Chapitre 23

10 minutes de lecture

Mon mariage...je regarde les photos de ce jour où j’ai dit oui à Bertrand. J’étais jeune, et lui bien plus vieux que moi mais sa maturité me rassurait, aujourd’hui je ne la supporte plus sa maturité. Il se comporte avec moi plus comme un père que comme un mari.

- C’était votre mariage ? Me demande Loïc.

- Oui.

- Tu m’attendais ?

- Non pas encore mais ça n’a pas tardé.

- T’aurais pu te marier parce que tu m’attendais, beaucoup le font.

- Non pas nous, on a fait les choses dans l’ordre.

- Je me marierai jamais moi.

Je caresse la joue de mon adolescent.

- Tu es encore jeune, tu as encore beaucoup de chose à vivre, et tes décisions d’aujourd’hui ne seront peut être plus valables dans quelques années.

Je ne sais pas si je parle à moi à travers lui mais ça me parle. J’ai pris la décision d’épouser Bertrand à 20 ans, mais aujourd’hui est ce que je veux toujours être sa femme ? Mon dieu tout se bouleverse dans ma tête.

- C’est moi ça ? Ma demande t’il alors qu’il est sur les photos de lui bébé.

- T’étais si mignon. T’as grandis si vite.

- Ouais mais je suis toujours ton fils, même si je grandis.

- Rien ne pourra changé ça. Je t’aime mon chéri.

- Moi aussi maman.

On se fait un câlin. Si le mariage n’est pas une valeur sur, la maternité en est une et c’est ce qui m’importe le plus.

- Oh le bébé. Dit Lola.

- C’était moi. Dit Loïc

Loïc prend sa petite sœur sur les genoux et lui montre les photos de notre famille. Tout ce qu’on s’est donné du mal à construire je suis sur le point de tout détruire.

- Vous faites quoi ? Demande Adri

- On mate les photos de nous. Répond Loïc

- J’y suis aussi ?

- Bah ouais, regarde là t’es dans mes bras.

- C’est Lola là ? Ah ouais je me rappelle trop quand elle est née.

Une vague d’émotion monte d’un coup et je me mets à pleurer.

- Maman ça va ?

Je suis prise d’une sorte de crise d’angoisse et tout mon corps se met à trembler.

- Papa !!!! Maman va pas bien.

- Qu’est ce qu’elle a.

- Je sais pas, viens stp.

- C’est grave ?

- Putain viens jte dis ! Elle pleure, on arrive pas à la calmer !

Adrien me donne un verre d’eau et je reprend mon souffle.

- Trop d’émotion ? Me demande Loïc inquiet.

- Ouais.

- Maman qu’est ce qu’il ne va pas ?

Qu’est ce qu’il ne va pas ? J’en sais rien. J’ai juste trouvé le tableau de mes 3 enfants beau, mais que j’ai plus envie d’avoir Bertrand dans ce tableau mais que j’ai envie d’avoir Lilian, et ses deux enfants. Oui j’ai envie de les connaître, de leur faire rencontrer les miens, qu’ils s’apprivoisent et grandissent ensemble, que les photos de famille remplissent l’album de nous tous. Quand je regarde Bertrand sur les photos j’ai l’impression qu’il fait partie désormais de mes souvenirs.

- Bon qu’est ce qui t’arrive Abby ? Me demande Bertrand soûlé.

- Je veux divorcer.

Tous le monde me regarde et bloque sur ce que je viens de dire.

- Mais maman…

Bertrand éclate de rire.

- T’as petite crise de nerf va passer chérie, t’es un peu surmenée c’est tout.

- Non Bertrand, je veux divorcer. J’y arrive plus.

- Tu dis n’importe quoi Abby, pourquoi tu voudrais divorcer ? T’as tout ce que tu veux.

Je regarde les garçons qui sont figés sur place alors que Lola joue avec Bulle.

- Je suis désolée, vous auriez pas du entendre ça. Vous voulez bien prendre Lola dans votre chambre, faut que je parle avec votre père.

