Moi, Ragis, observateur - 3°partie

8 minutes de lecture

Quant aux Quatre que j’ai identifiés, ils sont encore plus remarquables. Ils frappent sans discontinuer. Deux coups de hache ou d’épée leur suffisent pour tuer ou blesser. Le premier pourfend le bouclier et le second élimine l’adversaire. Ceux qui se retrouvent face à eux ne savent comment procéder. Derrière leurs camarades, ils ont reconnu l’impossibilité d’agir. Ils tombent en masse, précisément de ce côté.

J’entends qu’on appelle Le plus rapide des quatre, Krys. Il doit s’agir de leur chef. Dirige-t-il l’armée ? Aucune bribe d’information ne me revient en mémoire. Pourtant, nous étudions chaque situation de guerre bien avant le départ des troupes. Les humains sont-ils unis ? Désunis ? Quelles sont les forces en présence ? Disposent-ils de nouvelles armes ? Nos informateurs sont suffisamment rémunérés pour livrer des informations fiables. Comment l’existence d’un tel chef de guerre a-t-elle pu passer inaperçue ?

Ce guerrier flamboyant ne cesse de me surprendre. Plutôt que d’attendre qu’un des nôtres ait le courage de l’affronter, il avance au sein de nos lignes pour nous provoquer ! Ses trois compères en profitent pour le rejoindre. Et là, c’est l’hécatombe ! Après avoir dévasté le secteur, ils reculent et reprennent place. Le quatuor de la mort, c’est ainsi que je les appellerai.

Je rejoins le Morcan le plus proche, à distance du front. J’indique l’endroit où se trouvent les quatre guerriers et en profite pour faire remarquer que nous perdons bien plus de combattants que nos adversaires. Il me remercie et rejoint les siens. Quant à moi, je retourne à mon observation.

Bientôt, les choses se préparent. Une colonne de Golans avancent courbés pour masquer leur grande taille. Trois d’entre eux tiennent un seau. Trois autres une torche. Le combustible suit. Ils projetteront le tout à la face des quatre compères afin de les enflammer.

Je me rapproche du front. Certainement me demandera-t-on de décrire l’événement. Je discerne un mouvement parmi nos soldats. Ils font place aux Golans. Un soldat les guide vers l’équipe de la mort.

Tout occupés à mettre en pièce ceux qui osent les affronter, les Quatre manquent de vigilance. Tout proche, les Golans sont immobiles. Le temps passe. Sans doute attendent-ils la prochaine percée du groupe. Pas bête. Les Morcans auraient pris en compte ma description de la tactique ennemie. C’est lors d’un assaut qu’ils se montrent le moins vigilants.

Toujours penché, je m’approche de l’embuscade. Les soldats repèrent mon écusson et, mâchoire crispée, me laissent passer sans mot dire. C’est la boucherie là devant.

À quelques pas des Golans et du quatuor, les soldats n’en mènent pas large. En manque d’adversaires, le dénommé Krys réalise un saut de deux pas au sein de nos lignes. À peine stabilisé, ses deux épées penchées vers l’avant percent les casques de deux des nôtres. Peu satisfait, il taillade à tout fendre devant lui puis tout autour, sans attendre les siens. Paniqués, ceux qui l’entourent tentent de réagir. Quelques épées s’abattent machinalement sur lui. Quoique bousculé, il n’en tient pas compte, sa lame pourfend à droite, puis à gauche. L’espace ainsi créé appelle ses compagnons à le rejoindre de part et d’autre. Infatigables, ils créent en un instant une trouée impressionnante. Du front, par grappes, des archers atteignent ceux qui tentent de les prendre par surprise. Autour de moi, les rangs de la soldatesque se délitent. À la recherche d’une échappatoire improbable, certains regardent de tous côtés, puis en arrière. D’autres, en m’apercevant, se baissent, espérant se faire passer pour un observateur. Se rappelant ce qu’ils encourent, ils se redressent. Parfois, ils sont pris de soubresauts, comme s’ils recevaient les coups de ceux qui les précèdent.

