Chapitre 10

8 minutes de lecture

Je passa le reste de la journée à me reposer à l'infirmerie et rentra au châlet el soir. Quand je vis Clément, je ne put m'empécher de rougir et détourna le regard. mais Stella le remarqua et m'invita discrètement à monter dans ma chambre.

"-Qu'est-ce qu'il s'est passé avec Clément ? J'ai l'impression que tu l'évites ?

-Je crois que tu avait raison, quand tu disais que je n'étais pas que son èlève.

-C'est à dire ?

-Peu de temps après son départ, Mme Mayer est venu me voir. Elle m'as dit qu'il s'était beaucoup inquiété pour moi et ma rappeller qu'une relation entre nous était interdite. Mais elle m'as surtout dit qu'elle lui avait fait la même remarque.

-Je crois que c'est clair là non ? Il t'aime aussi mais refuse comme toi de l'accepter.

-Mais parce qu'on en as pas le droit !

-Il n'y as qu'une seule chose que vous pouvez faire.

-Quoi donc ?

-Parlez. Vous devez parlez tout les deux.

-Je ne sais pas.

-Vous n'allez pas vous torturer émotionnellement juste parce que tu ne veux pas lui parler. Tu l'aime oui ou non ?

-Je crois oui.

-Tu crois ?

-C'est bon, tu as gagner, oui je l'aime.

-Et lui aussi t'aime, c'est évident. Où est le problème alors ?

-Le règlement, Stella.

-Mais on s'en fout du règlement Anna ! Comme je te l'ai dit, on ne choisie pas de qui on tombe amoureux.

-Okay, c'est bon le message est passé.

-J'espère bien."

On descendis pour le repas mais Clément ne cessait de me regarder, me rendant mal à l'aise. Alors qu'on allait commencer le dessert, quelqu'un frappa à la porte. Clément ouvrit, c'était Morgana. Quelques minutes plus tard, alors qu'on voulait les rejoindre avec Stekka, Morgana me regarda avant de l'embrasser. Mon coeur se brisa en miliers de morceau et je courit loin de la maison. Ne voulant pas qu'il me voit pleurer. Je me retrouvais donc au milieu du terrain d'entrainement qui était vide. Stella me rejoingis une dizaine de minutes plus tard.

"-Excuse-moi Anna, je n'aurais pas dut te faire espérer.

-Elle là embrasser devant moi. Elle m'as regarder avant. Pourquoi ? Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ?

-Je suis désolée Anna.

-Il joue avec moi, avec mes sentiments.

-Je crois que tu ferais mieux de ne pas aller au cours particulier de se soir.

-Tu as raison. Je ne veux pas le voir, ça fait trop mal."

On rentra au châmet et j'ignora Clément même s'il voulait s'expliquer. Je m'enferma dans ma chambre mais ne parvient pas m'endormir. Je sortie finalement pour m'assoir sur les marches extérieur du châlet mais Clément me rejoignis plus tard.

"-J'ai fait quelque chose qui ta déplus ?

-Tu es sérieux ? Tu ne te rends même pas compte de ce que tu me fait.

-Excuse-moi Anna. Même si je ne sais pas ce que j'ai fait.

-Vas-y c'est bon, laisse tomber."

On resta ainsi facher pendant une semaine, jusqu'au Samedi 12 Décembre, jour de mon anniversaire. Il était midi, toute l'école était réuni dans la grande salle pour un repas exeptionnel. Mme Mayernous avait fait un long discours sur sa fille. C'était aussi son anniversaire. Sauf que pendant tout le repas, personne ne pensa à moi. Pas même mes amis et encore moi Clément alors qu'il le savait. Quand le dessert arriva, Clément m'accorda enfin de l'attention. J'en profita pour dire tout haut ce que je pensais.

"-Ce repas est cool, c'est sympa de penser à la fille de la directrice mais ça aurait été sympa de penser à moi. C'est aussi mon anniversaire et tu le savais Clément.

-Anna...

-Ne viens pas te pleindre que je t'ignore après ça. Tu ne te rends même pas compte de tout le mal que tu me fait.

-Excuse-moi Anna."

