Chapitre 20

7 minutes de lecture

J’ai craqué. Après une torture psychologique via message, j’ai donné mon adresse à Lilian pour qu’il passe lorsque Lola est à la sieste. J’aurais pas du mais j’ai craqué. Je couche Lola dans son lit et lui raconte une histoire et elle s’endort.

Moi : Elle dort.

Lilian : Ouvre moi.

La porte s’ouvre et Lilian se tient à la porte de chez moi, ses lèvres se jettent sur les miennes et il ferme la porte avec mon corps qu’il plaque contre.

- Lola fait environ 2h de sieste.

Il me sourit de manière malicieuse puis remonte ma robe au dessus de mes fesses nues. Il me regarde étonné que je n’ai pas mis de string.

- On a peu de temps et j’ai très envie de toi mais aussi de ça. Dis-je en caressant sa ceinture.

Il me regarde les yeux pétillants d’excitation. Il prend son portable et me montre.

Lilian : Emmène moi dans ton lit.

- Non pas dans mon lit Lilian, c’est…

Lilian : C’est excitant.

- Oui mais ça se fait pas, je peux pas tromper mon mari dans notre lit.

Lilian : Si tu peux. On perd du temps Abby.

- Ok, viens.

Je le prends par la main et ferme derrière nous. Lilian me sourit et retire sa ceinture en la claquant sur mon lit.

- Ca fait longtemps par contre alors…

Le premier coup tombe et je roule sur le lit par la douleur. Je le regarde et il frappe sur le lit de nouveau. Je me remet et serre les dents. Ca me brûle, ça me lance dans tout mon corps, je crie dans mon oreiller pour étouffer le son.

- Plus fort !!!!

J’entends son élan et puis la morsure du cuir sur ma peau déjà fragile. Il se jette sur mes fesses et les embrasse, et sa langue passe sur mon anus. Je me tends mais je ne dis rien car c’est bon, c’est gênant mais c’est bon. Il est excité, il me caresse mon clitoris en continuant à me caresser avec sa langue. J’ai l’impression qui va me manger, et ça m’excite, mon dieu que ça m’excite. Je sens sa salive, sa langue qui l’aspire, et puis son doigt caresse le pourtour de mon anus.

- Lilian !!!

Je suis tendue, je sais pas ce que je veux, il a tout arrêté et je me sens frustrée.

- Je sais pas. Dis-je

Il se relève et va chercher quelque chose dans sa poche, et puis je sens le gel froid qui me fait resserrer mes fesses. Je suis paralysée par ce qu’il va me faire, il caresse encore mon anus, et puis je sens quelque chose de doux entrer en moi, son doigt je crois, oui c’est son doigt qui est en moi. Je me détends sous ces nouvelles sensations. C’est bon, c’est même très très bon. Il sort, entre en moi facilement, il va de plus en plus vite, il bouge plus en moi et puis il caresse mon clitoris qui me resserre autour de son doigt. Je me crispe mais il reste en moi, il me tient alors que son sexe s’invite dans le mien. Il me tient par son doigt et j’adore ça. Il bouge son sexe et commence à accélérer, je me tiens à mes draps et puis la délivrance de l’orgasme. Il revient en moi et retire son doigt pour me tenir par les hanches. Il me rempli bien mais pourtant je me sens vide. J’ai envie de le sentir partout en moi.

- Je veux essayer.

Il pose un baiser sur ma tête et semble ignorer ma réclamation, continuant à me pilonner. Il écarte mes fesses quand il sort de moi et frotte son sexe sur mon anus puis se mets dans mon sexe encore.

- Lilian !!!!

Il ricane, me rendant complètement folle. Il me nargue, m’excite, me fait le supplier et puis son sexe pousse mon anus, la sensation s’amplifie et me prend tout le bas ventre, il s’enfonce doucement en moi et je le laisse prendre ce que personne n’a encore pris, je lui offre un terrain inconnu, nu de tout homme. Il pousse son sexe plus loin encore, et j’ai envie que ça ne s’arrête jamais, qu’il rentre en moi à l’infini. Un nœud est au fond de mon ventre et il le défait petit à petit. Il va et vient tendrement, et m’enveloppe de son corps bouillant. Le nœud en moi se défait et emporte avec lui mon plaisir. Je me tend par le plaisir et je le sens plus dynamique et puis je le sens trembler, me mordre, me caresser durement et fini par se tendre. Il reste en moi, tout en me câlinant, le temps de se rétracter.

- C’était trop bon.

Je le sens sourire puis il me pose un baiser.

- Maman !!!!

Je regarde l’heure et retombe sur le lit. Il me sourit et se rhabille.

- Le devoir m’appelle. Dis-je en le poussant vers la sortie.

Il ricane puis m’embrasse et part. Je m’occupe de Lola et puis elle se pose sur le canapé, épuisée de s’être juste levée mais veut pas retourner se coucher. Je la laisse devant les dessins animés pendant que je change les draps qui porte encore l’odeur de nos ébats. J’aère la chambre, brûle une bougie parfumée et touche mon anus encore souple. Je regarde mon portable.

Lilian : Ton cul est à moi désormais, qu’il n’y touche pas.

Moi : Te voilà bien possessif.

Lilian : J’aime ton cul.

Moi : Il est à toi. Il n’y rentrera pas, c’est pas son truc de toute manière.

Lilian : Demain je serais moins tendre Abby, je vais pas te sodomiser comme aujourd’hui, je vais t’enculer.

Moi : Ca va faire mal ?

Lilian : T’as pas idée à quel point je peux te faire mal avec ma queue. Oui Abby, tu vas jouir dans la douleur.

Je souris et ça m’excite de le lire et me sens bien plus à l’aise à l’écrit.

