Passion mortelle

2 minutes de lecture

J'ai toujours détesté les humains.

Même après tant d'années, je ne comprendrai jamais pourquoi ils s'entêtent tant à vivre alors que leur passage sur Terre sera aussi éphémère que contingent.

Mais ils s'attachent à cette vie sans autre but final que celui de me voir cueillir leur âme, et toutes les passions qui vont avec, espérant atteindre cette douce quiétude à laquelle ils ont songé tout au long de leur vie. Et à chaque mort que je prends dans mes bras, je ricane de cette cruelle ironie que représente le cycle de ce monde. Cependant, tu as bousculé toutes mes certitudes.

Je t'ai croisé la première fois lorsque je suis venue te retirer ton père. J'avais l'habitude des larmes et des cris de détresse. Mais je n'avais jamais vu un sourire si éclatant et triste en même temps, à la fois signe de chagrin et de courage. « Même si ces moments ont été éphémères, au moins ils ont existés ». Cette simple phrase que je t'ai entendu prononcer a éveillé des centaines de sentiments enfouis tout au fond de moi. Je ne m'étais jamais rendue compte avant de te rencontrer que je vivais comme une âme errante. Chacune de mes habitudes était ancrée dans une routine, lassante et monotone. Mais je comprends soudainement que c'est parce que tu n'étais pas là. J'avais comme une barrière, protectrice et inexpugnable pour personne, sauf pour toi, autour de mon cœur. C'est comme si je t'avais toujours attendu pour commencer à vivre, à ressentir. Mais toi, depuis la première fois où j'ai entendu ton rire, tu m'as ouvert les portes d'un nouveau monde en couleurs où je découvrais à tes côtés de nouvelles sensations. J'ai cessé de subir mon existence pour rentrer pleinement dedans.

Désormais je vis par, pour et grâce à toi. Je ne pensais même pas qu'une personne telle que moi pourrait aimer une personne aussi lumineuse que toi. Je ne savais simplement pas qu'une personne telle que moi pouvait aimer. La Mort tombant amoureuse de l'incarnation de la Vie. L'éternel attrait des Ténèbres par la Lumière.

Alors, comme l'ombre invisible que je suis, j'ai forcé le destin pour multiplier les rencontres avec toi, ne supportant pas lorsqu'un autre t'approchait. J'ai volontairement raccourci la vie de tous ceux qui te faisaient du mal ou t'approchaient de trop près. Cet amour me détruit de l'intérieur, je le sais. Je brise l'équilibre du monde, abrégeant trop rapidement la vie de ceux qui me deviennent vite insupportables en caressant la personne que je ne pourrais avoir. La jalousie et la haine se mêlent à ce sentiment si noble de nature et, sans même m'en rendre compte, j'ai commencé à agir de la même manière que les humains, agissant de la façon qui m'a fait les détester. Le désespoir est devenu mon quotidien car je sais que la première fois où je pourrai te prendre dans mes bras sera aussi la dernière, car cette étreinte, que je voudrai douce et protectrice causera ta perte ainsi que la mienne car tu as su briser une à une chacune de mes barrières pour t'imposer au plus profond de mon être de telle sorte que je ne me souviens même plus comment exister sans toi.

Avec un seul de tes sourires, tu as tué la Mort.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
naisa

Quand je te vois me regarder avec tes beaux yeux
Je te dis quoi
Tu réponds "c'est toi qui me regardes"
ou bien tu souris je te souris
On détourne le regard ou on rigole
J'aimerais voir tes beaux yeux verts toute ma vie
JE T'AIME MON AMOUR.
9
12
17
0
Dehorian Green
En musique :

http://www.deezer.com/track/546578

Illustration :

Crying Child par Francisco Masseria
3
2
0
1

Vous aimez lire EightNoAme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0