J’en oublie l’embuscade. Les seaux sont prêts, les porteurs de feux aussi. Mal positionnés, les Golans approchent, approchent encore. L’un d’eux se retourne. Ses compagnons font le signe attendu. Poussant un cri de guerre, il se redresse, suivi des siens. Les porteurs de feu s’enhardissent. Leur cible se tourne vers eux tout en effectuant un mouvement de recul. Il siffle à destination des archers. Le premier Golan surgit. Le chef de guerre aperçoit le seau dans ses mains. Dans un réflexe ahurissant, il projette son épée ! Une précision parfaite ! Le géant est transpercé de part en part ! Le contenu du seau se répand sur nos soldats ! Les premiers archers tirent. L’armure des Golans résiste. Un second s’élance, mis à terre de la même manière. Désarmé, l’humain recule. Ses lieutenants l’encadrent. Une pluie de flèches s’abat sur nous. Un porteur de feu est touché. Sa torche touche le sol. Les flammes jaillissent autour des soldats. Dans son élan, un troisième Golan voit son récipient s’embraser. En panique, il s’en débarrasse. L’humain désarmé encourage les archers à quadriller la zone. Nos soldats s’écroulent les uns après les autres. Ceux qui se trouvent au milieu des flammes hurlent. L’un d’eux se transforme en torche vivante ! Tous abandonnent leurs boucliers. Les archers accroissent leur champ d’action. Le mouvement de recul est général. De dépit, les Morcans renoncent à les arrêter.

L’armée se replie à bonne distance. Pour une raison qui m’échappe, les tirs ont cessé et nous en profitons pour reformer les rangs. Plus téméraire que jamais, je m’intercale en seconde ligne. Nos ennemis se réorganisent. Devant nous, le commandeur Krys extrait ses armes du corps sans vie des Golans. Je pressens ce que représente ce geste. Une terrible humiliation pour nous.

Mais voilà qu’il retire son casque. Toute l’armée a les yeux rivés sur lui. Autour de moi, des rumeurs naissent, faibles au premier abord. Bientôt, elles se renforcent. « L’esclave ! » perçois-je soudain sur ma gauche. Le terme est repris derrière moi. Puis plus loin.

« Il tue à distance », crois-je entendre sur ma droite. Une autre bribe parvient à mes oreilles : « … jets d’épée… ». Puis à nouveau : « L’esclave. »

Pendant que le commandeur arrange sa chevelure, décidé à prendre son temps, une autre voix me parvient, comme sortie d’outre-tombe : « L’esclave-gladiateur ! ». Une autre, d’un ton qui ressemble, cette fois, à la révélation d’un saint homme, utilisant les mêmes termes. L’expression est reprise ici ou là. Elle devient murmure. Avant qu’elle ne se transforme en clameur, les Morcans interviennent violemment. Tout bruit cesse au sein de nos rangs.

Le commandeur avance de quelques pas dans notre direction, puis s’arrête. Tous le regardent. De quel esclave parle la rumeur ? Je fouille ma mémoire. Un esclave-gladiateur. Un gladiateur passé maître dans le jet d’épée. Oui, cela me revient. Il y a quelques temps, j’ai désiré assister à l’un de ses combats. Beaucoup en parlaient, jusqu’au sein des provinces les plus reculées. De mémoire, il a laissé la cité d’Agard sens dessus-dessous. Que fait-il ici ? Après presque un an ?

— Galiens ! nous interpelle-t-il soudain. » Je réprime un sursaut. « Que faites-vous ici ?

Personne ne répond.

— Pourquoi sommes-nous ennemis ? » Il parle dans notre langue, lentement, clairement. « Rentrez chez vous ! finit-il par dire, en hurlant cette fois.

Les trois colosses équipés d’une armure similaire à la sienne prennent place à ses côtés. Les quarante guerriers suréquipés se positionnent en rang derrière eux. Deux cents archers les entourent, prêts à se retirer derrière des centaines d’autres fantassins, positionnés un pas en arrière. Ma raison vacille. Le sentiment me vient qu’ils sont des milliers. « L’esclave ! » Cette exclamation, exprimée sous le ton de la stupeur, tonne maintenant sous mon crâne sans qu’elle ait besoin d’être répétée.

— Rentrez chez vous ! hurle le commandeur. Ou mourez !

Je regarde, hébété. Il fait un signe. Des tambours battent la mesure derrière eux. Nos deux armées se jaugent. Le sentiment de supériorité disparu, nous nous épions sans mot dire. Le commandeur fait un geste imperceptible. Ses archers se préparent. La cadence des tambours accélère. Elle devient lancinante. Un nouveau signe de sa part. Les arcs se dressent. Simultanément, les Morcans ordonnent la charge. Des centaines de flèches viennent transpercer nos lignes, stoppant celle-ci. Sans défense – la plupart de nos boucliers gisent sur le champ de bataille – notre première ligne se désagrège. Décontenancé, je laisse passer trois rangs devant moi. Soudain, le commandeur se précipite ! Tous suivent derrière lui en hurlant ! Les tambours scandent la mort. Un nouveau jet de projectiles nous transperce. Nos deux armées se rencontrent. Le commandeur et ses lieutenants enfoncent nos lignes ! Des jets continus percent le centre de notre formation. Le son des tambours résonne dans nos têtes. La rumeur reprend de plus belle : « L’esclave ! ». Nos poignes s’engourdissent. Nos rangs faiblissent. Notre détermination vacille. Nos volontés se disloquent. La rumeur s’étend jusqu’à nos flancs. « L’esclave ! » Nos lignes sont enfoncées. Elles se désagrègent en vagues houleuses. Les tambours répandent un rythme endiablé qui tonne jusqu’au ciel. C’est la panique ! C’est la débandade !