Lilian : J’en suis sur que tu mouilles comme une chienne.

Moi : Possible

Lilian : Tu me sens encore ?

Moi : Oui.

Lilian : Parfait. Demain mm heure.

Moi : Et même activité.

Lilian : Deux heures à te faire enculer, tu vas vite le regretter, sois en certaine.

Moi : J’attends que ça que tu me le fasses regretter.

Lilian : Salope je bande.

Moi : T’as envie de me sentir ?

Lilian : Putain ouais, j’aime être en toi, t’es si chaude, si douce...putain Abby, jte veux.

Bertrand rentre et j’éteins l’application.

- Comment elle va ? Me demande t’il

- La fièvre ne remonte pas mais elle est fatiguée.

- Et la kiné respiratoire ?

- Demain matin.

- T’as fais quoi de beau sinon ? Dit-il en me câlinant.

Je me suis faite sodomisée pour la première fois, j’ai aimé ça et j’ai chauffé mon amant pour que demain il me prendre brutalement car je suis curieuse de savoir ce que ça fait d’avoir mal lorsqu’un homme s’énerve lors d’une sodomie sauvage.

- J’ai lu, sinon j’ai fais un peu de ménage, du rangement. Et toi ? Dis-je

- Réunion de 3h, après on est parti manger au resto et réunion de nouveau.

- Tu dois être fatigué.

- Oh oui. Tu nous as préparé quoi à manger ?

- Rien encore.

- Tu tardes pas stp, j’ai faim.

- Ouais.

Alors que les enfants sont dans leur chambre après le repas, Bertrand devant un film, moi je fais mine de ranger alors que je parle à Lilian.

Lilian : J’ai jouis comme un gamin tout à l’heure.

Moi : Tu retrouves ta jeunesse on dirait :D

Lilian : Tu vas la sentir ma jeunesse demain

Moi : J’ai hâte

Lilian : J’en doute pas, t’as gouté au plaisir de te faire baiser le cul, j’en suis sur qu’il réclame.

Moi : Il réclame ?

Lilian : Oui ça se contracte, non ?

Moi : Oui

Lilian : Attend à la fin de la semaine quand jt’aurais prise tous les jours, ton cul va me réclamer sans cesse, je vais te rendre accro à la sodomie Abby.

C’est possible ça ?

- Chérie, je vais me coucher, tu viens ?

- Euh non pas tout de suite.

- Je t’ai pas eu de la semaine, Abby viens.

- J’arrive.

Je dis bonsoir à Lilian et retrouve mon mari qui veut me faire l’amour. Je porte le sperme de Lilian, il est impossible de lui offrir mon entrejambe.

- J’ai plutôt une autre envie, laisse toi faire. Dis-je pour le prendre dans ma bouche

- Mon dieu Abby…

Je le suce fort pour qu’il jouisse vite, et je sens ses cuisses se refermer quand l’orgasme le guette.

- Abby !!!! Chérie !!!!

Il va pour me me repousser mais je le force à rester dans ma bouche et son sperme se répand dans ma gorge. J’aime pas son goût alors je recrache et il s’excuse.

- Désolée mon amour, j’ai essayé de te prévenir mais…

- C’est rien j’avais envie de te faire jouir avec ma bouche.

- C’était très bon.

On se dit bonne nuit et il se colle contre moi pendant que mes pensées vont ailleurs. La semaine est une vraie torture, chaque sieste est un temps éducatif pour mon rectum qui devient de plus en plus sensible. Le mardi fut intense, et douloureux, il m’a fait vraiment très mal, et j’ai jouis comme une dingue. Le mercredi il a recommencé, cette fois ci contre le mur de l’entrée, en position verticale. Le jeudi, j’ai eu le droit à de la tendresse, mon anus n’en pouvait plus, et chaque fois qu’il partait, je sentais mon corps le réclamer. Le vendredi fut horrible, car en arrivant Lilian m’a appris qu’il partait en mission pour une durée indéterminée, il m’a fait l’amour, il a pris ma bouche, mon sexe et puis il a finit par mon anus qui n’arrête pas de le réclamer, réclamer cet homme qui est trop loin de moi. Heureusement, Lola va mieux, et a pu reprendre une vie normale mais je redoute à présent la vie sans Lilian.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1038
239
269
984
Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
381
319
127
393
XiscaLB
*A 4 mains*
Farouchement attachée à son rêve, Joy met tout en œuvre pour le réaliser, quitte à cumuler trois boulots, à mettre entre parenthèses sa vie de jeune femme. Elle sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même depuis la seconde où elle a avoué à sa mère que, contrairement à elle, la danse classique n’était pas son choix de carrière. Alors elle s’accroche, elle économise, passe les concours, et atteint son but. La célèbre European School of Danse de Lille lui ouvre finalement les portes.
Et puis, il y a cet homme qui l’attend et la drague au bar où elle travaille depuis plusieurs jours. Celui qui ne la laisse absolument pas indifférente, qui lui donne envie de tout mettre en pause, au moins le temps d’une nuit. Joy joue, résiste un peu, lutte contre ses pulsions, pour finalement craquer et se laisser aller à finir dans son lit. Après tout, un peu de plaisir n’a jamais fait de mal à personne.
Se taper "Smith" n’était vraiment pas l’idée du siècle car ce beau gosse va lui causer bien des soucis. Au jeu du chat et de la souris, avec la danse comme point d’appui, tous deux vont connaître nombre de péripéties sans pouvoir s’empêcher de craquer l’un pour l’autre.

Alors, si vous aussi vous voulez danser et aimer avec Joy, embarquez-vous dans cette nouvelle histoire de Xisca L.B. et de Lécossais !
172
242
7
96

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0