Chapitre 9

7 minutes de lecture

Les semaines de cours passait rapidement, devenant ainsi des mois. Je m'améliorais en maitrise de l'acr, de l'épée mais mes pouvoirs et mon dos restaient toujours bloqué. Je ne savais rien faire malgrè toute les heures d'entrainement que j'avais en plus. Avec Clément, on s'étaot raprocher, pourtant il restait tout de même distant. Plus d'une fois, je l'avais vu trainer avec son ex, Morgana et elle n'avais pas l'air de m'apprécier. Non pas que j'étais jalouse de les voir ensemble mais j'avais plutôt l'impressions que Clément jouait avec moi, avec mes sentiments. Commes'il savait ce que je ressentais pour lui mais qu'il n'en tenait pas compte. Nous étions désormais en novembre et jusqu'à présent, je n'avais plus eu de problème de concentration même si mes pensées restait toujours bloqué sur mon tuteur.


Or aujourd'hui quelque n'allait pas. J'était en cours d'épée à m'entrainer sur un manequin avant mon combat contre Stella. Quand vint enfin notre tour, je me mis en place et attaqua la première. Sauf qu'au bout de quelsues minutes, je fus prise d'un vertige et Mr Miller dut intervenir.


"-Mlle Ondri ! Poser cette épée avant de blesser quelqu'un !

-Oui Monsieur.

-Ça va ? Me demandaStella une fois que je fus assise sur un banc, ma tête entre les mains.

-Ce n'est rien, juste un petit vertige.

-Aurais-tu oublier de manger se matin ?

-Non et Clément était là.

-On peut aller à l'infirmerie si tu veux.

-Merci mais ça va passer. Retourne t'entrainer."


Je resta sur le côté du cours mais le vertige ne cessa pas. Je me rendis ensuite en cours d'histoire de la magie mais en plein milieu de l'interro, je me mis à saigner du nez. Je demanda à Stella un mouchour avant de demander au professeur si je pouvais aller au toilette. Ma meilleure ami me rejoingis deux minutes plus tard.


"-Tu es sur que ça va ? Les vertiges, le saignement de nez.

-J'en sais rien, ça ne s'arrête pas. Je toussa dans mon mouchoir et cracha du sang.

-Anna...

-Qu'est-ce qu'il m'arrive ? Je devais m'appuyer contre le lavabo pour ne pas tomber.

-Là ça ne vas plusdu tout. Je vais prévenir le prof et je t'emmène à l'infirmerie."


En moins d'une minute, nous voilà sur le chemin de l'infirmerie. Mais plus on avançait, plus elle devait me soutenir.


"-Tiens bon Anna, je suis pas capable de te porter.

-Appel Clément, il est dans cette salle, lui dis-je entre deux quinte de toux.

-Tu as raison, lui pourras te porter."


Elle m'aida à m'assoir contre le mur et frappa à la porte de sa classe.


"-Entrez !

-Bonjour, excusez-moi de vous déranger mais j'aurais besoin de Mr Miller pour une urgence médicale.

-Mais vous avez l'air en pleine forme mademoiselle.

-Ce n'est pas pour moi madame...

-Adriana ! La coupa Clément en se levant. Madame ?

-Allez-y Mr Miller.

-Merci."


Quand il me retrouva dans le couloir, mon mouchoir était imbibé de sang et les vertiges de plus en plus fort.


"-Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Demanda-t-il en me prenant dans ses bras

-Ça à commencer par des vertiges puis un saignement de nez et maintenant elle crache du sang.

-Vous pouvez arrêter de crier s'il vous plait ? Ajoutais-je

-Et une hypersensibilité au son, enchaina Clément. Donne moi sa température.

-Elle est brulante.

-Il n'y as pas une minutes à perdre. Je prévient l'infurmière de notre arrivés."


Quand on entra dans la pièce, il me déposa sur un lit, donna toute les informations à l'infirmière qui réfléchiependant qu'elle me brachait à divers machines.


"-Les trois premier symptome corresponde à un empoissonement.

-Un empoisonnement ? Mais à quoi ? L'interrogea Clément.