Je fuis, ne désirant pour rien au monde me retrouver seul face aux humains. La terreur se répand parmi nous. Elle est en nous. Elle envahit nos âmes…

.oOo.

— Incroyable ! s’exclama Krys, comment vous y êtes-vous pris pour récupérer ce rapport de guerre ?

Plusieurs feuillets griffonnés à la hâte se trouvaient dans ses mains. Nous faisions cercle autour du feu, quelque part, sur le chemin du retour. Hector venait de traduire leur contenu dans notre langue.

— Tu nous avais demandé de récupérer la lance qui a blessé l’Oupale. Elle ne se trouvait plus sur le champ de bataille. Nous nous sommes alors dirigés vers le campement galien mais la plupart étaient déjà partis. Parmi les retardataires, il y avait ce Salien avec son fameux journal en main.

La charrette sur laquelle j’étais allongée, placée à proximité, me permettait d’entendre ce qui se disait. Je jetai un œil sur les feuillets. N’ayant pu assister à la bataille, il représentait, pour moi, une occasion de mesurer ses enjeux. Jamais je n’aurais pu imaginer une stratégie de ce type. Aller narguer les Galiens sur leur propre terrain… Seul, puis accompagné de l’armée. Un chef de guerre, avec Krys, nous avions affaire à un véritable chef de guerre.

— Bonne prise. » Krys hocha la tête. Puis, en se tournant vers le Salien, dans sa langue : « Comment t’appelles-tu ?

— Ragis, répondit l’intéressé, voix terne et tête basse.

— Eh bien, Ragis, tu sembles être un excellent observateur ! Et nous sommes ravis que ton journal ne soit pas tombé entre les mains de tes maîtres.

Plusieurs s’esclaffèrent. Hector, à destination des nôtres, traduisait le dialogue entre Krys et son interlocuteur dans notre langue.

— Bien content que vous soyez satisfaits de ma prise, commandeur Krys ! s’exclama Hector en prenant soin d’appuyer sur le titre. Ça nous a donné un peu de mal.

Darkhan Krys, lançai-je doucement, sans but précis, en répétant le terme exact employé par le prisonnier dans son journal.

Sur ce, tous se tournèrent vers moi.

— Tu connais le galien ? me demanda Krys.

— Mon rang m’y oblige.

— Commandeur, ça me plait bien, lança Thomas.

— Darkhan Krys, répéta Hector, songeur.

— Dans notre langue comme en galien, ce sera ton titre dès maintenant ! claironna Markus.

Krys hocha la tête tout en mâchonnant son morceau de viande. Je le regardais. Il avait peut-être gagné son titre de seigneur de guerre auprès de ses hommes ces derniers jours. Mes soignantes ne m’avaient-elles pas avoué leurs doutes face à l’issue de la bataille et la difficulté qu’elles avaient ressentie à le suivre ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
1309
1101
1035
700
Défi
Rose-EtherDewitt

La jeune femme observa avec perplexité le cocktail que venait de lui présenter son ami. Le baileys avait, dans son verre, prit une étrange forme de cervelle, peu ragoutante, au milieu de la vodka et de la grenadine, qui lui donnaient un effet sanglant. Elle prit tout de même son courage à deux mains et avala la boisson, en adolescente insouciante. D’abord, elle grimaça, attaquée par le goût amer et fort de la vodka premier prix. Le vestige d’une soirée trop arrosée manqua de la faire vomir. Elle tira même la langue, haletante. Mais, vint ensuite le goût plus doux, plus sucré, de la grenadine, qui vint tapisser ses papilles tel un sirop soignant une vilaine toux. Le baileys termina de soulager sa bouche. Le liquide blanc glissa dans sa gorge, laissant un goût de café, de caramel et d’amandes. Étrangement, cela lui rappela son enfance et les tartes aux amandes de sa grand-mère. Finalement, la jeune femme apprécia le cocktail, qui faisait se bousculer les saveurs sur ses papilles et renaître des souvenirs dans son esprit. Si bien, qu’elle en reprit même un.
7
2
0
1
Klora Belacqua
Un poème où j'exprime mon désir de fuir, comme l'indique le titre.
0
0
0
0

Vous aimez lire Nicolas Cesco ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0