Chapitre 52

9 minutes de lecture

Nous avons du nous booster pour être tous prêts pour Noël.

- Les cadeaux sont achetés, la déco est achetée, on a organisé les couchages...reste plus que le repas, dis-je

C’est dommage que Lilian soit en mission, j’aurais aimé qu’il passe le premier Noël de la maison avec nous mais il doit rentrer que fin janvier voir début février.

- Petit bidou pousse. Dit Luna en passant sa main sur mon ventre

- Ouais c’est fini je rentre plus dans mes jeans.

- Tu le sens bouger ?

- Ouais ça fait des petites bulles.

- Ouais où alors t’as des gaz, dit Titi en piochant dans le plat de chips.

- Tu casses la magie là !!! Crie Luna

Il ricane et il se vautre sur le canapé avec Loïc qui vient de rentrer de son école militaire et qui est à fond dans son jeu vidéo.

- Fais gaffe t’as des civils là. Dit Titi à Loïc

- Je sais, et….voilà !!! Tous sauvés !!!

- Ah ouais t’es bon quand même.

Je regarde mon fils qui a bien grandi en si peu de temps.

- Un vrai petit homme ton gars. Me dit Luna

- Ouais.

- Ils savent tes loulous pour le bébé ?

- Oui et ils l’ont bien pris, par contre Bertrand a tiré un peu la gueule.

- Ça peut se comprendre.

- Ouais.

- Il est toujours avec sa blonde ?

- Ouais, ça l’air de tenir.

- Ah bah cool pour lui alors.

- Oui.

Je suis contente pour Bertrand, il a rencontré une fille sur internet et ça à l’air de bien fonctionner. Nous nous mettons à la cuisine et les enfants se prêtent aux jeux et Lola attend le père Noël avec impatience qui devrait passer d’ici 3 jours.

- Bon je file à la douche. Dis-je

Je glisse sous l’eau chaude et retire les boules argentées que m’a prescrit mon obstétricien qui prépare mon corps à l’accouchement. Je repense à l’échographie qu’il m’a faite la veille, et commence à me caresser. Lilian me manque de plus en plus et son absence pèse sur mon coeur et mon corps qui le réclame. J’aime mon ventre qui commence à se voir, je suis fière de porter le bébé de Lilian, même si je lui en veux encore de ce qu’il a fait. Il m’a renvoyé quelques messages en cachette mais c’est difficile pour lui de le faire sans risquer de se faire prendre.

- Mais putain allez lâche ton jeu Loïc !!! Crie Adrien

- J’ai pas envie d’aller jouer au foot !

- On t’a pas vu depuis des semaines, et tu es sur la console, t’aurais mieux fais de rester là bas !

J’interviens avant que la guerre civile éclate.

- Stop, Loïc stp lâche la console et va jouer avec ton frère et ta sœur.

- Putain c’est abusé ! Crache t’il

- Je t’aime.

- Facile ça.

Nous nous retrouvons entre adultes.

- Alors t’as vu le doc aux orgasmes ? Me lance Luna les yeux pétillants

- Ouais, et tout va bien et toi ?

- C’est un putain de pervers ce mec, j’adore. Dit Titi avant que Luna ne réponde.

- Et t’es enceinte ou pas ?

- Trop tôt pour le dire, pourtant il m’a explorée de fond en comble, dit-elle en riant

Lola rentre en pleurant.

- Veux pas que je joue au foot avec eux.

- Oh ma puce, tu veux jouer avec Louane ? Dit Luna

- Non, elle est trop petite, et bave partout. Il arrive quand le bébé maman ?

- Pas tout de suite mon coeur, faut encore attendre.

- Il m’entend ?

- Non il est encore trop petit.

Elle pose sa tête contre mon ventre et je lui caresse les cheveux.

- J’espère que c’est une fille, les garçons ils sont trop messant. Dit-elle

- Ah bah ça on choisi pas ma puce.

- Tu vomis plus ? Me demande Luna

- Non. J’entame mon deuxième trimestre en pleine forme.

- Ça c’est cool.

La soirée se passe et ça me fait du bien d’avoir des invités, mais dès que je me retrouve seule dans mon lit, le manque revient férocement. Je tente de me caresser pour m’endormir mais impossible, le sommeil se refuse et l’orgasme aussi. Je vais devenir dingue. Je veux Lilian en moi, j’ai besoin lui, besoin de son corps dans le mien. Les larmes ne cessent de couler et je me couche contre son oreiller. Les yeux grands ouverts le jour se lève avec mes sanglots.

- Bonjour, j’aurais voulu voir le docteur en urgence svp. Dis-je

- J’ai une place à 18h00 si vous voulez.

- Impeccable, merci.

Bon sang mais qu’est ce qu’il m’arrive. Je suis tremblante et je file vomir. Oh non ! C’était passé. La journée est difficile car je suis épuisée, même si Luna et Titi m’aident beaucoup.

- J’ai rdv à 18h00 ce soir, je peux vous laisser les loulous ?

- T’as rdv ?

- Oui j’ai mal au ventre, j’aimerai voir le gyneco.

