Le plan - 1° partie

3 minutes de lecture

Une douleur intense irradiait le bas de son dos. Face contre terre, dans une position inconfortable, José peinait à revenir à lui. Par réflexe, il approcha une main de sa blessure et la retira promptement. Il tenta de se concentrer sur son environnement, de comprendre ce qui lui arrivait. Le vent se déchainait au dehors. Le vent… Les cris… Soudain, la mémoire lui revint. La tempête… Les prisonnières… L’agression !

Il tressaillit. Des voix inconnues provenaient de la pièce voisine.

— Ne sortons pas toutes en même temps.

La voix, ferme et claire, fut suivie d’une âpre discussion. Le grincement d’une porte, le vent qui s’engouffre, puis le bruissement permanent de la flore environnante l’empêchèrent d’en comprendre le sens.

— Qui accepte d’inspecter les environs ?

Toujours la même voix.

— J’y vais.

La porte grinça.

— Attends. S’il y a vraiment quelqu’un qui nous observe, mieux vaut qu’il te croie encore prisonnière. Mets les mains derrière ton dos, comme si elles étaient enchaînées.

— Pourquoi ?

José ressentit la peur dans la voix.

— De la sorte, il ne se méfiera pas. Il croira qu’une de nous est parvenue à se soustraire à la vigilance des leurs, et c’est tout.

Plusieurs exclamations sourdes lui parvinrent, puis le silence. Il tenta de remonter le fil des événements. Tout s’était enchainé si rapidement. Les cris provenaient de la chambre et avaient attiré ses deux acolytes. Il s’était retrouvé seul au milieu de ce cheptel de femmes soumises et inoffensives : un délice. Pourquoi se serait-il inquiété ? Autant continuer à contempler leurs charmes et estimer la recette ! Subrepticement, il avait surpris un regard, une expression soudaine, qui l’avaient interpellé. Que mijotaient-elles ? La main sur sa lame, prêt à en découdre, il avait tourné le dos au danger. Erreur fatale ! Une douleur aiguë jaillit de son dos. Des coups provenaient de toutes parts. La violence déferlait sur lui sans qu’il puisse lutter. Puis, plus rien. Le vide.

Comment en était-on arrivé là ? Quelque chose lui échappait. Les deux hommes chargés de la captive royale avaient poussé des hurlements. Des cris de souffrance qu’en aucun cas une femme nue et désarmée aurait pu infliger. Que s’était-il donc passé ? Une trahison ?

Il avait lui-même été mis hors d’état de nuire. L’objet qui l’avait blessé avait le tranchant d’un couteau. L’équipe de récupération avait agi avec la plus grande négligence. Quelle bande d’incapables ! Et c’est lui qui en avait pâti…

Mais pas seulement lui. Qui restait-il à cette heure ? Étaient-ils tous morts ? Il fallait qu’elles le croient. Ne pas bouger. Ne surtout pas bouger.

— Quelqu’un, j’ai vu quelqu’un !

La voix transpirait de peur. Il écouta avec la plus grande attention. S’il s’agissait de ses compagnons, ils pouvaient encore le sauver. Il maudissait la fureur des vents à chaque mot qu’ils diluaient.

— Comment ça ?

— Combien ?

— Où ?

Les exclamations fusaient, aigües et tremblantes.

— Droit devant, loin. Je crois qu’il surveillait. Il est seul.

— Il t’a vue ?

José reconnut la voix qui donnait les ordres. Ferme et claire, il était persuadé qu’elle appartenait à la princesse. Les problèmes avaient commencé avec elle. Une femme dont il faudra se méfier.

— Oui.

— Comment a-t-il réagi ?

— Il a été surpris, il s’est agité et s’est mis à regarder au loin, derrière lui.

Un silence s’ensuivit. Il retint sa respiration. Il les imaginait apeurées. Qu’allaient-elles décider ?

— Il réagit comme s’il attendait les autres, supputa la princesse.

— Alors, il faut y aller immédiatement !

— Non.

Silence.

— Si les autres ne sont pas loin, reprit-elle, nous sommes perdues.

— Mais ici aussi !

— Non ! Ici nous pouvons nous défendre.

