Chapitre 13 : Ajax à la rescousse.

5 minutes de lecture

Alors que le prince de Thessalia, Junon de Phéres, traverse Munt, il jette son dévolue sur la jeune et belle Mery, et ordonne à ses gardes de l’enlever. Tandis que les parents de cette dernière le supplient de revenir sur sa décision, sans succès et que les villageois en émois ne réagissent pas, de peur des représailles, un homme intervient :

- Attendez ! hurle-t-il, s’accaparant toute l’attention du prince et de ses soldats.

- Halte-là ! Ne t’approche pas plus de son altesse ! ordonne le capitaine de la garde royale, Alaros.

- Qui est ce pauvre fou ? rétorque le prince.

Il est arrivé, celui qui a toujours veillé sur eux :

- Brave gens, bienvenue à Munt. Je me nome Ajax, je suis en charge de ce village.

Coiffé d’un casque de fer, du haut de ses cinquante-deux printemps, il était plutôt bien entretenu pour un homme de son âge.

- Ajax ?! J’ai déjà entendu ce nom quelque part… Rétorque un des soldats, le plus vieux d'entre eux.

- Moi aussi…Rajoute un autre vétéran.

- J’étais encore en train de pioncer, et voilà qu’on me tire de mon doux rêve avec cette histoire d’enlèvement ! braille le vieil homme en continuant de se diriger vers le prince.

Le capitaine Alaros dégaine son épée :

- Je vous ai dit de ne plus avancer ! répète t-il.

- Dire que je faisais le plus beau rêve de ma vie, poursuit-il, comme s’il n’avait rien entendu.

Il arrive devant le capitaine. Tandis que ce dernier abat sa lame, Ajax esquive aisément sans s’arrêter de marcher, faisant perdre son équilibre au soldat qui tournoie sur lui-même et en tombe à la renverse.

Le Prince est aussi étonné que le reste de ses hommes par l’habilité du vieil homme :

- Qu’est-ce que ça veut dire ? Sais-tu qui je suis ? s’exclame Junon d’un ton menaçant.

- J’étais sur cette petite île paradisiaque, entouré de cocotiers et de belles jeunes femmes et nous buvions et dansions comme des fous…Ah quel doux rêve… délire t-il.

- Arghh, quel impudent ! Il se fout de moi ?! s’irrite le jeune noble.

- Je m’en contre-fiche de qui tu peux bien être petit, on ne touche pas à mes gens ! Grogne le chef soudainement.

La réaction du prince est immédiate :

- Tuez-le ! ordonne t-il d’un ton sec sans chercher à comprendre.

Ses hommes l’encerclent rapidement mais aucun ne bougent, ce qui énerve encore un peu plus Junon :

- N’ai-je pas donné un ordre ?

- Votre altesse…bafouille le capitaine, cet homme, cette aisance, ce casque… Ce nom…

- Humm ? Parles que veux-tu dire ? demande le prince interloqué.

- A mon avis, c’est… Ajax casque de fer ! L’ancien héros de guerre, celui qui a vaincu mille hommes sans subir la moindre blessure…

A ces mots certains soldats tremblent de peur tandis que le visage du prince s’assombrit :

- J’ai dit : Tuez-le.

Bien qu’ils craignaient tous de faire face à la probable légende. Il n’en restait pas moins que ce n’était à présent qu’un vieil homme, le doute sur sa force pouvait subsister alors qu’en face, la cruauté du châtiment que réservait le prince envers ceux qui lui désobéissaient était bel et bien avérée.

Les soldats s’élancent donc sur le moustachu, mais, en deux ou trois mouvements, le viel homme les fait vaciller, d'une facilité déconcertante et nonchalante, ravivant la lueur d’espoir sur le visage des villageois :

- Bien joué Ajax ! Félicite l’un.

- Heureusement que t’es là ! Lance une autre.

- Ajax ! hurle Mery.

- Ce…Ce n’est pas vrai ?! Bafouille le prince.

Le vieil homme fixe du regard le noble :

- Relâchez la petite et allez-vous en sur le champ ou vous vous rendrez vite compte que ce village abrite bien des surprises désagréables pour vous.

Quelques secondes de silence planent dans l’air avant que la réaction du jeune homme ne se fasse entendre :

- …Huhuhuhu !

- Hmm ? Qu’il y a-t-il de drôle ? Demande le quinquagénaire.

- Vois-tu, espèce de gueu, tu viens de porter la main sur des Thessaloniens, qui plus est, la garde rapprochée de l’héritier du trône, j’ai nommé moi-même : Junon de Phéres, prince de Thessalia, annonce-t-il.

Les villageois se crispent. Défier un noble était une chose mais défier un prince en était une toute autre, mais ils ne sont pas au bout de leur surprise. En effet, le jeune noble en enchérit :

- Que diront les dirigeants d’Ithaque lorsqu’ils apprendront que l’alliance commerciale entre nos deux contrées est compromise car je me suis fait agressé dans ce trou perdu par l’un de ses représentant ? lance-t-il fièrement.

