Chapitre 9 : La détermination du guerrier.

7 minutes de lecture

Continent Ouest, royaume de Cendria, au palais royal :

Alors que les hommes en capuche pénètrent dans les appartements de la princesse, ils touchent enfin au but. Mais un homme se dresse encore entre eux et ce qu’ils convoitent : le plus grand guerrier et dernier protecteur du royaume, le commandant Galahn.

Dans un premier bref échange de coups avec le colosse, le chevalier réussit à riposter, déchirant le bas de la capuche de son ennemi.

L'habit partiellement déchiré laisse entrevoir un symbole sur sa nuque : Une marque en forme de lune, interpellant notre héros.

- Tu m'as surpris, tu es plus habile que les autres mais ça ne changera rien pour autant, clame le colosse, puis il intensifie son aura : - « Force X20 » !

Sa vitesse et sa force augmentées de plus belle, il réplique directement. Il enchaîne par une vague de poings lancés à une allure démentielle. Une rapidité d'exécution et une puissance tel, que le son des coups qui fendent l'air résonne dans toute la pièce tandis que le combo donne l'impression de voir une myriade de poings lancés au même au instant.

Galahn, qui se contente d'esquiver aisément les coups de son adversaire, semble néanmoins très gêné :

- C'est la première fois que je vois ce genre de technique, il reste très rapide malgré ses gros muscles... Je ne peux pas esquiver ses coups indéfiniment, il va finir par m’avoir… Mais je ne peux pas non plus riposter à pleine puissance, je risquerais de la blesser...

- Tu comptes te battre bientôt ?! grogne le colosse avant d'enchaîner, « Force X30 » ! Il augmente encore sa puissance. Ses muscles grossissent et étonamment, sa vitesse augmente parallèlement.

Mais rien n’y fait, Galahn se met au diapason. Il intensifie son aura à son tour et continue d'esquiver les coups. Sachant que pour inquiéter un guerrier de ce niveau il aurait fallu lancer une attaque dévastatrice, il se retenait de peur de la blesser. Elle n'avait pas bouger encore. La princesse se tenait toujours à quelques pas d'eux, subjuguée par le combat.

Alors que cette dernière semble prendre espoir en voyant le chevalier éviter chaque attaque enragée de son adversaire, la voix de Kanon vient la rappeler à la réalité :

- Héhé Héhé ! Il ne va pas tenir bien longtemps comme ça.

En effet, l'intensité des charges répétées de l'ennemi finit par avoir raison de lui, le chevalier se relâche l'espace d'une seconde. Un seul coup échappe à sa vigilance et part se loger dans son estomac, brisant son équilibre. Et s'en suit une pluie de coups surpuissants qui s'abat sur lui à une vitesse folle.

Son adversaire l'envoie fracasser le mur et fonce à tout allure sur le commandant. Il termine sa charge par un coup de genou en plein dans l’estomac. L’impact fissurant même le mur derrière le chevalier, qui recrache son sang, avant de s'écrouler. Un bruit de métal résonne suite à la violence du choc : Son médaillon s'échappe de sous son vetement.

- Galahn, noooon ! hurle la princesse alarmée, se sentant impuissante face à cette scène : Si seulement je l'avais écouté... nous aurions fuis à temps...pardonne-moi...regrette-t-elle.

Puis tournant le dos à ce dernier, l'homme à la marque de lune, s'adresse à son chef :

- C'en est fini, personne n'a jamais survécu à ma puissance poussée à 30% de ses capacités, Haha Haha ! Je suis déçu, je m'attendais à plus de sa part.

Le jeune maître prend alors la parole :

- Princesse, veuillez nous suivre sans faire d'histoire. Au moindre faux pas, nous anéantirons tout le royaume aussi vite que nous avons pris ce palais. J'attends une collaboration totale de votre part et dans ce cas nous laisserons votre peuple sain et sauf. Le choix vous revient : Accomplissez votre devoir de souveraine, ou condamnez ce pays à sa perte !

- Je... Je ferais ce que vous dites mais épargnez-les tous, je vous en prie... supplie t-elle, les yeux larmoyants.

- Sage décision. Nous accomplirons de grandes choses grâce à votre don ! déclare-t-il en esquissant un sourire satisfait, l'objectif auquel vous allez participez changera nos destins à tous.

- Attendez ! Une voix jaillit derrière eux.

La princesse fut surprise de le voir se relever de même que les deux hommes de main : Galahn, tenant à peine sur ses jambes, le corps en piteux état. Il prend appui sur son épée pour ne pas flancher.

- Je ne vous laisserai pas faire…martèle t-il, haletant et couvert de sang.

