Chapitre 38

6 minutes de lecture

Je suis tremblante sous le choc. Quelqu’un est rentré chez moi mais sans aucune infraction et a massacré ma chienne. Son corps à été cloué à ma table, les entrailles dispersées autour d’elle. On lui a arraché les yeux pour les clouer à ma porte.

- Ca ressemble à une menace, qui pourrait vous vouloir du mal ? Me demande le policier

- J’en sais rien.

* Bertrand ?

- Bertrand n’aurait jamais fais ça.

* Y a pas eu d’infraction Abby

- Il n’aurait jamais fais ça !!! Il aimait Bulle !!!

Le policier demande à interroger Bertrand. Et moi j’ai le droit aussi à tout une série de questions.

- Nous sommes en train de d’interroger votre ex-mari, vos enfants sont où ?

- Ils sont partis chez mes parents pour les vacances de février.

Le policier reçoit un appel.

- Votre ex mari n’a aucun alibi, il dit être chez son frère mais personne pour confirmer.

- Il n’aurait jamais fait ça.

- On l’a interrogé aussi pour la nuit de l’incendie. Il n’a encore aucun alibi.

- L’incendie ? Lola était avec moi, il n’aurait pas été mettre sa fille en danger !!!!

On me regarde comme si j’étais dans le faux mais je connais Bertrand il n’aurait jamais fait ça.

- J’en suis sur que ce n’est pas lui.

* Non tu l’espères Abby. Il a les clés, ça peut expliquer qu’il n’y ai pas eu d’infraction.

- Toi aussi t’as la clé !!! Luna aussi !!! et les enfants !!! Ça ne veut rien dire !!!

* Abby il a mal pris votre divorce.

- Non c’est faux, il est revenu sur tout ça et on a divorcé à l’amiable !

* Peut être que c’est pour ça qu’il a accepté un divorce à l’amiable, pour brouiller les pistes.

- Je suis sure que ce n’est pas lui.

- D’accord alors qui vous voudrait du mal ? Reprend le policier

- J’en sais rien.

Les policiers repartent et je décide de ne pas porter plainte contre Bertrand mais juste une main courante. Je vois arriver Cathy et Gaby qui foncent vers moi.

- Merci d’être venus, j’ai pas la force.

- Oh Abby je suis si triste pour toi. Me dit Cathy en me prenant dans ses bras.

- On est là Abby, on va s’occuper de tout, d’accord ? Me lance Gaby en me serrant dans ses bras.

- Merci d’être là. C’est affreux.

- Tu sais qui a pu faire ça ?

- Non.

Mes collègues s’occupent du corps de ma chienne et l’emmènent puis Lilian nettoie la scène du crime alors que Luna et Titi viennent d’arriver.

- Faudrait changer les serrures. Lance Titi

Lilian lui fait oui de la tête.

- Je vais aller chercher ça demain, mais ce soir tu ne dors pas là. Dit Titi

Nous allons chez Luna qui me fait un thé et se remet contre moi.

- Je comprends pas pourquoi on m’en veut, dis-je

- Chut, je suis là ma puce.

- Elle ne méritait pas ça.

- Non, dit Luna qui laisse couler une larme.

Bulle venait d’une de ses portées.

Ne me voyant pas supporter la scène d’horreur, je décide de partir chez Lilian quelques temps. Il me fait une place dans son armoire pour mes vêtements pour que je me sente chez moi et je crois qu’il aime bien que je sois chez lui, même quand il n’est pas là. Je sais que ce soir il a ses enfants alors je prépare un bon repas. La porte sonne et je me retrouve devant Nathalie.

- Bonsoir Abby, j’espère que tu vas mieux ?

- Oui merci.

Ses talons claquent sur le sol et elle range les manteaux de ses enfants dans le placard comme si elle était chez elle et j’aime vraiment pas ça. Elle passe sa main dans les cheveux pour les mettre de coté et demande à ses enfants de l’embrasser et je vois le tatouage « Lilian » dans son cou. Mon cœur se serre et je tente de me rappeler si j’ai vu le prénom de Nathalie sur lui mais ma jalousie brouille mon esprit.

- Merci Abby encore de t’en occuper.

- Oh je t’en prie, ils sont mignons comme tout.

Elle me sourit puis passe la porte. Sale garce ! Lilian rentre 2h après et les petits lui sautent dans les bras.

* Enzo, il te manque rien ?

- Je sais pas

Lilian lui montre sa console portable.

* Heureusement que maman m’a appelé pour que je la récupère.

Enzo est tout joyeux de retrouver sa console et moi morte de jalousie. Lilian m’enlace et me pose un tendre baiser. Je tente de regarder dans son cou si y a un prénom mais non j’ai rien.

- J’ai vu ton prénom sur elle, dis-je

Il perd son sourire.

* C’est son corps Abby je n’y peux rien.

- Et toi t’as son prénom ?

* Non. Tu veux que je me déshabille pour te le prouver. Dit-il en me charmant.