- Non ! Tu vas pas divorcer, c’est n’importe quoi Abby ! Je sais pas ce qu’il t’arrive, si t’as tes règles où si tu vois trop ta super copine là mais c’est n’importe quoi. Crie Bertrand

Je regarde Loïc qui est rempli d’incompréhension. Je caresse sa joue.

- Stp, emmène ton frère et ta sœur.

- D’accord maman.

Je me retrouve seul devant Bertrand qui vient de ranger l’album comme si c’était lui le fautif de ma décision.

- Tu te rends compte là que t’as sortie ça devant les enfants ? Ils vont y croire à tes conneries Abby !

- Pourquoi tu ne m’écoutes pas Bertrand ?

- Je t’écoute quand t’es raisonnée et raisonnable, pas quand t’es en plein pétage de plombs ! On doit faire un bébé Abby, pas divorcer.

- J’ai annulé le rendez-vous.

- Quoi ? Et tu comptais me le dire quand ?

- Je sais pas, peu importe de toute façon.

- Abby, tu vas me faire le plaisir de te reposer, tes gardes, tes escapades chez Luna, c’est plus possible, t’as plus 20 ans, faut que tu te mettes ça en tête.

- J’en n'ai pas 50 non plus. Dis-je froidement

- Chérie, tu travailles beaucoup trop. Et c’est vrai que je suis peut être pas assez présent aussi.

Ah bah ça c’est le moindre qu’on puisse dire.

- Je vais être plus présent, déjà on va partir en vacances, ça nous fera le plus grand bien.

Les vacances, encore une source de stress, je vais devoir encore tout organiser comme chaque fois qu’on part.

- Je t’aime Abby. Je suis peut être pas le mari parfait mais je t’aime.

- Et si moi je ne t’aime plus ?

- Ca c’est impossible, rappelle toi pour le meilleur et pour le pire. Dit-il en posant un baiser sur mes lèvres.

Mes larmes coulent alors qu’il me serre dans ses bras puis je reprend le cours de ma vie et Bertrand le cours de la sienne.

- Et donc il a changé ? Me demande Luna alors que je lui explique ce qu’il s’est passé.

- Non.

- Il est sur que tu divorceras pas.

- Je voulais tout lui dire mais j’ai pas eu le courage, t’aurais vu le regard des garçons, j’ai cru que j’allais les perdre.

- T’en as parlé à Lilian ?

- Non, c’est une décision que je veux prendre pour moi et pas pour lui.

- Ouais enfin t’as quand même pas mal craqué pour lui.

- Je peux pas tout quitter comme ça, si je me trompais, je m’en mordrais les doigts jusqu’à la fin des temps.

- T’as peur et c’est normal. Rien ne presse non plus, Lilian t’a pas encore demandé en mariage.

- Non, on en est loin, je viens seulement d’apprendre qu’il était divorcé qu’il avait deux enfants et qu’il est super copain avec son ex Nath’.

- T’es jalouse toi.

- Nath’...la super cool Nath’

Luna explose de rire et je la rejoins.

- Elle doit être moche. Me dit Luna

- Ouais et vulgaire

- Grave, une vraie pute.

- Ouais, elle doit être grosse aussi, couverte de vergetures.

- Et des boutons de partout

- Avec un strabisme.

- Et des doigts de pieds crochus.

- Une vraie sorcière.

- Ouais. Il peut pas retourner avec ça.

Je lui souris et elle me pousse amicalement.

- T’es bien mordue toi. Me dit-elle

- Ouais.

- Lui aussi l’est.

- Je sais pas.

- Putain Abby, il a eu un foutu coup de foudre pour toi, il t’adore ce mec.

- Mais ça ne veut pas dire que ça marcherai.

- Non ça reste un mec.

- Tous des connards, c’est ça ?

Elle fait un mou.

- Sauf les frères ? Dis-je

- On leur laisse le bénéfice du doute.

- Deal.

On trinque et la porte sonne.

- En parlant du loup. Dit-elle

- Tu les as fais venir ?

- Ouais.

- Je suis pas lavée Luna !!! Je sors du travail je sens encore le véto là.

