Après la nuit

4 minutes de lecture

Dans les tous premiers rayons du soleil d'hiver, des formes s'agitaient autour de Charlotte. Celle-ci dormait recroquevillée sur elle-même. Une chaude couverture au tissage grossier la protégeait du froid. Une douce odeur de crèpes flottait dans l'air. Deux silhouettes s'agitaient autour du feu.

- Mais arrête de t'agiter comme ça, tu vas la réveiller !

- Tu es marrant toi ! Tu as vu comment il me regarde, j'ai l'impression d'être une croquette géante !

- C'est un chat, Mouf, un simple chat, tu en as déjà vu, c'est pas une nouveauté. Et il m'a plutôt l'air intéressé par ce que tu fais cuire. Le petit homme soupira et retourna s'asseoir sur une pierre écroulée du dolmen.

- Dis , pourquoi c'est nous qu'ils ont choisi ? Des facétieux, ambassadeurs du Petit Peuple, ça arrive souvent ?

- Chut, tiens-toi prêt, elle bouge !

Charlotte n'arrivait pas ouvrir les yeux, la nuit l'avait épuisée et le ronron de Chacripan la berçait doucement. D'étranges voix résonnaient au loin, rêvait-elle ? Elle mit du temps à se rappeler où elle était et soudain, elle se souvint du rituel de la veille. Elle se redressa d'un coup et surprit Chacripan qui roula jusque sur Mouf qui manqua étouffer sous le poids de la bête. Elle n'ouvrit pas les yeux tout de suite, elle avait tellement peur d'être déçue. Finalement, elle se décida, elle regarda autour d'elle, plissa, écarquilla ses grands yeux bleus. Tout était flou. Ses larmes commencèrent à couler lentement dans un silence total. Ca n'avait pas marché, l'Heptagramme n'était qu'une farce. Les deux facétieux sentaient qu'il ne fallait pas troubler la jeune fille en ce triste moment. Il se reculèrent et furent les témoins impuissants d'un chagrin à la hauteur de l'espérance qu'avait eu l'adolescente. Chacripan vint juste se coucher sur ses genoux et ronronna, le seul moyen qu'il connaissait pour rassurer les humains. Charlotte restait figée et laissait son chagrin s'écouler sur ses joues. Elle n'arrivait plus à penser. Le ronronnement de Chacripan lui devenait insupportable, tant il résonnait dans sa tête. Elle poussa le chat loin d'elle et devina deux étranges formes animées un plus loin. Elle réalisa soudain qu'un feu crépitait près d'elle et qu'une entêtante odeur de crèpes l'entourait.

- Qui est là ? Que se passe-t-il ici ?

Les deux petites créatures s'avancèrent doucement et s'arrêtèrent tout près de Charlotte. Chacripan ronronnait en les regardant les yeux mi-clos. Ils atteignaient à peine les 50 cm de haut, ils arboraient tous les deux de fières paires d'oreilles allongées et fines, leur nez retroussé leur donnait un air malicieux. Leur curieux bonnet à pompon ne parvenait pas à dissimuler une épaisse et sauvage tignasse couleur noisette. Ils se tenaient droits et fiers, le plus âgé toussa pour s'éclaircir la voix puis fit un pas en avant :

- Nous te saluons Fille-Lumière ! Je suis Rotbjorn, Fils de Bjorn et Rilke et voici Mouf, fils de Ranouf et de Miln. Nous avons été choisis pour représenter le Petit Peuple et te guider dans ta mission.

- Et nous en sommes très heureux ! rajouta Mouf un peu maladroit.

Charlotte était partagée entre le fou rire et la crise de larmes. Elle devenait folle, c'était certain. Finalement, tout ce rituel avait contribué à la rendre complétement cinglée. Des lutins ! Il ne manquait plus que cela.

- Je rêve, c'est ça ? Rien de tout cela est réel. Je vais bientôt me réveiller dans mon lit, bien au chaud et maman va m'appeler pour le petit déjeuner.

- Voulez-vous une crèpe et un bon chocolat chaud ? Je suis le meilleur cuisinier de tout la contrée vous savez ? répondit Mouf en présentant à Charlotte un petit plateau sur lequel était disposée une ravissante dinette.

- Mouf, je ne pense pas que ce soit le moment. Cette jeune fille doit se reposer. Elle vient de passer une grande transformation. Je ne suis même pas certain que la mutation soit achevée.

- Non, tu crois que ça n'a pas marché ? Ca expliquerait pourquoi on nous a envoyés, ils n'étaient pas sûrs du résultat. En même temps, c'est curieux une fille lumière qui porte le nom d'un gateau ?

- Parce que Mouf c'est un prénom ? Et ça ne vous dérange de parler comme si je n'étais pas là ! et puis c'est quoi cette histoire de fille lumière ? Et vous êtes quoi ? des automates, des marionnettes ? C'est Dante qui me fait une blague de très mauvais goût ? Trop c'est trop !

Charlotte se leva d'un bond, prit Chacripan dans ses bras et rassembla ses affaires à tâtons. Elle chaussa ses lunettes et lança un dernier regard au dolmen et à l'Heptagramme qui reposait tranquillement sur la pierre millénaire, puis elle se tourna vers les deux Facétieux à qui elle tira la langue, attitude qu'elle jugea stupide et enfantine par la suite...

Rotbjorn et Mouf observaient la jeune fille au teint pâle s'éloigner. Ils sentaient que la situation se compliquait. Ils n'avaient jamais géré ce genre de crise auparavant. Ils savaient qu'il ne devait pas la perdre. Le Cercle des Sages ne leur accorderait plus leur confiance et ils seraient la risée de tous. Tous les deux se regardèrent et comprirent qu'ils avaient besoin de temps pour réfléchir. Rotbjorn sortit alors de sa besace un vieux carnet corné et Mouf sortit une plume d'oie de la poche de sa veste.

Sur leur carnet, ils écrirent ces mots : le temps suspendu.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Axelle

Y à des choses qui ne se disent pas et d'autres qui ne ce viventn pas, mais j'ai un peu dévier des règles, tu m'entendras criée à m'époumonerm, tu me verras courir dans les bras de la mauvaise personne, courir vers le mauvais destin mais c'est nécessaire pour que je me sente vivre, j'ai besoin de vivre, de tout casser, de tout briser, des règles aux murs de ma chambre.
Je veux que tout explose en milles morceaux, je veux que tout pète entre mes mains. Serrer les draps, serrer sa main, serrer son cou et lui mettre des coups. Arracher ces vêtements, arracher son coeur, dénigrer ces penser et plus que tout l'aimer
0
0
0
0
Défi
13
4
0
1
Défi
Elly J. Croëc
Réponse au défi "Par la fenêtre" de EmiSo :)

La photo est de moi, souvenir de ce fameux voyage en bus...
3
1
0
0

Vous aimez lire FataMorgana ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0