Chapitre 21

9 minutes de lecture

Plus de deux mois que Lilian est parti, ça fait partie de son métier les missions longues durées mais ça commence à faire très long. On s’écrit quand il peut, mais il a beaucoup de travail avec les inondations que le sud de la France subit. Heureusement le temps c’est amélioré et on a le droit à un beau soleil bien chaud. J’ai eu des moments très difficile, surtout après son départ, mon corps avait l’habitude de le sentir et puis d’un coup plus rien. Je me masturbe du coup beaucoup mais Lilian m’a demandé de ne pas toucher à son territoire. Je crois qu’il aime savoir que ce coté lui est réservé. Comme je voulais garder un lien avec lui, je me suis mise à l’apprentissage de la langue des signes, et chaque soir je m’offre deux heures de cours de langue des signes afin de connaître le langage de Lilian. Et ma foi je me débrouille pas trop mal.

Avec Bertrand, c’est toujours pareil, sauf qu’il me tanne pour avoir un autre enfant et ça c’est hors de question. Cela dit, ça me permet d’avoir des rapports réguliers vu qu’il retrouve de la motivation, comme si il voulait me prouver quelque chose.

Lola grandit vite et devient une petite fille qui vient de fêter ses 3 ans. Loïc à retrouvé sa joie de vivre et je crois que la nouvelle petite voisine est la cause de sa bonne humeur. Adri, lui traîne avec son copain, à la recherche des animaux perdus ou blessés, depuis qu’il a sauvé les rouges-gorge qui sont tous nés dans notre sous sol, il se voit l’âme d’un sauveur.

- J’ai dégoté un petit coin très sympathique pour cet été. Me lance Bertrand

- Ah oui

- Ouais, piscine, balade, petit mobile home climatisé...3 semaines de totale dépaysement en Espagne.

- 3 semaines ????

- Ouais j’ai posé mes congés en Août, on a besoin de se retrouver en famille Abby, ça nous fera du bien.

- T’aurais pu m’en parler quand même.

- Quoi ? Tu dis que je prends jamais de décision, et bien là je t’emmène en Espagne, et je vais te faire un joli petit bébé si tu retires ton implant, dis oui Abby.

- Tu me soûles Bertrand.

- Abby !!!! S’il te plaît, laisse moi planter une petit graine dans ton joli bidon. Dit-il en s’agenouillant devant moi posant ses lèvres sur mon ventre.

- Non.

- Je prendrai un congé parentale, je t’aiderai, et on pourrait le mettre dans notre chambre. Abby chérie, j’en ai vraiment très envie.

- Mais moi j’en ai pas envie Bertrand.

Ses traits se durcissent, vexé de ne pas avoir ce qu’il veut.

- Donc jte trouve des vacances de rêve et toi tu veux faire aucun effort.

- On parle pas de faire un effort mais de faire un enfant !

- Où est le problème d’avoir un autre enfant, on a les moyens de l’accueillir, on s’aime où est le problème ?

- L’envie. J’en ai pas envie ! Tu me soules Bertrand là !

Je prends mes affaires et claque la porte. Je décide d’aller voir Luna car y a qu’elle pour me comprendre et la seule au courant pour moi et Lilian. Luna est une fille en or, qui est à l’écoute. Je prends la voiture et file voir mon amie. Je frappe à la porte et je l’entend glousser derrière la porte. Merde elle doit pas être seule. Elle m’ouvre la porte et perd son sourire à l’instant où elle me voit.

- A...bby ? Dit-elle en begayant.

Je regarde derrière elle et n’arrive pas à comprendre ce que Lilian fait torse nu chez elle avec Titi torse nu lui aussi.

- Abby laisse moi t’expliquer stp. Dit-elle

- Y a rien à expliquer c’est plutôt clair.

Je recule et je vois pour la première fois Luna effrayée.

- Abby pars pas, on va t’expliquer.

Je fais non de la tête et va vite à ma voiture, Lilian me court après mais j’arrive à démarrer le cœur en milles morceaux. Je m’arrête sur un parking et me met à pleurer. Mon téléphone n’arrête pas de sonner mais j’ignore les différents appels. Je finis par rentrer chez moi, le cœur en miette, je m’allonge sur le canapé et pose ma tête sur les genoux de Bertrand.

- Oulà, mon Abby est triste, qu’est ce qui s’est passé ma puce ?

- Je me suis disputée avec Luna et j’ai pas envie d’en parler.

- D’accord, alors reste là. Dit-il

Les jours suivants sont les pires, je passe de la colère à la tristesse, je me met à fond dans le travail mais même là, les souvenirs y sont. Il est imprégné de partout, chaque fois que je suis quelque part il y a un souvenir de lui. C’est pas tant qu’il ait une autre femme qui m’a blessé car après tout j’ai rien à lui imposer, c’est que mon amie a été en profiter.

