Chapitre 26

6 minutes de lecture

Lorsque je me lève j’ai les paupières gonflées par mes larmes. Je ne sais pas encore ce qu’il m’attend mais je sais que ça sera pas un divorce à l’amiable.

Lilian : Comment ça va ?

Moi : Mal, il est furieux et m’a fait comprendre que si je ne respecte pas le devoir conjugal et que je quitte le domicile, il se retournera contre moi.

Lilian : L’enculé !!!! Il n’a pas le droit de te menacer pour coucher avec toi Abby ! C’est du viol !

Moi : Je m’en fous, je sens rien de toute façon, si ça peut éviter une guerre.

Lilian : La guerre est déjà déclarée Abby

Moi : J’essaye de minimiser les dégâts. Ce week-end on vient avec les enfants à Walibi, ils sont au courant de ton existence et ils aimeraient rencontrer celui qui me rend heureuse.

Lilian : Ça c’est une excellente nouvelle, je réserve l’hôtel alors.

Je vais dans le séjour et je vois Bertrand en pyjama.

- Tu vas pas travailler aujourd’hui ?

- Non. Je vais demissionner de toute façon.

- Tu vas quoi ?!

- Démissionner, je vais être là tout le temps, c’est dommage hein, tu vas pas pouvoir baiser tranquille avec ton mec.

- T’es ridicule ! On va faire comment pour payer les traites de la maison !

- Bah ça c’est ton problème, t’as voulu tout briser, faut assumer. Tu n’as plus mon argent et tu vas devoir tenir la maison toute seule.

On se regarde avec haine.

- Je vais être un vrai boulet à ton pied Abby. Je vais dilapider tout ce qu’on a. Tu vas tout perdre.

- T’es ignoble.

- Faute à qui ?

Il veut jouer au con, alors jouons.

- Bien, donc vu que t’es à la maison, je vais annuler le contrat de la nourrice. On n’a plus les moyens de la payer et comme t’es à la maison, tu vas pouvoir t’occuper de ta fille.

- Salope.

- Surveille ton langage devant les enfants. Sois au moins un bon père.

Il me regarde partir avec Lola en prodiguant des injures. Je claque la porte, emmène la petite chez sa nourrice puis je pars travailler. A l’heure du repas, j’en discute avec mes collègues.

- Bah là prépare toi à plein de coups vaches de sa part. On dirait mon ex mari. Dit Rachel

- Couvre toi Abby, fais en sorte de ne pas te retrouver endettée à cause de lui.

- Ouais je sais, mais je sais pas comment faire car à un salaire, c’est clair qu’on n'y arrivera pas et je n’ai pas le droit de quitter le domicile avant que le divorce soit prononcé.

- Prends rdv avec un avocat, il pourra te conseiller pour pas faire d’erreur.

Je commence à sentir les larmes me monter.

- Eh Abby, t’es pas toute seule. On est là.

- Merci vous êtes top.

Je retourne travailler mais alors que je suis encore au travail je reçois un appel de Loïc.

- Oui mon coeur.

- Maman, papa a pété les plombs !!! Il m’a viré de ma chambre là !

- Comment ça viré de ta chambre ?

- Ouais il m’a pris ma chambre, il a installé un lit, et moi je dois dormir avec Adrien.

- Ok, attends que je rentre et je vais arranger ça.

- Il faut là maman, parce que moi j’ai pas envie de devoir partager ma chambre avec Adri !

- Oui oui je vais voir ça.

Lorsque je rentre la tension monte d’un cran. Bertrand est toujours en peignoir, devant la télé et avec un plateau repas qui doit dater du midi.

- C’est quoi le problème avec Loïc ?

- Je veux plus dormir avec toi, je me prends sa chambre.

- Il n’a pas à subir notre divorce.

- Ton divorce.

- Bertrand stp, arrête ça.

- Fallait pas me jeter.

Je vais dans la chambre de Loïc et un lit tout neuf est à la place de celui de Loïc qui a atterri dans la chambre d’Adrien. Je vais voir les garçons.

- Maman regarde on n'a même pas de place là !

- Je sais, je vais prendre Lola avec moi et vous aurez comme ça chacun votre chambre.

- Elle est rose sa chambre maman !

- Tu vas devoir repeindre alors.

- Super.

- J’ai que ça à te proposer, ton père campe sur ses positions.

Les garçons prennent la décision de rester dans la même chambre le temps de repeindre celle de Lola qui va venir dans ma chambre. J’ai hâte de rencontrer un avocat la semaine prochaine pour savoir ce que je peux ou non faire. Au téléphone il m’a déjà dis que je pouvais emmener les enfants à Walibi ce week-end c’est déjà ça.

Je prépare le repas et Bertrand refuse de venir et préfère rester devant sa télé. J’ignore ses crises et m’axe sur les enfants et Lilian qui me manque cruellement.

Lilian : Plus que 2 jours et on se retrouve.

Moi : Tu me manques

Lilian : Moi ou ma queue ?

Moi : Les deux !!!

Lilian : J’aimerais que tu te baises pour moi Abby.

Ses mots me font réagir immédiatement.

Lilian : Sors ton god et enfonce le en toi, fais moi une vidéo.

