PAS VEGAN

3 minutes de lecture

 – C’est gentil, merci de nous avoir ramenées.

 – Ce n’est rien. Rentrez vite.

 – Venez, venez donc nous accompagner. Nos parents, au moins, ils vont vous remercier. Après ce détour que vous avez fait, cinq minutes pour vous reposer, une boisson, un café…

 – Si vous insistez, mais cinq minutes, après je dois rentrer.

 – Bien sûr, entrez. Ohé ! nos parents, nous sommes arrivées. Saines et sauves ! Nos parents, regardez, perdues dans la nuit subitement tombée, cet inconnu a entrepris de nous sauver.

 – Comme vous y allez…

 – Si, si, deux petites filles abandonnées dans un quartier mal famé et sans réfléchir vous vous êtes arrêté… Regarde papa, lève-toi du canapé.

 – Monsieur, permettez que je vous serre la main, sincèrement, quelle bonté !

 – Voyons, je n’ai fait que mon devoir de citoyen.

 – Et sans arrière-pensée…

 – Que… ?

 – Venez là, mon ami, asseyez-vous je vous offre un verre, les filles, allez prévenir votre mère, qu’elle rajoute un couvert.

 – Non, c’est gentil, mais, il ne faut pas…

 – C’est un minimum, je ne tolérerais aucun refus, buvons.

 – Mais…

 – Allez, allez, levez votre verre, c’est la tradition.

 – Maman, maman, on a un monsieur à manger.

 – « Pour » manger ! surveillez une seconde votre langue mes chéries, vous êtes allées à l’école, alors montrez-le. Et mettez donc la table que l’on accueille dignement votre invité.

 – Non, mais vraiment je ne voulais pas déranger, c’était juste un service, comme ça, en passant.

 – Mais c’est si rare aujourd’hui. Chéri, ressert le monsieur, tu ne vois pas que son verre est vide ? Allez, buvons à l’altruisme !

 – À l’amitié !

 – Heu… santé. Mais je ne voudrais pas trop tarder.

 – Quelqu’un vous attend ? Vous voulez appeler ? Allez-y prévenez, mais le souper est prêt, la table est mise…

 – Maman a fait du ragoût, c’est le meilleur ragoût du monde.

 – C’est vrai que c’est une cuisinière hors pair, c’est aussi pour ça que je me suis marié avec elle, elle utilise des ingrédients secrets, vous m’en direz des nouvelles… Voyons, vous n’allez pas me la vexer, gentil comme vous êtes.

 – Non, je m’en voudrais.

 – Voilà qui est dit. Allez à table, je descends chercher une bouteille.

 – Il ne faut pas, j’ai déjà la tête qui tourne, il faut que je fasse attention avec la voiture, vous savez ce qu’on dit, un verre, ça va…

 – Juste un alors, juste un, ne vous inquiétez pas.

 – Ou au pire il vous déplie le canapé, si vraiment vous êtes fatigué…

 – Non, là vraiment…

 – Chut, chut, chut, d’abord vous me donnez votre assiette que je vous serve, après vous aviserez.

 – Oui, mangeons le gentil monsieur…

 – « Avec » ! … Ah, ces enfants ! c’est tellement difficile de bien les éduquer.

 – Mais non, elles sont charmantes.

 – Il est délicieux… Alors, le ragoût de mon épouse, votre avis ?

 – C’est vrai que c’est un régal, à la fois épicé et subtil, je ne saurais dire…

 – Ah ! Ben moi non plus, des ingrédients secrets je vous dis, des ingrédients secrets…

 – Vous seriez étonné. Je vous ressers ?

 – Non merci, je n’en peux plus, je vais exploser.

 – Allez-vous asseoir dans le fauteuil dans ce cas, je vous apporte le café.

 – Alors, pas déçu d’être resté ?

 – J’avoue que j’ai passé une très bonne soirée.

 – Les filles, il est temps pour vous d’aller vous coucher.

 – Oh non, papa ! Maman si on débarrasse, si on t’aide à ranger on pourra rester ? Juste un peu, juste pour regarder.

 – Ah, c’est toujours pareil avec elles, dès qu’elles nous ramènent quelqu’un, elles ne peuvent pas s’en empêcher, elles demandent à regarder… Goûtez-moi cette petite prune, ouvrez votre gosier, ça va vous aider à digérer, ça va vous confire les boyaux.

 – Qu’est ce qu’elles veulent voir ?

 – Buvez, buvez…

 – Chérie, as-tu fini d’aiguiser tes couteaux ? Il va être temps de s’occuper de monsieur.

 – Je…

 – Oui, voilà, c’est prêt, c’est le dernier ingrédient, pour le ragoût vous sentez ? La saveur de ces quelques secondes de peur quand vous comprenez ce qui est en train de vous arriver, c’est ça la petite amertume délicieuse qui rehausse le goût. C’est le secret de notre recette, mais on est sûr que vous ne le raconterez à personne. Regardez-moi dans les yeux. Vous sentez le goût de fer dans votre palais ? C’est la lame du couteau qui traverse votre glotte, curieux n’est-ce pas ?

 – Alors les filles, vous êtes contentes, cela vous fait toujours autant rire quand ils se mettent à rouler des yeux, hein ?

 – Oui, oui, c’est trop drôle !

 – Allez ouste, arrêtez d’applaudir et allez-vous mettre en pyjama ou je demande à votre père de vous embaucher pour le couper en morceau.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Vous aimez lire Estef Siliab ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0