La chaise roulante

4 minutes de lecture

Depuis peu, je parvenais à me redresser et à tenir durablement en position assise. Malgré ces avancées, participer à la célébration me semblait illusoire. Heureusement, d’autres y pensaient pour moi. Tamara me rendit visite et annonça que deux cadeaux m’attendaient. Je me redressai contre le dossier du lit.

— En quel honneur ?

Cette intention ne pouvait provenir que de son groupe. Je leur étais redevable, ce qui n’était pas leur cas. Je n’avais même pas le pouvoir de leur offrir l’endroit où ils habitaient. En connaissance de cause, mon père s’était contenté de les remercier verbalement. Qui d’autre que Krys aurait eu cette idée ?

— Pour te permettre de participer à la fête, cette fois. Attends, ça vient.

Un intendant surgit. Il poussait une sorte de fauteuil encadré de deux grandes roues. Comme attirée, ma paume se colla à mes lèvres et la première image qui me vint à l’esprit fut :

— Un mini-carrosse ?

Tamara ménageait ses effets en m’observant d’un air amusé.

— C’est ça l’idée. Tu vas pouvoir voyager maintenant.

Nul besoin de me faire un dessin. J’entrevoyais déjà en quoi ce « mobilier roulant » allait changer ma vie. Elle m’aida à m’installer, plus pour freiner mes ardeurs et me protéger que pour me conseiller. Cela fait, elle prit tout son temps. Elle se plaça à l’arrière et demanda : « Tu es prête ? » Bien sûr que j’étais prête. Un grand sourire fendait le visage de l’intendant. D’une poussée de Tamara, l’appareil se mut silencieusement le long du lit. Nous atteignîmes le balcon en un temps si court que j’en restais ébahie. Non que nous nous déplacions rapidement, Tamara restait prudente, mais ce qui me semblait auparavant une sinécure devenait subitement outrageusement accessible.

— Incroyable…

— Tu es bien ? Tu n’as pas mal ?

— Non. Est-ce que je peux me déplacer toute seule ?

— Oui, mais ce n’est pas conseillé dans ton état.

L’intendant ouvrit la porte et nous nous retrouvâmes à l’air libre. Un vent frais nous enveloppa, me faisant parvenir une sensation de bien-être que j’avais oubliée.

— Tu n’imagines pas ce que je ressens. Je vais à nouveau profiter de la vue !

— Plus que tu ne crois !

— Que veux-tu dire ?

— À l’intérieur du bras droit de la chaise, il y a un espace de rangement.

Je tâtonnai et parvins à ouvrir une sorte de clapet. À l’intérieur, un écrin.

— Il y a… une sorte de… » Un objet métallique se trouvait dans le récipient stylisé.

— Prends-le. Voilà. Tu remarques au toucher que deux sections coulissent l’une sur l’autre et qu’il y a une lentille en verre au bout. Il te faut regarder au travers de cette lentille et viser un objet. La charrette que voilà, par exemple.

Je m’appliquai. Ce n’était pas évident.

— Je ne vois rien, c’est flou.

— Oui, c’est normal. Fait coulisser les deux parties pour adapter l’appareil à ta vue.

Je réalisai différents réglages au jugé et, subitement :

— Incroyable ! J’aperçois l’ensemble des détails. » Tamara me laissa admirer la vue. Si je connaissais le paysan qui conduisait la charrette, je l’aurais reconnu. Je cessai mon observation et contemplai les lentilles. « Comment s’appelle cet instrument ?

— Krys appelle ça une longue-vue.

— C’est lui qui l’a fabriquée ?

— Oui. Ainsi que la chaise roulante.

— Il fait tout ça tout seul ?

— Non. Généralement, il dessine les plans et crée les éléments les plus complexes. Dans le désert, la section fabrication était composée de la plupart d’entre nous. Aujourd’hui, il faut de plus en plus de monde. On recrute !

J’avais beau ne plus le rencontrer, il se débrouillait pour se rappeler à moi. Et de quelle manière ! Des objets d’une valeur inestimable. Une chaise roulante ? J’imaginais le bonheur que cela pourrait représenter pour les handicapés. Une longue-vue ? Nobles et officiers se jetteront à ses pieds pour quémander la leur.

— Vous disposez tous de ce genre d’équipement ? » Je montrai l’instrument que je tenais dans les mains.

— Non. Pour le moment, il n’existe que deux modèles.

— À part Krys, je suis la première à posséder ce bijou ?

— Tu en as besoin. Tu pourras t’occuper. Krys dit qu’il te faut prendre le soleil pour fortifier tes os.

— Le soleil ? Pour mes os ?

— Oui. » Elle haussa les épaules. « Ne me demande pas pourquoi.

Je me tournai vers l’intendant. Il nous écoutait avec attention. À son sourire, je devinai qu’il était ravi pour moi.

— Puisqu’il me faut prendre le soleil, je lirai sur la terrasse. Je pourrais même participer au plein-air lors de la fête.

