Deuxième anomalie (1/2)

3 minutes de lecture

Favre balança un coup de pied rageur sur le flanc du distributeur de confiseries du hall de l’hôpital, sous les rires moqueurs d’Alexia.

— Foutue machine !

— Doucement, elle ne marchera pas mieux si vous la cassez.

— Maintenance percussive, se contenta-t-il de répondre en donnant un coup vigoureux sur la vitre avec la paume de la main.

— Vous devriez arrêter, tout le monde nous regarde.

— Jeune fille, il y a deux sortes de gens ici : des malades qui passent leur journée à chercher un docteur, et des docteurs qui passent leur vie à soigner des malades. Ils se fichent pas mal des sévices que je peux infliger à ce distributeur.

Il se mit sur le côté, fit basculer le distributeur avec son épaule et le laissa lourdement reprendre son équilibre. Le son caractéristique d’une chute dans le bac de métal confirma la victoire indiscutable de l’homme sur la machine. Favre brandit son trophée devant le nez d’Alexia.

— Pas très concluante, cette visite si j’ai bien suivi votre échange avec Bekri, poursuivit-il.

— Je ne dirais pas ça.

— Et vous diriez quoi, alors ?

— Pas ça...

L’inspecteur préféra s’épargner une nouvelle démonstration scientifique et n’insista pas. Ils finirent de grignoter en silence.

La sonnerie du téléphone d’Alexia interrompit leurs réflexions. Elle décrocha par réflexe. S’ensuivit une discussion pendant laquelle elle ne fit que hocher la tête et répondre par une litanie de « okay ». Favre la dévisageait pour tenter de comprendre la teneur de cette conversation, dont il n’entendait visiblement que la moitié la moins intéressante. Il sentit néanmoins l’excitation monter chez la jeune femme. Elle raccrocha enfin.

— C’était l’équipe, à l’hôtel. Ils ont épluché des vidéos de la douane de St-Julien-en-Genevois et ils ont cru détecter des détails qui pourraient s’avérer dignes d’intérêt. Pour commencer, une grande proportion des victimes venait de Suisse ; on aperçoit leur véhicule sur la vidéo du parking, juste avant la douane française.

— Rien d’étonnant, l’A41 est avant tout l’axe principal entre Genève et Annecy.

— Non, effectivement. On y voit aussi qu’ils se sont tous retrouvés au niveau de la douane. Ils semblaient se connaître. On les voit discuter tranquillement, certains fument pendant que d’autres changent leur monnaie aux distributeurs automatiques.

Cet élément éveilla l’intérêt de Favre. Il la laissa continuer, certain qu’Alexia ménageait ses effets. En bonne mathématicienne, elle voulait dérouler sa démonstration jusqu’au bout. Il endossa le rôle du candide de bonne grâce.

— Très bien, ils se connaissaient, à la bonne heure. Et ça nous avance à quoi ?

— L’équipe a fouillé dans les dossiers des personnes identifiées sur la vidéo pour déterminer d’où ils se connaissaient. Et vous ne devinerez jamais ce qu’ils ont trouvé.

— Et je ne vais sûrement pas m’amuser à essayer, coupa Favre. Je vous écoute.

— Rien. Nada. Nichts. Aucun lien de parenté, pas d’employeur commun, des milieux sociaux différents, de tous âges, aucun n’habite la même région ! Vous pouvez vérifier sur les plaques d’immatriculation.

Favre devait admettre que ces détails piquaient sa curiosité.

— OK, donc on a des individus provenant de toute la France qui se retrouvent loin de chez eux, aux portes de Genève, après minuit. Ils reviennent probablement d’une soirée, ou d’un concert. C’est plutôt maigre, je ne sais même pas si on peut appeler ça une piste.

— Certes, dit-elle en haussant les épaules. Mais ça vaudrait le coup de savoir ce qui les liait, et ce qu’ils faisaient tous ce soir-là. Parce qu’ils sont tous morts, sans exception.

— Pas tous, répliqua Favre. Certains ont pu aller vers Annemasse ou Bellegarde. Dites à vos amis d’éplucher cette vidéo et de lister les plaques des véhicules qui n’ont pas été pris dans le carambolage.

— Je vais aussi voir avec mes contacts qui travaillent pour le Canton de Genève. Peut-être que je pourrai retracer leur chemin en Suisse.

— Et nous, on va remonter voir l’ami Bekri. Peut-être que nous trouverons un indice dans leurs effets personnels. On cherche des billets de concert, des cartes de visite, des tickets de caisse, tout ce qui pourrait nous aider à établir le programme de leur virée nocturne.

Ils retournèrent sur leur pas et appelèrent l’ascenseur. Ils tombèrent nez à nez avec le légiste, dont le visage avait perdu de sa bonhomie.

— Favre, tu vas trop loin, lança le médecin, rageur, je te laisse m’emmerder deux fois dans la même journée, je dois faire le guide pour ta copine, et toi, tu viens vider les poches des victimes sans même me demander. Tu dépasses les bornes. Je sais que tu les considères comme des pièces à conviction, et tu sais parfaitement ce que j’en pense, mais moi je dois les restituer aux familles. Alors, tu seras gentil de rappeler ton gars et de me ramener tout ça dans l’heure.

Favre et Alexia se regardèrent, abasourdis.