Moi : Une vidéo ? Jamais !!!!

Lilian : Allez bébé, fais moi plaisir.

Bébé...ouais j’aime bien.

Moi : J’ai pas l’habitude de faire ce genre de chose.

Lilian : Abby ouvre un live, j’ai besoin de te voir.

Je cède et ouvre un live avec mon ordinateur. Lilian écrit toujours. Je me pose sur mon lit et commence à me caresser devant l’écran. Je le regarde et m’enfonce deux doigts de manière sensuel.

Lilian : Putain tu me fais grave bander. Continue bébé.

Je prends plaisir à lui faire du bien à distance en me masturbant.

Lilian : Prends ton god maintenant. Pose le par terre et montre moi comment t’es excitée.

J’obéis et me caresse sur le gland en plastique, puis l’enfonce en moi.

Lilian : Oh t’es si belle, vas y empale toi dessus.

Je le fais rentrer en moi en gémissant.

Lilian : Caresse tes seins maintenant, prendre tes tétons et fais les rouler. Continue de bouger le bassin. C’est ça vas-y.

Je fais ce qu’il me dit et le plaisir me remplie. Le désir est là, j’ai envie de lui, je me donne à lui. Abby la mère de famille frustrée et malheureuse est aujourd’hui la petite chienne de l’homme qui la désir et qu’il l’aime.

Lilian : Accélère le rythme, contracte toi autour. Sans tes mains, juste à la force de tes cuisses.

Je suis ses conseils et l’orgasme ne tarde pas à venir.

Lilian : Incline ton bassin vers l’avant, et enfonce le complètement en toi. Je veux t’entendre gémir Abby, et me dire que t’as mal, que t’aimes ça.

J’incline mon bassin et force l’objet en moi qui fatalement me comprime et me fait mal.

Lilian : Aller vas y fort.

J’accélère et cogne l’objet en moi, la raisonnance de la douleur monte petit à petit.

- J’ai mal...j’aime ça...oh c’est si bon.

Je regarde Lilian de l’autre coté de l’écran, son sexe à la main et j’imagine que c’est lui en moi.

Lilian : Défonce toi la chatte, bordel ce que tu m’excites !!!! Baise toi Abby, baise toi !!!

Mon plaisir est envoûtant, douloureux mais terriblement orgasmique. Je me caresse mon clitoris, je m’empale le ventre, je prends mon jus et le pose sur moi, je veux sentir mon plaisir sur moi. Lorsque j’ouvre les yeux, je vois Lilian au bord de la jouissance et son sperme sort rapidement par la pression. Il tressaille, gémit, et plusieurs de ses jets sortent. Il est magnifique.

Lilian : T’es magnifique comme ça

- Je suis sale surtout

Lilian : C’est bien ce que je dis. Abby j’adore te voir dans cet état là. Être posséder par ton plaisir.

Je ressors le sextoy de mon corps et grimace. C’est un peut le problème d’aimer avoir mal lors de la jouissance, quand tout redescend, la douleur est bien pire.

Lilian : Ce week-end je vais te baiser Abby. Et regarde ce que j’emmène.

- Le single tail !

Lilian : Vendredi soir, je vais te mettre ton joli cul en feu. Tout samedi, tu vas le sentir lorsque tu feras des manèges.

- Tu es cruel.

Lilian : T’as pas idée à quel point je peux l’être. Mais je suis fier de toi Abby, t’es divine et tu te lâches de plus en plus, j’adore ça.

Me voilà remplie de fierté et d’amour. Je nettoie et file discrètement à la douche pour ensuite me lover dans mon lit. J’ai pas remis de vêtement, je suis nue et j’adore ça. Dans la nuit je me réveille, mon corps dans mon lit le réclame, je me touche, je me caresse et je jouis. Il a raison je suis accro.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1038
239
269
984
Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
381
319
127
393
XiscaLB
*A 4 mains*
Farouchement attachée à son rêve, Joy met tout en œuvre pour le réaliser, quitte à cumuler trois boulots, à mettre entre parenthèses sa vie de jeune femme. Elle sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même depuis la seconde où elle a avoué à sa mère que, contrairement à elle, la danse classique n’était pas son choix de carrière. Alors elle s’accroche, elle économise, passe les concours, et atteint son but. La célèbre European School of Danse de Lille lui ouvre finalement les portes.
Et puis, il y a cet homme qui l’attend et la drague au bar où elle travaille depuis plusieurs jours. Celui qui ne la laisse absolument pas indifférente, qui lui donne envie de tout mettre en pause, au moins le temps d’une nuit. Joy joue, résiste un peu, lutte contre ses pulsions, pour finalement craquer et se laisser aller à finir dans son lit. Après tout, un peu de plaisir n’a jamais fait de mal à personne.
Se taper "Smith" n’était vraiment pas l’idée du siècle car ce beau gosse va lui causer bien des soucis. Au jeu du chat et de la souris, avec la danse comme point d’appui, tous deux vont connaître nombre de péripéties sans pouvoir s’empêcher de craquer l’un pour l’autre.

Alors, si vous aussi vous voulez danser et aimer avec Joy, embarquez-vous dans cette nouvelle histoire de Xisca L.B. et de Lécossais !
172
242
7
96

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0