Je vis alors une photo agrandi prés des prof. Ma photo avec ma mère. Mais je ne fis pas le rapprochement au fait quela photo agrandi était la dernière que la directrice avait de sa fille.

"-Et je ne sais pas qui as été dans ma chmabre mais prendre l'unique photo de ma mère ce n'est vraiment pas cool, enchainais-je en montrant la photo agrandie."

je vis la directrice se lever mais je quitta la grande salle avant qu'elle ne puisse dire quoi que se soit. Je rentra au châmet furieuse. Mais je me réveilla au milieu de la nuit avec l'étrange impression d'être observer. Un frisson d'horreurparcouru mon dos et je ressera la couverture autour de moi. Je vis ensuite de la lumière sous ma porte et sortie finalement de ma chambre le plus discrètement possible. Je vis deux silouhète dans l'embrassure de la porte d'entrée,se disputant et je reconnu Clément.

"-Veuillez quitter les lieux, Monsieur. Vous n'avez rien à faire dans cette école.

-Ma fille non plus.

-Si votre fille est ici c'est qu'il y a une raison.

-Vous ne savez pas à qui vous avez affaire, jeune homme.

-Je sais trés bien qui vous êtes, malheureusement. J'ai prévenu la directrice qui va bientôt arriver?

-Depuis le temps que j'attends de la revoir.

-Qu'est-ce qu'il se passe ? Demandais-je finalement

-Adriana, viens ici. Tu n'aurais jamais dut être ici.

-Reste en arrière Anna, la directrice va arriver.

-Papa ?

-Je peux savoir ce qu'il se passe ici ? Nous interrompis Mme Mayer

-Angie, quel plaisir de te revoir !

-Toi ! Je compris qu'il y avait un problème et me raprocha de la porte.

-Exactement, moi. Ça fait quoi, 17 ans qu'on ne s'est pas vu ?

-Que fait-tu ici ?

-Tu ne devine pas ? Je viens récupérer ma fille qui n'aurais jamais dut venir ici.

-J'aurais dut m'en douter que tu était derrière tout ça. En tout cas, merci de confirmer mes soupçons.

-Ah mais parce que tu n'était même pas sûr que ma fille se trouvait dans cette école ? Dans cette maison meêm.

-Tu veux dire ma fille ! Celle que tu as kidnappée !"

Je chancela sous le choc de ce qu'elle venait de dire et Clément dut me retenir pour éviter que je tombe.

"-Anna, ça va ? Me demanda-t-il visiblement inquiet

-Tu le savais ?

-Anna je...

-Répond-moi ! Tu savais que mon père n'était pas mon père ?

-J'ai fini par le comprendre, avoua-t-il honteux.

-Tu le savais quand je t'ai parler de ma famille ? Tu le savais quand tu m'as dit ce que ta mère avait trouver ?

-Non, je ne savais pas à ce moment-là.

-Je savais que tu me cacher quelque chose mais alors là. J'aurais dut m'en douter, aucune photo de moi avant mes un an et une seule photo avec ma mère. Pourquoi tu m'as menti ? Demandais-je ensuite à mon père.

-Adriana...intervint doucement Mme Mayer.

-Vous m'avez tous mentis ! J'ai besoin de prendre l'air.

-Il fait nuit, tu va te perdre, enchaina Clément.

-Au contraire, j'y vois comme en plein jour.

-C'est étrange ça. Je vais vous demander de partir maintenant.

-Je reviendrais. Je t'en fait la promesse, Angélique."

Je m'aventure dans la fôret jusqu'à me perdre même si j'y voyais parfaitement. je m'assis finalement sur un rocher et laissa couler mes armes, ma tête entre les mains. J'entendis ensuite quelqu'un s'approcher et me retourna vivement. Ce n'était que Clément mais je ne vit pas Mme Mayer dérrière lui. Il s'approcha de moi et me pris dans ses bras.

"-Tu le savais et tu ne m'as rien dit ? Pourquoi ?

-Je m'en doutait seulement. Tu était la seule à ne pas développé tes don. Ta magie est bien trop puissante pour qu'aucun de tes parents n'ai de pouvoir. J'ai vite fait le raprochement quand ma mère m'as donner le nom de la tienne et qurtout après ta réaction de ce midi. Mais je ne t'ai rien dit parce que ce n'était pas à moi de t'en parler.