- T’as vraiment mal au ventre ou…

- Ou.

- Putain Abby !!! Tu viens de le voir !!!

- J’ai pas dormi de la nuit Luna, je suis à bout là.

- Et tu penses qu’il va pouvoir t’aider ?

- J’espère.

Elle ricane et à 18h00 je file presqu’en courant chez mon médecin.

- Bonjour Abby, que vous arrive t’il ?

- Je dors très mal, j’ai des sortes d’angoisse, je…j’ai peur de perdre mon bébé, de…

- Je vois, vous voulez qu’on fasse une autre échographie ?

- C’est dangereux pour le bébé de les enchaîner ?

- Pas du tout. Allez vous mettre sur la table.

Je me déshabille et m’assois sur le bord comme d’habitude.

- Avez vous des douleurs ?

- J’ai très mal aux seins.

Ses mains fraîches se posent sur le contour de ma poitrine qu’il inspecte soigneusement.

- Mettez vous vos boules pour votre périnée ?

- Oui tous les jours mais je crois que c’est trop efficace ou pas assez mais…

Son regard plonge dans le mien et je suis trop gênée pour continuer.

- Mais ?

- J’arrive plus à…

- A ?

- J’arrive plus à jouir et je suis constamment stimulée.

- Oh. Ca peut être les effets secondaires mais rien de bien grave.

- J’arrive plus à dormir.

- Vous les mettez aussi pour dormir ?

- Ca m’arrive.

- Je vais vérifier le tonus de votre périnée et on va peut être ralentir les fréquences des boules.

Il me fait m’allonger. Je sens le gel froid rentrer en moi et je crispe aussitôt par le plaisir.

- Détendez vous.

- J’essaye mais c’est compliqué.

Mes ongles s’enfoncent dans le moelleux de la table alors qu’il m’explore.

- Serrez votre périnée maintenant et tenez le plus longtemps possible.

Plus je resserre mes muscles autour de sa main et pire c’est.

- Relâchez Abby

- J’y arrive pas.

Son pouce se pose sur mon clitoris et mon orgasme me dévaste violemment et je me mets à pleurer.

- Encore Abby, serrez.

J’ai honte mais j’aime sa manière de me faire jouir, ce coté inavoué et interdit, sentir mes muscles se relâcher par le plaisir, sa manière de me diriger vers l’orgasme.

- Bien, nous allons voir ce bébé maintenant.

Il prépare la sonde Vaginale.

- Est ce que vous ne verriez pas mieux avec l’autre embout.

- Ca vous rassurerait ?

- Oui.

Il change son choix et prends l’embout large qu’il rentre en moi.

- Et bien c’est un bébé qui se porte à merveille, vous voyez, tout va bien.

Il bouge en moi et je grimace car ça commence à être douloureux.

- Vous avez mal ?

- Oui un peu.

- Mettez vous sur le coté.

Il me fait poser une jambe sur un étrier et continue l’échographie mais là les sensations sont déculplées et je m’accroche à la table comme si ça allait m’aider.

- Ah je ne vois pas bien dans cette position, ne bougez pas je vais voir avec l’autre embout si ça serait pas mieux.

L’autre embout mais pourquoi me laisse t’il le large en moi ? Je sens le gel se poser sur mon anus et je n’ose plus bouger.

- Respirez bien.

Je sens l’objet rentrer doucement en moi et m’arrache un gémissement.

- Regardez, votre bébé va bien, il est même plutôt en pleine forme vu comment il gigote. On va écouter son coeur.

Tout bouge en moi et puis il s’enfonce un peu plus loin et la douleur parcourt tout mon être jusqu’à piquer mon coeur, c’est ça qui me manque !!! Je veux avoir mal, je gémis et lui demande de vérifier encore que tout va bien.

- Je suis désolé si c’est douloureux mais il est hors de question que vous ayez le moindre doute.

- C’est pas dangereux pour le bébé ? Dis-je gémissante

- Bien sur que non, c’est juste douloureux pour vous. Dit-il en poussant plus loin.

Mon corps tremble sur la table et les premières larmes s’écoulent.

- Avez vous encore des inquiétudes ? Dites le moi vous êtes ma dernière patiente donc je peux prendre le temps de vous rassurer.

- J’en ai encore.

- Reprenons alors.

Il retire la sonde puis il la remet en me décrivant ce qu’on voit à l’écran.

- Là ici, c’est votre placenta. Vous le voyez ?

- Non c’est assez flou.

- Et là, comme ça c’est mieux ?

- Oui beaucoup mieux, dis-je mielleuse.

- Fermez les yeux Abby et écoutez le coeur de votre bébé. Ca va vous détendre.

Je me fixe sur les battements de coeur et puis la douleur revient, elle est envoutante, rassurante car je sais qu’elle m’est provoquée en toute sécurité. Et puis ce pic de douleur qui remonte le long de ma colonne vertébrale et explose dans mon coeur. Je suis épuisée physiquement et mentalement, mes larmes s’arrêtent plus et je sens qu’il se retire de moi. Il me fait me rhabiller et j’ai l’impression d’être sur une autre planète.