Tout à coup, le visage d’Ajax palît, il comprend à présent qu’il pourrait mettre tous les habitants du village en danger voire tout ceux de l’île en agissant ainsi, tandis que le prince continue à le narguer :

- Je vais te dire ce que mon père, l’illustre roi de Thessalia, fera lorsqu’il le saura : Il ne laissera pas cet affront impuni, il enverra son armée ici même ! ajoute-t-il avant de s’esclaffer, Huhuhuhu !

Les villageois affichent une mine apeurée, angoissée. Ils le savent très bien, le royaume de Thessalia avec ses vastes plaines et ses terres fertiles est le grenier du continent Ouest. Leur agriculture et leurs montures n’avaient point d’égal que ce soit en matière de qualité ou de quantité. Si par malheur le traité commercial se voyait rompu entre Ithaque et Thessalia, ce serait alors la déchéance d’un point de vue économique, exposant les habitants à des périodes disette.

C’est alors rempli d’amertume qu’Ajax se plie au chantage du jeune sot :

- Loin de moi l’idée de vous vexer, j’ignorais qui vous étiez…Regrette-t-il.

- Huhuhu, tu sais où se trouve ta place dorénavant. Glousse le prince.

- Ecoutez, je vous en prie laissez la petite s'en aller. Nous trouverons de quoi compenser cette perte, propose-t-il.

Junon fait signe de la main à ses gardes.

Ces derniers reviennent à la charge, mais cette fois-ci, Ajax ne se défend pas.

Ils lui assènent des coups à l’en faire tomber, puis l’un deux enfonce sa botte de toute sa hargne dans l'estomac du chef.

- Non ! Pas ça, la blessure va se rouvrir ! crie Mery.

En effet, la botte du soldat s’enfonce pile là où se trouvait une énorme cicatrice. Une ancienne blessure pour laquelle le père de la jeune Mery lui dispensait des herbes médicinales depuis des années.

Ajax ne peut s’empêcher d’hurler de douleur, chose qui ne fait que rajouter de la tension au malaise ambiant qui régnait parmi les villageois depuis tout à l’heure. Il faut dire que leur chef était apprécié et respecté de tous. Il faisait toujours passer les intérêts des siens avant sa personne et qui avait aidé le village à plusieurs reprises.

- Ne réagissez pas ! Ils vous feront subir pire, les prévient-il ; avant de s’adresser aux parents de la jeune fille, tout larmoyant et en haletant : - Je suis désolé…

- Tenez, dit le prince, en jetant une bourse remplie de dracmirs à la face des parents de la jeune fille, et je ne veux plus vous entendre !

Les villageois impuissants restent immobiles, ivres de colère mais réalistes, ils savent qu'on ne peut contredire la décision du prince sans le payer de sa vie. Ils se contentent d’assister à ce triste spectacle, la jeune fille paniquée, se faisant emmener, sous le regard de ses parents en larmes, tandis que leur chef se faisait tabasser encore et encore, le tout agrémenté par les ricanements du prince cruel.

Au même moment, un jeune homme transportant un tas de bûches de bois sur son dos revient de la forêt, avec à ses côtés un petit garçon : l’un des trois enfants terribles du village fait son entrée.

Annotations

Recommandations

Ilsa
Une touche d’humour (très) pourri dans cette actualité morose.
(Même la couverture est nulle, c'est affligeant...)
2390
668
7
35
Shagya
Un monde changé à jamais.
Le désert s'étend.
Des revenants indésirables.

Une jeune femme s'embarque pour une mystérieuse quête à travers le pays...


{2009? - 2017}
{projet resté de longues périodes au placard comme vous pouvez le voir}
251
450
634
185
Défi
Natacha TIBI

L'exercice de style ou plus exactement "défi" proposé est d'écrire, écrire, et encore écrire, de laisser libre court à vos pensées brutes mais actuelles et vous allez comprendre aisément pourquoi je m'amuse à répéter certains mots, car la finalité est ceci, 181 mots sonnants et trébuchants, c'est exagéré vous me direz, mais, sans aucun arrêt, consigne que je me suis imposée, si ce n'est que l'abrupt point final qui viendra clore la petite "bafouille" échappée de mon esprit, assemblage de mots qui se suivent sans forme particulière : un "mis" bout à bout pour que le rendu reste lisible et de surcroît quelque peu "chantant", ou tout bonnement pas trop barbant, afin que certains viennent lire, ou pas, parce qu'ils peuvent très bien passer à côté de votre "texte" et poser un commentaire, souvent gentil, trop gentil pour être constructif, car toutes les remarques acerbes sont proscrites, encore que les annotations devraient être plus appuyées, afin de pouvoir, c'est le but de ce lieu, si je me souviens bien car entre parenthèse ceci est mon retour, d'améliorer sa petite prose, et sans blesser pour autant son "Namur propre".
3
5
0
1

Vous aimez lire Alsensei ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0