Chapitre 6

9 minutes de lecture

Quelques jours sont passés et j’arrivais pas à me sortir de la tête ce groupe de gars devant le cinéma alors je lui ai écris un email.

---------------------------------------------------------------------------

De : Moi

A : L.balvin85@free.fr

Salut,

Je t’écris suite à la séance de cinéma car j’ai une question qui ne me quitte pas et je voudrais juste avoir la vérité. J’ai vu en sortant un groupe d’hommes qui pourraient te correspondre et il m’est venue à l’idée que comme tu veux toujours que je porte le masque, que vous vous relayez. Cette idée est terrible je sais mais j’ai besoin de savoir si tu te joues de moi au point de vous y mettre à plusieurs.

Ne vois pas ça comme une relance ou une proposition, juste que j’ai besoin d’explication stp.

Merci

Abby

---------------------------------------------------------------------------

Sa réponse est presque immédiate

---------------------------------------------------------------------------

De : L.balvin85@free.fr

A : Moi

Bonjour Abby,

Je vais te répondre très sincèrement à tes interrogations. Tu ne m'as jamais vu, tu m'as senti par contre, et t'as adoré ça.

Une seule personne te baise, c'est moi.

---------------------------------------------------------------------------

Me voilà soulager et gênée en même temps. Les mots crus sont très gênant pour moi et pourtant ça me fait de l’effet. Alors que je me détends, je reçois un autre email.

---------------------------------------------------------------------------

De : L.balvin85@free.fr

A : Moi

J'ai adoré te sentir trempée par le film et je suppose qu'en ce moment même tu rougis devant mes mots.

Reste ce soir à ta clinique, je passerai te faire rougir quand tu seras seule à 21h00. Les yeux bandés ou fermés, comme tu veux.

---------------------------------------------------------------------------

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai appelé Bertrand pour lui dire qu’un chien me demandait de rester.

- Tu penses que ça va te prendre la nuit ? Me demande Bertrand

- Je ne sais pas, son état est préoccupant, il peut me faire un arrêt à tout instant.

- Bon, bah bon courage alors ma puce.

- Merci. Je t’embrasse.

- Abby ?

- Quoi ?

- Je t’aime. Dit-il amoureux

Les larmes me montent aux yeux.

- Moi aussi. Dis-je honteuse.

Mon coeur se serre alors que mes collègues finissent leur journée.

- Bah alors Abby, tu fais des heures supp ?

- C’est un bordel sans nom dans mes papiers, je vais faire du tri.

- Ok, bah bonne soirée alors. Me dit Gaby

- Ouais merci.

- Si tu veux faire les miens, n’hésites pas. Me lance Rachel

- Non merci.

- Ah bah sympa la copine. Allez je file. Bisous.

La clinique se vide et je reste seule avec les boules de poils qui sont en convalescence. 21H00 arrive et je suis assise à mon bureau, les yeux fermés quand j’entends la porte s’ouvrir et ses pas se rapprocher de moi. Pour baliser un peu j’ai fermé toutes les portes sauf celle de mon cabinet. Mes cheveux se tirent doucement et un baiser se pose sur mes lèvres et je décide de lui proposer ma langue qu’il accepte. Puis je sens qu’il veut me mettre un bandeau mais je le stoppe.

- Je veux pas de ça, je fermerai les yeux jte le promets, j’ai besoin que tu me fasses confiance toi aussi.

Il n’insiste pas et me laisse sans masque mais m’offre un autre baiser. J’entends le zip de son pantalon et je sens la peau de son gland caresser ma bouche, puis frapper ma joue, ce qui le fait encore plus durcir. Je dépose des baisers sur son sexe qui est déjà bien au garde à vous. Il me laisse faire et j’ouvre ma bouche et me fais rentrer que son gland dedans pour le goûter comme si c’était une glace précieuse. Je fais passer ma langue et sa respiration change, c’est qu’il aime alors. Je recommence, puis je commence à saliver alors je l’enfonce un peu plus loin et il soupir de plaisir. Plus j’irai loin et plus il prendra de plaisir mais je sens qu’il est bien trop volumineux pour moi et que je risque de suffoquer donc je reste dans ma zone de confort. J’ai peu d’expérience sur ce genre de pratique car Bertrand n’aime pas trop ça et j’aime pas le goût de son sperme non plus. Là je sais qu’il ne s’arrêtera pas juste à la fellation, donc il ne jouira pas dans ma bouche car il préférera comme d’habitude finir dans mon vagin.