- T’as été chez elle alors ce soir ?

* Oui j’ai été récupérer la console d’Enzo.

- J’aime pas te savoir chez elle seul Lilian.

* Il va vraiment falloir que tu me fasses confiance.

La semaine passe vite et j’adore les enfants de Lilian mais la jalousie me ronge et j’en parle à Luna.

- Ca m’angoisse t’as pas idée.

- J’avoue que j’aimerais pas avoir l’ex de Titi dans les pattes. Bon t’as prévu quoi pour la St Valentin ?

- Une super petite tenue sexy.

- Tu te dévergondes Abby.

- Il me donne des envies de me surpasser et toi ?

- Quoi moi ?

- Bah pour Titi t’as prévu quoi ?

- Bah rien, tu vas pas croire que je vais lui faire une St Valentin. C’est la fête des amoureux, beurkkkk.

- Vous allez avoir un bébé, t’es au courant ?

- Vu que je fais pipi 15 fois par jour, ouais je suis au courant.

Je caresse la tête d’une de ses chiennes en discutant et mon cœur me fait mal.

- Abby, tu veux que jte réserve un chiot ?

- Non. Je suis encore sous le choc tu sais.

- Ouais je me doute. Du coup tu vas rester chez Lilian ?

- Ouais j’ai vu avec Bertrand, on va mettre en vente la maison.

- Sérieux ? Tu vas vivre avec Lilian alors ?

- Je vais surtout vivre chez lui mais on est entrain de regarder les annonces pour une maison mais faut que la mienne se vende avant.

- Oh je suis trop contente pour vous Abby !!!! Dit-elle ne me prenant dans ses bras.

- J’ai peur d’aller trop vite.

- Vous vous aimez, je vois pas le mal là dedans et puis il sait que si jamais il merde je lui coupe les couilles de toute façon.

Je ricane et elle prend ma main pour la poser sur son ventre qui bouge.

- Et ça, ça te donne pas envie ? Me demande t’elle

- Luna on va y aller en douceur hein.

- Il a dit à Titi qu’il l’enviait.

- Sérieux ?

- Ouais, il adore les gosses Lilian.

- Il a en a déjà 2.

- On dit jamais 2 sans 3, je crois.

On fait quelques plans sur la comète et ça me fait du bien. Je rentre auprès de l’homme que j’aime et il me prend sur ses genoux. Sa bouche se colle à la mienne et il m’amène dans notre chambre. Mes cuisses s’écartent et il dégrafe son pantalon. Nous n’avons pas fait l’amour depuis le carnage de ma chienne mais là nous avons besoin de nous retrouver.

- Lilian plus fort !!!

Je le sens trop dans la retenue, j’ai besoin de plus, je tente de venir sur lui mais il me cloue au matelas.

- Fais moi mal !!!

Il fait non de la tête et ça me rend dingue, il bouge lentement en moi et j’ai l’impression que ça me brûle à l’intérieur. Il râle au dessus de moi mais nous contraint à la lenteur et la torture. Notre orgasme est lent et long mais épuisant. Il pose ses lèvres sur les miennes et se couche contre moi.

- Pourquoi tu ne veux plus me faire mal.

* Je te réserve pour la St Valentin.

- Les aiguilles ?

* Beaucoup d’aiguilles.

Mon corps s’enflamme et il ricane. Je m’endors la tête remplie de mes fantasmes. Je sens que ma première St Valentin rattrapera toutes celles que je n’ai pas eues.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1038
239
269
984
Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
381
319
127
393
XiscaLB
*A 4 mains*
Farouchement attachée à son rêve, Joy met tout en œuvre pour le réaliser, quitte à cumuler trois boulots, à mettre entre parenthèses sa vie de jeune femme. Elle sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même depuis la seconde où elle a avoué à sa mère que, contrairement à elle, la danse classique n’était pas son choix de carrière. Alors elle s’accroche, elle économise, passe les concours, et atteint son but. La célèbre European School of Danse de Lille lui ouvre finalement les portes.
Et puis, il y a cet homme qui l’attend et la drague au bar où elle travaille depuis plusieurs jours. Celui qui ne la laisse absolument pas indifférente, qui lui donne envie de tout mettre en pause, au moins le temps d’une nuit. Joy joue, résiste un peu, lutte contre ses pulsions, pour finalement craquer et se laisser aller à finir dans son lit. Après tout, un peu de plaisir n’a jamais fait de mal à personne.
Se taper "Smith" n’était vraiment pas l’idée du siècle car ce beau gosse va lui causer bien des soucis. Au jeu du chat et de la souris, avec la danse comme point d’appui, tous deux vont connaître nombre de péripéties sans pouvoir s’empêcher de craquer l’un pour l’autre.

Alors, si vous aussi vous voulez danser et aimer avec Joy, embarquez-vous dans cette nouvelle histoire de Xisca L.B. et de Lécossais !
172
242
7
96

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0