Chapitre 56

4 minutes de lecture

Ce jour là j’ai compris ce qu’avoir mal voulait dire, j’ai été hospitalisée d’urgence après notre rapport, le décollement s’était remis à saigner mais sans s’aggraver pour autant mais l’hématome me fait souffrir dès que je me mets debout donc position allongée jusqu’à l’accouchement. Sauf qu’on a dépassé le terme et bébé ne veut toujours pas pointer son nez.

- Bien, votre col est toujours fermé, et aucun signe de travail. Vous allez donc devoir le provoquer ce travail.

- Le provoquer ?

- Oui c’est le moment de marcher, de rattraper vos quelques mois sans bouger, vous avez mon feu vert pour que bébé pointe le bout de son nez.

- On peut reprendre les rapports ? Demande Lilian, prêt à me prendre sur la table

- C’est même recommandé mais allez y doucement car ça peut être douloureux pour Madame.

Le regard de Lilian en dit long.

- Je vous laisse une semaine pour déclencher votre accouchement, sinon c’est une césarienne. En attendant vous mettez un ovule chaque soir pour que ça fasse travailler votre col.

L’épée de Damocles au dessus de ma tête on rentre. La maison est vide, les enfants à l’école, Lilian ne perd pas de temps et me dévore la bouche en retirant mes vêtements.

- Je vais te baiser bébé.

- Elle a dit doucement.

- T’accouches ce soir.

Mon dieu que c’est douloureux lorsqu’il frappe dur en moi, on dirait un marteau qui frappe mon col. Des contractions s’invitent mais irrégulières et inutiles. 3 jours de sexe, dès qu’on peut, et de manière brutale, je marche tous les jours, mais pas d’accouchement en vue. Je sens la césarienne pointer le bout de son nez, ce qui ne me ravit pas. Les contractions par contre sont là et la nuit je suis réveillée par la douleur.

- Ok j’en ai marre là de te voir souffrir comme ça pour rien donc j’ai pris rdv chez l’obstétricien qui te suivait.

- Tu penses qu’il va pouvoir nous aider ?

- C’est son boulot donc oui je suppose. C’est ça ou dans 4 jours la césarienne.

Nous avons rdv à 18h00, nous sommes les derniers patients et nous lui expliquons la situation.

- Bien allez vous allonger, je vais regarder ça de plus près. Il me fait une échographie des plus classiques. Il me pose un monitoring et surveille mes contractions.

Je suis allongée, les cuisses écartées et il insère ses doigts en moi.

- Votre col est plutôt bas et mou ce qui est bien, on va maintenant le travailler un peu, dites moi si vous avez mal.

Je le sens bouger en moi, et mes contractions sont très douloureuses.

- C’est très bien Abby, continuez à bouger votre bassin.

Je suis en sueur entre l’excitation et la douleur de mes contractions. Lilian caresse mon ventre et je sens que ça travaille en moi.

- J’aimerais maintenant que vous vous mettiez accroupie Abby.

Lilian m’aide à me mettre en position du crapaud et le médecin continue à me travailler, cette position est douloureuse et pénible.

- J’ai mal !!!! J’ai trop mal !!!!

- Soufflez Abby, soufflez

- Bébé respire bien.

- Ca fait trop mal !!!

Une douleur traverse mon ventre et un ploc retentit parmi mon hurlement.

- Et bien voilà, vous avez rompu votre poche des eaux Abby, félicitations.

- Quoi ?

- Vous pouvez aller à la maternité.

- C’est vrai ?

- Hum hum

- Vous êtes génial !

Nous partons à la maternité où je retrouve le docteur.

- Et bien c’est pas trop tôt. Comment vous sentez vous ?

- J’ai mal !!!

- Normal pour un accouchement.

- J’accouche bientôt ?

- Pas tout de suite, vous être à peine à 2 doigts.

Mon calvaire dure pendant des heures. On me fait marcher, on m’ausculte, on me met sur un ballon, on m’ausculte, on me dit de souffler, de bien respirer, ma dilatation se fait mais très lentement. Tout mon corps me fait mal, j’ai besoin de me reposer. Je m’installe dans les bras de Lilian qui me caline sur le grand lit confortable mise à notre disposition.

- J’ai mal Lilian

- Je sais bébé.

Je m’allonge et doucement je sens la douleur faire un avec moi. Je ne suis que douleur, elle me berce, et pourtant me fait oublier à quel point enfanter est douloureux. J’aime sentir ça.

- Bien, voyons ce bébé. Abby vous vous sentez comment ? Demande la sage femme

- Bien.

- Elle est complètement shooté par la douleur. Dit Lilian.

Je sens plus la douleur lorsqu’elle m’ausculte.

- Abby, votre bébé est engagé.

- Quoi ?

- Faut pousser Abby.

- Non.

- Si Abby. Poussez.

- J’ai mal, je suis bien là. Dis-je à Lilian

- Pousse bébé.

- C’est très bien Abby, continuez.

Je regarde Lilian, mon futur mari.

- T’es magnifique. Dit-il

Je sens le passage de mon bébé, la douleur prend mon bassin mais je suis trop faible pour réagir. Les cris de mon bébé me ramènent vite à la réalité et on me le pose sur moi. Je me mets à pleurer et Lilian m’embrasse.

- On a du faire une épisiotomie donc on va devoir vous recoudre. Je vous anesthésie localement.

Je sens l’aiguille puis plus rien. Peu importe, ce qui compte c’est mon bébé qu’on me prend pour le peser.

- 4 kg 150. Un très belle petite fille, félicitations.

- Une petite fille ?

- Oui, vous avez choisi un prénom ?

Des mois qu’on a trouvé le prénom. Ca sera June pour le mois de Juin, mois de sa naissance. On me remonte dans la chambre avec June et Lilian qui reste près de moi. Je suis encore une fois maman. Une jolie petite fille, un mini nous qu’on va couvrir d’amour.

Annotations

Recommandations

Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
439
371
129
442
Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1115
250
275
1002
SJTwin
Suite à un événement tragique, Amélia, 25ans, voit sa vie complètement détruite.
Elle décide donc de rejoindre son frère, Alex, Vice-Président du club de motard "The Sliders".
En pensant trouvé la sécurité, elle ne pensais pas rencontré Liam, le Président du M.C.
Lui, la veut elle.
Elle, ne désire que la vengeance mais son coeur lui dicte autres choses ...
Et si, désire et vengeance ne faisais qu'un ?
162
5
21
222

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0