Chapitre 7

9 minutes de lecture

Nous sommes à la St Valentin, et comme d’habitude Bertrand n’a rien prévu pour nous, donc je passe comme à chaque fois, mon week-end chez Luna un peu pour lui faire payer ça.

- Alors nous avons « Pretty woman », « coups de foudre à Nothing hills » ou encore « love story »

- Love story !!! J’adore ce film.

- Va pour Love story alors !!!

On prépare notre plateau repas et elle lance le sujet que je voulais pas.

- Des nouvelles de ton inconnu ?

- Ca fait 15 jours que j’en ai pas.

- Ca te manque ?

- Luna j’ai pas envie d’en parler.

- T’aurais eu envie qu’il te fasse un truc pour la St Valentin ?

Ok donc dans « j’ai pas envie d’en parler », elle n’a rien pris en compte. Ca c’est Luna tout cracher.

- Non, c’est pas à lui d’organiser quelque chose pour la St Valentin.

C’est le truc tout bête mais j’ai jamais eu de St Valentin alors que la plupart des couples font quelque chose pour ce jour là, alors je suis assez triste que Bertrand ne prenne pas le temps d’organiser quelque chose, qu’il s’en fiche de me voir partir chez Luna plutôt que de faire l’amour avec moi. Les larmes me montent aux yeux par ma déception et Luna le voit.

- Oula, qu’est ce qui ne va pas ? T’as jamais pleuré pour ça.

- J’en ai marre Luna ! Marre que j’attende de l’attention de mon mari au point a déconner complètement. Je m’en veux Luna, et d’un autre coté je crève d’envie de recevoir son email !!!

Elle essuie mes yeux avec un torchon et me sourit.

- Quoi ? Dis-je

- T’es accro à la baise perverse.

- N’importe quoi ! J’aurais jamais du craquer et le laisser me toucher.

- Mais ça te manque.

- Oui.

- T’as fais l’amour avec Bertrand depuis la dernière fois ?

- Non.

- T’as eu envie de faire l’amour avec Bertrand ?

Cette question me rend muette. Je n’ai pas provoqué Bertrand pour faire l’amour, j’ai vécu ma vie comme un robot et je me remet à pleurer.

- Bon on sèche ça et on arrête de parler mec pour ce soir. Dit-elle

- Ouais d’accord.

- Et demain on se fait une journée shopping.

Je lui fais oui de la tête en reniflant.

- Pyjama ? Me demande t’elle

- Pyjama.

- Ah nous la tenue confortable !!!!

J’enfile un pyjama tout doux et je me pose sur son canapé plein de coussins. Nous grignotons devant le film qui finit par nos larmes à toutes les deux.

- Putain ce qu’il est beau ce film. Renifle Luna.

- Un chef d’oeuvre. Faudrait peut être que je tombe malade pour que Bertrand s’occupe de moi.

- Eh !!! On a dit zéro mec !!!

- C’est vrai.

On s’envoie les deux autres films puis nous allons nous coucher. Luna m’a prêté la chambre d’ami, et j’ai un grand lit confortable pour moi toute seule. Je m’endors avec les images des films et celles de ma vie. Et puis son souffle dans mon cou, son corps contre le mien, la puissance de sa force sur moi, celle que je ressens dans sa ceinture.

- Abby ça va ? Me demande Luna derrière la porte qui m’a sorti de mon rêve.

- Euh oui oui.

- T’es sure ?

La gêne monte en moi, pourquoi me demande t’elle ça.

- Oui pourquoi ?

- Je sais pas j’ai cru que tu pleurais.

- J’ai du faire un cauchemar, désolée si je t’ai réveillée.

- T’inquiète je vais me rendormir.

Me voilà réveillée avec mon rêve en tête. Je repasse en boucle mes moments avec lui, lorsque j’entends marcher dans la maison et des chuchotements. Je plaque mon oreille contre ma porte et j’entends Luna glousser et une voix masculine qui parle tout bas. Luna a un répertoire de dingue sur des potentiels partenaires, je suppose que c’est l’un d’eux qu’elle a appelé pour l’aider à se rendormir. J’entends leur soupir et je me sens bien seule dans mon grand lit.

Je ferme les yeux comme il me demanderai de le faire puis je glisse ma main dans mon pantalon de pyjama, je caresse mon clitoris puis je me glisse un doigt. Ma respiration s’accélère et les images virevoltent dans ma tête. Mon dieu que c’etait bon de le sentir me caresser, de le sentir en moi comprimer mon ventre pour que jamais je n’oublie sa présence. J’enfonce un second doigt pour me donner encore plus de sensation. Avec mon autre main j’excite mon clitoris en faisant des petits ronds et puis je me sens gonfler, m’épaissir sous mes caresses, mon corps se contracte et je ne pourrais m’arrêter que lorsque j’aurais jouis. Oui mon but c’est de jouir comme avec lui, alors j’accélère, je caresse les zones qu’il caressait et puis une contraction, celle de trop, celle qui inonde le lit de mon amie, mon corps spasme et je tremble de la tête au pied. Je fais quelques exercices de respiration et retire mes doigts de moi. Je m’essuies avec le draps puis me met sur le coté sec, espérant que le lendemain il n’y ai plus de trace de mon plaisir solitaire.