- Quand il te baise dans ton cabinet, tu sens le véto aussi.

- Je pourrais pas rester ce soir, Bertrand…

- Destresse, Lilian est de nuit ce soir, il vient juste passer un peu de temps avec toi.

Elle ouvre la porte et le regard vert de Lilian se pose directement sur moi alors qu’il fait une bise à Luna.

- T’as pas mis de culotte petite cochonne. Dit Titi en caressant les fesses de Luna.

- Je te mâche le travail, comme ça tu resteras pas trop longtemps.

- Je compte rester toute la nuit ma belle.

On soupire avec Lilian et il me pose un baiser et je me colle contre lui.

- Eh pas de cochonnerie vous deux ! Lilian prend son service et interdiction d’être en retard chez les militaires. Dit Titi en faisant le salut militaire.

On s’installe tous les 4 au salon et je me colle contre Lilian, respirant son odeur pour l’imprégner en moi.

- Bon vous faites quoi sinon le week-end prochain ? Demande Titi.

- Bah moi rien, Jessie sera chez son copain, pourquoi ?

- Et toi Abby.

- Rien de prévu.

- Ça vous tente un week-end à Walibi ?

* Je peux pas, j’ai Enzo et Mia.

- Bah ramène les. Enfin sauf si ça pose problème à ta meuf mais moi ça me va.

Lilian me regarde et je lui souris.

- Ça me ferait plaisir de les rencontrer.

Il me pose un baiser et mon cœur s’emballe.

* Tu ramènes les tiens aussi alors.

- Lola est trop petite Lilian et...et je dis quoi moi à Bertrand ?

- Que t’as des places gratuites pour Walibi et qu’il n’est pas convié. Dit Titi

On se met tous à rire.

- Dis lui que c’est moi qui propose, on peut pas se sentir avec Bertrand, ça lui donnera pas envie et puis il dira pas non quand les grands vont sauter partout. Dit Luna

Je regarde Lilian qui me sourit pour attendre ma réponse.

- Tu sais qu’on pourra pas être démonstratif Lilian, ils savent pas…

Lilian m’embrasse pour me faire taire.

* Je comptais pas te baiser devant eux de toute façon.

Je le regarde choquée et il m’embrasse de nouveau pendant que Luna et Titi éclate de rire.

- Week-end à Walibi alors !!! Cool, on va s’envoyer en l’air. Dit Titi

- Sans moi. Dit Luna

- Tu déconnes là ? Dis-je

- Bah je viendrai mais je ferai pas de manège.

Alors là j’en reste bouche bée. Luna qui veut pas faire de manège à sensation forte. Du jamais vu. Et je crois que Titi est aussi choqué que moi.

- Il m’a foutu enceinte ce con, alors pas de manège pour moi. Dit Luna d’un naturel qui me rend presque muette et qui vient de faire buguer Titi qui la regarde.

On se regarde tous alors que Luna est détendue.

- T’es enceinte t’es sérieuse ? Demande Titi qui retrouve sa voix.

- Ouais t’es content de toi ?

- Il est de moi au moins ?

- Mais va te faire foutre ! Y a que toi qui a voulu baiser sans capote jte rappelle !

- Vous êtes pas sous pilule ou un truc dans le genre ?

- Implant connard. Et j’aurais du le changer y a...six mois.

Je regarde Luna avec des yeux ronds.

- Quoi je mets des capotes ! Enfin normalement. Dit-elle

- T’as eu Jessie comme ça Luna

- Abby stp me fais pas la morale. Je suis contente d’avoir ce bébé. Et toi jte demande rien. Lâche t’elle à Titi

- Bah t’as pas besoin de demander, c’est pas une mauvaise nouvelle. Je préfère ça que le Sida on va dire, même si tu l’as à vie aussi.

Lilian manque de s’étouffer en riant.

- Et bien félicitations à tous les deux. Dis-je

- Bah euh...Merci. Dit Titi

Luna lève les yeux au ciel.