- Bien, on va ralentir les fréquences de vos boules car je pense que c’est trop pour vous. Dit-il en se mettant derrière son bureau.

- D’accord

- Votre mari rentre quand ?

- Dans 1 mois et demi.

- D’accord, je vous mets en arrêt pendant 15 jours pour que vous vous reposiez.

- C’est pas possible, je dois travailler.

Il s’enfonce dans son fauteuil.

- Abby, vous avez besoin de repos, ce n’est pas bon pour votre bébé tout ce stress.

J’avoue que je suis fatiguée mais d’un autre coté j’ai pas dormi de la nuit.

- D’accord.

- Pour la douleur au niveau de vos seins, je vous préconiserai un massage matin et soir. Vous massez bien le seins et votre auréole. Passez y du temps, les glandes mammaires sont très sensibles aux changement hormonales donc 1/2h minimum pour chaque massage. Et pour vos boules, on va les mettre une fois tous les deux jours.

J’acquiesce encore une fois.

- On se revoit après les fêtes mais, si vous avez encore une crise d’angoisse comme cela, si vous avez encore des insomnies, ou quoi que se soit d’autre, vous prenez rendez-vous immédiatement, d’accord ?

- D’accord

- Abby vous n’êtes pas toute seule

- Merci docteur.

Je repars plus légère et lorsque je rentre forcément Luna me bombarde de question.

- 2h d’auscultation quand même. Tout va bien au moins ?

- Oui oui juste que je suis super angoissée.

- Mouais. T’es angoissée ou en manque ?

- Je sais pas. Dis-je en m’asseyant sur le canapé.

- Menteuse, espèce de nympho.

Je regarde le plafond et prend conscience de ce que je suis entrain de faire.

- Je suis un monstre Luna.

- Mais non.

- Je reproche à Lilian d’avoir couché avec la pétasse rouge alors que moi je multiplie les rdv pervers avec mon gyneco.

- Ouais, t’es une cochonne.

- Je vais finir par le perdre Abby.

- Tu plaisantes, il va kiffer que tu te lâches comme ça. Dit Titi qui rentre dans la pièce

- Tu crois ?

- Lilian est un pervers comme moi. Dit-il avec un grand sourire en prenant Luna dans ses bras et je me sens abandonnée.

Les deux me tendent les bras.

- Allez vient là.

Je me colle à eux pour leur faire un câlin, je sens les caresses de Luna sur mes cheveux.

- Difficile sans son chéri hein.

- Ouais.

- Courage il va bientôt rentrer.

- 1 mois et demi.

- T’en as fais plus qu’il en reste à faire.

- Il va rater Noël.

- Il ratera pas la St Valentin au moins.

Mes yeux se ferment tout seuls et lorsque je les ouvre, je suis allongée sur le canapé et j’ai Lola qui dort contre moi.

- Elle voulait câliner sa maman et le bébé, mais elle a sombré aussi. Dit Luna

- Merci d’être là.

- Oh ma puce, j’aime pas te voir comme ça.

- Il me manque Luna, c’est horrible j’arrive pas à le sortir de ma tête.

- On est là, t’es pas toute seule.

- J’ai peur Luna, j’ai peur de la vie sans lui.

- Pense pas à ça, ça va te rendre dingue.

Titi arrive avec le tablier du cuisinier.

- On mange, zou à table les gonz’.

La soirée est géniale, on se fait un karaoké mais lorsque je retrouve mon lit vide, mon cœur se serre. Trois mois sans lui c’est trop dur, pourtant je dois m’y faire car c’est que la première mission, sinon je me condamne comme Nathalie s’est condamnée. Lilian aime son métier plus que tout, plus que moi.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1038
239
269
984
Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
381
319
127
393
XiscaLB
*A 4 mains*
Farouchement attachée à son rêve, Joy met tout en œuvre pour le réaliser, quitte à cumuler trois boulots, à mettre entre parenthèses sa vie de jeune femme. Elle sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même depuis la seconde où elle a avoué à sa mère que, contrairement à elle, la danse classique n’était pas son choix de carrière. Alors elle s’accroche, elle économise, passe les concours, et atteint son but. La célèbre European School of Danse de Lille lui ouvre finalement les portes.
Et puis, il y a cet homme qui l’attend et la drague au bar où elle travaille depuis plusieurs jours. Celui qui ne la laisse absolument pas indifférente, qui lui donne envie de tout mettre en pause, au moins le temps d’une nuit. Joy joue, résiste un peu, lutte contre ses pulsions, pour finalement craquer et se laisser aller à finir dans son lit. Après tout, un peu de plaisir n’a jamais fait de mal à personne.
Se taper "Smith" n’était vraiment pas l’idée du siècle car ce beau gosse va lui causer bien des soucis. Au jeu du chat et de la souris, avec la danse comme point d’appui, tous deux vont connaître nombre de péripéties sans pouvoir s’empêcher de craquer l’un pour l’autre.

Alors, si vous aussi vous voulez danser et aimer avec Joy, embarquez-vous dans cette nouvelle histoire de Xisca L.B. et de Lécossais !
172
242
7
96

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0