À ces mots, il jette un coup d'oeil sur le médaillon avant que les visages de chacun de ses compagnons, tombés au combat, viennent se rappeler à son bon souvenir. Il se remémore même une phrase que la chevalière écarlarte aimait lui ressortir : Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Il était hors de question que lui, le premier chevalier de Cendria, brise sa promesse envers son défunt roi, et qu'il permette que ses compagnons soient morts en vain.

Tout à coup, une lumière dorée intense, illuminant la pièce, surgit de son être et s’étend à tout son corps, alertant le chef des ennemis :

- Débarrasse toi de lui maintenant ! ordonne-t-il au colosse.

- Oui, Jeune maître, pardonnez ma négligence, je ne pensais pas qu'il se relèverait.

Ce dernier s'approche de Galahn, intensifiant son aura tandis que son vis-à-vis reste immobile. Il lui envoie de nouveau une droite surpuissante, en pleine face. Mais cette fois-ci, le chevalier l'encaisse sans broncher tandis que la princesse hurle de peur avant d'être prise d'étonnement au même titre que les deux complices.

En effet, il reste de marbre, tandis que le poing ennemi est encore appuyé contre son visage, comme s'il ne ressentait plus la douleur tout à coup. Son regard perçant, faisant frémir d'excitation le colosse qui pense avoir trouvé là un adversaire digne de ce nom :

-Haha haha, enfin un qui en a dans le ventre !

Galahn sans dire un mot, saisit le poing de son adversaire, encore posé contre sa face, par le poignet, l’empêchant de se dégager :

- Hmm, Qu'est-ce que... ? Je n'arrive plus à bouger... Tu cachais en toi une telle force ? Haha Haha ! « Force X 50 » ! vocifère l’homme à la marque de lune, décuplant encore sa puissance.

L'aura gigantesque du colosse s'amplifie encore, de même que la proportion de ses muscles. Une crevasse se forme sous leurs pieds dû à la puissance phénoménale qu'exercent les deux guerriers, tandis que les autres les observent attentivement.

- Comment se fait-il que tu tiennes encore debout ?! demande-t-il.

- Le cœur du guerrier, rétorque le chevalier.

- Quoi ?! Haha Haha ! C’est quoi ces sornettes ? se moque t-il, tandis que le chevalier ne répond pas.

Sans plus attendre, n'arrivant toujours pas à retirer son bras droit de l'emprise de son adversaire, le colosse envoie un coup du gauche à pleine puissance. Mais Galahn relève son genou gauche pour parer l'attaque de l'adversaire. L'onde de choc éclate complètement le mur fissuré donnant sur l'extérieur du palais, laissant pénétrer un bref souffle de vent dans la pièce, avant que le chevalier ne passe à l'action.

Il relache soudainement le bras de son adversaire, faisant légèrement vaciller ce dernier, puis riposte instantanément. En un coup, sa lame taillade son adversaire, du bassin gauche jusqu'au flanc droit, faisant gicler son sang. Tout deux reculent d'un coup, l'enemi se tenant toujours debout, preuve de sa résistance hors normes, tandis que la princesse abasourdie par la rapidité de l'action reste plantée là, à deux pas de lui.

Mais le commandant ne perd pas de temps. Il s'élance rapidement vers son adversaire ensanglanté, pris au dépourvu par le coup qu’il a reçu.

Il le sait bien, dans un combat entre deux manipulateurs d’aura, une seule seconde suffit à déterminer l’issue d'un duel, surtout pour ces deux guerriers au niveau exceptionnel.

Il arrive donc devant ce dernier, prêt à lui porter le coup fatal, à la grande surprise de ses compagnons qui n'ont plus le temps d'intervenir :

- « Lumen-Sword » ! (Son aura se concentre sur son épée lui donnant un éclat lumineux, intensifant son tranchant à son paroxysme.)

- Non, ce n'est pas possible ! s'écrie le colosse en sueur, gouttant pour la première fois à ce sentiment qu'il avait semé au bar un peu plus tôt.

Mais une fois n'est pas coutume, le chevalier aperçoit de nouveau la princesse, apeurée, se tenant à quelques pas d’eux. Et de peur que l'impact de l'attaque ne la blesse, il retient une nouvelle fois son bras d’attaquer, juste un instant.

Un court laps de temps durant lequel il hésite et qui change la donne. Déstabilisé par la première attaque, et alors qu’il était sur le point de perdre, l’homme à la marque de lune se reprend immédiatement et profite de cet instant d’égarement pour lui envoyer un uppercut de toutes ses forces sous le menton.

Le choc est terrible : le chevalier heurte violemment le plafond, fracassant ce dernier avant de retomber au sol.

Tandis qu'il semble perdre conscience, la puissante aura l'entourant depuis tout à l’heure disparaît quasi-instantanément.

