Mise en scène - 2° partie

6 minutes de lecture

Ménestrels

J’ouvris les yeux au milieu de la nuit mais évitai de réveiller mes servantes. J’ai toujours favorisé l’esprit volontaire à l’obéissance absolue. Elles connaissaient leurs charges et avaient, comme moi, besoin de leurs propres zones de confort. Et surtout, je préférais être aimée que crainte. J’estimais qu’on recevait et donnait plus de cette façon.

Toutefois, pour moi, cela induisait un certain degré d’incertitude. J’appelai faiblement. Allie répondit.

— Ah, bonjour Allie, tu ne dormais pas ?

— Vous êtes blessée, princesse.

— C’est gentil. T’es-tu rendue à la fête ?

— Oui ! répondit-elle en allumant quelques bougies. C’était fantastique.

— Dans la grande salle qui donne sur la cour ?

— Oui. Il n’y avait plus une place de libre. La meilleure troupe de ménestrels du royaume a cherché à reproduire le mieux possible les conditions de la bataille. Ils ont joué avec humour. Nous avons beaucoup ri.

— Peux-tu m’aider à me redresser ? Toute seule, ça fait terriblement mal.

La position semi-inclinée me permettait de bouger un peu. Dire que tout cela ne faisait que commencer…

Après avoir placé une chaise à mes côtés, Allie décrivit l’élément phare de la fête : la prestation des troubadours. Elle me paraissait réaliste. À un moment donné, elle baissa les yeux et dit : « Vous y étiez… J’ai pensé à vous. »

Brusquement, la réalité de la fête s’estompa et celle des combats jaillit de ma mémoire. Les scènes les plus horribles prenaient corps devant moi. Aux tous premiers jours de la guerre, je ne subissais pas, j’avais la rage. Puis, l’attente et le fracas des bombardements mina petit à petit ma détermination.

— Il y avait une grande angoisse, dis-je, doucement, en reportant mon attention sur un coin sombre de la chambre. Nous ne savions pas si nous allions nous en sortir.

Elle me regarda, affectée. Je tentai de revenir sur la prestation des artistes.

— Qui a joué le chef Morcan ?

— L’acteur le plus grand et le plus gros ! Ils l’ont rendu encore plus épais avec des chiffons, surtout au niveau du ventre. Il dodelinait en avançant et faisait moult grimaces. Là encore, la salle a beaucoup ri.

— Ils ont eu le temps de fabriquer un grand marteau ?

— Immense ! Il a tué tout le monde avec, sauf vous. Vous avez tenu longtemps. Les acteurs ont dû temporiser, tellement vous étiez applaudie. Et toute la salle a été pétrifiée lorsqu’il a levé son marteau contre vous. Ensuite, celui qu’on appelle Krys est arrivé.

— Il m’a sauvée en abattant le Morcan. Je me voyais déjà morte.

— Cela s’est-il passé ainsi ? En vrai ?

— Les acteurs en rajoutent souvent mais, cette fois, ils n’en ont pas eu besoin. Ça s’est vraiment passé comme cela. Est-ce qu’ils ont montré qui m’a soignée ?

— Oui ! Après avoir tué le géant, Krys a défendu la brèche avec sa terrifiante épée qui tuait tout le monde. Quatre Galiens tombaient à chacun de ses coups ! (j’étouffai un rire). Ensuite il s’est occupé de vous. Et à la fin, il vous a portée jusque dans votre chambre. Tout le monde sifflait et cherchait à le trouver dans la salle. Puis il vous a soignée.

— Tu l’as repéré ?

— À ce moment-là, je ne savais pas où il était.

— Il n’y avait pas que Krys quand même ?

— Non, nous avons cherché aussi les immortels.

— C’est le terme immortel qui a été utilisé ?

— C’est celui qui a été utilisé par les ménestrels en tout cas. À la fin, nous avons acclamé les acteurs, les immortels, le général et tous les soldats. Les applaudissements ont duré longtemps. Ceux qui étaient applaudis ont été appelés à monter sur la scène.

