Chapitre 8

5 minutes de lecture

1 mois que j’ai pas de nouvelles de l’inconnu, j’essaye de ne pas y penser mais je n’ai pas compris ce silence. D’un autre coté, ca me permet de ne plus tromper Bertrand, même si notre couple est toujours aussi morne.

- Abby, t’as Mme Gireau qui demande si Loulou est réveillé ? Me demande Cathy.

- Pas encore, je lui ai dis déjà y a 1/2h.

Elle hausse les épaules et repart.

- Abby, un caméléon qui n’a pas l’air bien là.

- Installe le en salle 3, j’arrive.

Je finis de suturer la patte de mon petit patient et file voir le caméléon. Dans la clinique je suis la seule à m’occuper des NAC et animaux exotiques, j’ai fais une formation complémentaire pour me spécialiser et en effet la pauvre petite bête n’a pas l’air bien.

- Il a quel âge ? Dis-je à la femme

- J’en sais rien, je l’ai trouvé couché sur le flan à coté d’une rivière.

- D’accord.

- Il va s’en sortir ?

- Je sais pas.

- Mais qu’est ce qu’il faisait près d’une rivière ?

- Les gens prennent des animaux exotiques car c’est atypique mais ça demande beaucoup d’aménagement et quand c’est trop contraignant, on les jette dans la rivière.

- C’est horrible.

- C’est pourtant pas rare hélas.

Je pose une perfusion, je le mets sous surveillance et fais des recherches. Mon téléphone sonne et c’est Bertrand qui m’appelle.

- Tu es toujours à la clinique ?

- Oui, je fais des recherches pour un caméléon qu’on m’a amené mais…

- Mais tu rentreras pas, c’est ça ?

- Je dois trouver ce qu’il a.

- Ouais.

Il raccroche et je sens qu’il n’est pas content et au fond de moi je m’énerve car lorsque je le trompais il se préoccupait pas de mes absences et maintenant il me reproche presque de faire mon travail. Alors que je suis dans mes recherches, je vois que j’ai un email.

---------------------------------------------------------------------------

De : L.balvin85@free.fr

A : Moi

Bonsoir Abby,

Tu m'as manqué.

Hotel Atlantic

Chambre 208

Demain soir à 18h00. La nuit entière.

---------------------------------------------------------------------------

Je reste devant l’email quelques minutes. 1 mois sans la moindre nouvelles et il me veut demain. Je dois dire non, je dois résister. J’envoie un message à Luna.

« le gars il vient de m’envoyer un nouveau rdv »

« pour quand ? »

« demain mais je vais pas y aller »

« bah pourquoi ? »

« 1 mois sans me donner de nouvelle, je ne suis pas à sa disposition ! »

« laisse le s’expliquer au moins »

« il parle pas pour rappel »

«ok, bon j’espère que tu le regretteras pas »

« moi aussi »

Je me sens triste et me laisse jusqu’au lendemain pour prendre une décision. Je rentre vers 22h00 après avoir fait mes recherches jusqu’à avoir mal à la tête et Bertrand est devant la télé. Je m’approche et lui pose un baiser pour lui dire bonsoir qu’il me rend à peine.

- T’as une assiette au micro onde. Me dit-il sèchement

- Merci.

- De rien.

Je m’installe près de lui sur le canapé avec mon assiette mais il regarde la télé et je sens qu’il est agacé. Il ne me regarde même pas et j’ai beau le regarder, ça n’attire même pas son attention. Putain mais je suis qu’un meuble en fait, un pauvre meuble qu’on dépoussière de temps en temps, qui peut être parfois utile, mais même Bulle à le droit à des caresses alors que j’ai même pas le droit à un regard. Je regarde la scène comme si j’étais spectatrice de ma propre vie.

- Demain soir je vais prendre la garde de Rachel pour avoir plus de temps pour faire mes recherches aussi.

Il éteint la télé et se lève.

- C’est ton cabinet que t’aurais du épouser. Me lance t’il avant de partir se coucher.

Mon coeur se serre et j’arrive même pas à finir mon assiette. Je range un peu le séjour puis je pars me coucher. Bertrand ne dort pas et je sens la crise conjugale se dessiner.

- Tu devrais installer dans ta salle de repos un lit.

- Bertrand stp.

- Y en a marre de vivre avec un fantôme Abigaël !

Alors ça c’est la meilleure !

- Pardon ? Tu plaisantes là ! Tu m’ignores la plupart du temps ! Tu refuses de me faire l’amour…

- Y a pas que le sexe dans la vie ! Répond t’il

- Non, mais c’est important dans un couple !

- Y a plus important, tu trouves pas ?