-C'est là que je ne sais pas. Je ne connait aucune plante qui provoque une hypersensibilité. Vous êtes son tuteur ?

-Exact.

-Prévenez la directrice comme vous l'avez fait avec moi et restez avec elle. Et vous ?

-Sa meilleure amie.

-Retournez en cours dans ce cas et revenez que pendant vos pause.

-D'accord, répondit-elle en baissant la tête alors qu'elle aurait voulu rester."


Mme Mayer arriva dix minutes plus tard et parraissait quelque peu énervée.


"-J'espère que c'est urgent Mr Miller. Vous savez que vous n'êtes pas autoriser à utiliser votre don avec moi.

-Ça l'est Madame.

-C'est moi qui lui ait dit de vous contacter.

-Dans se cas.

-L'une des élèves à été empoisooner et je ne parvient pas à déterminer quel est la plante.

-Symptome ?

-Vertige, saignement de nez,toux sanglante, forte fièvre et hypersensibilité au son.

-Hypersensibilité dites-vous ? Je ne connait que la Beltiane qui as cette effet.

-La Beltiane ? Mais c'est une plante trés rare ! Et nous n'avons aucun spécimène à l'école.

-Très rare et très toxique en effet. mais sans la plante, pas d'antidote. Je vais contacter un médecin le plus vite possible. Qui est cette élève ?

-Adriana OndriMadame.

-Faites ce dont vous avez à faire pour l'aider. Mr Miller, venez avec moi."


Ils marchèrent en silence pendant dix minutes avant d'arriver dans le bureau de la directrice. Chacun s'assit et elle appella un médecin avant de discuter avec Clément.


"-Savez-vous ce qu'il s'est passé ?

-Malheureusement non. C'est Stella qui était avec elle quand ça à commencer.

-La Beltiane est un poison qui agit en vingt quatre heure après l'avoir ingérer sauf s'il est directement mis dans le sang. On peut éliminer la deuxième hypothèse.

-Donc ça voudrait dire qu'elle a été empoissoner hier entre sept et huit heure ?

-C'est ce que je pense. Que fait-elle le dimanche dans ce crénaux horaire ?

-Elle cour seule dans la fôret, prés du camp.

-Je crois qu'on viens de trouver l'heure et le lien . Vous n'avez pas cours aujourd'hui. Trouver ce qu'il s'est passé. Ensuite à toute les pause et à midi, je veux que vous observiez absolument tout le monde pour déterminer qui aurait put lui en vouloir. Contactez-moi par télépathie si vous avez l moindre informations ou le moindre doute sur quelqu'un.

-Je ferais ça.

-Merci. Vous tenez à elle pas vrai ?

-Je suis son tuteur...

-Je ne parle pas de ça.

-Oh et bien, c'est vrai que je l'aime plutôt bien.

-Et pourtant vous savez qu'une relation tuteur/étudiant est interdite.

-En effet. C'est pour ça que je me refuse d'aller plus loin.

-Faites tout de même attention. Etre repouser peut faire mal. Allez fillez.

-Promis Mme Mayer."


Il se rendis immédiatement au campement sauvage où j'avaiseu mon premier cours perso avec lui. Il remarqua les traces de pas, comme je venais tout les matin. Pourtant, il avait beau explorer la zone de fond en combre, il ne trouvaity absolument rien. En attendant midi, il retourna à l'infirmerie, où le médecin étaiot déjà passer avec l'antidote. Il avait été rapide.


"-Comment vas-t-elle ?

-Pour le moment elle se repose et va beaucoup mieux. L'antidote à agit immédiatement.

-Vous pensez qu'elle sera remis quand ?

-Accordez-lui au moins la journée, jeune homme.

-Merci Madame."


Il tira une chaise à côté de mon lit et s'y installa un peu en attendant midi. Il se dépécha ensuite de rejoindre le clan mais au lieu de manger, il ne cessait de tourner entre les rang, observant tout le monde. Pendant les cours, il restait avec moi et pendant les pauses, il observait, analysant le moindre détail qui pourrait l'aider à trouver qui m'avais empoissonner. Quand vint le soir, il rentra au châlet avec Stella mais s'éclipsa très vite pour retourner à mes côtés, même s'il n'en avait pas droit. Le couvre-feu était passé. Quand l'infirmière le vit, elle le réprimenda avant de passer à un autre patient, oubliant vite sa présence.