— Tous ?

— Les nobles ont envoyé quelques-uns des leurs. Les soldats, leurs officiers. La troupe de Krys aussi.

— Il y avait des femmes ?

— Oui. Cela m’a fait plaisir. » Elle regarda ses pieds. « Mais j’ai entendu derrière moi des gens qui critiquaient leur présence.

— Alors ils m’ont critiquée aussi.

— Cela, je ne l’ai pas entendu.

— Il y a eu un discours ?

— Oui, le général d’abord. Il a beaucoup insisté sur la persévérance des soldats et sur l’efficacité des renforts. Il a invité ensuite quelqu’un de l’équipe de Krys de parler.

— Qui s’est présenté ?

— Au début, ils se sont regardés et Krys a proposé à Hector de prendre la parole. Il a dit quelque chose comme : « Lorsque nous sommes arrivés sur la colline, face au fort, nous étions les spectateurs d’une bataille qui n’était pas la nôtre et qui semblait perdue d’avance. Mais Krys, ici présent, croyait qu’il était encore possible de vous venir en aide. Nous avons eu le plus grand mal à le suivre. Nous venions juste de quitter le territoire galien, ce n’était pas pour nous faire massacrer à peine la frontière franchie ! Et puis, soudain, Krys est parti. Il a dévalé la pente au galop. Nous nous sommes regardés et finalement, tout le monde a suivi. »

Allie temporisa. J’eus juste le temps d’assimiler le fait que, si Krys avait passé plus de temps à persuader les siens, je serais morte. Cette idée me glaça le sang.

— Là, Hector a fait une pause, nous a bien regardé et s’est mis à se frotter les mains comme pour tenter d’ajouter quelque chose de difficile à exprimer : « Et je dois dire que maintenant… », et il a continué à jouer avec ses mains, il avait du mal à parler, « …je ne le regrette pas… ». Il s’est essuyé un œil, « …et j’en suis même reconnaissant à Krys… ». Il a regardé Krys, « …que sans cela, aujourd’hui, je ne pourrais plus me regarder en face… et cela sans doute… pour le restant de mes jours…. En ce moment… si vous voulez savoir ce que je ressens… une grande joie habite mon cœur… et j’aurais sans peine accepté de donner ma vie… afin de réussir à sauver et protéger… les habitants… de ce royaume… »

Allie s’essuya les yeux.

— Puis il a reculé. Krys lui a donné une tape sur l’épaule et les autres aussi. Moi j’ai pleuré et j’ai vu que pas mal de monde aussi.

— Moi aussi, fis-je en m’essuyant le coin des yeux. Moi aussi. Tu racontes bien.

— Mais le pire, c’est quand ils se sont congratulés sur la scène comme pour se soutenir, se remercier et se dire : ce furent des moments difficiles. Les applaudissements ont repris.

Elle fit une pause. Pour ma part, je n’ajoutai rien, j’avais déjà du mal à retenir mes larmes.

— Puis Krys s’est avancé et a dit : « Hector vient de nous faire part de ses sentiments, et je dois dire qu’ils sont partagés. Vos ménestrels ont magnifiquement joué les faits marquants et c’est avec raison que vous les applaudissez. C’est dans la logique des choses qu’ils aient repris les moments fort, mais je veux insister sur le fait que les vrais héros de la soirée sont ceux qui étaient présents au plus dur des combats et sans lesquels rien n’aurait été possible : vos valeureux soldats et officiers. Ce qu’ils ont fait est incroyable. Ils ont tenu plusieurs jours sous les coups d’un ennemi bien plus puissant qu’eux. Ma troupe et moi n’avons fait que les aider sur le tard. Si vous voulez bien, je voudrais que vous scandiez le général Gauthier, ses officiers, ses soldats, tous ceux qui les ont rejoints et bien sûr, la princesse et les absents. Ils ont réalisé un travail gigantesque qui doit rester gravé dans la mémoire.

— Eh bien, il sait discourir ce monsieur.

