La princesse - 2° partie

8 minutes de lecture

Meublée d’un lit rudimentaire, d’une petite table, d’un coffre et de deux chaises, la pièce n’égalait en rien l’opulence des habitats princiers. Un environnement spartiate qui ne me dérangeait guère. Krys et ses soignantes me déposèrent sur la table recouverte d’une serviette. Je saisis l’intérêt à la vue de la cruche d’eau bouillante.

— Voici Tamara, Guenièvre et Olga, présenta Krys. Des soldats aguerris et soignantes compétentes. Elles vont vous préparer pour les soins.

Je saluais les trois jeunes femmes. Débarrassées de leurs protections, elles portaient des vêtements légers d’une grande simplicité. Krys me montra un ensemble de fioles et de bocaux posés à même le coffre. Un bouquet d’agréables senteurs naturelles parvint à mes narines.

— Après cela, je reviendrai pour inspecter vos blessures et adapter les soins. Pour le moment, nous, les hommes, nous nous sauvons.

Il sortit, emmenant avec lui Jérôme et Antony. J’appréciai son geste. Lui-même n’y était pas obligé. Les soignantes me présentèrent une tisane bien chaude. Je parvins à la boire grâce à ma position légèrement inclinée. Elle délivra dans mon palais une palette de saveurs que je ne reconnus pas vraiment.

— La tisane fait-elle partie des soins ?

— Oui, répondit Tamara. Il s’agit d’un mélange de plantes apaisantes dont certaines atténuent la douleur.

Elles ne perdirent pas de temps. Je n’avais pas terminé le breuvage qu’elles entreprirent de me déshabiller. La tâche s’avérait ardue. Heureusement, elles disposaient de ciseaux performants.

— D’où viennent ces ciseaux ? Vous attaquez le métal avec ?

— Tant qu’il n’est pas trop épais, oui. Ils viennent de notre fabrique.

— Vous vous êtes sauvés du pays des Galiens et vous y possédiez une fabrique ?

— Nous avons campé assez longtemps au même endroit dans le désert, répondit Tamara. Nous sommes nombreux. Cent-cinquante-trois bouches à nourrir ! Il nous fallait nous installer.

— On s’attendait tous les jours à combattre, ajouta Olga. Nous avions besoin d’armes performantes. Nous avons construit une fonderie, et nous nous sommes entraînés tous les jours avec les nouvelles armes.

— Mais comment votre armement peut-il être si performant ?

— Krys, celui qui vous a amenée ici. Il sait beaucoup de choses.

Je commençais à m’en douter.

— Avez-vous remarqué qu’à part moi, aucune femme ne combat parmi nous ?

Elles me dévisagèrent. Olga réagit la première.

— Sont-elles – elle marqua une hésitation – sont-elles toutes tombées au combat ?

— Non. Disons que… C’est impensable chez nous.

— Impensable ?

Les trois soignantes cessèrent toute activité. Je ne désirais pas m’étendre sur le sujet.

— Comment nos hommes réagissent-ils à votre présence ?

Elles se regardèrent, le sourire aux lèvres.

— Ils nous observent tout le temps… dit Guenièvre.

— Ce n’est pas étonnant, c’est nouveau pour eux.

— Nous jugent-ils ?

Tamara avait posé la question tout en opérant avec précaution, cherchant à séparer cuir et ferraille de la blessure. La douleur m’empêcha de répondre sur le moment.

— Non, vous leur sauvez la vie. Pour autant, ils ne sont pas habitués à la présence d’autant de femmes parmi eux. C’est la raison pour laquelle ils vous observent. À mon avis, ils sont impressionnés.

— Impressionnés par quoi ? s’enquit Olga.

— Vous avez tenu le choc. Ils pensent que la guerre n’est pas faite pour les femmes. Vous venez de leur prouver le contraire ! Si je ne me trompe, ils sont épatés.

Après avoir péniblement enlevé le dernier lambeau de vêtement et de cuirasse, elles me lavèrent. L’eau bouillante avait déjà perdu de son mordant. J’inspectai les ingrédients répartis dans la chambre.

— À quoi servent les fioles et les feuilles que je vois, là ?

— Les fioles contiennent des potions issues de plantes que nous concoctons. Les feuilles viennent juste d’être récoltées. Elles vont servir à confectionner compresses et extraits.

— Les garçons devraient amener du miel frais et de la propolis, ajouta Olga.

— De la propolis ?

— Oui, les abeilles entourent leurs ruches de cette substance pour éloigner les germes. C’est très puissant. Nous en répandrons sur vos blessures.

— Mieux vaut que Jérôme, notre soignant, ne voit pas tout cela. Il utilise d’autres méthodes.

— Sont-elles efficaces ? demanda Guenièvre, intéressée.

— Ce sont celles que nous utilisons.

De nombreuses questions me vinrent à l’esprit mais je ne savais par où commencer. Entre deux gémissements étouffés, je me lançai.

— Ainsi vous demeuriez dans le Grand Sud ?

— Oui, vous connaissez ?

— Pas du tout.