- Non ! Galahn, pas toi ! Relève-toi ! Je t'en prie, ne meurt pas ! hurle la princesse, totalement affolée.

- Tu as été digne de ta réputation chevalier et tu as gagné mon respect, mais c'en est vraiment fini de toi cette fois, annonce le colosse éssouflé et tout en sueur, s'affalant par terre tout en jetant un coup d'oeil à sa blessure.

C'était la première fois de sa vie qu'il avait eu à utiliser sa technique jusqu'aux 50% contre un adveraire, mais aussi la première fois qu'il eut une telle frayeur.

- Ne vend pas la peau de la bête avant de l'avoir tué, lâche le jeune maître contrarié.

- Galahn...prononce la princesse, les yeux ecarquillés.

- Héhé héhé, je rêve ou... Il se relève encore ? s’étonne l'homme à la chaîne.

- Quoi ?! s’exclame le colosse, choqué et desespéré....C'est impossible ! Comment peut-il être encore en vie ?!

La détermination de Galahn est sans faille. Même dans cet état, percevant les cris de détresse de la princesse, il puise dans toutes ses forces pour se relever encore une dernière fois...

Annotations

Recommandations

Shagya
Un monde changé à jamais.
Le désert s'étend.
Des revenants indésirables.

Une jeune femme s'embarque pour une mystérieuse quête à travers le pays...


{2009? - 2017}
{projet resté de longues périodes au placard comme vous pouvez le voir}
202
390
580
145
Défi
no97434

Il est là pour tous. Juste lever la tête.
Il est là pour tous. Plisser les yeux.
Il est là pour tous. Sourire.

Il est là pour tous. Admirer.
Il est là pour tous. Bécoter.
Il est là pour tous. Colorier.
Il est là pour tous. Dire.
Il est là pour tous. Entendre.
Il est là pour tous. Frissonner.
Il est là pour tous. Garder.
Il est là pour tous. Honorer.
Il est là pour tous. Iriser.
Il est là pour tous. Jongler.
Il est là pour tous. Kaleidoscoper.
Il est là pour tous. Lambiner.
Il est là pour tous. Murmurer.
Il est là pour tous. Nourrir.
Il est là pour tous. Oeuvrer.
Il est là pour tous. Parfumer.
Il est là pour tous. Quintessencier.
Il est là pour tous. Réchauffer.
Il est là pour tous. Sublimer.
Il est là pour tous. Toucher.
Il est là pour tous. Unir.
Il est là pour tous. Voyelliser.
Il est là pour tous. Wahosiner
Il est là pour tous. Xylophoner.
Il est là pour tous. Youyouter.
Il est là pour tous. Zéphyriser.
A I M E R






4
3
0
1
Défi
Personne.

Nous sommes en février, l'horloge marque tout juste huit heures du matin et ma journée semble déjà tracée, réglée comme du papier à musique : d'abord je me lève et je me brosse les dents, un bon début pour rentrer activement dans une démarche sociale, ensuite je prépare mon sac et je vais en cours pour supporter une fois de plus des cours assommants de mathématiques.
  Il est dur pour moi de sourire aux gens, à la vie, à l'imprévu mais en ce jour, je veux faire une exception qui marquera pour toujours le début d'un nouveau moi. Alors que je paresse une fois de plus dans mon lit, j’entends le bruit sourd d'une conversation qui tourne au vinaigre.
  La panique me prend les tripes, je sais de quoi il retourne. Alors comme ça, c'est la fin, tu es partie ? Je marche vers le salon, presque à reculons pour ne pas avoir à affronter la macabre nouvelle. Je lève les yeux et je vois que ma mère pleure les mains agrippées au téléphone et à mon beau-père. En me voyant, elle pleure à nouveau et prononce ces mots qui sonnent le glas de mon sourire :
'' Elle est partie cette nuit ''.
 Tu es partie, comme si c'était ta décision. Ô grand-mère, en ce jour ma peine est immense et la famille entière lâche des larmes à se noyer dedans, je t'aime mais mes yeux ne veulent pas pleurer, ils ne croient pas à ce qui vient de se passer et moi non plus.
 Ainsi, je reste là le regard dans le vide, la mine déconfite de l'enfant face à la mort, cette absurde et indélicate faucheuse qui récolte sans discernement, sans jamais se mettre du côté des bons ou des méchants. Cette épée de Damoclès qui pend au dessus de nos caboches attendant son heure . Il n'est point ici question de justice et encore moins de compromis. La mort est froide et impassible comme le marbre brut, égale à elle-même.

Si tu ne dois prendre que quelques mots parmi mes dires, je t'en supplie, ne prend que ces trois là :
'' Je t'aime''.
6
2
5
1

Vous aimez lire Alsensei ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0