En plus du reste… ajoutai-je, rêveuse, en essuyant une dernière larme.

— Alors tout le monde s’est levé et a applaudi les soldats. Mais je crois qu’en fait on applaudissait notre joie.

— Ça s’est terminé comme ça ?

— Les ménestrels ont repris la parole. Ensuite il y a eu un moment de battement. Nous nous sommes restaurés. Je cherchais des yeux les immortels, mais je n’osais pas les aborder. Puis la piste de danse s’est remplie de monde.

— Tu as dansé ?

— Pas longtemps, il fallait qu’Emma puisse profiter de la soirée.

— Ça m’a fait plaisir que tu me racontes tout cela. Je voulais que tu m’apportes le livre posé sur la table, mais maintenant je crois que je vais essayer de dormir de nouveau.

— Je vous l’apporte quand même. Bonne fin de nuit.

— Merci. Toi aussi. Repose-toi.

— Merci princesse. Je vais le faire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Lynkha
Les Caraïbes, 1683. La France de Louis XIV et l'Espagne de Carlos II sont à couteaux tirés pour la possession des richesses des îles, tandis que les flibustiers à leur service tirent habilement leur épingle du jeu.

Les esclaves arrachés à leurs terres d'Afrique subissent le joug des colons. Ceux qui osent prendre la fuite se réfugient au cœur des montagnes austères et se tournent vers les puissants esprits vaudous pour leur protection. Dans l'ombre des cavernes, un roi sorcier se lève et étend sa main noire pour les rassembler sous sa loi impitoyable.

Les pierres des civilisations déchues ont disparu depuis longtemps sous les racines de la jungle impénétrable. Les dieux mayas somnolent, oubliés de presque tous. L'un d'eux rumine encore sa colère devant l'arrogance des hommes.

Sur ces terres de conquête où la poudre et le fer apportent la victoire et où les larmes ont un goût de sang, la capitaine Antiope cingle vers Port-Royal pour y dépenser son butin fraîchement récolté. Dans les rues de Petit-Goâve, la jeune Louise erre désœuvrée en attendant que son savant de père daigne l'inclure dans ses recherches sur la mystérieuse civilisation maya. Sur le vaisseau qui arrive d'Espagne, le chamane Sèwanou se plie aux volontés de son maître en digne esclave soumis, sans cesser de songer à sa femme et son fils, dont il est resté séparé pendant si longtemps. Parcourant les mers avec son équipage, le sombre émissaire Choco veille au respect des règles draconiennes imposées par le roi sur le vaudou des îles.

Qui aurait pu croire qu'un destin facétieux et cruel les réunirait tous les quatre pour affronter la colère du dieu serpent ?
332
307
87
1138
Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
925
769
730
502
Asa No
Tourner le prochain épisode de Manor, promouvoir Éternelle avant sa sortie au cinéma, poser pour la nouvelle collection de Louis Vuitton, jouer la publicité du dernier parfum de chez Dior dans la suite la plus chère de tout New York...
Sans oublier : aller au lycée, gérer un ancien amant soudain collant, aider ma meilleure amie à avoir son diplôme, entretenir une relation cachée, regarder le dernier épisode de Teen Wolf, me tenir le plus loin possible de ma mère et éventuellement, dormir.

J'avais dit dormir... Pas tomber dans le coma.

Pourtant c'est bien d'un long coma que je me réveille et personne ne peut me dire ce qu'il c'est passé.
Bon, si ça ne tenait qu'à ça, j'aurais pu passer outre. Mais non !
Depuis mon réveil, il se passe des choses bizarres autour de moi, comme ce petit garçon qui court dans les couloirs de l'hôpital mais que je semble être la seule à voir.

Est-il est vraiment là ou je suis juste en train de devenir complètement folle ?



Attention : histoire contenant des scènes sensibles et violentes.

Image de couverture de vurdeM, DevianArt
https://www.deviantart.com/vurdem
623
269
1071
580

Vous aimez lire Nicolas Cesco ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0