Chapitre 32

7 minutes de lecture

J’ai effacé mon compte whats@pp sans même lire les messages qu’il m’a écrit, je l’ai bloqué aussi sur mon téléphone, le renvoyant automatiquement sur messagerie. Les enfants sont revenus de chez leur oncle où Bertrand loge et j’ai du faire comme ci tout allait bien alors que tout va mal en moi. Une fois la porte de ma chambre fermée, je déverse ma tristesse. Le lundi j’ai repris le travail, toujours comme ci…

- Gaby, tu pourrais m’aider à remettre les règles de filtrage des mails stp

- T’as changé ton email ?

- Oui j’avais trop de spam.

- Ok, on voit ça ce midi ?

- D’accord. Merci.

La matinée passe et le midi je reste avec Gaby pour faire les changements de cette nouvelle vie bien triste.

- Merci beaucoup Gaby.

- De rien. Ca va toi ?

- Ouais.

- Tu mens très mal Abby.

- Mon divorce n’est pas simple.

- C’est jamais simple. Si t’as besoin de parler, n’hésites pas.

- Merci.

Voilà tout est fait, j’ai plus qu’à survivre maintenant. Les jours sont longs, et mon coeur se fait de plus en plus lourd. Je tiens avec ma force mentale qui diminue à chaque fois qu’un souvenir refait surface. La nuit je rêve de lui avec elle, parfois j’ai l’impression de sentir leur parfum mélangé et les larmes ne s’arrêtent que quand je suis épuisée. Les enfants m’ont demandé des nouvelles de Lilian, j’ai du leur dire qu’on ne le reverra plus. Loïc m’a fait une crise, me disant qu’il le verrait que je le veuille ou non.

- Abby, on a un Lilian à l’accueil, il m’a écrit vouloir te voir et y a marqué URGENT.

- Dis lui que je ne suis pas là

- Bah non je peux pas, j’ai dis que j’allais voir si t’étais dispo.

- Bah dis lui que je suis pas disponible, jamais.

Elle me regarde un peu étonnée et elle retourne à l’accueil.

- Abby, tiens il m’a laissé ça pour toi. Dit-elle en me donnant une enveloppe.

- Merci. Dis-je en la déchirant.

Je tente de survivre, de respirer car faut respirer, de marcher car faut aller travailler pour ne plus penser à lui, mais je sens que je m’enfonce dans des ténèbres que je ne pourrais pas affronter.

- Abby je m’inquiète pour toi, t’as grave maigris, me dit Luna

- Ca va aller.

- Il est malheureux sans toi lui aussi, il nous a expliqué et…

- Stop !!!! Parle encore une fois de lui Luna et jte promets que plus jamais je ne t’adresserai la parole !

- Ah ouais carrément...ok j’en parle plus.

- Merci.

Elle se couche contre moi et mes larmes coulent le long de mon nez. Derrière mon dos je sens son ventre bouger.

- C’est quand ton echo pour savoir le sexe ? Dis-je

- Dans 15 jours.

- T’as hâte ?

- Ouais grave.

- T’y vas avec Titi ?

- Ouais il veut m’accompagner.

- C’est cool.

Elle dit rien et reste contre moi.

- Je m’étais espéré un avenir avec lui Luna. Je pensais même a ce qu’on ai des enfants à nous, un mariage, j’y ai tellement cru.

- Oh Abby. Dit-elle en me prenant dans ses bras.

- J’ai si mal.

- Si seulement tu me laissais parler Abby

- Non, jt’en supplie dis rien, je veux plus en entendre parler.

- Je sais.

Les semaines sont difficiles car Lilian revient sans cesse à la charge. Je reçois des lettres dans ma boite aux lettres que je déchire, et ce matin, j’avais encore du courrier à la clinique. Alors je décide d’appeler Luna.

- Tu peux me rendre un service stp Luna ?

- Bien sur, dis moi.

- Dis à Lilian que la prochaine fois qu’il m’envoie une de ces lettre ou qu’il prend contact avec moi, je porte plainte pour harcèlement.

- T’es sérieuse là ?

- Oui très.

- Abby t’es excessive dans ta rupture là, tu lui laisses même pas le temps de s’expliquer.

- Dis lui stp.

Les jours suivants je n’ai plus eu de lettres et mon cœur peinait à battre tellement le poids de ma tristesse pesait lourd.

Les vacances de Noël viennent de commencer et les enfants partent chez leur père.

- T’es sur de ne pas avoir envie de venir Abby ? Me demande Bertrand

- Non merci.

Il me pose une bise et fait monter les enfants dans sa voiture. Je referme la porte et me couche immédiatement dans mon lit, le seul endroit où je suis bien.

Et puis comme les enfants sont pas là, je me charge des gardes afin de libérer mes collègues et m’occuper l’esprit. La nuit tombe sur la clinique et un frisson me parcours alors que je rempli les dossiers de mes petits patients. Cette année il fait froid et la neige est tombée mais la clinique est plutôt bien chauffée.

Mon téléphone portable vibre depuis l’accueil là où il charge. Je ne l’ai pas pris de la journée et je vois que c’est Luna.

- Ah bah enfin j’arrive à t’avoir, dit-elle

- Il chargeait désolée.

- C’est une fille !!!

- Une fille ? Géniale !!! Félicitations à vous deux.

- On voudrait fêter ça, tu veux venir ?

- Non je peux pas je suis de garde, mais le coeur y est.

Je regarde autour de moi alors qu’elle est entrain de me détailler son échographie et je vois des empreintes de pas de neige fondue.

- Luna...attends deux secondes stp.

- Qu’est ce qu’il se passe ?