- Ne crois pas que tu vas t’installer ici et si tu me demandes en mariage, jte les coupe.

Titi lève les bras pour se rendre.

- J’aurais le droit de t’en faire d’autre ? Dit-il

- Même pas en rêve. Déjà on verra si tu te sauves pas, parce que là j’en suis qu’à mes débuts et je vais te faire chier pendant 8 mois.

- Tant qu’on baise.

- Je vais devenir énorme et moche.

- Tant que ça n’empêche pas de baiser.

- On baisera plus quand il va hurler de faim.

- Il attendra.

- Non mon bébé passera avant toi.

- Je me branlerai.

- Et pas qu’un peu.

- A chaque fois que j’aurais envie de te la mettre donc 23h30/24 on va dire.

- Et la dernière demi heure elle est pour qui ?

- Pour pisser, y a que la que je pense pas à toi mais c’est pas sérieux entre nous donc c’est normal.

Je regarde Lilian qui me sourit alors que Luna fusille Titi du regard.

- T’as envie de baiser là, non ? Dit Luna.

- Ouais.

- Pas besoin de me sortir tes merdes. Viens.

Elle s’excuse auprès de nous et emmène Titi.

* Bien, bah on dirait que je vais être tonton

- C’est une première ?

* Sauf si Titi a des enfants cachés, oui c’est une première

- T’as que Titi alors comme frère.

* Ouais et il en vaut 10. Et toi des frères et sœurs ?

- Une grande sœur.

On s’embrasse et je l’enjambe pour m’asseoir sur lui, me frottant à la boursouflure de son sexe qui est entrain de durcir dans son pantalon. Je défais sa ceinture comme si ma vie en dépendait et je le plonge en moi. Je nous soulage de la tension de nos deux corps qui se réclament. Je monte et descend sur lui, je roule des hanches, me cambre pendant que nos bouches se dévorent. Nos corps se tendent, tremblent et les doux gémissements de notre soulagement arrivent enfin.

- J’ai dis à Bertrand que je voulais divorcer.

Il fronce des sourcils.

- Je veux plus de cette vie là. Et je vais tout lui dire pour nous.

* T’es sur ?

- Pas toi ?

* Ça fait un moment que je suis sur de ce que je veux avec toi mais je veux pas que tu le fasses pour moi Abby.

- Non pour moi, parce que je suis plus heureuse dans cette vie là, je veux autre chose, et dans ma nouvelle vie, jte veux Lilian, toi et tes enfants.

Il m’embrasse, et me serre contre lui.

- Et si toi et moi ça ne marche pas, alors on restera ami, ça doit être possible ça, non ?

* Bien sur mais ça marchera, on fera tout pour, jte le promets Abby.

Je le regarde alors qu’il caresse ma joue de ses pouces, enveloppant ma tête de ses mains. Ses lèvres se mettent à bouger et me mime un « je t’aime », mon cœur se remplie de son amour d’un coup au point que j’ai l’impression qu’il va exploser.

- Moi aussi. Dis-je sur ses lèvres.

On se câline et puis il doit partir. Je rentre chez moi avec l’amour de Lilian dans mes veines et lorsque Bertrand va pour m’embrasser je recule.

- Qu’est ce qu’il t’arrive encore. Dit-il

- Je peux plus faire semblant, désolée.

- Semblant de quoi putain Abby, qu’est ce qui t’arrive ! Je ne te reconnais plus !

- Normal, je suis plus celle que t’as épousé.

Il me regarde sans comprendre, je dois lui dire.

Annotations

Recommandations

Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
439
371
129
442
Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1115
250
275
1002
SJTwin
Suite à un événement tragique, Amélia, 25ans, voit sa vie complètement détruite.
Elle décide donc de rejoindre son frère, Alex, Vice-Président du club de motard "The Sliders".
En pensant trouvé la sécurité, elle ne pensais pas rencontré Liam, le Président du M.C.
Lui, la veut elle.
Elle, ne désire que la vengeance mais son coeur lui dicte autres choses ...
Et si, désire et vengeance ne faisais qu'un ?
162
5
21
222

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0