Le lendemain matin je me lève et vais sortir les chiens dans le jardin car leur maîtresse doit sûrement encore dormir. Chez Luna je suis un peu comme chez moi donc je me prépare un café et un super métisse arrive torse nu, fraîchement douché.

- Euh Salut. Me lance t’il gêné

- Salut. Tu veux un café ?

- Euh non non je vais pas rester merci. Me dit-il en s’habillant.

Il me fait un signe de tête avec un salut et passe la porte. 1/4h plus tard Luna arrive aussi fraîchement douchée.

- Salut. Dis-je avec un petit sourire.

- On t’a pas réveillé j’espère ?

- Non non. Il est...très mignon. Dis-je un peu honteuse

- Il est carrément canon tu veux dire, il m’a retourné dans tous les sens, j’ai des courbatures pour 10 ans.

- Plains toi.

- Oh...je suis désolée ma puce, je fais ma grosse égoïste là.

- Non t’inquiète. T’as bien raison de t’amuser.

Elle vient me voir et me prend dans ses bras. Je finis mon café et file me doucher pour qu’on parte faire notre shopping. Lorsque j’arrive dans le séjour, Luna est au téléphone.

- Tu rentres quand ?...ok...Mais non…

Elle se retourne et me voit mais elle m’envoie vite un sourire qui dissipe ma gêne d’arriver pendant la conversation téléphonique.

- Faut que jte laisse là, je dois partir faire du shopping avec ma copine...Ouiiiii fais moi confiance...bon allez jte laisse. Bisous Pioupiou.

Elle raccroche et elle me lance ma veste.

- Pioupiou hein. Dis-je pour la taquiner.

- Ouais j’aime bien les surnoms ridicules pour les mecs, ma vengeance personnel pour l’autre connard.

L’autre connard... le surnom du père de sa fille Jessie.

- Tu sais qu’ils ne sont pas tous des connards.

- Ouais mais y a une grosse concentration de connard quand même, donc je ne prends aucun risque.

- Ca te manque pas la tendresse des bras d’un homme ?

- Non j’ai mes chiens pour la tendresse.

- T’as pas envie de construire une relation de confiance, partager des trucs à deux et pourquoi pas une famille.

- Non mais Abby j’ai pas besoin d’un mec, si je veux des gosses, j’arrête l’implant et je m’envoie en l’air sans capote.

- Très mature comme réaction.

- Ils devraient déjà s’estimer chanceux que je leur lèche les couilles plutôt que de leur arracher.

Les mots crus de Luna me font taire. On arrive au centre commercial sur plusieurs étages.

- On fait chauffer la CB !!! Crie Luna

On va dans les boutiques, on caresse les tissus, on critique la couleur de ce pull jaune hideux, on essaye des vêtements et Luna craque sur une robe moulante rouge.

- Tiens essaye. Me dit-elle en me donnant le morceau de lycra.

- Euh...je vais pas mettre ça hein.

- Essaye ! Tu critiqueras quand tu l’auras essayé

Je souffle et va l’essayer. Le bon coté c’est qu’elle est très élastane et s’enfile facilement. Je sors et Luna s’illumine.

- T’es...canon !!!

- Ca me fait pas des grosses fesses ?

- T’es folle, t’as un cul sublime. Regarde ça, elle est parfaite, elle est faite pour toi ma puce.

- Ouais mais elle n’a pas de bretelles et j’ai pas de soutien gorge sans bretelle.

- Dans la galerie il doit y avoir à peu près 5 boutiques de sous vêtement, on devrait trouver ton bonheur je pense.

C’est vrai qu’elle est sympa comme robe.

- D’accord je la prend.

- Yes !

Luna à l’air heureuse, presqu’autant que si c’était pour elle. Nous allons ensuite dans une boutique de sous-vêtements où ça va de la lingerie classique à de la lingerie sexy.

- Tiens, essaye ça. Me dit Luna en me donnant des sous vêtements noirs.

- La robe est rouge.

- Justement faut trancher et comme tes chaussures seront noires.

- Mes chaussures ?

- Oui on va aller te prendre une paire pour aller avec la robe.

- Tu comptes me rhabiller de la tête aux pieds ?

- Oui. Allez cabine stp.

J’essaye les sous vêtements qui me vont plutôt bien. J’essaye la robe avec et vérifie qu’ils ne se voient pas en dessous et ma poitrine semble avoir gonflée.

- Sors. Crie Luna de l’autre coté du rideau.