- Abby, le gars est de nouveau là. Me dit Gaby

- Dis lui de s’en aller, j’ai pas envie de le voir et si il revient j’appelle la police.

- Ok. Monsieur je suis désolé mais elle n’a pas le temps de vous recevoir et faut arrêter de venir l’importuner sinon on se verra dans l’obligation d’appeler la police.

J’ai désinstallé mon application et j’ai fais changé mon email, jetant les 48 emails non lu à la poubelle. Je me suis rapprochée de Bertrand et j’ai décidé de lui offrir ce qu’il voulait. J’ai rendez-vous pour mon retrait d’implant d’ici 15 jours. Je veux rayer de ma vie Lilian et Luna, les deux traîtres. Un soir alors que la pluie s’abattait au moment de fermer la clinique, Luna était là.

- Faut qu’on parle Abby

- Non plus jamais ! Je veux plus jamais t’écouter Luna !

- J’ai pas couché avec Lilian !

- Ouais je sais t’as baisé avec, c’est comme ça que vous dites je crois !

- Arrête tu déconnes complètement là !

La pluie fait dégouliner nos cheveux à l’une et l’autre.

- Je t’aime Abby, t’es comme une sœur putain.

- Une sœur ? Que tu trahies pour t’envoyer son mec ?

- Lilian c’est ton mec alors ?

Sa question me raidit et elle me regarde froidement.

- C’est ton mec alors ? Répète t’elle

- Va au diable Luna.

- Quoi ? C’est quoi ton problème Abby ? Lilian c’était si sérieux que ça ?

J’hallucine qu’elle ose me parler comme ça !

- T’avais pas le droit de baiser avec !

- Ah ouais et pourquoi ça Abby ?

- PARCE QUE JE L’AIME !!!!

Elle me regarde alors que mes larmes sont lavées par la pluie.

- Oui je sais je devrais pas car les mecs sont que des sextoys pour toi mais j’ai un cœur et…et je suis tombée amoureuse de lui et toi…

- Et moi j’ai fais en sorte que vous vous rencontriez Abby.

- Quoi ?

- C’est moi qui lui ai donné ton e-mail.

- Je comprends pas.

- On était à la foire quand il t’a vu, il a craqué sur toi. J’ai au début tenté de lui faire lâcher l’idée car t’avais Bertrand, et tu venais d’avoir Lola, mais putain t’étais malheureuse et lui crevait d’envie de te rendre heureuse. Alors je lui ai filé ton e-mail...et la suite tu l’as connais.

- C’est toi qui a manigancé tout ça ?

- Non, j’ai juste donné ton e-mail, le reste c’est vous qui l’avez construit.

- Pour qu’après tu me reprennes tout. Génial Luna, super idée !

- J’ai rien fais Abby, jamais je ne coucherai avec Lilian, jamais. Je sais que t’es amoureuse de lui avant même que tu te l’avoues ce soir, avant même que tu te l’avoues car ça crève les yeux.

- Jte crois pas. Comment tu le connais.

- C’est le frangin à Titi.

Je la regarde alors qu’elle pleure autant que moi.

- Sur la tête de Jessie, j’ai jamais touché à Lilian, Abby crois moi jt’en supplie.

Je sais qu’elle n’irait pas jusqu’à jurer sur la tête de sa fille.

- Jamais ?

- Jamais. Chasse gardée, t’es mon amie, quel genre d’amie je serais Abby.

- Tu m’as manqué Luna

- Toi aussi putain.

On fond dans les bras l’une de l’autre.

- Pas même un bisou ? Dis-je

- Juste la bise mais par politesse.

Je me mets à rire.

- Alors t’es amoureuse de lui ?

- C’est con hein.

- Tu lui as avoué tes sentiments ?

- Ca va pas ! Tu veux qu’il se sauve ou quoi ?

- Pourtant il est toujours là. Dit-elle en regardant derrière moi.

Lorsque je me retourne, Lilian est là, sous une capuche entrain de fumer une cigarette. Je regarde Luna qui hausse les épaules.

- Lorsque j’ai voulu te parler, Bertrand m’a dit que t’allais faire un enfant avec lui, je pouvais pas te laisser faire cette connerie pour punir Lilian à cause d’une incompréhension.

- T’es vraiment…

- Une salope oui, mais surtout une amie. J’ai prévenu Bertrand que tu passais la nuit chez moi. Va bien vous falloir une nuit pour vous retrouver. Et puis j’ai prévue une soirée crêpe, t’es obligée de venir.

- D’accord...Merci.

- Je t’aime. Me dit-elle en me serrant fort contre elle.

Elle regarde Lilian et lui sourit puis part, nous laissant tout les deux.

* Qu’est ce que tu faisais torse nu chez elle alors ? Dis-je en langue des signes

* Tu parles ma langue ?

* Ouais fallait que je m’occupe l’esprit pendant ton absence, c’est pas très fluide encore

* Tu te débrouilles bien.