-C'est pour ça que tu jouait avec moi ? Avec mes sentiments ?

-Je n'ai jamais...C'est ce que tu crois ?

-C'est ce que j'ai vu surtout. Morgana par exemple. Elle ne m'aime pas.

-C'est elle qui m'as embrasser et je te jure qe ce n'est qu'une ex. Mais excuse-moi, ce n'était pas mon intention. Jamais je ne pourait te faire du mal volontairement. Sinon, il y a quelqu'un qui aimerais te parler. Si tu le veux bien.

-Je suis fatiguée.

-Je comprends, rentrons."

Mais je ne parvint aps à m'endormir. J'avais trop de question en tête. A midi, je retrouva tous le monde dans la graned salle mais sans appétit. Alors que les larmes commençaient de nouveau à arriver, je me leva et me dirigea vers Mme mayer. le silence se fit alors dans la salle.

"-Je peux savoir la vérité ? Lui demandais-je de façon à ce que peu de gens entende

-Si tu veux bien me suivre dans mon bureau.

-Merci."

Je la suivie pendant prés de dix minutes dans une série de couloirs. C'était la première fois que j'entrai dans son bureau et il était immense. Je ne fis cependant pas attention à la décoration.

"-Si tu veux bien prendre la peine de t'assoire. Tu veux boir quelque chose ?

-Non merci.

-Qu'est-ce qu'il ta raconté ?

-Que ma mère était morte peu après ma naissance. puis j'ai appris que finalement elle était toujours en vie. Et je n'ai qu'une seule photo d'elle et moi, enfin vous et moi c'est ça ?

-Oui. Est-ce que tu aurais la photo avec toi ?

-Oui, répondis-je en lui donnant mon pendentif.

-C'est bien la même. L'homme qui t'as élever t'as enlever quand tu avait un an, enchaina-t-ele en me rendant mon pendentif.

-Pourquoi ?

-C'est une longue histoire.

-Et mon père ?

-Il est directeur avec moi mais trés peu présent à l'école. Il s'occupe des relations extérieurs.

-Vous avez des photos ? Je veux dire de moi ?

-Bien sur mais pas ici. Je ferais le tri pour toi.

-Merci.

-Tu as d'autres questions ?

-Vous aviez quel âge quand je suis née.

-Vingt-trois ans. Sois un an après notre diplome et ma mère était encore directrice de l'école.

-Ta mère, donc ma grand-mère ?

-C'est bien plus compliquer que ça.

-Très bien. J'ai cours, je doit y aller.

-Je ne te retiens pas."

Je partis alors en cours mais ne réussit pas à me concentrer, perdu dans mes pensées. Je me fit même virer de cours mais surtout pour ne pas déranger les autres élèves qui ne cessait de me poser des questions. Je me rendis alors sur le terrain d'entrainement et y resta jusqu'au soir.

Annotations

Recommandations

Deardon
STARPIECE project, plus qu'une édition, un multivers de l'imaginaire.

Emma L. ARCHER
D. S. PENRY
DEARDON
0
0
0
14
Cannelle & Violette
En réponse au défi érotique ou sensuel proposé par @Lutecia Cendrelle@.
Quoi ? Moi ? Ici ?... Ce doit être une erreur !
C'est bien la première fois que je m'aventure en ce pays... Ce genre n'est pas du tout du tout dans mes habitudes d'écriture mais, paraît-il, c'est en sortant de sa zone de confort qu'on progresse... Alors je m'y risque un tantinet, mais d'avance, je vous remercie pour votre indulgence !
5
21
11
2
Défi
Susan Ikara
J'ai tout donné pour elle.
Je lui ai donné jusque mon existence entière. Elle a piétiné mon amour, elle a bouleversé ma vie.
Et pourtant, si je devais revivre tout ce que j'ai vécu avec elle, je le revivrais, ne serait-ce que pour la revoir.
N'avez-vous, vous aussi, jamais ressenti ce sentiment-là ?
2
2
14
6

Vous aimez lire Le studio d'Anaïs ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0