— Et s’ils sont nombreux ?

— Mettons-nous à la place de la sentinelle. Il a aperçu une prisonnière ligotée. Elle était en dehors de la maison, elle y est revenue. Pourquoi ? Il ne sait pas. Il pense lui avoir fait peur.

— Que fait-on alors ?

Silence.

— Écoutez. On lui tend un piège. On renouvelle l’opération. Il va se dire que ses amis sont saouls ou occupés et va se voir obligé d’intervenir. Allie contourne la cabane et se sauve en direction de la ville. Pour la rattraper il va passer près d’ici, il me suffira d’une flèche. Il ne pourra plus alerter ses amis et nous pourrons fuir.

Tout à l’écoute, José ne ressentait plus la douleur de sa blessure ni des coups reçus. Pouvait-il sauver la sentinelle ? Il s’agit sans doute d’Armand. Il va se précipiter dans le piège. Saura-t-elle viser juste ? Les filles de roi s’entrainent-elles par ici ? Elle semble si sûre d’elle…

Déterminées comme il les percevait, il y passerait s’il tentait quoi que ce soit. La sagesse dictait d’attendre le moment opportun…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Lynkha
Les Caraïbes, 1683. La France de Louis XIV et l'Espagne de Carlos II sont à couteaux tirés pour la possession des richesses des îles, tandis que les flibustiers à leur service tirent habilement leur épingle du jeu.

Les esclaves arrachés à leurs terres d'Afrique subissent le joug des colons. Ceux qui osent prendre la fuite se réfugient au cœur des montagnes austères et se tournent vers les puissants esprits vaudous pour leur protection. Dans l'ombre des cavernes, un roi sorcier se lève et étend sa main noire pour les rassembler sous sa loi impitoyable.

Les pierres des civilisations déchues ont disparu depuis longtemps sous les racines de la jungle impénétrable. Les dieux mayas somnolent, oubliés de presque tous. L'un d'eux rumine encore sa colère devant l'arrogance des hommes.

Sur ces terres de conquête où la poudre et le fer apportent la victoire et où les larmes ont un goût de sang, la capitaine Antiope cingle vers Port-Royal pour y dépenser son butin fraîchement récolté. Dans les rues de Petit-Goâve, la jeune Louise erre désœuvrée en attendant que son savant de père daigne l'inclure dans ses recherches sur la mystérieuse civilisation maya. Sur le vaisseau qui arrive d'Espagne, le chamane Sèwanou se plie aux volontés de son maître en digne esclave soumis, sans cesser de songer à sa femme et son fils, dont il est resté séparé pendant si longtemps. Parcourant les mers avec son équipage, le sombre émissaire Choco veille au respect des règles draconiennes imposées par le roi sur le vaudou des îles.

Qui aurait pu croire qu'un destin facétieux et cruel les réunirait tous les quatre pour affronter la colère du dieu serpent ?
333
307
87
1130
Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
925
769
730
502
Asa No
Tourner le prochain épisode de Manor, promouvoir Éternelle avant sa sortie au cinéma, poser pour la nouvelle collection de Louis Vuitton, jouer la publicité du dernier parfum de chez Dior dans la suite la plus chère de tout New York...
Sans oublier : aller au lycée, gérer un ancien amant soudain collant, aider ma meilleure amie à avoir son diplôme, entretenir une relation cachée, regarder le dernier épisode de Teen Wolf, me tenir le plus loin possible de ma mère et éventuellement, dormir.

J'avais dit dormir... Pas tomber dans le coma.

Pourtant c'est bien d'un long coma que je me réveille et personne ne peut me dire ce qu'il c'est passé.
Bon, si ça ne tenait qu'à ça, j'aurais pu passer outre. Mais non !
Depuis mon réveil, il se passe des choses bizarres autour de moi, comme ce petit garçon qui court dans les couloirs de l'hôpital mais que je semble être la seule à voir.

Est-il est vraiment là ou je suis juste en train de devenir complètement folle ?



Attention : histoire contenant des scènes sensibles et violentes.

Image de couverture de vurdeM, DevianArt
https://www.deviantart.com/vurdem
623
269
1071
580

Vous aimez lire Nicolas Cesco ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0