Alors je joue avec son sexe, je découvre ses zones sensibles et m’amuse à lui provoquer des pointes de soupir, des contractions de son bas ventre, j’aspire ma salive en le ressortant de ma bouche, fais tourner ma langue sur son gland et je sens ses mains se poser sur ma tête, il me caresse les cheveux puis les réunis en une queue de cheval qui tient fermement, suivant mes mouvements. Je l’enfonce dans ma bouche, puis remonte le long de son sexe puis recommence, encore et encore. Je l’entends déglutir à plusieurs reprises puis son emprise devient plus dur et c’est lui qui prend le contrôle de mes mouvements, m’enfonçant un peu plus loin que je ne le faisais. Il me retire alors que j’ai les larmes au bord des yeux, puis m’enfonce encore plus loin, et là j’ai un haut de coeur mais j’ai pas le temps de comprendre qu’il accélère, continuant à aller toujours plus loin. Mes mains se posent sur ses hanches pour retenir son bassin mais c’est ma bouche qui bouge. Je ne peux pas lui dire d’arrêter car il me laisse pas le sortir et puis j’ai pas envie qu’il arrête je crois. Ma salive devient abondante et remonte dans mon nez. J’ai l’impression que je vais m’étouffer puis il commence à bouger son bassin et là ça devient pire. Mon estomac refuse cette provocation et je suis bien contente d’avoir rien mangé bien que les brûlures qui remontent ne sont pas très agréables. Ma gorge me fait mal, les cheveux me tirent et mon nez s’écrase contre les muscles de son ventre au point que j’ai l’impression qu’il va se casser. Lui souffle, gémit virilement et si il continue il va sûrement me déboîter la mâchoire. Encore une fois tout va trop vite et mes certitudes s’effondrent, il ne va pas jouir comme je l’avais prévu, non il va jouir dans ma gorge. Il me laisse ressortir juste après et le passage de son sexe, me donne le haut de coeur de trop et je cours à mon lavabo pour vomir. Mon dieu que ça fait mal de vomir le liquide gastrique par le nez. Je le sens derrière moi et il me tend des serviettes en papier, me dévoilant un bras tatoué mais je ne dis rien car j’avais promis de pas ouvrir les yeux. Je me mouche alors que je le sens derrière moi et sa main se pose dans mon dos me le frottant, ce qui me fait un bien fou après avoir vomi mes tripes. Je pensais pas qu’on pouvait en arriver là.

- Tu m’as dis que tu me ferais rougir, pas vomir. Dis-je

Il me pose un baiser sur mes cheveux et claque des doigts devant mes yeux, et sa main caresse mes yeux.

- Tu veux que je les ouvre ?

Il me pose un baiser sur la main et il s’éloigne de moi, suffisamment pour pas que je le vois. En ouvrant les yeux, je suis devant l’écran de l’appareil photo, je suis toute rouge.

- Je pensais pas que tu parlais de me faire rougir les joues. Du coup tu vas partir ?

J’entends qu’il se racle la gorge comme si il attendait quelque chose.

- C’est bon j’ai les yeux fermés. Donc tu vas partir ?

Je sens un morsure sur mon omoplate pour me dire non. Ses mains se posent au niveau de l’ouverture de mon jean qu’il ouvre puis le descend le long de mes jambes me provoquant des milliers de petits frissons. Puis il recommence avec ma culotte, posant quelques baisers et morsures en plus. Ensuite il s’attaque à mon haut qui me fait passer par la tête et puis libère mes seins que je recouvre de mes bras par automatisme. Il me fait me poser sur la table d’auscultation. Il la fait descendre pour que mon corps forme un angle droit, lui offrant ma croupe, mes seins posés sur la table. Une première fessée arrivent et je sursaute. D’autres s’enchaînent et ma fesse commence à chauffer. Il la caresse, l’embrasse puis il s’attaque à l’autre. J’entends qu’il touche à la boucle de sa ceinture puis j’entends qu’il la pose devant moi et il claque des doigts devant moi et passe sa main sur mes yeux. Il me pose un baiser et j’ouvre mes yeux devant l’objet en cuir.

- Tu veux me...frapper avec ça ? Dis-je effrayée

Il me pose un autre baiser et je déglutis.

- Je...je sais pas. Pourquoi tu voudrais faire ça. C’est...c’est très étrange. Je…

Je l’entends soupirer et il me pose des baisers dans mon dos.

- Ou tu veux me frapper ?

Ses mains caressent mes fesses.

- Tu veux faire fort ?

Une douce morsure. Voilà de quoi me rassurer. D’un coté je suis curieuse, c’est assez bizarre comme envie mais y a que lui et moi ici alors pourquoi pas. S’il me le propose après tout c’est qu’il a une raison et puis au moins on fait autre chose que de tromper mon mari.

- D’accord mais un seul coup et pas fort.

Le morceau de cuir caresse ma fesse et un léger coup arrive. C’est différent de la fessée mais pas désagréable.