Quand je me révéilla, le soleil commençait à se lever. J'avais mal partout mais c'était suportable. Je me souvint de ce qu'il s'était passé mais c'était le noir compet après l'arrivé de Clement. Je tourna la tête et visqu'il était là, à côté, endormis sur sa chaise. Qu'est-ce qu'il est beau quand il dors. Doucement, je le secoua pour le réveillé.


"-Clément ?

-Anna ? Comment tu te sens ?

-Ça peut aller. Qu'est-ce qu'il m'est arrivé ? Pourquoi j'était malade à ce point ?

-Quelqu'un t'a empoissoné avec de la Beltiane, une plante mortel.

-Et je suis toujours en vie ?

-Oui, parce que Stella à réagit vite en t'emmenant ici.

-J'aurais dut l'écouter la première fois qu'elle m'as dit de venir.

-Tu ne pouvais pas savoir. Personne ne savait avant l'intervention de Mme Mayer.

-Merci. Pour ce que tu as fait pour moi.

-C'est normal, je...je suis ton tuteur. Je doit aller en cours.

-Je ne te retiens pas."


Quand il partie, je ne put retenir mes larmes. Il venait de le dire, il était mon tuteur. Il n'y aurit donc rien de plus entre nous. Pourtant, je n'arrivais pas à l'accepter, ça faisait trop mal. Je sécha mes larmes à temps, Mme Mayer venant d'arriver.


"-Bonjour mademoiselle, comment vous sentez vous ?

-Bonjour Madame. Je vais beaucoup mieux.

-Ravis que vous soyez saine et sauve. Savez-vous qui aurez pus vouloir vous empoisoner ?

-Je n'en ai aucune idée.

-Ce n'est pas grave, on finira par trouver le respondable. Vous avez les yeux rouges, vous êtes sur que ça va ?

-Oui oui,ça va.

-Votre tuteur s'est beaucoup inquiétez pour vous hier.

-Vraiment ? Sa phrase me remonta le moral.

Oui mademoiselle. Je vais vous faire la même remarque qu'à Mr Miller. N'oubliez pas qu'une relation étudiant/tuteur est interdite.

-Je n'oublie pas madame.

-Bien. Je vais vous laissez vous reposer maintenant."


Je rêve où la directrice à aussi avertie Clément ? Aurait-il des sentiments pour moi qu'il refuse de monter mais que Mme Mayer a perçut ? Est-ce pour ça qu'il parait si proche mais en même temps si éloigner de moi ? Stella avait raison mais pourquoi est-ce que ça fait si mal de l'admettre ?

Annotations

Recommandations

Deardon
STARPIECE project, plus qu'une édition, un multivers de l'imaginaire.

Emma L. ARCHER
D. S. PENRY
DEARDON
0
0
0
14
Cannelle & Violette
En réponse au défi érotique ou sensuel proposé par @Lutecia Cendrelle@.
Quoi ? Moi ? Ici ?... Ce doit être une erreur !
C'est bien la première fois que je m'aventure en ce pays... Ce genre n'est pas du tout du tout dans mes habitudes d'écriture mais, paraît-il, c'est en sortant de sa zone de confort qu'on progresse... Alors je m'y risque un tantinet, mais d'avance, je vous remercie pour votre indulgence !
5
21
11
2
Défi
Susan Ikara
J'ai tout donné pour elle.
Je lui ai donné jusque mon existence entière. Elle a piétiné mon amour, elle a bouleversé ma vie.
Et pourtant, si je devais revivre tout ce que j'ai vécu avec elle, je le revivrais, ne serait-ce que pour la revoir.
N'avez-vous, vous aussi, jamais ressenti ce sentiment-là ?
2
2
14
6

Vous aimez lire Le studio d'Anaïs ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0