T’en fais pas, tu vas l’avoir.

Me voilà avec l’eau à la bouche, je veux son sexe gorgée, lui faire du bien comme il me fait du bien. Il se met au dessus de ma tête et commence par un massage du visage, les yeux fermés je profite de ce moment de détente. Ses doigts sentent le sang, mélangé à mon excitation et à l’huile, le mélange des trois est enivrant. Il descend au niveau de mes épaules, de mes clavicules et puis la brûlure mordante de l’huile se pose sur mes tétons déjà bien endolori par la tétée de June, j’agrippe la table et très vite les mains de Lilian font taire la douleur pour laisser place à un doux massage de mes seins. Il les prends, les masse, il passe à l’autre et recommence et puis ses doigts deviennent plus durs, il me malaxe plus fort et me comprime le sein jusqu’à mon téton qui laisse couler mon lait. June !!!

- Lilian arrête ! June va être en contact de l’huile et…

- Du calme, cet huile est faite pour. J’ai pensé à tout bébé.

- Elle va l’avaler Lilian, t’es sur que.

- Oui Abby j’en suis sur.

Je me repose sur la table et le laisse continuer à me soulager de la tension que je porte dans mes seins. Il verse l’huile au creux de ma poitrine la laissant couler jusqu’à mon nombril et se terminant sur mon pubis. Il masse mon ventre, mes cotes, détends mes muscles qui ont durement travaillés depuis plus de neuf mois. Neuf mois à construire la vie. Les larmes me montent.

- Elle est si belle, dis-je en pleurant

- Magnifique bébé, elle est parfaite.

- Je l’aime si fort.

- Et elle t’aime aussi fort.

- Elle me manque.

- Elle dort, elle est bien dans son lit au chaud.

Sa main masse mon ventre mou et vide. Je regrette presque d’avoir provoqué sa sortie tellement je me sens vide.

- Bébé, elle est pas loin.

J’essuie mes larmes.

- Je me sens vide.

- Je sais bébé, je sais.

Il m’embrasse, tout en continuant à masser mon ventre puis son baiser s’arrête et il s’éloigne de moi pour récupérer des étriers qu’il pose sur la table. Ceux si son plus moelleux, matelassé supportant le bas de mes cuisses et le haut de mes mollets. Lilian écarte doucement mes cuisses et je sens mes points me tirer.

- Voilà pas plus, ça va ? Me demande t’il

- Ca tire.

- Oui on va assouplir tout ça.

- Lilian…

- Bébé, fais moi confiance stp.

Je ne dis rien, mais j’appréhende l’huile chaude qu’il s’apprête à verser. Le filet commence sur mon clitoris et mon bassin se soulève. Puis l’huile glisse jusqu’à mes lèvres, coulant le long de mes points de sutures. Il reprend le massage de mon bas ventre puis le creux de mes cuisses et enfin je me détends.

- Je saigne beaucoup ?

- Franchement, non ça va.

Il passe sa main sur mes lèvres.

- Regarde j’ai presque pas de sang.

Me voilà rassurée, mon corps ne se vide pas sur la table. Son visage vient au dessus du mien et son nez caresse le mien.

- Ton corps m’a offert une merveilleuse petite fille, je lui en serait éternellement reconnaissant, je vais en prendre soin autant que je prendrais soin de June. Je ne veux pas que tu sois gênée de quoi que se soit, c’est normal qu’il saigne, des heures de travail, un bébé qui est sorti, c’est normal qu’il soit blessé mais on va en prendre soin maintenant, le soigner, et ça, c’est mon rôle bébé. Dit-il en caressant mon clitoris

- Je t’aime. Dis-je gémissante.

- Moi aussi Abby, tellement.

- Encore.

- Je vais te faire jouir mon amour.

Ses caresses tiennent cette promesse et je jouis dans la douceur. Lilian aime mon corps, le protège, le nourrit, lui donne tout ce dont il a besoin. Il passe son doigt le long de mes sutures et je serre les dents. Il ne me lâche pas des yeux.

- Ça fait si mal. Dis-je en soupirant de plaisir

- Et tu aimes ça.

- Oui.

- J’ai vu ton regard lorsque t’as accouché Abby, t’as aimé souffrir, je me trompe ?

Je me sens un peu coupable car oui j’ai aimé cette douleur lancinante qui prenaient mes reins, me paralysant parfois tellement les contractions étaient fortes. J’ai senti mon corps s’enfoncer dans cette univers de douleur et de plaisir. J’ai sentie June sortir de moi, la douleur n’étant qu’un élément de cet acte d’amour. Je pensais pas que Lilian l’avait vu mais ce soir il me montre qu’il sait lire en moi bien plus que je ne le crois.

- Non tu ne trompes pas.

Il me sourit et continue à assouplir les points de suture puis remonte jusqu’à mon clitoris.