- Comme ?

- Comme rentrer chez toi et t’occuper de ta famille plutôt que de tes bestioles !

J’ai horreur quand il dénigre mon métier.

- Ne parle pas comme ça de mon métier Bertrand !

- Arrête de te prendre pour la sauveuse du monde Abby ! Sauve nous, ça sera déjà pas mal.

- Ca veut dire quoi ça !

- Que j’en ai marre ! Marre de t’attendre le soir ! Je ne veux plus que tu fasses de garde !

- C’est mon métier.

- Bah change de métier.

- Bertrand t’es ridicule là.

Il se lève hors de lui.

- Tu vas me perdre Abby si tu continues comme ça ! Lâche t’il.

- C’est mon métier Bertrand, mon métier !

- Et il est plus important que moi ?

- Ca n’a rien à voir et tu le sais très bien.

- Ne sois pas étonnée si un jour je me parte voir ailleurs !

- Avant de vouloir une autre, faudrait-il que tu saches t’occuper de ta femme et que tu la fasses jouir !

- Que je sache m’occuper de toi ? Non mais pour rappel, tout ce que tu sais dans le sexe, tu me le dois. Dit-il en ricanant.

J’aime pas quand il prend cet air là. Surtout que j’ai plus appris avec mon inconnu que pendant mes années avec Bertrand.

- Je ne rentrerai pas là dedans Bertrand. Bonne nuit.

Il passe environ 1h à grogner mais je préfère ne pas répondre. Le lendemain matin, les tensions sont toujours palpables.

- Bien, bah à demain ou après demain ou quand tu decideras de t’occuper de ta famille. Me lâche t’il en partant.

- C’est sur que ça donne envie de rentrer.

- Bah rentre pas.

Et voilà comment commence la journée. J’arrive au travail et Cathy m’apprend que le petit caméléon n’a pas survécu. Pendant ma pause déjeuner j’envoie des messages à Luna.

« je vais aller à l’hôtel ce soir »

« t’as changé d’avis alors ?

« oui. Je me suis engueulée avec Bertrand. »

« appelle-moi si tu veux qu’on en discute »

Je l’appelle et lui explique la crise conjugale.

- C’est la meilleure ça quand même. Il te délaisse et c’est lui qui te menace de tromperie.

- Je vais m’éclater à fond ce soir, tanpis pour lui. J’en ai marre d’être de la déco !

- T’as pris ta robe ?

- Oui

- Il va adorer j’en suis sure.

- J’espère.

Le soir arrive et d’un pas décidé je vais à l’hôtel.

- Bonsoir Mme.

- Chambre 208 svp.

Il me donne la clé qui me permet d’ouvrir la chambre qui ne m’est plus inconnue. J’ai sur le lit un mot qui m’attend.

---------------------------------------------------------------------------

Merci d’être venue Abby. Prends ta douche et mets ton masque pour 20h00. J’espère que tu as faim car moi je suis affamé.

---------------------------------------------------------------------------

Je regarde mon portable où j’ai aucun message de Bertrand de la journée. Je l’éteins et pose mon alliance sur le bureau. Moi aussi je suis affamée, et je compte pas mourir de faim.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1038
239
269
984
Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
381
319
127
393
XiscaLB
*A 4 mains*
Farouchement attachée à son rêve, Joy met tout en œuvre pour le réaliser, quitte à cumuler trois boulots, à mettre entre parenthèses sa vie de jeune femme. Elle sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même depuis la seconde où elle a avoué à sa mère que, contrairement à elle, la danse classique n’était pas son choix de carrière. Alors elle s’accroche, elle économise, passe les concours, et atteint son but. La célèbre European School of Danse de Lille lui ouvre finalement les portes.
Et puis, il y a cet homme qui l’attend et la drague au bar où elle travaille depuis plusieurs jours. Celui qui ne la laisse absolument pas indifférente, qui lui donne envie de tout mettre en pause, au moins le temps d’une nuit. Joy joue, résiste un peu, lutte contre ses pulsions, pour finalement craquer et se laisser aller à finir dans son lit. Après tout, un peu de plaisir n’a jamais fait de mal à personne.
Se taper "Smith" n’était vraiment pas l’idée du siècle car ce beau gosse va lui causer bien des soucis. Au jeu du chat et de la souris, avec la danse comme point d’appui, tous deux vont connaître nombre de péripéties sans pouvoir s’empêcher de craquer l’un pour l’autre.

Alors, si vous aussi vous voulez danser et aimer avec Joy, embarquez-vous dans cette nouvelle histoire de Xisca L.B. et de Lécossais !
172
242
7
96

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0