* Alors ?

* Il faisait 38°C, sa clim avait lâché, j’ai lâché le t-shirt, tout simplement.

- Pourquoi tu m’as pas dis que tu étais rentré ?

* On était entrain d’organisé un week-end surprise, pour qu’on se retrouve. J’allais te contacter. Tu m’as devancé. Mais je venais d’arriver.

- T’as jamais couché avec Luna ?

* Jamais. Et depuis que je t’ai, aucune femme m’a approché.

Il avance vers moi alors que la pluie ne nous épargne pas et je fond en larmes dans ses bras. Sa main se faufile sous mes cheveux pour caresser ma nuque trempée. Les frissons me parcours et je gémis de le retrouver.

* ouvre ta clinique.

- On est attendu chez Luna

* dépêche toi alors

Son regard est sombre et j’ouvre la clinique ou il me jette dedans. J’ai pas le temps de dire quoi que ce soit qu’il me pose sur le bureau de l’accueil, sa bouche me dévore et il retire mes vêtements trempés puis m’amène dans ma salle pour me poser sur ma table. Combien de fois j’ai eu les larmes aux yeux en regardant cette table. Il arrache mon jean en grognant puis revient m’embrasser et glisse sa main dans ma culotte. Je gémis sur sa bouche et je sens son doigt me pénétrer là où seulement lui a exploré.

- Y a eu que toi, je me suis même pas masturbée de ce coté là.

Il me sourit et m’arrache ma culotte et me retourne, faisant claquer ma fesse. Son doigt va et viens en moi et je me sens m’ouvrir. Cette délicieuse sensation de sentir son sexe aux portes de mon anus arrive et je le supplie de me prendre. J’ai besoin de le sentir. Il me fait boucher les hanches sur son sexe tendu, puis ne bouge plus et me fait signe de bouger. Je me lime sur lui, je le sors de moi et le remet profond me faisant trembler de plaisir.

- Oh ce que c’est bon.

Alors que je joue avec son gland que j’entre et sors, il s’enfonce d’un coup en moi, me faisant crier par le choc de son corps s’écrasant dans le mien. Toute son envie, sa férocité raisonne en moi, il me fait mal mais c’est rien par rapport à la douleur du manque, de la peur de se perdre, la douleur de cette déception absurde. Je pleure, j’implore sa force.

- Plus fort !!!

J’aime cet homme, bien plus fort que je veux me l’avouer, mais nos corps ne se mentent pas. On retrouve notre souffle et je grimace lorsqu’il se retire de moi.

* On va manger des crêpes ?

- Tu vas pas te sauver par rapport à ce que j’ai dis à Luna sur...mes sentiments ? Dis-je inquiète.

Il se penche vers moi et me croque la joue. Je lui souris et on monte dans ma voiture. Il s’installe au volant et moi je grimace lorsque je m’assois, ce qu’il le fait rire. Je lui fais une grimace en tirant la langue et il ricane.

- Lilian, jte tiens à toi, je suis morte de trouille par tout ça, ça me dépasse.

Il passe le dos de sa main sur ma joue. On arrive chez Luna et on rentre car elle ne répond pas et on comprends vite pourquoi au son des ébats de l’autre coté de la porte de chambre.

(encore...Titi...encore…)

On se mets à ricaner et on commence à faire les crêpes ensemble. Il me taquine, me charme, et nous retrouvons notre complicité, je retrouve une bouffée d’oxygène.



* Langue des signes

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1038
239
269
984
Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
381
319
127
393
XiscaLB
*A 4 mains*
Farouchement attachée à son rêve, Joy met tout en œuvre pour le réaliser, quitte à cumuler trois boulots, à mettre entre parenthèses sa vie de jeune femme. Elle sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même depuis la seconde où elle a avoué à sa mère que, contrairement à elle, la danse classique n’était pas son choix de carrière. Alors elle s’accroche, elle économise, passe les concours, et atteint son but. La célèbre European School of Danse de Lille lui ouvre finalement les portes.
Et puis, il y a cet homme qui l’attend et la drague au bar où elle travaille depuis plusieurs jours. Celui qui ne la laisse absolument pas indifférente, qui lui donne envie de tout mettre en pause, au moins le temps d’une nuit. Joy joue, résiste un peu, lutte contre ses pulsions, pour finalement craquer et se laisser aller à finir dans son lit. Après tout, un peu de plaisir n’a jamais fait de mal à personne.
Se taper "Smith" n’était vraiment pas l’idée du siècle car ce beau gosse va lui causer bien des soucis. Au jeu du chat et de la souris, avec la danse comme point d’appui, tous deux vont connaître nombre de péripéties sans pouvoir s’empêcher de craquer l’un pour l’autre.

Alors, si vous aussi vous voulez danser et aimer avec Joy, embarquez-vous dans cette nouvelle histoire de Xisca L.B. et de Lécossais !
172
242
7
96

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0