— A l'extrême sud-ouest, les terres aboutissent à une côte escarpée, hostile. Balayée par les embruns et les vents violents, la végétation y est sporadique, l'habitat rude. Dans la montagne attenante, nous avons trouvé refuge dans des grottes, bien à l'abri de nos bourreaux.

Affairées autour de moi, elles révélaient une belle assurance dans leurs gestes. Je commençais toutefois à douter de mes choix. En quoi un ancien esclave et ses amies pouvaient posséder une science supérieure à la nôtre ?

— Et vous avez appris la médecine chez les Galiens ?

Je cherchais à évaluer leurs connaissances, mais aussi à mieux connaître ce groupe si organisé. Leur récit me fascinait, je buvais leurs paroles tout en profitant de leurs soins.

Leur condition d’esclave ne leur permettait pas d’évoluer. Tamara et Olga étaient danseuses, Guenièvre, ménagère. Les garçons, gladiateurs ou au service de riches marchands ou de nobles. Une bonne part de ce qu’ils savaient provenait de Krys et avait été acquise lors de l’année qui a suivi leur fuite.

Les méthodes particulières utilisées en médecine en faisaient partie. Qu’il s’agisse de plantes médicinales, de résines, de champignons ou d’algues de toutes sortes, il savait identifier les éléments utiles aux soins, au tissage de vêtements, à la couleur ou aux savons. Toutes ces connaissances, il les avait communiquées à ceux qui se portaient volontaires.

Alors qu’elles détaillaient cette période de leur existence, j’allais de surprise en surprise. Le haut tacticien qu’était Krys possédait une solide expertise en médecine et dans bien d’autres domaines. Dans ces moments difficiles, je devinais combien sa science pourrait nous venir en aide.

— Je vous ai vues combattre aussi.

— Krys désirait que nous acquérions tous plusieurs qualifications. Une d’entre elles était obligatoire : nous devions apprendre à nous battre. Une bonne partie de la journée était occupée à nous entraîner.

— Ceci explique pourquoi vous visez si juste ?

L’entraînement avait été difficile. La satisfaction qui en découlait s’en trouvait d’autant plus importante. Je les regardais. Comme moi, elles savaient se battre. Comme moi, elles se mouvaient au sein de la gente masculine sans crainte ni contrainte. Peut-être arriverai-je à m’en faire des amies après la guerre. Fréquenter d’anciennes esclaves ! Cela pourrait faire jaser… Mais je me moquais éperdument des règles imbéciles.

Au sein de leur minuscule société, les connaissances de chacun avaient été partagées. Parmi l’ensemble des maîtres d’apprentissage, Krys en fut le principal. Impressionnée, je me demandais comment un groupe aussi jeune avait pu accepter de se plier à une telle discipline. C’est Olga qui répondit.

— Krys répétait que, si nous n’étions pas si occupés, nous passerions notre temps à nous chamailler. Notre communauté se serait désagrégée. Nous ne pouvions nous le permettre.

Surprise, j’intégrai cet élément dans ce que j’’imaginais de leur vie, de leurs commencements.

— Il m’impressionne, remarquai-je. Déjà un grand sage et pourtant il est de nos âges.

Les trois amies se lancèrent des regards complices. Elles précisèrent qu’elles lui devaient la liberté. Krys, Thomas, Hector et Markus encadraient la troupe. Ces quatre-là, et d’autres avec eux, avaient planifié leur fuite.

— Pas de femmes pour encadrer ? Comme les femmes combattent chez vous, je me suis dit…

— Oui, il y a Korynn. Elle était avec nous au palais du gouverneur.

— Un Oupale ?

— Oui.

Chaque fois que j’essayais de me représenter un Oupale, j’imaginais une sorte de créature géante mi-lézard, mi-serpent. Peu nombreux, ils compensaient leur faible nombre par une longévité dépassant parfois les deux siècles. Intelligents, vifs, ces personnages au long cou et longue queue dominaient la civilisation galienne.

— Et comment faites-vous pour réussir à soulever un marteau morcan ?

— Seul Krys en est capable, répondit Tamara en jetant un regard amusé à ses amies. Et encore, c’est la première fois qu’on assiste à ça. Bon, avec lui, plus rien ne nous étonne.

Olga se retroussa une manche pour éviter de tacher sa tunique de mon sang. Pour ma part, je décidai de tirer au clair, un jour, l’histoire qui venait de m’être racontée.

— Si les femmes ne peuvent pas… se perdit Tamara, vous, comment avez-vous appris le maniement des armes ?

— Je suppose que j’ai rendu la vie si difficile à mon père qu’il a fini par lâcher bride.

— Cela veut-il dire que, si nous survivons à cette bataille, on va nous faire entrer… dans un carcan ? Votre société… c’est un monde d’hommes ?

Je me rendis compte que, dans leur fuite, loin de tout, ces jeunes personnes étaient parvenues à créer leur propre univers, parfois à l’opposé de nos codes et de nos obligations. Leur monde me semblait mystérieux. Leur liberté m’attirait.