- Recommence si tu veux. Ca va c’est pas désagréable.

Il se fait pas prier et recommence.

- Ca donne quoi plus fort ? Pas trop non plus stp.

L’accessoire de cuir frappe un peu plus fort et je sens sa main caresser mes fesses. Mon muscle se décontracte sous ses caresses et c’est très agréable.

- Vas-y continue, j’aime bien ça.

Un nouveau coup me frappe et la contraction de ma fesse, se répercute sur les muscles de mon bas ventre qui se contractent à sontour et réveille mon envie. Comme si il lisait en moi, il passe deux doigts entre mes cuisses et entre en moi. Son autre main caresse ma fesse et ses doigts quittent mon corps. Il prend ma main et la glisse à leur place et je comprends qu’il veut que je me touche.

- C’est très gênant de…

La ceinture me frappe une nouvelle fois et je calme mes contractions du bas ventre en me caressant. Un travail d’équipe se met en place, lui me provoque des contractions et moi je les calme. Parfois il m’offre une pause et je crois qu’il se déshabille. Je n’ai jamais été aussi mouillée lors d’une masturbation et il reprend mais ma peau est plus sensible et ça fait plus mal mais j’arrive pas à lui dire d’arrêter car ce que ça me provoque est bien trop bon.

- Je vais jouir !!!! Plus fort !!! Plus…

J’entends la ceinture tomber par terre et son sexe rentre en moi. Il caresse mes fesses et appuient là où j’ai mal me provoquant encore des contractions. Je sens la sueur perler dans mon dos et entre mes seins, son corps se posent contre moi et je remarque qu’il est lui aussi dans le même état. Une goutte de sa sueur coule dans mon dos, puis glisse dans ma raie des fesses et se fait aspirer par mon corps sur le point d’exploser. La table bouge par les accoups, j’agrippe la table et j’expulse mon plaisir en même temps que lui, ne pouvant m’arrêter qu’une fois que j’ai plus rien en moi. Mes jambes convulsent alors que mes pieds baignent dans mon jus. Je ne bouge pas et je l’entends prendre des serviettes en papier qu’il met par terre puis une glisse passe entre mes cuisses.

- Comment arrives-tu à me faire cet effet ? Mon dieu qu’est ce que je fais.

Mes remords arrivent si violemment que je me mets à pleurer. Je sens sa main caresser mon dos alors que je pars en crise de sanglot, il me fait me relever de cette table et me prends dans ses bras. Nos deux corps l’un contre l’autre calme ma honte, ma peine, ma culpabilité. Je suis contre lui, entouré de ses bras, bercé par les battements de son coeur. Je ne connais rien de cet homme mais ce que je sais c’est qu’il a un pouvoir étrange sur moi que j’aime bien.

Annotations

Recommandations

Nelra
Jessica Paterson, tout juste 30ans, avocate commise d'office au Palais de Justice de Bordeaux rêve d'intégrer un grand cabinet d'avocat, mais sa façon de vivre met un frein à ses envies de brillante carrière.
Sa passion ? Le sexe, elle collectionne les mecs, comme certaines changes de culottes.
Sa devise ? Baiser, baiser et...Baiser !
Son défaut ? Son franc parler et sa nature décomplexée.  
Pour elle, un homme ne sert juste qu'à donner des orgasmes, enfin, quand ils y arrivent et quand ce n'est pas le cas, elle a ses jouets !  

Justin Wilson, 32 ans, avocat reconnu, véritable cœur d'artichaut et éternelle insatisfait, il finit toujours par se lasser de tout, les femmes comme le reste.
Sa passion ? La gente féminine.
Sa devise ? Il y en aura toujours une pour en remplacer une autre.
Son défaut ? Sa grande sensibilité et son amour incommensurable pour le sexe opposé !
Pour lui, toutes les femmes sont belles et méritent toute son attention, les faire grimper aux rideaux, il y met un point d'honneur ! 

Chacun a sa propre vision de la vie et des parties de jambes en l’air et quand il vont se télescoper au détour de l'anniversaire de Cassandra, leur rencontre va faire des étincelles !
Réviseront-ils leurs jugements ? 
439
371
129
442
Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1115
250
275
1002
SJTwin
Suite à un événement tragique, Amélia, 25ans, voit sa vie complètement détruite.
Elle décide donc de rejoindre son frère, Alex, Vice-Président du club de motard "The Sliders".
En pensant trouvé la sécurité, elle ne pensais pas rencontré Liam, le Président du M.C.
Lui, la veut elle.
Elle, ne désire que la vengeance mais son coeur lui dicte autres choses ...
Et si, désire et vengeance ne faisais qu'un ?
162
5
21
222

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0