- Ca fait pas trop. Dis-je en sortant

- T’es...magnifique !!!!

- T’es sur ?

- Ouiiiii et tiens, essaye ces trois autres là.

- Luna ! J’ai trouvé, c’est bon.

- Les culotte de mamie je peux plus Abby, il est temps de révolutionner ta garde robe.

J’essaye puis je passe en caisse.

- Direction les chaussures ! Crie Luna

Nous allons dans une petite boutique.

- Bonjour je peux vous aider ? Nous demande un homme .

- Je cherche des chaussures noires pour aller avec une robe.

- Des escarpins sexy. Dit Luna.

- Luna !!!

- Je vous apporte ça tout de suite. Dit le vendeur

Le vendeur arrive avec trois boites à chaussures. La première paire est une chaussure à talon carré et elle se fait recaler directement par Luna. La seconde sont des escarpins vernis noire, qui ne me plaisent pas. Et la 3ème paire ne sont pas confortables. Le pauvre vendeur repart à la recherche du trésor et je suis contente d’être avec Luna et non Bertrand qui serait déjà furieux du temps que ça prend. Le vendeur revient avec une boite et un large sourire.

- Celle ci sont faites pour vous. Dit-il fièrement.

Il ouvre la boite et deux splendides chaussures noires apparaissent avec un talon fin et long et une attache au niveau de la cheville. Je les enfile et fais quelques pas défilant avec.

- Elles te vont à merveille Abby. Me dit Luna

C’est vrai qu’elle me donne une très belle ligne et en plus je marche facilement avec.

- Je vous les prends. Dis-je

- Ouiiii . Crie Luna

Nous ressortons du centre commercial, les mains remplies de sac. Je passe une dernière nuit avec elle puis je rentre chez moi et une fois les enfants couchés, je décide de voir l’effet que l’un de mes ensembles peut avoir sur Bertrand. Je l’enfile et m’approche de Bertrand en faisant claquer mes talons sur le carrelage. Il a les yeux rivés sur son film et m’adresse à peine un coup d’oeil. Je me démonte pas et je commence à danser sensuellement, tout en baladant mes mains sur mon corps. Je l’enjambe et commence à lui poser des baisers dans son cou.

- Abby pas maintenant je suis le film là.

- J’ai envie de toi.

- J’en suis sur que c’est le père de la petite le responsable, il est louche.

Je suis piquée au vif et éteins la télé et il me repousse.

- C’est quoi ton problème Abby ! Et puis c’est quoi cette tenue !!! On dirait…

Je le regarde et il ne continue pas sa phrase.

- C’est très vulgaire Abby. Va retirer ça stp, c’est pas toi ça.

- Quoi ? Mais je l’ai acheté pour que t’aies une femme sexy.

- Sexy ? Non mais tu t’entends Abby, tu t’es prise pour une actrice porno ou quoi !

- Ca c’est insultant Bertrand ! Je ne te permets pas !

- Je sais pas ce que t’as là mais jte reconnais pas.

Les nerfs me lâchent et je me mets à fondre en larmes.

- Tu me touches plus ! On fait l’amour très rarement, j’ai l’impression que tu me désires plus !

- Bah c’est pas avec ça que je vais te désirer en attendant.

- T’es odieux.

- T’es vulgaire.

Je pars dans ma chambre et retire mes sous vêtements. C’est le visage baigné de larmes que je pars me coucher toute seule.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1038
239
269
984
Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
381
319
127
393
XiscaLB
*A 4 mains*
Farouchement attachée à son rêve, Joy met tout en œuvre pour le réaliser, quitte à cumuler trois boulots, à mettre entre parenthèses sa vie de jeune femme. Elle sait qu’elle ne peut compter que sur elle-même depuis la seconde où elle a avoué à sa mère que, contrairement à elle, la danse classique n’était pas son choix de carrière. Alors elle s’accroche, elle économise, passe les concours, et atteint son but. La célèbre European School of Danse de Lille lui ouvre finalement les portes.
Et puis, il y a cet homme qui l’attend et la drague au bar où elle travaille depuis plusieurs jours. Celui qui ne la laisse absolument pas indifférente, qui lui donne envie de tout mettre en pause, au moins le temps d’une nuit. Joy joue, résiste un peu, lutte contre ses pulsions, pour finalement craquer et se laisser aller à finir dans son lit. Après tout, un peu de plaisir n’a jamais fait de mal à personne.
Se taper "Smith" n’était vraiment pas l’idée du siècle car ce beau gosse va lui causer bien des soucis. Au jeu du chat et de la souris, avec la danse comme point d’appui, tous deux vont connaître nombre de péripéties sans pouvoir s’empêcher de craquer l’un pour l’autre.

Alors, si vous aussi vous voulez danser et aimer avec Joy, embarquez-vous dans cette nouvelle histoire de Xisca L.B. et de Lécossais !
172
242
7
96

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0