— Oui, fis-je simplement, ne sachant comment réagir. » Et, alors qu’elles se dévisageaient, décontenancées : « Mais pour le moment vous avez apporté votre concours à cette guerre, et je peux vous le dire, vous êtes terriblement efficaces, aussi efficaces que ces messieurs. Tout le monde vous en sera reconnaissant.

Tamara nettoyait les blessures de ma jambe avec le plus grand soin pendant qu’Olga s’occupait de mon côté. Guenièvre assistait aux opérations et apportait divers ustensiles à la demande. Au bout d’un moment, je remarquai les hésitations de Tamara. Elle se redressa, me regarda, se concentra sur les plaies puis se tourna à nouveau vers moi.

— Nous ne voulions pas venir, avoua-t-elle. Nous ne pensions pas pouvoir changer quoi que ce soit à cette bataille. Mais Krys nous a décidés. Malgré le danger, nous lui avons obéi parce que c’est lui qui a permis notre libération.

— C’est lorsqu’il a empoigné ce terrible marteau morcan et foncé droit vers le fort en hurlant que nous nous sommes décidés, ajouta Olga.

— Sans lui et ses ruses, nous aurions certainement été retrouvés avant d’atteindre la frontière, dit Guenièvre.

— Eh bien, c’est réussi, et vous lui marchez dessus, clamai-je.

Guenièvre inspecta l’endroit qu’elle piétinait.

— Je ne vois rien ? s’étonna-t-elle. Je marche sur quoi ?

— Sur la frontière ! dis-je en souriant.

Les filles rirent de bon cœur. Cela leur rappela qu’elles étaient arrivées à destination, saines et sauves. Elles avaient terminé de me laver et de nettoyer mes blessures. Elles me portèrent jusqu’au lit. Je remarquai combien elles étaient toniques.

— Bon ! Tout est prêt. Allons chercher Krys, proposa Olga.

Olga et Guenièvre étaient à peine sorties que, par la porte entrouverte, je les entendis chuchoter : « Qu’est-ce qu’elle est belle ! Heureusement qu’on l’a rhabillée, sinon Krys serait mort sur place ! ». Tamara remarqua à l’expression de mon visage que je les avais entendues. Elle sourit.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 13 versions.

Recommandations

Lynkha
Les Caraïbes, 1683. La France de Louis XIV et l'Espagne de Carlos II sont à couteaux tirés pour la possession des richesses des îles, tandis que les flibustiers à leur service tirent habilement leur épingle du jeu.

Les esclaves arrachés à leurs terres d'Afrique subissent le joug des colons. Ceux qui osent prendre la fuite se réfugient au cœur des montagnes austères et se tournent vers les puissants esprits vaudous pour leur protection. Dans l'ombre des cavernes, un roi sorcier se lève et étend sa main noire pour les rassembler sous sa loi impitoyable.

Les pierres des civilisations déchues ont disparu depuis longtemps sous les racines de la jungle impénétrable. Les dieux mayas somnolent, oubliés de presque tous. L'un d'eux rumine encore sa colère devant l'arrogance des hommes.

Sur ces terres de conquête où la poudre et le fer apportent la victoire et où les larmes ont un goût de sang, la capitaine Antiope cingle vers Port-Royal pour y dépenser son butin fraîchement récolté. Dans les rues de Petit-Goâve, la jeune Louise erre désœuvrée en attendant que son savant de père daigne l'inclure dans ses recherches sur la mystérieuse civilisation maya. Sur le vaisseau qui arrive d'Espagne, le chamane Sèwanou se plie aux volontés de son maître en digne esclave soumis, sans cesser de songer à sa femme et son fils, dont il est resté séparé pendant si longtemps. Parcourant les mers avec son équipage, le sombre émissaire Choco veille au respect des règles draconiennes imposées par le roi sur le vaudou des îles.

Qui aurait pu croire qu'un destin facétieux et cruel les réunirait tous les quatre pour affronter la colère du dieu serpent ?
335
309
88
1139
Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
925
772
730
502
Asa No
Tourner le prochain épisode de Manor, promouvoir Éternelle avant sa sortie au cinéma, poser pour la nouvelle collection de Louis Vuitton, jouer la publicité du dernier parfum de chez Dior dans la suite la plus chère de tout New York...
Sans oublier : aller au lycée, gérer un ancien amant soudain collant, aider ma meilleure amie à avoir son diplôme, entretenir une relation cachée, regarder le dernier épisode de Teen Wolf, me tenir le plus loin possible de ma mère et éventuellement, dormir.

J'avais dit dormir... Pas tomber dans le coma.

Pourtant c'est bien d'un long coma que je me réveille et personne ne peut me dire ce qu'il c'est passé.
Bon, si ça ne tenait qu'à ça, j'aurais pu passer outre. Mais non !
Depuis mon réveil, il se passe des choses bizarres autour de moi, comme ce petit garçon qui court dans les couloirs de l'hôpital mais que je semble être la seule à voir.

Est-il est vraiment là ou je suis juste en train de devenir complètement folle ?



Attention : histoire contenant des scènes sensibles et violentes.

Image de couverture de vurdeM, DevianArt
https://www.deviantart.com/vurdem
623
269
1071
580

Vous aimez lire Nicolas Cesco ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0