- Encore !!!

Mon corps laisse échapper une grosse éjaculation qui trempe la serviette, et Lilian enchaîne ses caresses pour m’en offrir une seconde juste après. Mon ventre se creuse pour se vider et tout mon corps se met à trembler.

- T’es parfaite mon amour.

Il reprend ses massages au niveau de mes cuisses puis mes mollets qu’il libère des étriers puis mes pieds. Je ne suis que plaisir, il bouge mes jambes, les plient et je n’ai plus cette sensation que ça me tire sur mes points de suture. Je suis totalement détendu alors que lui à sortie son sexe tellement il est tendu. Il remonte jusqu’à être au niveau de ma tête. Il me fait glisser pour que ma tête soit en dehors de la table et la penche en arrière. Il caresse mon visage avec son sexe pendant que ses mains se posent autour de ma tête.

- Ce soir je vais pas te baiser la bouche, je vais lui faire l’amour.

Ses mots me font un effet de dingue, et je passe ma langue sur mes lèvres pour l’accueillir. Ses doigts caressent l’arrière de ma tête pendant qu’il entre dans ma bouche entièrement en gémissant. Une fois bien au fond de ma gorge, il ressort avec la même lenteur puis recommence. Je le laisse entrer en moi sans la moindre résistance, son sexe et ma bouche ne font plus qu’un. Il efface quelques larmes involontaires, mon nez fait ressortir la salive débordante, mais ça n’a peu d’importance, je veux qu’il jouisse dans ma gorge, je veux sentir mon estomac récolter le fruit de notre plaisir. Et puis il va plus vite, j’ouvre bien ma bouche pour pas qu’il puisse sentir la moindre gêne. Il attrape mes seins et les serre fort, il branle mes tétons et je sens que ça coule dans mon cou.

- Je crois que je suis incapable de te faire juste l’amour bébé, jte baise, oh oui jte baise bébé !!!

Il s’énerve, ses coups de reins sont plus durs et mon corps bouge, mes seins sont comprimés, mes tétons tendus me brûlent sous la pression de ses doigts.

- Ohhhhh bébé !!!!

Enfin je sens le liquide sortir de son sexe, il tremble dans ma bouche, serre mes seins si forts que j’ai l’impression qu’il va me les arracher et puis il se détend, redevient plus doux. Il me caresse mes seins pour atténuer ma douleur. Il passe un gant chaud sur mon visage et me remet bien sur la table. Il s’assoit à coté de moi et caresse ma joue.

- J’ai adoré, merci, dis-je

- Moi aussi.

- Je veux notre bébé Lilian.

- On va monter, tu veux que jte porte ?

- Non, ça va aller.

Je monte et me mets dans mon short et débardeur de nuit. Je préférai quand même la liberté de la nudité que l’inconfort des serviettes hygiéniques. Mais lorsque j’arrive devant le berceau de June, j’en oublie tout les cotés négatifs. Elle dort ses petits poings serrés dans son pyjama. Je sens les bras de Lilian se glisser autour de mon ventre vide.

- Elle est trop belle, dis-je

- Ouais, comme sa maman, dit-il en se faufilant dans mon cou.

- Je veux pas remettre d’implant Lilian.

- Ça me va.

Je le regarde et il me sourit, puis m’embrasse. Nous validons tous les deux ma décision, June aura très vite un petit frère ou une petite sœur.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1038
239
269
984
Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
381
319
127
393
XiscaLB
*A 4 mains*
Farouchement attachée à son rêve, Joy met tout en œuvre pour le réaliser, quitte à cumuler trois boulots, à mettre entre parenthèses sa vie de jeune femme. Elle sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même depuis la seconde où elle a avoué à sa mère que, contrairement à elle, la danse classique n’était pas son choix de carrière. Alors elle s’accroche, elle économise, passe les concours, et atteint son but. La célèbre European School of Danse de Lille lui ouvre finalement les portes.
Et puis, il y a cet homme qui l’attend et la drague au bar où elle travaille depuis plusieurs jours. Celui qui ne la laisse absolument pas indifférente, qui lui donne envie de tout mettre en pause, au moins le temps d’une nuit. Joy joue, résiste un peu, lutte contre ses pulsions, pour finalement craquer et se laisser aller à finir dans son lit. Après tout, un peu de plaisir n’a jamais fait de mal à personne.
Se taper "Smith" n’était vraiment pas l’idée du siècle car ce beau gosse va lui causer bien des soucis. Au jeu du chat et de la souris, avec la danse comme point d’appui, tous deux vont connaître nombre de péripéties sans pouvoir s’empêcher de craquer l’un pour l’autre.

Alors, si vous aussi vous voulez danser et aimer avec Joy, embarquez-vous dans cette nouvelle histoire de Xisca L.B. et de Lécossais !
172
242
7
96

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0