- J’ai des traces de pas.

- Quoi ?

- Quelqu’un est dans la clinique, la porte de derrière est ouverte

- Tu déconnes là ?

- Non, c’est Lilian à tout les coups putain !

Mon coeur s’emballe rien que de prononcer son prénom.

- Lilian t’es qu’un taré putain !!!! Dis-je en hurlant

- Abby, c’est pas Lilian, il est avec nous là.

- Quoi ?

- Abby, c’est pas Lilian jte dis, appelle les flics !!!

- Mais…

- Enferme toi dans un lieu sur et appelle les flics, Lilian vient de partir là ! Il arrive.

Mon instinct me dit de l’écouter et je m’enferme dans ma salle.

- La police j’écoute

- Bonsoir, j’ai quelqu’un qui s’est introduit dans ma clinique Vétérinaire, je sais pas où il est.

- D’accord, ne paniquez pas et mettez vous dans un endroit sur.

- Je suis enfermée dans mon bureau.

- Ne bougez pas, on vous envoi quelqu’un.

- Merci

Je suis effrayée, j’entends la porte de derrière claquée et je sursaute. Puis d’un coup on frappe à ma porte. Je regarde mon téléphone portable et je reçois un sms de Luna.

- C’est Lilian qui frappe Abby, ouvre lui.

J’ouvre la porte et il me prend dans ses bras comme si il avait peur lui aussi, son cœur frappe fort dans sa poitrine, son parfum m’envahis et ma douleur explose en milliers de larmes. Il me serre fort et je regrette de lui avoir ouvert car c’est bien plus douloureux.

- Va t’en Lilian. Stp rend pas ça plus difficile.

Il sèche mes larmes et me force à le regarder alors je ferme les yeux et sa bouche se pose sur la mienne. Non pas ça ! Je dois pas refondre pour cet homme qui me fait tant souffrir. Il n’essaye pas de mettre sa langue, juste un baiser chaud et tendre.

- Mme vous êtes là ? C’est la police.

Je me détache de Lilian et vais à leur rencontre. Je leur explique et ils font le tour de la clinique.

- Il a du partir, on voit bien que la porte à été forcée, faudra venir déposer plainte au commissariat demain et ne pas rester seule.

Et voilà comment je me retrouve piégée toute une nuit avec Lilian.

- Jte préviens, tu tentes rien ou jte vire !

Il lève les bras comme pour me confirmer qu’il ne tentera rien

- Et tu m’écris plus et tu prends pas la confiance non plus

Il refait le même geste mais cette fois ci en ricanant. Je m’occupe des animaux avec mon garde du corps derrière moi qui m’observe. Je tremble alors que je dois nettoyer la plaie d’un chien et mes larmes me guettent.

- Et merde putain ! Dis-je alors que j’arrive même pas à faire un simple soin tellement je tremble.

Je finis par y arriver et éclate en sanglot.

- Laisse moi tranquille toi ! Dis-je quand je sens qu’il me touche.

Il encercle mon poignet de ses doigts et je me retrouve contre le mur.

- Jte deteste Lilian.

Il me regarde et mon coeur me fait si mal que j’ai l’impression que je vais vomir.

- Fais taire cette douleur jt’en supplie. Dis-je alors que ses lèvres sont à quelques millimètres de moi. Je défais sa ceinture et il me fait non.

Je le regarde alors que lui est essouflé par ce baiser manqué.

- Tu me dois au moins ça. Je veux ta ceinture.

* Non, faut qu’on parle d’abord.

- Je ne veux pas te parler, je veux te sortir de mes tripes.

* Je pourrais te frapper toute la nuit que tu penseras toujours à moi

- Je ne veux plus de toi !!!!

* Il s’est rien passé Abby

- Ah non tu commences pas ou jte vire !

* Je t’ai jamais trompé !

- Arrête

* Je t’aime comme un dingue.

- Dégage ! DEGAGE ! Lilian va t’en tout de suite !

* Non.

Ce type va me rendre dingue. Je suis là bloquée dans la clinique avec lui qui ne veut plus partir. Alors je m’enferme dans la salle des soins avec les chiens hospitalisés toute la nuit.

- Abby c’est Cathy, ça va ?

- Ouais ça va.

- C’est qui le mec dans la salle d’attente ?

- Il est encore là ?

- Ouais.

- Dis lui de partir où j’appelle les flics.

- Euh ok.

Je l’entends dire à Lilian de partir et elle vient me voir.

- C’est bon il est parti.

J’ai pu sortir de ma cachette et j’ai été déposer ma main courante au commissariat pour l’infraction de la clinique. On suppose que c’est un drogué qui cherchait des médicaments mais comme rien à été volé, il y aura pas de suite.

- Bon moi je vous laisse plus toutes seules les filles. Dit Gaby inquiet.

- Oh notre superman, dit Rachel

Ma vie redevient aussi morne, j’ai pu retrouver un peu de souffle mais j’ai reperdu l’air aussitôt qu’il s’est éloigné de moi. J’aurais pas pensé qu’une rupture puisse faire aussi mal.

Annotations

Recommandations

Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
439
371
129
442
Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1115
250
275
1002
SJTwin
Suite à un événement tragique, Amélia, 25ans, voit sa vie complètement détruite.
Elle décide donc de rejoindre son frère, Alex, Vice-Président du club de motard "The Sliders".
En pensant trouvé la sécurité, elle ne pensais pas rencontré Liam, le Président du M.C.
Lui, la veut elle.
Elle, ne désire que la vengeance mais son coeur lui dicte autres choses ...
Et si, désire et vengeance ne faisais qu'un ?
162
5
21
222

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0