— Il va falloir former tes servantes à la conduite accompagnée ! » Devant mon air intrigué, elle ajouta : « Je plaisante, c’est immédiat. Il suffit de pousser. Il leur faudra juste rester attentive à ta jambe.

Je me retrouvai seule sur le balcon, avec mes nouveaux « jouets ». Avec l’un, je me déplaçai. Avec l’autre, je m’émerveillais. Je visais tout objet distant afin d’en repérer le moindre détail. Les éléments les plus communs devenaient des merveilles d’originalité. Je suivais les badauds dans leurs déplacements. Auparavant, jamais je n’aurais imaginé qu’un tel instrument puisse exister. Et dire que tout le monde arrive demain ! Les princes seront sous le choc en le découvrant. Comment Krys peut-il inventer de telles choses ?

Alors que mes doigts jouaient sur l’accoudoir, je me rendis compte que le bras gauche possédait son propre espace de rangement. Tamara était-elle au courant ? Je déclenchai le mécanisme. Il contenait un étui en cuir rempli de petits couteaux de toutes sortes. Je saisis celui que je jugeais le plus étrange. Cerclé de cuir, deux charnières permettaient de le déplier. Je l’imaginais sanglé à une ceinture. Un moyen de sortir secrètement armée ?

Je tentai de me déplacer en poussant les roues comme Tamara me l’avait montré. Elle m’avait formellement interdit d’en abuser. Je compris rapidement pourquoi. Néanmoins, j’étais capable de réintégrer ma chambre seule. J’ignorais si Krys complotait contre mon père mais, quoi qu’il en soit, il était incroyable !

Et il pensait à moi…

J’anticipai la réaction de Clément : ayant échoué à atteindre le roi en première tentative, Krys couvre de cadeaux sa fille pour tenter d’entrer dans ses bonnes grâces. Et, parmi ces cadeaux, un instrument capable de séduire l’ensemble des nobles et généraux du royaume.

Toutes ces manœuvres ne seraient-elles qu’un moyen d’approcher un des nœuds du pouvoir ? Ou le roi lui-même ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Lynkha
Les Caraïbes, 1683. La France de Louis XIV et l'Espagne de Carlos II sont à couteaux tirés pour la possession des richesses des îles, tandis que les flibustiers à leur service tirent habilement leur épingle du jeu.

Les esclaves arrachés à leurs terres d'Afrique subissent le joug des colons. Ceux qui osent prendre la fuite se réfugient au cœur des montagnes austères et se tournent vers les puissants esprits vaudous pour leur protection. Dans l'ombre des cavernes, un roi sorcier se lève et étend sa main noire pour les rassembler sous sa loi impitoyable.

Les pierres des civilisations déchues ont disparu depuis longtemps sous les racines de la jungle impénétrable. Les dieux mayas somnolent, oubliés de presque tous. L'un d'eux rumine encore sa colère devant l'arrogance des hommes.

Sur ces terres de conquête où la poudre et le fer apportent la victoire et où les larmes ont un goût de sang, la capitaine Antiope cingle vers Port-Royal pour y dépenser son butin fraîchement récolté. Dans les rues de Petit-Goâve, la jeune Louise erre désœuvrée en attendant que son savant de père daigne l'inclure dans ses recherches sur la mystérieuse civilisation maya. Sur le vaisseau qui arrive d'Espagne, le chamane Sèwanou se plie aux volontés de son maître en digne esclave soumis, sans cesser de songer à sa femme et son fils, dont il est resté séparé pendant si longtemps. Parcourant les mers avec son équipage, le sombre émissaire Choco veille au respect des règles draconiennes imposées par le roi sur le vaudou des îles.

Qui aurait pu croire qu'un destin facétieux et cruel les réunirait tous les quatre pour affronter la colère du dieu serpent ?
333
307
87
1130
Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
925
769
730
502
Asa No
Tourner le prochain épisode de Manor, promouvoir Éternelle avant sa sortie au cinéma, poser pour la nouvelle collection de Louis Vuitton, jouer la publicité du dernier parfum de chez Dior dans la suite la plus chère de tout New York...
Sans oublier : aller au lycée, gérer un ancien amant soudain collant, aider ma meilleure amie à avoir son diplôme, entretenir une relation cachée, regarder le dernier épisode de Teen Wolf, me tenir le plus loin possible de ma mère et éventuellement, dormir.

J'avais dit dormir... Pas tomber dans le coma.

Pourtant c'est bien d'un long coma que je me réveille et personne ne peut me dire ce qu'il c'est passé.
Bon, si ça ne tenait qu'à ça, j'aurais pu passer outre. Mais non !
Depuis mon réveil, il se passe des choses bizarres autour de moi, comme ce petit garçon qui court dans les couloirs de l'hôpital mais que je semble être la seule à voir.

Est-il est vraiment là ou je suis juste en train de devenir complètement folle ?



Attention : histoire contenant des scènes sensibles et violentes.

Image de couverture de vurdeM, DevianArt
https://www.deviantart.com/vurdem
623
269
1071
580

Vous aimez lire Nicolas Cesco ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0