— Calme-toi ! De quoi tu parles ? Quel gars ? Je n’ai envoyé personne ! se défendit l’inspecteur.

Annotations

Recommandations

Dreamer_foorever
Bella avait une jumelle, elle s'appelait Anna, elle avait une leucémie et elle est morte. Un mois après sa mort, elle reçoit des messages d'un inconnu et une lettre mystérieuse. On lui apprend qu'Anna n'est pas sa jumelle, mais sa cousine et sa soeur, que sa mère a assassiné son père et sa jumelle est toujours vivante.
Bella croît tout d'abord qu'il s'agit d'une blague où l'oeuvre d'un fou, mais les jours passent et elle continue à recevoir des lettres qui sont amenées par un mystérieux garçon, qui se volatilise toujours quand elle essaye de le voir. Quelque chose cloche et Bella ne dit rien à la police, elle cherche plutôt à approcher ce garçon pour enfin revoir sa soeur, car elle sait une chose, il s'est où elle est et tout ce en quoi elle a cru jusqu'ici, n'est qu'un mirage de mensonge et de faux semblant.
2
5
26
23
Défi
Hadès

Je ne voulais pas mais c'est arrivé. Une seconde d'inatention et le mal était fait.
Je me promenais avec mes parents et ma petite soeur au bord du lac. Il faisait très chaud pour un jour de printemps, le ciel était bleu et il n'y avait aucun nuages à l'horizon, tout annonçait une bonne journée en famille. Il y avait des canards au bord du lac, les autres enfants les nourissaient avec du pain.
Nos parents décidèrent de nous acheter des glaces, une au chocolat pour moi et un petit pot de vanille pour ma soeur, je devais la surveiller. J'étais assis dans l'herbe avec elle, quand mon regard se posa brièvement sur un magnifique bébé husky qui s'approchait de moi, courant comme un petit fou, soudain, j'entendit des cris, ma soeur n'était plus à côté de moi. Mes parents se précipitèrent dans le lac, mais il était trop tard. Elle s'était noyée en voulant voir les canards de plus près.
Trentes ans plus tard, les cris horrifiés de ma mère résonnaient encore dans ma tête. Nous ne nous voyons plus depuis ma majorité. Elle m'en veut toujours, je m'en veux encore plus. Ces quelques secondes brisèrent notre famille à tout jamais.
Je ne voulais pas.
1
0
0
1
TOKAMAK

Jamais sorti de sa ville, il ne connaît pas les couleurs des ailleurs. Il marche. Depuis 50 ans. Son trajet est rouge. La rue est bordée de petites maisons de briques. Pas les mêmes que celles des bobos du vieux-Lille. Un rouge plus crasseux, le ravalement en moins. Un rouge sans éclat. Celui des yeux rougis au charbon de la mine. Celui des mains sorties des manufactures de textiles de Roubaix. Il marche. Sa trajectoire est rouge, du Losc au « Parti » et jusqu’à son compte en banque. Aujourd’hui, il porte le maillot du Losc. Ce soir, il y a match. Contre Liverpool. Rouges contre rouges.


Droit devant, une gamine d’à peine vingt ans. Belle, un appel rouge vermillon aux lèvres. Moulée dans le maillot rouge de Liverpool. L’Amour au coin de la rue Armand Carrel ? Il a une subite envie de l’interpeller. De lui demander si le rouge est plus rouge ailleurs, dans son pays. On pense toujours que le rouge est plus rouge ailleurs. Miser sur le rouge d’un autre tapis de jeu pour échapper à ses noirceurs et gagner des jetons de possibles. Cette fille lui donne le vertige. Il remarque qu’il y a aussi du vert sur le maillot de Liverpool. Il aurait bien envie de se mettre au vert, avec elle.


Mais dans quelle langue l’aborder ? Il ne parle pas anglais. La langue serait-elle frontière ? Le vocabulaire des couleurs lui échappe. Le rouge, le vert, l’impossible spontanéité. Il se dit que puisqu’il y a barrage, le meilleur moyen serait de l’embrasser, pour libérer les flots de son émotion. Avec la langue, on embrasse le monde, peu importe le pays, non ? Pourtant, il marche. Encore. Suivant son fil rouge. Sans dénouer la langue. Liverpool est loin, sur la carte.


Sur quelle carte épingler nos frissons ? Le plan est neutre. Les cartographes ne rendent pas la vérité de nos proximités humaines, par-delà les bornes des cadastres. Leurs échelles, leurs trames, leurs couleurs sont pratiques mais loin des hommes. Nos cartes intérieures ont bien d’autres reliefs. C’est à pied, à pas d’homme, que se tracent la topographie et les couleurs de nos vies. Nos pensées voyageuses et nos choix y bouleversent sans relâche nos contours, nos géographies intimes, nos trajectoires libérées. Nos cartes intérieures se muent au gré de nos temps, hors nos âges, hors le Temps.


Un jour, la concordance de leurs temps lui paraîtra moins incertaine.
Un jour, il redessinera ses cartes intérieures.
Un jour, il ira à Liverpool. À 631,2 km (Carte IGN).


« La concordance de nos temps répare en quelque sorte le trop grand éloignement des pays »*



* D’après un vers de Racine (honteusement inversé et trafiqué), dans la seconde préface de Bajazet.
2
4
0
2

Vous aimez lire Eric Kobran ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0